Taux de change
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Un taux de change est le cours (autrement dit le prix) d'une devise par rapport à une autre.

Exemples

  • 1 EUR = 1,3345 USD à telle date et tel endroit.
  • 1 USD = 110.95 JPY à telle date et tel endroit.

(EUR = euro, USD = dollar US, JPY = yen selon la codification monétaire internationale, norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme...) ISO 4217 différenciant chaque devise par une abréviation de trois lettres, dont la liste complète est ici).

Types de taux de change (Un taux de change est le cours (autrement dit le prix) d'une devise par rapport à une autre.) (et de marchés des changes)

Ce taux est

  • soit fixe, autrement dit déterminé par rapport à une monnaie de référence (en général le dollar US ou l'euro) par l'État qui émet une monnaie. Le taux ne peut alors être modifié que par une décision de dévaluation (ou de réévaluation) de cet État, encore qu'apparaît souvent un marché parallèle, dans le pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent...) ou à l'étranger si ce taux officiel est irréaliste
  • soit flottant et déterminé à chaque transaction par le marché des changes. Il s'agit d'un marché mondial interbancaire des monnaies, de moins en moins centralisé sur des lieux spécifiques de cotation et d'échanges, car reposant sur des liaisons informatiques entre banques.

C'est soit :

  • un cours "spot", c'est-à-dire "au comptant", pour les achats et ventes immédiats de devises,
  • ou un cours "forward", c'est-à-dire "à terme", pour les opérations de change à échéance future.

Facteurs influençant les taux de change

Une devise est, avant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), une créance "à vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.)" sur le pays qui l'a émise. Sa valeur relative par rapport à une autre va donc être, à un instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être considéré comme une durée.) donné, le rapport du crédit qu'on accorde à un pays à celui qu'on accorderait à un autre pays.

Les cambistes expriment l'unité de cotation d'un taux de change portant sur une couple de devises en points appelés pips . Pip est l'acronyme anglais de "price interest point (Graphie)", ou " point de swap " en français. À l'origine, comme son nom l'indique, celui-ci désignait l'unité de " déport " ou " report " du change à terme mais a fini par être appliqué à l'unité du marché au comptant. Il désigne la dernière décimale utilisée :

  • dans le cas de l'euro, c'est la quatrième décimale. Une cotation sur trois "pips", qui est la norme sur le marché interbancaire de l'euro/dollar, sera ainsi dans le premier exemple (1 EUR = 1.2345 USD) du paragraphe 1 ci-dessus : 1 EUR = 1.2343/1.2346 USD.
  • dans le cas du yen, ce sera la deuxième décimale, et une cotation sur quatre "pips" sera alors, toujours pour l'exemple ci-dessus, 1 USD = 110.93/110.97 JPY.

Le "pip" représente donc un pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour cent ») est en réalité la sténographie pour la fraction 45/100...) différent et non fixe pour chaque parité. Cet écart dépend :

  1. de la devise dans laquelle on choisit par convention d'exprimer le taux de change (l'" incertain " de la comparaison), l'autre étant prise pour unité de marchandise (Une marchandise est un produit de l'activité humaine, direct ou indirect, essentiellement déterminé à être un support à la forme d'échange qu'on nomme...) (le " certain ").
  2. du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de décimales de la cotation

Sur le long terme

À long terme, les déséquilibres - et, beaucoup plus rarement, les équilibres - dans la valorisation des devises, se mesurent en Parité de pouvoir d'achat ou PPA (en anglais : Purchasing Power Parity, ce qui donne le sigle hautement mnémotechnique PPP). Il s'agit d'un exercice statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de...) nécessairement opaque et complexe, qui consiste à comparer dans la durée le pouvoir d'achat d'un consommateur-type dans un pays et une gamme de produits de consommation donnés avec celui d'un autre consommateur-type dans un pays différent et pour une gamme de produits de consommation nécessairement entièrement différents, car correspondant à d'autres habitudes locales en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide,...) de mode de vie (La vie est le nom donné :) et de structure des coûts. En pratique, on utilise généralement le dollar US comme devise de l'indice commun et on va ainsi à chaque fois comparer le pouvoir d'achat d'un consommateur-type d'un pays X et celui d'un consommateur-type américain.

La parité de pouvoir d'achat permet ainsi d'accumuler les erreurs de calcul d'indice des prix - sachant que l'établissement de ceux-ci au niveau national n'est ni parfait ni stable dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Si elle est particulièrement utile et adaptée pour les comparaisons internationales de niveau de vie (Le niveau de vie fait référence à la qualité et quantité des biens et services dont dispose la population. Il est généralement mesuré comme le revenu...), où des marges d'erreur de quelques % ne sont pas significatives, son utilisation pour l'analyse du marché des changes doit être effectuée avec la plus grande prudence.

Dans un souci humoristique, l'hebdomadaire britannique The Economist avait ainsi créé en septembre 1986 son Big Mac Index, un indicateur de PPA comparant tout simplement les prix du Big Mac de McDonald's dans les différentes devises. Cet indice - pourtant peu fiable, compte-tenu des différences dans les positionnements marketing (Le marketing (on utilise aussi parfois — dans 7% des cas, d'après les chiffres donnés par Google — le néologisme français mercatique) est...) et les structures de coûts locaux de McDonald's - a connu un grand succès et continue à être publié et observé, ce qui ne constitue finalement pas un signe de confiance envers les différents calculs disponibles de PPA.

Voir aussi : en:Discussion and clarification (La clarification consiste à extraire quelques concepts simples et significatifs d'une description ou explication présentée de façon...) of PPP et en:Big Mac index

Sur le court terme

Les taux de changes varient fortement au cours d'une même journée, ces variations ne peuvent pas être expliquées par la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une...) de la PPA précédemment décrite.

Dans ce cadre d'analyse de court terme, il est nécessaire de se référer à d'autres explications.

Ces variations quotidiennes reposent sur la notion de rentabilité anticipée des dépôts en devises. Les agents économiques détermineront leur demande des différentes devises en fonction de la rentabilité qu'ils anticipent de dépôts dans ces devises.

Imaginons un agent vivant dans la zone euro, il se demande s'il est plus rentable de détenir des dépôts en euros ou des dépôts en dollars.

Ses dépôts en euros lui rapporteront un taux d'intérêts anticipé id (taux d'intérêt sur les dépôts dans la zone euro). Donc la rentabilité anticipée de ces dépôts est :

  • Rd en € = id.

D'un autre côté, s'il compte détenir ses dépôts en dollars, ils lui rapporteront un taux d'intérêt anticipé if (taux d'intérêt sur les dépôts aux États-Unis), c'est-à-dire cette fois le taux d'intérêt américain. La différence est que, comme notre agent est européen, il désirera les retrouver en euros, d'où la nécessité de les reconvertir dans cette devise. Par conséquent, il doit aussi prendre en compte la variation du taux de change entre les devises sur la période de son dépôt. Il aura donc cette fois une rentabilité anticipée

  • Rf en € = if - (Et+1 - Et)/Et

avec Et+1 la valeur anticipée de l'euro par rapport au dollars lorsqu'il retira son dépôt

et Et la valeur connue de l'euro par rapport au dollars lorsqu'il effectue son dépôt

donc (Et+1 - Et)/Et est la variation anticipée du taux de change de l'euro sur cette période.

Notre agent va donc arbitrer entre ces deux rendements. Un agent américain ferait la même chose mais à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un...).

Cet arbitrage, effectué par l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une...) des agents et dans le cadre d'une circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) parfaite et libre des capitaux, nous amène à une égalisation de ces deux rentabilités (due aux choix de détention des différentes devises).

Cette égalisation implique l'équation (En mathématiques, une équation est une égalité qui lie différentes quantités, généralement pour poser le problème de leur identité. Résoudre l'équation consiste à déterminer toutes les façons de donner à certaines des...) suivante, nommée condition de parité des taux d'intérêt (PTI) :

  • id = if - (Et+1 - Et)/Et

Or, il y aura un rééquilibrage vers une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin...) dans laquelle on aura :

  • Rf = Rd

Ces rentabilités dépendent, comme nous venons de le voir, en premier lieu des taux d'intérêt anticipés et de la valeur anticipée du taux de change. Mais, de manière sous-jacente, cette dernière dépend des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) suivantes :

  • l'inflation anticipée relative
  • les variations des barrières commerciales relatives
  • les variations de demande de biens relatives
  • de la croissance anticipée relative

Toutes ces valeurs sont considérées comme relatives car elles sont à considérer à chaque fois relativement à l'autre économie. Plus clairement, si l'inflation anticipée est de 2% aux États-Unis ET dans la zone euro, l'inflation anticipée relative est nulle, donc aucun effet. Dans le cas des États-Unis nous pouvons nous demander si leur politique de déficits publics n'est pas en réalité une forme de politique monétaire. Cette politique aujourd'hui sert leur intérêt en leur permettant à travers la baisse du taux de change de leur monnaie d'obtenir un avantage compétitif par rapport aux autres pays développés (Les pays développés à économie de marché (PDEM) sont des pays dont la majorité de la population accède à tous ses besoins vitaux ainsi...).

Rôle économique des taux de change

Les taux de change (et les taux d'intérêts, qui leur sont étroitement liés) agissent bien entendu sur les prix à l'importation et à l'exportation, et sur le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution...) des flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans un sens...) de capitaux entre zones économiques.

De ce fait, les pays et zones économiques peuvent être tentés de manipuler les taux de change, sous prétexte souvent d'éviter la spéculation (en fait ces manipulations ont plutôt tendance à l'encourager), dans le but d'influencer :

  • la compétitivité de leurs produits et services
  • leur attractivité en matière de flux de capitaux.

Cas particulier du taux euro/dollar

Le taux de change dit euro/dollar est le cours de l'euro chiffré en dollar US, d'où la barre de fraction.

C'est l'instrument financier le plus actif et le plus traité du monde (Le mot monde peut désigner :). Sa valeur est donc un indicateur suivi en permanence non seulement par les milieux économiques et financiers, mais aussi par les médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer. Les médias permettent de...), tant spécialisés que généralistes, du monde entier.

Cette définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les...) est en fait, la valeur externe de l'euro par rapport au dollar américain. Le taux de change est l'inverse de cette fraction.

Profession (cambiste)

Ceux qui effectuent des opérations de change à titre professionnel sont appelés cambistes. Les banques en particulier ont des équipes de cambistes, tant pour réaliser les opérations propres de ces institutions sur le marché que pour satisfaire les besoins de change de leurs clients, par exemple, concernant les entreprises, pour leurs opérations de commerce international. Ils agissent comme market makers, c'est-à-dire qu'ils "font des prix", pour une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) soit standard soit spécifiée, et fournissent à la fois celui où ils achètent (bid, en anglais) et celui auxquels ils vendent (ask, en anglais).

L'unité utilisée aux US : ==Unité utilisée (pip)==

Les cambistes expriment l'unité de cotation d'un taux de change portant sur une couple de devises en points appelés pips. Pip est l'acronyme anglais de "price interest point", ou " point de swap " en français. À l'origine, comme son nom l'indique, celui-ci désignait l'unité de " déport " ou " report " du change à terme mais a fini par être appliqué à l'unité du marché au comptant. Il désigne la dernière décimale utilisée :

  • dans le cas de l'euro, c'est la quatrième décimale. Une cotation sur trois "pips", qui est la norme sur le marché interbancaire de l'euro/dollar, sera ainsi dans le premier exemple (1 EUR = 1,2345 USD) du paragraphe 1 ci-dessus : 1 EUR = 1,2343/1,2346 USD.
  • dans le cas du yen, ce sera la deuxième décimale, et une cotation sur quatre "pips" sera alors, toujours pour l'exemple ci-dessus, 1 USD = 110,93/110,97 JPY.

Le "pip" représente donc un pourcentage différent et non fixe pour chaque parité. Cet écart dépend :

  1. de la devise dans laquelle on choisit par convention d'exprimer le taux de change (l'" incertain " de la comparaison), l'autre étant prise pour unité de marchandise (le " certain ").
  2. du nombre de décimales de la cotation.

Ces écarts entre les cours "acheteur (L'acheteur est un métier qui consiste à gérer les achats dans une entreprise.)" et "vendeur" d'une devise contre une autre sont très inférieurs à ceux qu'un particulier peut constater lorsqu'il souhaite réaliser une opération de change dans une officine de change (ou à sa banque) pour un montant modeste.

Dans le premier exemple, la quotité (quantité minimale) d'une opération de change sur le Forex étant de 100 000 euros (la transaction standard étant plutôt en dizaines de millions), on notera qu'un pip pour une telle quantité échangée vaut 10 dollars. Dans le deuxième exemple, la quotité d'une opération de change étant de 100 000 dollars, un pip pour cette quantité vaut 1 000 yens (soit environ 9 dollars).

Bibliographie

  • Tractatus de Cambiis A' Rdo. (A Reverendo) Patre Fratre Fabiano Genuensi (…) In lucem editus atque ab eodem diligentissime examinatus & in melius reformatus multisque additionibus locupletatus. Genuae (Genova), apud Antonium Bellonum, 1569 de Fabiano Chiavari. Ce traité comprend une longue introduction et sept chapitres. Quoiqu'il condamne les changes simulés, il cherche à justifier comme licites et réels ceux de Lyon et de Besançon pratiqués sur une grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une...) par ses concitoyens.
Page générée en 0.118 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique