Gaston Bachelard - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Gaston Bachelard
Philosophe français
XXe siècle

Naissance 27 juin 1884 (Bar-sur-Aube)
Décès 16 octobre 1962 (Paris)
École/tradition Rationalisme en épistémologie, surréalisme en poésie
Principaux intérêts Épistémologie, philosophie des sciences, mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les mathématiques...), physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...), poésie, littérature
Idées remarquables Psychanalyse (Dans le définition qu'en donnait Sigmund Freud , la psychanalyse est le nom :) de la connaissance objective
Obstacle épistémologique
Théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée...) poétique des quatre éléments (Dans le cadre de la philosophie naturelle, la théorie des quatre Éléments est une façon traditionnelle de décrire et d'analyser le monde.)
Œuvres principales La formation de l'esprit scientifique
La psychanalyse du feu
L'eau et les rêves
Influencé par Kant, Hegel, Comte, Nietzsche, Lautréamont, Freud, Bergson, Jung
A influencé Canguilhem, Althusser, G. Durand, Simondon, Dagognet, Foucault, J.-L. Le Moigne, D. Lecourt, P. Sloterdijk, D. Parrochia

Gaston Bachelard, né à Bar-sur-Aube le 27 juin 1884 et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus...) à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...) le 16 octobre 1962, est un philosophe français des sciences et de la poésie.

Épistémologue reconnu, il est l'auteur d'une somme de réflexions liées à la connaissance et à la recherche scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...). Il invente ce qu'il appelle la « psychanalyse de la connaissance objective », inspirée par les travaux de Jung, qui étudie les obstacles affectifs dans l'univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) mental du scientifique et de l'étudiant, obstacles qui les empêchent de progresser dans la connaissance des phénomènes. Dans la Philosophie du non, il analyse des exemples tirés de la logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison, langage, et raisonnement) est...), de la physique ou encore de la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces...).

Bachelard renouvelle l'approche philosophique et littéraire de l'imagination, s'intéressant à des poètes et écrivains (entre autres Lautréamont, Edgar Poe, Novalis), au symbolisme ou encore à l'alchimie (L'alchimie est une discipline qui recouvre un ensemble de pratiques et de spéculations en rapport avec la transmutation des métaux. L'un des objectifs de l'alchimie est le grand...).

Il interroge alors les rapports entre la littérature et la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce...), c'est-à-dire entre l'imaginaire et la rationalité. Ils peuvent être conflictuels ou complémentaires. Une image au fort pouvoir affectif provoquera des illusions pour le scientifique (l'image du feu par exemple pourra obstruer la connaissance de l'électricité). Mais cette même image produira en littérature des effets inattendus et surchargés poétiquement : son pouvoir de fascination sera très important (chez Novalis ou Hölderlin par exemple pour l'image du feu). La rêverie poétique « sympathise » intimement avec le réel, tandis que l'approche scientifique est « antipathique » : elle prend ses distances avec la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne...) affective du réel. L'imagination pourra cependant aider à la construction des modèles scientifiques.

Biographie

  • 27 juin 1884 : Gaston, Louis, Pierre, né en Champagne, à Bar-sur-Aube, d'une famille d'artisans cordonniers.
  • 1895-1902 : Études secondaires au collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) de Bar-sur-Aube.
  • 1902 à 1903 : Répétiteur au collège de Sézanne.
  • 1903 à 1905 : Surnuméraire des Postes et Télégraphes à Remiremont.
  • 1906 à 1907 : Service militaire comme cavalier télégraphiste au 12e Régiment de Dragons de Pont-à-Mousson.
  • 1907 à 1913 : Commis des Postes et Télégraphes à Paris, (bureau de la gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :) de l'Est).
  • 1913 à 1914 : En disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou système est opérationnel par la durée totale...) pour préparer le concours d'élèves ingénieurs des Télégraphes (bourse en mathématiques spéciales au lycée Saint-Louis).
  • 8 juillet 1914 : Mariage avec Jeanne Rossi, une jeune institutrice de son pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus...).
  • Mobilisé du 2 août 1914 au 16 mars 1919, 38 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de tranchées dans les unités combattantes, Croix de guerre (citation à l'ordre de la division).
  • 1919-1930 : Professeur de physique et de chimie au Collège de Bar-sur-Aube.
  • 20 juin 1920 : Veuf, avec une petite fille, Suzanne.
  • 1920 : Licencié en philosophie après un an d'études.
  • 1922 : Agrégé de philosophie. Enseigne à Bar-sur-Aube la philosophie, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en continuant son enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication...) dans les sciences expérimentales.
  • 23 mai 1927 : Docteur ès lettres (Sorbonne). Thèses soutenues sous les patronnages respectifs d'Abel Rey et de Léon Brunschvicg.
  • Octobre 1927 : Chargé de cours à la faculté des lettres de Dijon.
  • 1930 à 1940 : Professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Dijon. Amitié avec Gaston Roupnel.
  • 1940 à 1954 : Professeur à la Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du...) (chaire d'histoire et de philosophie des sciences, où il succède à Abel Rey), directeur de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) d'histoire des sciences (L'histoire des sciences est l’étude de l'évolution de la connaissance scientifique. La science, en tant que corpus de connaissances mais...) et des techniques.
  • 1951 : Officier de la Légion d'honneur.
  • 1954 : Professeur honoraire à la Sorbonne, chargé de l'enseignement correspondant à sa chaire pour l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) universitaire 1954-1955.
  • 1955 : Élu à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant...) morales et politiques, fauteuil d'Edouard Le Roy.
  • 1960 : Commandeur de la Légion d'honneur.
  • 1961 : Grand Prix national des Lettres.
  • 16 octobre 1962 : Mort à Paris. Inhumé le 19 à Bar-sur-Aube.
Page générée en 0.107 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique