Fond diffus cosmologique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Carte de la sphère céleste montrant les fluctuations (ou anisotropie) du fond diffus cosmologique observées par le satellite WMAP (juin 2003)

Le fond diffus cosmologique est le nom donné au rayonnement électromagnétique (Un rayonnement électromagnétique désigne une perturbation des champs électrique...) issu de l'époque dense et chaude qu'a connue l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) par le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...), le Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a...). Bien qu'issu d'une époque très chaude, ce rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de...) a été dilué et refroidi par l'expansion de l'Univers et possède désormais une température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...) très basse de 2,726 K (-270,424°C). Le domaine de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...) d'onde (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible...) dans lequel il se situe est celui des micro-ondes, entre l'infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde...) et les ondes radio. Plus précisément, les longueurs d'onde (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation...) et fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un...) typiques du rayonnement sont respectivement 3 mm et 100 GHz.

Le fond diffus cosmologique (Le fond diffus cosmologique est le nom donné au rayonnement électromagnétique issu...) est une conséquence des scénarios des théories de Big Bang et son existence a été prédite dans ce cadre-là. Sa prédiction remonte à la fin des années 1940, par Ralph Alpher, Robert Herman et George Gamow. Sa découverte, quelque peu fortuite, a été l'œuvre de deux chercheurs des laboratoires de Bell (Bell Aircraft Corporation est un constructeur aéronautique américain fondé le 10 juillet 1935....), Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson, en 1964. Tous deux ont été récompensés du Prix Nobel de physique (Le prix Nobel de physique est une récompense gérée par la Fondation Nobel, selon les...) en 1978.

En 2010, le fond diffus cosmologique est un sujet de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) extrêmement actif du fait qu'il donne un aperçu de l'Univers tel qu'il était très peu de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) après le Big Bang (environ 380 000 ans plus tard). En particulier, ce rayonnement présente d'infimes variations de température et d'intensité avec la direction, qui permettent d'obtenir quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) d'informations sur l'Univers jeune et sur son contenu actuel. Les premières fluctuations de température du fond diffus cosmologique ont été mises en évidence par le satellite artificiel (Un satellite artificiel est un objet fabriqué par l'homme, envoyé dans l'espace à...) Cosmic Background Explorer en 1992 et ont valu au responsable de l'instrument ayant permis cette découverte, George Fitzgerald Smoot (George Fitzgerald Smoot III (20 février 1945 à Yukon, Floride, États-Unis)...) le Prix Nobel de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) 2006, qu'il partagea avec le responsable d'un autre instrument du satellite (Satellite peut faire référence à :), John C. Mather.

Ce faible rayonnement est aussi connu sous le nom de « rayonnement fossile » ou « rayonnement à 3 K » (en référence à sa température). Aucun de ces noms ne correspond exactement à sa traduction anglaise de Cosmic Microwave Background Radiation ou désormais Cosmic Microwave Background (littéralement « (rayonnement) micro-onde (Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques de longueur d'onde intermédiaire entre...) de fond cosmique »). En français, l'abréviation la plus couramment utilisée pour le nommer est CMB, issu de l'anglais. On trouve également les abréviations anglaises CMBR et françaises FDC (plus rarement).

Découverte

En 1964, les radio-astronomes Penzias et Wilson, des laboratoires de la compagnie Bell Telephone, disposent d'une antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de...) qui servait initialement à la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...) avec les satellites Echo puis Telstar 1 (Premier satellite américain privé (Bell Laboratories) de l'histoire astronautique, Telstar 1 fut...). Ils souhaitaient transformer cette antenne en radio-télescope pour mesurer le rayonnement dans le domaine radio de la Voie lactée (La Voie lactée (appelée aussi « notre galaxie », ou parfois...). Pour ce faire, ils avaient besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est...) de calibrer correctement l'antenne, et en particulier de connaître le bruit de fond (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son....) généré par celle-ci ainsi que par l'atmosphère terrestre (L'atmosphère terrestre est l'enveloppe gazeuse entourant la Terre solide. L'air sec se compose...). Ils découvrent ainsi accidentellement un bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son....) supplémentaire d'origine inconnue au cours d'observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) faites sur la longueur d'onde 7,35 cm. Ce bruit, converti en température d'antenne, correspondait à une température du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) de 2,7 K, ne présentait pas de variations saisonnières, et ses éventuelles fluctuations en fonction de la direction ne dépassaient pas 10 %. Il ne pouvait donc s'agir du signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe...) émis par la Voie lactée qu'ils cherchaient à découvrir.

Penzias et Wilson ne connaissaient pas les travaux des cosmologistes de leur époque, et c'est presque par hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon...) qu'ils les découvrent. Penzias mentionne fortuitement sa découverte au radio-astronome Bernie Burke, qui lui dit savoir de Ken Turner que James Peebles a prédit l'existence d'un rayonnement de quelques kelvins, et qu'une équipe composée de Dicke, Roll et Wilkinson de l'université de Princeton (L'université de Princeton (Princeton University) est située dans la ville de Princeton...) est en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) de construire une antenne pour le détecter. Penzias prend alors contact avec Dicke pour lui faire part de ses résultats. Ils décident alors de publier conjointement deux articles, l'un signé de Penzias et Wilson décrivant la découverte du fond diffus cosmologique, l'autre signé par Peebles et l'équipe de Dicke en décrivant les conséquences cosmologiques. L'histoire raconte que lorsque Dicke apprit la découverte de Penzias, il dit à ses collaborateurs une phrase restée célèbre : Well boys, we have been scooped (litt. « Les gars, nous nous sommes faits devancer » ). L'on ne sait pas bien si ces derniers auraient pu effectivement détecter ce rayonnement avec les moyens dont ils disposaient mais cela semble probable. Ils ont en tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) cas détecté le fond diffus cosmologique à la longueur d'onde de 3 cm dans le courant de l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) 1965.

Penzias et Wilson recevront chacun 1/4 du prix Nobel de physique 1978 pour leur découverte.

Il a parfois été dit que les publications conjointes de Penzias et Wilson et de l'équipe de Dicke résultaient d'une tentative de ces derniers d'acquérir le bénéfice de la découverte et obtenir le Prix Nobel. Cela semble peu probable, Penzias et Wilson ayant déclaré par la suite qu'ils préféraient publier leur mesure à part, au motif « que leur mesure était exacte, alors que l'interprétation de Peebles n'était qu'une interprétation qui pourrait s'avérer fausse.» En fait, Wilson était même à l'époque partisan de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) de l'état stationnaire, il était donc, sans doute, réticent.

C'est à George Gamow que l'on attribue la prédiction du fond diffus cosmologique. Gamow a effectivement prédit l'existence d'un rayonnement issu du Big Bang, mais n'en avait pas prédit le spectre de corps noir (En physique, un corps noir désigne un objet idéal dont le spectre électromagnétique ne dépend...). C'est A. G. Dorochkevitch et I. D. Novikov qui, en 1964, sont les premiers à prédire que le spectre du rayonnement doive être celui d'un corps noir et donc situé dans le domaine micro-onde. Ces auteurs vont même jusqu'à citer l'antenne des laboratoires Bell comme le meilleur outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son...) pour détecter ce rayonnement. En 1961, E. A. Ohm avait rédigé un rapport interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la...) décrivant les performances de cette antenne. Mais, se basant sur ce rapport, Dorochkevitch et Novikov concluront que ce rayonnement n'a pas été observé. Il s'agissait cependant d'une erreur d'interprétation de leur part : le rapport de Ohm mentionnait une quantité Tsky, mesurée à 2,3 K, représentant la contribution de l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) terrestre. Dorochkevitch et Novikov semblent avoir interprété cette quantité comme la somme de la contribution atmosphérique et du fond du ciel. Le température de 2,3 K correspondant à la contribution atmosphérique telle qu'elle était estimée à l'époque, ils ont alors conclu que la contribution du fond ciel devait être limité à une fraction de 2,3 K, en désaccord avec les prédictions de Gamow.

Sources (en anglais) de cette partie

  • Site Nobel : Discours de Arno A. Penzias, The origin of elements, 1978
  • Société brésilienne de physique, History of 2.7 K Temperature Prior to Penzias and Wilson, 1995
  • Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Cincinnati, Cours d'astrophysique (L’astrophysique (du grec astro = astre et physiqui = physique) est une branche...), Ch. 23 - Cosmology Part 2
  • Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...) Magazine, The Afterglow of Creation, Marcus L6th
  • Cambridge University Press, Cambridge University Press, The Cosmological Background Radiation, Marc Lachièze-Rey et Edgard Gunzid
  • Astrophysics and Cosmology, Cosmic Microwave Background Timeline
  • Michigan State University, Cours Radiation from the Big Bang
  • American Scientific Affiliation, Arno A. Penzias: Astrophysicist, Nobel Laureate, Jerry Bergman
  • Site non-officiel Stephen Jay Gould, Citations diverses sur le Big Bang
Page générée en 0.103 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique