École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

ESPCI ParisTech
Nom original École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris
Informations
Fondation 1882
Type École d'ingénieurs publique (Ville de Paris)
Localisation
Ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être...) 10 rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait dans un réseau de...) Vauquelin, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la...)
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui...) France
Direction
Président Jean-Louis Missika
Directeur Jacques Prost
Chiffres clés
Étudiants 4 promos de 72 élèves-ingénieurs
Niveau Bac+5 à Bac+8 (école doctorale)
Divers
Affiliation ParisTech
IDEA League
Fédération Gay-Lussac
Site internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le...) www.espci.fr

L’École supérieure de physique et de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations...) industrielles de la ville de Paris, ou ESPCI ParisTech, est une grande école (Selon le ministère de l'éducation nationale français, une grande école est un établissement public d’enseignement supérieur qui recrute ses élèves par concours et assure des formations de haut...) d’ingénieurs fondée en 1882. Elle est située rue Vauquelin sur la montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la surface d'astres de type tellurique (planète tellurique, satellites comme la Lune), et faisant généralement partie d'une...) Sainte-Geneviève dans le cinquième arrondissement de Paris.

Elle forme chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) une promotion de 72 élèves-ingénieurs (40% de femmes), après quatre années d'études post-classes préparatoires. Les débouchés de cette École sont principalement dans la R&D, mais aussi dans d'autres fonctions techniques (production, retraitement) et de management.

Depuis 1997, l'école recrute par le même concours que l'École polytechnique, mais avec des coefficients différents, donnant la primauté aux épreuves de physique et de chimie et réservé aux élèves de la filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) PC des classes préparatoires. La formation dispensée en quatre ans est essentiellement scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) généraliste.

L'école possède un espace ouvert au public, visant à rapprocher la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai...) des citoyens, l'« espace Pierre-Gilles-de-Gennes ».

Le classement de Shanghai (Shanghai (chinois : 上海 ; en pinyin shànghǎi prononciation ; shanghaïen : zanhe ;...) 2010, qui classe les établissements d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un...) supérieur mondiaux, place l'ESPCI ParisTech (dénommée Industrial Physics and Chemistry Higher Educational Institution - Paris) en tête des écoles d'ingénieurs françaises, dans la même tranche (200-300) que l'École polytechnique. Elle y est classée dans la fourchette des 75-123 meilleures écoles et universités européennes et dans la fourchette 8-13 pour les meilleures écoles/universités françaises.

L'ESPCI ParisTech entretient des relations particulièrement étroites avec l'industrie à travers les nombreux contrats de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) entre les laboratoires de l’école et les laboratoires industriels. De plus, deux chaires ont été signées avec Michelin et Saint-Gobain (Saint-Gobain est une entreprise française qui produit, transforme et distribue des matériaux. Elle est présente dans 64 pays à travers le monde et elle emploie 191 500 personnes en 2009.). Enfin, chaque promotion est parrainée par une entreprise (Schlumberger, Cogema (Areva NC, précédemment Cogema[1] (Compagnie générale des matières nucléaires, jusqu'au 1er mars 2006), créée en 1976, est une entreprise française, filiale à 100 % du groupe public Areva,...), Rhodia, L'Oréal, Thales (Thalès de Milet appelé communément Thalès (en grec ancien Θαλής / Thalês), était un philosophe présocratique ionien né à...), Arkema (Arkema est un groupe français du secteur de la chimie.), Saint-Gobain, Michelin, Total).

L'ESPCI ParisTech est membre fondateur de ParisTech (lui-même membre d'IDEA League), de la Fondation Pierre-Gilles de Gennes (Pierre-Gilles de Gennes (né le 24 octobre 1932 à Paris et mort le 18 mai 2007 à Orsay[1]) est un physicien français.) pour la recherche et de la fondation Paris Sciences et Lettres - quartier latin. Elle est également membre de la Fédération Gay-Lussac et est engagée dans les pôles de compétitivité Medicen, Advancity et System@tic.

L'ESPCI ParisTech est parfois confondue à tort avec l'École supérieure de conception et de production industrielles (ESCPI), et, plus rarement, avec l'École des praticiens du commerce international (EPSCI).

Histoire

Pierre Curie (Pierre Curie (15 mai 1859 à Paris - 19 avril 1906 à Paris) est un physicien autodidacte français. Il est principalement connu pour ses travaux en radioactivité et en piézoélectricité. Lui et son épouse, Marie Curie, pionniers de...), professeur de l'École (1882-1906)
Frédéric Joliot, ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de...) de la 39°

L'école a été fondée en 1882, sous l'égide de la ville de Paris, pour former des ingénieurs physiciens et chimistes.

L'histoire de l'école est marquée par les découvertes de ses sept Prix Nobel : Pierre Curie (1903, Nobel prize medal.svg physique) et Marie Curie (Marie Curie (née Maria Skłodowska le 7 novembre 1867 à Varsovie, Pologne - 4 juillet 1934 à Sancellemoz, France) est une physicienne polonaise naturalisée française.) (1903, Nobel prize medal.svg physique ; 1911, Nobel prize medal.svg chimie) pour la radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le thorium, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux...), Irène Joliot-Curie (Irène Joliot-Curie (12 septembre 1897 - 17 mars 1956) était une chimiste et une physicienne française. Épouse de Frédéric Joliot-Curie, leurs travaux en radioactivité artificielle leur ont valu le prix Nobel de chimie en 1935.) (1935, Nobel prize medal.svg chimie) et Frédéric Joliot-Curie (Jean Frédéric Joliot (19 mars 1900 à Paris (16è arr.) - 14 août 1958 à Paris) était un physicien français.) (1935, Nobel prize medal.svg chimie) pour la radioactivité artificielle, Pierre-Gilles de Gennes (1991, Nobel prize medal.svg physique) pour ses travaux sur les cristaux liquides (Un cristal liquide est un état de la matière qui combine des propriétés d'un liquide conventionnel et celles d'un solide cristallisé. On exprime son...) et les polymères et Georges Charpak (Georges Charpak, né le 1er août 1924 à D?browica en Pologne (aujourd'hui en Ukraine), est un physicien français, lauréat du prix Nobel de physique 1992.) (1992, Nobel prize medal.svg physique) pour la chambre à fils (Une chambre à fils (ou plus précisément chambre proportionnelles multifilaires) est un détecteur de particules ionisées inventé en 1968 par le prix Nobel de physique Georges Charpak.).

La bibliothèque conserve les fonds du centre de ressources historiques constitués à partir de documents anciens et de photographies en rapport avec l'histoire de l'école.

Directeurs de l'école

Fernand Holweck, ingénieur de la 26°
Georges Charpak, professeur de l'école, par le Studio Harcourt.
Pierre-Gilles de Gennes, directeur de l'école (1976-2003), par le Studio Harcourt.
  • Paul Schützenberger (Paul Schützenberger (23 décembre 1829, Strasbourg - 26 juin 1897, Mézy-sur-Seine) est un chimiste alsacien. Il est le premier à fabriquer de l'acétate de cellulose.) (1882-1896)
  • Charles Lauth (Charles Lauth, né à Strasbourg le 28 septembre 1836 et mort à Nice le 2 décembre 1913 (inhumé le 9 décembre 1913 au cimetière du Montparnasse), est un chimiste français, directeur de l'ESPCI ParisTech...) (1897-1904)
  • Albin Haller (1905-1924)
  • Paul Langevin (1925-1946)
  • René Lucas (1947-1968)
  • Georges Champetier (1969-1975)
  • Pierre-Gilles de Gennes (1976-2003)
  • Jacques Prost depuis 2003

En dehors de Charles Lauth, tous les directeurs de l'école ont été élus à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant...).

Directeurs des études

  • Charles Gariel (1896-1905)
  • Paul Langevin (1906-1925)
  • Hippolyte Copaux (1926-1934)
  • André Debierne (1934-1941)
  • René Lucas (1941-1947)
  • Georges Champetier (1947-1969)
  • Jean Uebersfeld (1969-1976)
  • Lucien Monnerie (1976-1996)
  • Jacques Duran (1996-2003)
  • Françoise Lafuma (2003-2009)
  • Marc Fermigier depuis 2009

Directeurs scientifiques

  • Jacques Badoz (1969-1976)
  • Jacques Lewiner (1976-2001)
  • Claude Boccara (1999-2009)
  • François Lequeux depuis 2009
Page générée en 0.011 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique