Panhard
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Panhard fut un constructeur français dont l'activité " automobile " a été arrêtée en 1967 après sa reprise par Citroën (Citroën est un constructeur automobile français fondé en 1919 par André Citroën.). Il reste aujourd'hui constructeur de véhicules militaires.

Histoire de la marque

Vers 1800, le Breton François-René Penhart vient à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du...) travailler comme sellier puis carrossier. Son fils Adrien Panhard (Panhard fut un constructeur français dont l'activité « automobile » a été arrêtée en 1967 après sa reprise par Citroën. Il reste aujourd'hui constructeur de véhicules militaires.) amplifie l'affaire et se lance avec succès dans la location de voitures hippomobiles.

Jules Perin, découpeur de bois chez les " Meubliers du faubourg ", dépose en 1845 un brevet de guide-lame de scie (Une scie est un outil destiné à couper le bois ou d'autres types de matériaux, constituée d'une lame dentée et actionnée par diverses moyens tels que...), puis devient fabricant de machines à bois de divers types : scies, dégauchisseuses, mortaiseuses... En 1867, Perin s'associe avec René Panhard, devenu centralien, pour fonder la " Perin, Panhard & Cie ".

René Panhard fait appel en 1873 à l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la...) Émile Levassor (Émile Levassor (né le 21 janvier 1843 à Marolles-en-Hurepoix, mort le 14 avril 1897 à Paris) est un ingénieur français.), son condisciple de l'École Centrale et ils commencent à s'intéresser aux moteurs à gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume...) à partir de 1875. La production en série commence l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) suivante. Puis le représentant pour la France des moteurs à pétrole (Le pétrole est une roche liquide carbonée, ou huile minérale. L'exploitation de cette énergie fossile est l’un des piliers de...) de Gottlieb Daimler - Édouard Sarazin - entre en contact avec Émile Levassor. Ce dernier épouse en 1890 la veuve d'Édouard Sarazin et commence une production sous licence de moteurs Daimler, puis commence la construction de voitures à pétrole sous la marque Levassor, la raison sociale de l'entreprise étant devenue " Panhard & Levassor ", Émile Levassor succédant à Jules Perin.

En 1891, commence la production industrielle des automobiles Panhard & Levassor dont la production civile s'interrompra en 1967, tandis que, dès 1952, la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la réciproque de la...) des machines à bois Perin-Panhard avait été vendue.

Historique de la production automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est...)

Véhicule Panhard-Levassor, vers 1890-1895
Véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) Panhard-Levassor, vers 1890-1895

1891-1918

Panhard, de son nom complet Panhard et Levassor, est un constructeur automobile français. Héritier de la société Perin-Panhard, il fut fondé en tant que constructeur automobile en 1891 par les deux associés Louis François René Panhard (Louis François René Panhard 27 mai 1841 à Paris - 16 juillet 1908 à La Bourboule fut un mécanicien.) et Émile Levassor avec la participation de la veuve d'Édouard Sarazin, par l'ouverture de la première usine d'automobiles à pétrole au monde (Le mot monde peut désigner :) dans le 13e arrondissement de Paris.

C'est à cette antériorité industrielle dans la production de voitures automobiles à moteur à explosion (Le moteur à explosion est un type de moteur à combustion interne, il est principalement utilisé pour la propulsion des véhicules de transport (avion à hélice,...) que Panhard doit son titre de marque doyenne, qui la place avant Daimler (Mercedes), Benz ou Peugeot (Peugeot est une marque de constructeur automobile français fondée par Armand Peugeot de la famille Peugeot en 1896. Le siège est à Paris et les bureaux d'étude et de recherche à Vélizy,...). (Cependant, les marques Bollée, de Dion-Bouton ou Serpollet l'avaient précédé dans la production d'automobiles à vapeur). Panhard-Levassor devient un des premiers constructeurs automobiles au monde, derrière le leader de Dion-Bouton mais choisit le segment des voitures de course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) et de luxe.

Après la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple...) en course d'Émile Levassor et l'arrêt de la compétition sportive en 1903, Panhard-Levassor se concentre sur la production de camions (Le camion est un véhicule automobile à roues destiné à transporter des marchandises. Le routier (routière) ou camionneur (camionneuse) a pour profession la...) et de voitures de luxe qui se classent dans le peloton de tête du genre en France avec Delaunay-Belleville, Hispano-Suiza (Hispano-Suiza est une société internationale d'origine espagnole (Sociedad Hispano-Suiza, fábrica de automóviles, sistema Birkigt) fondé en 1904 par le Suisse Marc Birkigt, réputée pour avoir produit des voitures remarquables...) ou Voisin. Arthur Krebs fut son directeur de 1897 à 1916. Avant la guerre de 14-18, Panhard est le premier constructeur français, loin devant Renault.

L'ère des sans-soupapes : 1910-1937

Dès 1910, Panhard s'intéresse au moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) sans soupapes créé par Charles Yale Knight. Les soupapes sont remplacées par des chemises coulissant le long des pistons couvrant et découvrant les ouvertures d'admission ou d'échappement. En 1925, une 20 CV de 4,8 litres conquiert le record du monde de l'heure (L'heure est une unité de mesure  :) avec une moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient...) de 185,773 km/h. En 1929, est conçue la barre Panhard (Une barre Panhard est un composant de la suspension d'une automobile qui fournit un guidage latéral de l'essieu. Inventé à l'origine par la société...), une barre stabilisatrice antiroulis, qui est encore utilisée dans la suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des sédiments. Le fait de suspendre un...) arrière de nombreux autres véhicules à essieu (Dans un véhicule à roues, un essieu est un arbre placé transversalement sous la caisse et supportant par l'intermédiaire des fusées les roues situées à ses extrémités. Un essieu peut être simplement...) rigide partout dans le monde. Les modèles CS et DS de 1929 évolueront vers les Panhard Panoramic (PANORAMIC est un langage BASIC sous Windows permettant de manipuler des objets Windows (Button, Edit, Combo, Picture, Scene3D, Movie, Track_bar, Scroll_bar, ...) des sprites...) en 1934 et Dynamic en 1936. À partir des CS et DS, et jusqu'à la disparition de la marque, Louis Bionier assurera le dessin des modèles. Pendant cette période, Panhard développera une grande gamme d'utilitaires : camions, autocars, autobus ; et travaillera sur la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) du gazogène (Le Gazogène, inventé par Georges Imbert, est un appareil permettant de produire un gaz combustible à partir de matières solides et combustibles tels que bois,...).

Les moteurs à doubles chemises louvoyantes avaient pour avantage un grand silence de fonctionnement, un couple élevé, garant d'une grande souplesse, présent dès les plus bas régimes, mais pour inconvénients une consommation d'huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui ne se mélangent pas à l'eau, mais, est cependant plus...) très élevée et une durée de vie (La vie est le nom donné :) très faible des chemises minces qui s'usaient par frottement (Les frottements sont des interactions qui s'opposent à la persistance d'un mouvement relatif entre deux systèmes en contact.) entre elles et au niveau des lumières d'échappement du fait des déformations. L'on ne peut que regretter que Panhard n'ait pas adopté les améliorations faites par Bristol qui consistaient notamment en un mécanisme plus simple à une seule robuste chemise louvoyante et qui amélioraient très considérablement la fiabilité (Un système est fiable lorsque la probabilité de remplir sa mission sur une durée donnée correspond à celle spécifiée dans le cahier des charges.), la durée de vie des chemises, le coût de fabrication et la consommation d'huile comme le prouvent les excellents moteurs d'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air,...) qui ont été construits jusqu'en 1963 (Snecma-Bristol "Hercules" destiné au Noratlas) dont la durée de vie était 30% plus élevée que les moteurs d'avion conventionnels...

L'ère du flat-twin : 1945-1967

Dyna Panhard X86 - 1952
Dyna Panhard X86 (La famille x86 regroupe les microprocesseurs compatibles avec le jeu d'instructions de l'Intel 8086. Cette série est nommée IA-32 (pour Intel architecture 32...) - 1952

En 1945, après la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une...) Guerre mondiale, les conditions économiques de l'après-guerre contraignent Panhard à produire des voitures plus abordables. Panhard produit des voitures légères comme les Dyna X, Junior, Dyna Z, PL 17, qui deviendra simplement la 17, et enfin l'ultime Panhard : la 24.

La société parvient à contourner les restrictions gouvernementales du plan Pons lui interdisant de poursuivre son activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) automobile. Pour cela, les Panhard devront faire appel à l'aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un élément important sur la Terre...) pour leur structure et de nombreux composants. Les Dyna X et les premières Z ont une carrosserie (La carrosserie est l'enveloppe rigide d'une machine, destinée à protéger les organes situé à l'intérieur. La carrosserie d'un véhicule protège les personnes...) en aluminium. Les dernières Z et les PL 17 sont faites en acier (L’acier est un alliage métallique utilisé dans les domaines de la construction métallique (voir aussi l’article sur la théorie du soudage de l’acier) et de la construction mécanique.). Les carrosseries sont arrondies et très aérodynamiques, ce qui les rendait différentes de celles de leur époque. La 24 CT est un 2 + 2 magnifique ; la 24 BT avec un empattement plus long est assez spacieuse pour quatre ou cinq personnes.

Les moteurs sans-soupapes rendus obsolètes par les progrès des moteurs classiques sont abandonnés. Tous ces modèles sont motorisés par des moteurs bicylindres à plat et opposés (flat twin) refroidis par air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de pressuriser les cabines des avions et autres...). Ce bicylindre à haut rendement (jusqu'à 60 ch SAE pour 848 cm³ sur la 24CT) présente de nombreuses originalités techniques :

  • cylindre (Un cylindre est une surface dans l'espace définie par une droite (d), appelée génératrice, passant par un point variable décrivant une courbe plane fermée (c), appelée courbe directrice et gardant une direction...) borgne (cylindre et culasse d'une pièce et sans joint),
  • embiellage monté sur roulements; brevet Panhard,
  • soupapes rappelées par des barres de torsion (La torsion est la déformation subie par un corps soumis à l'action de deux couples opposés agissant dans des plans parallèles.) puis par un rattrapage de jeu hydraulique (L'hydraulique désigne la branche de la physique qui étudie les liquides. En tant que telle, les champs d'investigation qu'elle propose regroupent plusieurs domaines :).

Rappelons que Panhard est le premier constructeur à avoir conçu un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une...) turbo diesel (Clerget).

Après l'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une transition entre deux niveaux d'énergie électronique. Le photon est...) par Citroën

Le manque d'une gamme suffisamment étoffée et des moyens financiers limités handicapent la firme Panhard : la branche civile (voitures particulières) est absorbée par Citroën en 1965. Celui qui aurait pu être le sauveur se révèle être l'exécuteur, et Citroën arrête la production des automobiles Panhard, y compris la brillante Panhard 24 (La Panhard 24, chant du cygne de la doyenne des marques automobiles françaises fut produite de 1964 à 1967.), dès 1967 malgré l'évident potentiel de la " Dina 24 CT " qui ne sera jamais déclinée en cabriolet (Le cabriolet a une carrosserie automobile ouverte et découvrable grâce à une capote ou un toit escamotable, avec un pare-brise fixe, et des portes sans encadrement...) ni en berline (La berline est une carrosserie automobile fermée par un toit rigide fixe, avec un pare-bise fixe, deux ou quatre portes latérales, et quatre fenêtres latérales.).

À partir de cette date, Panhard ne construit plus que des véhicules militaires blindés dans son usine de Marolles-en-Hurepoix. Après l'échec de Fiat (Fiat (acronyme de Fabbrica Italiana Automobili Torino, fabrique italienne automobiles Turin), est un constructeur automobile, basé à Turin, dans le Nord de l'Italie. Elle est contrôlée par la famille Agnelli,...), c'est à Peugeot que Michelin vend Citroën et Panhard en 1974. Début 2005, PSA Peugeot Citroën (PSA Peugeot-Citroën est un constructeur automobile français privé, propriété de la famille Peugeot qui contrôle les marques...) vend la société à la société nouvelle des automobiles Auverland (Auverland, dont la dénomination officielle est aujourd'hui Panhard general defense, est un constructeur de véhicules militaires protégés et...) fondée 20 ans plus tôt par Fançois Servanin Auverland mais conserve le prestigieux nom " Panhard " pour une éventuelle utilisation civile future. Déjà en 1979, Peugeot avait envisagé de ressusciter le nom de Panhard pour l'appliquer aux modèles de Chrysler-Europe, avant de choisir finalement Talbot (Talbot fut un constructeur automobile d'origine franco-britannique.). Le nouvel ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) prend le nom de "Panhard general defense" sous la direction de Christian Mons.

Aujourd'hui " Panhard " déploie une activité de production de véhicules militaires sous la bannière du groupe PSA (Peugeot-Citroën) avec un chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) d'affaires de 70 millions d'euros en 2007, dix fois plus petit que celui de son concurrent GIAT. Ses véhicules sont en première ligne en Afghanistan, au Kosovo et chaque année lors du défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées. Son catalogue propose une quinzaine de véhicules légers et sa production se monte annuellement à 9 500 véhicules.

Pour l'avenir, Panhard, cherche à monter en gamme pour trouver une légitimité dans des véhicules blindés plus lourds.

Modèles

Panhard Dyna Z 1954
Panhard Dyna Z (La Panhard Dyna Z est une automobile produite par Panhard de 1954 à 1959.) 1954
Panhard 24
Panhard 24

Liste (non exhaustive) des modèles d'après-guerre de la marque :

  • 1946 Panhard Dyna X (dite "Louis XV" ou "le Crapaud (Le mot crapaud est un nom vernaculaire ambigu qui est donné en français à plus de 500 espèces différentes espèces d'amphibiens anoures, les Bufonidae et parmi eux les...)")
  • 1948 Panhard Dynavia (prototype)
  • 1952 Panhard Dyna Junior Cabriolet et roadster
  • Panhard Scarlette (Rosengart Ariette avec châssis (Un châssis est un cadre rigide ou mobile fait d'une matière résistante, destiné à entourer ou supporter quelque chose.) et moteur Dyna X)
  • 1954 Panhard Dyna Z
  • Panhard Monopole : voiture (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle...) officielle de la marque aux 24 heures du Mans en 1956, 1957 et 1958. Et en rallye ( Un rallye est un sport automobile. Un rallye est une rencontre de jeunes de la bourgeoisie et noblesse française. Un Rallye-raid est une course de vitesse et...) avec la boite courte.
  • 1960 Panhard PL 17 puis 17 tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) court
  • 1962 Panhard CD en collaboration avec Charles Deutsch.
  • 1963 Panhard 24
  • 1967 Fin de fabrication
  • À noter la représentation en compétition très remarquée de l'écurie D.B. de René Bonnet entre 1950 et 1961

Les véhicules militaires

Panhard a également développé des véhicules militaires, notamment les tout-terrains Peugeot P4 (La P4 est un véhicule léger à quatre roues motrices produit par Peugeot et utilisé par l'armée française sous la désignation de Véhicule léger tout-terrain. Le véhicule est basé sur le...) de l'armée de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...) française aussi connus sous le nom de Panhard PL 30. Détenu par le groupe PSA Peugeot Citroën, Panhard a été cédé en février 2005 à son concurrent Auverland et la nouvelle entité a pris le nom de “Panhard General Defense”.

La Panhard AMD-178 (Le Panhard AMD-178 est une automitrailleuse fabriquée par la société Panhard, et utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale. L'histoire de l'automitrailleuse de découverte...) et l'EBR 75 (Engin Blindé de Reconnaissance), créé en 1951, sont deux des plus célèbres véhicules blindés.

Actuellement, les véhicules militaires Panhard sont présents dans une quarantaine (La quarantaine (venant de l'italien : quaranta giorni, qui signifie 40 jours, ou bien du français : quarantaine de jours) est le fait de mettre à l'écart des personnes ou des animaux durant une...) de pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...), notamment avec le modèle VBL.

Dernier-né de la gamme Panhard, l'AVL (ancien PVP - Petit Véhicule Protégé) a récemment été adopté par l’armée française dans le cadre d’un appel d’offres de la DGA.

Ce véhicule tout terrain blindé est destiné aux transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) de personnels, de systèmes d’armes, de détection et transmission et de reconnaissance.

Niveau de protection : STANAG 4569 niveau 2 pour l’équipage et le compartiment opérationnel + plancher avec protection mines anti-personnel (type DM 31).

Sa possibilité d’adaptation d’un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d’équipements et la modularité intérieure en font un véhicule idéal (En mathématiques, un idéal est une structure algébrique définie dans un anneau. Les idéaux généralisent de façon féconde...) pour remplir différentes missions.

Caractéristiques :

- Longueur : 4 282 mm.

- Largeur : 1 970 mm.

- Hauteur : 2 135 mm.

- Empattement : 3 000 mm.

- Poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est...) à vide : 3 870 kg.

- Charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) utile : 1 130 kg.

- Moteur : 2 800 cm3 Diesel turbo.

- Puissance : 146 ch.

- Nombre de places : 2 à 7 selon les missions.

Performances :

- Vitesse (On distingue :) maximale : 120 km/h.

- Angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) d’attaque : 76°.

- Angle de sortie : 55°.

- Dévers maxi : 30°.

- Pente franchissable : 100 %.

- Passage à gué : 535 mm.

- Autonomie : 800 km

La marque de fabrique

Pour distinguer les automobiles Panhard & Levassor de leurs concurrentes, le choix est fait d'orner leur calandre du monogramme "PL" inscrit dans un cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon du cercle. Celui-ci étant infiniment...), les deux lettres étant entrelacées. Cet emblème pourtant banal obtiendra un vif succès auprès de la clientèle.

Monument à Emile Levassor

Le 26 novembre 1907, un monument de pierre fut inauguré square Parodi, boulevard (Au sens premier, un boulevard est une voie de communication reposant sur d'anciens remparts, puisque le mot vient du néerlandais bolwerc signifiant rempart. Il permet donc de contourner une ville de...) de l'Amiral Buix à Paris XVI°, en l'honneur d'Emile Levassor et des pionniers de l'industrie et du sport automobile. Dans le goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) de l'époque, le sculpteur Dalou a représenté Levassor au volant de la voiture bi-place sur laquelle il était arrivé premier lors de la course Paris-Bordeaux-Paris en 1895, roulant sans arrêt 48 heures et 48 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...). Le règlement stipulait qu'un véhicule bi-place pouvait concourir mais que le premier prix reviendrait à la première voiture à 4 places. C'est donc une Peugeot, arrivée plus tard, qui remporta le premier prix même si l'histoire retiendra l'arrivée triomphale de Levassor. Le monument, financé par une souscription publique, avait été offert à la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune,...) de Paris.

Dirigeants

  • René Panhard: 1892-1908
  • Paul Panhard: 1908-1968
  • Jean Panhard: 1933-1968
Page générée en 0.607 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique