Ordre dorique
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Ordre dorique du Parthénon
Ordre dorique du Parthénon

L'ordre dorique est le plus simple, le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leur chapiteau à échine plate (nue, sans décors), par leur fût orné de 20 canelures et par l'absence de base (pour le dorique grec) ; la frise dorique se caractéries par ses triglyphes et ses métopes.

L'ordre dorique (L'ordre dorique est le plus simple, le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leur chapiteau à échine plate (nue, sans...) est aussi le plus ancien des ordres grecs (il apparait au Ve siècle av. J.-C.). Vitruve (Vitruve (Marcus Vitruvius Pollio) est un architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J.-C. (on ne connaît pas avec précision la période à laquelle il aurait vécu, on évalue sa naissance aux alentours de 90 avant Jésus-Christ et...) attribue son invention à Doros, fils d'Hellen. Ceux qui l'employèrent les premiers " mesurèrent, dit Vitruve, le pied d'un homme, et, trouvant qu'il était la sixième partie de la hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) du corps, ils appliquèrent à leurs colonnes cette proportion : quel que fut le diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre et limité par les points du cercle ou de la sphère. Le diamètre est aussi la longueur de ce...) de la colonne à son pied, ils donnèrent à la tige (La tige est chez les plantes à fleurs, l'axe, généralement aérien, qui prolonge la racine et porte les bourgeons et les feuilles. La tige se ramifie généralement en branches et rameaux formant...), y compris le chapiteau ( Un chapiteau est une grande tente où se produisent les cirques ; En architecture, un chapiteau est un élément de forme évasée qui couronne une colonne et lui transmet les...), une hauteur égale à six fois ce diamètre. " Ce n'est là qu'une légende.

Le protodorique doit-il être vu en Égypte dans les hypogées de Béni-Hassan (IXe siècle av. J.-C. ?). Certaines ressemblances sont indéniables ; mais c'est en Grèce seulement que l'ordre dorique a été appliqué dans sa perfection. Ce qui le caractérise, c'est l'absence de base : la colonne repose directement sur le soubassement général. Elle est ordinairement de forme tronconique ; sur le fût sont creusé des cannelures larges à vives arêtes, peu profondes et terminées dans le haut par une ligne droite. Le chapiteau n'a point (Graphie) d'astragale, mais seulement un ou plusieurs filets, qui séparent les cannelures du tore (Le terme tore a essentiellement deux acceptions distinctes, suivant les usages :). Celui-ci, qui se nomme échine (du grec echinos, cuvette), a une forme évasée, débordant beaucoup le fût de la colonne, et supporte une dalle carrée, sans moulures, appelée tailloir ou abaque. L'entablement (On appelle entablement :) offre le même caractère de simplicité et de force ; l'architrave (L'architrave est une partie de l'entablement qui porte horizontalement sur les colonnes, dans l'architecture antique et les styles qui s'en inspirent.) en est très élevé et entièrement lisse ; la frise, décorée de triglyphes (rainures verticales) et de métopes (enfoncements tantôt lisses, tantôt sculptés), en est la partie la plus riche ; la corniche (Une corniche est un couronnement continu en saillie d'un élément, d'un meuble (armoire par exemple) ou d'une construction. La corniche est le plus souvent horizontale, mais peut être également en pente si elle se...), enfin, présente des profils fort simple et se distingue par les mutules inclinées qui, selon Vitruve, simuleraient les forces de la toiture. Pour ajouter au caractère d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) et de solidité, les Grecs ont réduits parfois l'entrecolonnement à une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une...) telle, que les tailloirs semblent se toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants, l'exploration, la reconnaissance, la découverte de...). Au reste, les proportions des divers membres de cet ordre ont subi, en Grèce même, des variations assez sensibles. Ainsi, la diminution du fût varie du quart à la moitié du diamètre inférieur, et, au lieu de se produire suivant une ligne droite, elle est interrompue quelquefois par un léger renflement (entasis), comme on le voit dans le temple de Paestum.

Description

Le prototype de la colonne dorique (L'ordre dorique est le plus simple, le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leur chapiteau à échine plate (nue, sans décors), par leur fût orné de 20...) est une colonne en bois surmonté d'une pierre plate, qui sera ensuite le chapiteau (à Olympie, Pausanias, voyageur du IIe siècle, a vu des colonnes originales en bois du temple d'Héra encore en place). Les colonnes doriques les plus anciennes étaient très trapues (premier temple d'Aphaia à Egine), puis avec le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) elles s'affinent. De même le chapiteau, très aplati, se redresse et à l'époque hellénistique il s'écarte à peine du fût.

La hauteur de la colonne, comparée au diamètre inférieur, varie entre 4 diamètres et 5 diamètres 3/4 ; la dimension des entrecolonnements est de 1 diamètre environ ; le rapport de l'entablement à la colonne est à peu près de 1 à 3 ; la hauteur de l'architrave est généralement de 3/4 de diamètre ; celle de la frise, de un diamètre ; celle de la corniche, d'1/4 de diamètre ; celle du chapiteau, y compris l'échine, le tailloir et les filets, d'1/2 diamètre. Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de cannelures du fût varie de seize à vingt-quatre. Chaque triglyphe tombe à l'aplomb du milieu de chaque colonne et du milieu de chaque entrecolonnement, excepté le triglyphe de chaque extrémité, qui se trouve rapporté à l'angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) de l'entablement.

Outre ces différences dans les proportions et les divisions, l'ordre dorique a éprouvé, en Grèce, des variations assez remarquables de caractère et de style. La frise du Parthénon est ornée de bas-reliefs. La plus belle application qui ait été faite de ce système d'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) se voit à Athènes, dans les Propylées et le Parthénon.

Temple dorique de Ségeste, Sicile. Il fut inachevé
Temple dorique de Ségeste, Sicile (La Sicile (Sicilia en italien) est une région autonome d'Italie et la plus grande île de la Méditerranée. Son chef-lieu est la ville de Palerme. Le drapeau, la gorgone à trois jambes,...). Il fut inachevé

L'ordre dorique est l'ordre par excellence, celui dont les autres ordres ne sont que des émanations. Ce fut le système d'architecture que les Grecs employèrent dans le plus grand nombre de leurs monuments.

Les Romains firent subir au dorique de notables altérations : l'ordre gagna en élancement, mais perdit en force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au...) et en majesté ; sa forme cessa d'être pyramidale. Le chapiteau fut surtout modifié : l'échine et le tailloir devinrent moins saillants. La hauteur de l'entablement fut diminuée. les triglyphes se multiplièrent entre les entrecolonnements. La corniche reçut une cimaise (La cimaise est une moulure constituant le haut d'une corniche.), un larmier, et même des denticules ; on lui donna le tiers de la hauteur de l'entablement, au lieu du cinquième, et on réduisit en proportions inverses la dimension de l'architrave.

Autant le dorique grec est robuste, vivant et fier, autant le romain est dépourvu de fermeté, de caractère, de majesté.

Éléments de l'ordre dorique

Légende du dessin :

  • (lien) tympan du fronton
  • (lien) acrotère (Dans l'architecture classique, grecque et romaine antique, les acrotères sont des socles (piédestaux) soutenant des ornements, disposés au sommet ou sur les deux...)
  • (lien) cimaise (du fronton)
  • (lien) larmier
  • (lien) mutule (Mutule)
  • (lien) frise
  • (lien) triglyphe
  • (lien) métope (Intervalle à peu près carré, le plus souvent décoré de reliefs sous un bandeau horizontal.)
  • (lien) réglet
  • (lien) goutte
  • (lien) réglet de l'architrave
  • (lien) architrave
  • (lien) chapiteau
  • (lien) abaque
  • (lien) échine
  • (lien) colonne
  • (lien) cannelure
  • (lien) stylobate

Quelques exemples de l'ordre dorique

Dorique grec

  • Le temple d'Héra (Junon) à Argos
  • Le temple de Zeus (Jupiter) à Olympie
  • Le temple d'Apollon (Apollon (en grec ancien ?π?λλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu archer grec de la clarté solaire, de la raison, des arts et plus...) à Délos
  • Les Propylées, le Parthénon et la Stoa du roi d'Athènes
  • Le temple de Poséidon (Neptune) à Paestum
  • Le temple de Ségeste

Dorique romain

  • L'ordre inférieur du Colisée (Le Colisée, à l'origine amphithéâtre Flavien, est un amphithéâtre elliptique situé dans le centre de la ville de Rome, entre l'Esquilin et le Cælius, le plus grand...) de Rome
  • Le théâtre de Marcellus, à Rome

Dorique moderne

  • La basilique de Vicence, de Andrea Palladio
  • La cathédrale (Une cathédrale est, à l'origine, une église chrétienne où se trouve le siège de l'évêque (la cathèdre) ayant en charge un diocèse. Toutefois, il existe...) Saint-Louis de Versailles, de Jules Hardouin-Mansart (Jules Hardouin-Mansart né le 16 avril 1646 à Paris et mort le 11 mai 1708 à Marly-le-Roi fut un architecte français. Il fut Premier architecte du Roi Louis XIV.)
  • Lincoln Memorial, de Henry Bacon (Henry Bacon (1866 – 1924) est un architecte américain qui travailla sur le Lincoln Memorial à Washington DC.), à Washington DC
  • Le Petit Palais (Le Petit Palais est un monument historique de Paris, aujourd'hui utilisé comme musée des beaux-arts, qui fut construit à l'occasion de l'Exposition universelle de...) de Charles Girault (Charles-Louis Girault, né à Cosne-Cours-sur-Loire en 1851 et mort à Paris en 1932, est un architecte français.), à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle...)
Page générée en 0.331 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique