Howard Hughes - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Influence sur l'aviation

le H-4 Hercules dit "Spruce Goose", projet aéronautique d'hydravion transatlantique de Hughes, superlatif en termes de records comme en échec

Passionné d'aviation (L'aviation est une activité aérienne définie par l'ensemble des acteurs,...), Howard Hugues prend ses premiers cours de pilotage à 14 ans. Au début des années 1930, il fonda Hughes Aircraft Company en tant que filiale de Toolco. Son premier projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) fut le H-1 racer qu'il pilota et avec lequel il battit plusieurs records de vitesse (On distingue :) vers 1935. C'était un appareil dont les lignes épurées et le train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) d'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme....) rétractable favorisaient la stabilité et la vitesse. Il battit aussi des record d'endurance (L'endurance est la capacité de maintenir dans le temps un certain niveau d'intensité...). Le 10 juillet 1938, il acheva un tour du monde (Le mot monde peut désigner :) à bord de son Lockheed (La Lockheed Corporation (d'abord appelée la Loughead Aircraft Manufacturing Company)...) L-14 Super Electra Spirit of J&B dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) record, pour l'époque, de 91 heures (L'heure est une unité de mesure  :) et 14 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...). Lors de ce tour du monde, il traversa par surprise l'Allemagne nazie malgré l'interdiction d'Adolf Hitler. Il essayait lui-même les prototypes de la Hughes Aircraft Company. De 1929 à sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...), il allait totaliser quatorze blessures graves à la tête, traumatisant gravement son squelette (Le squelette est une charpente animale rigide servant de support pour les muscles. Il est à la...) et son système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des...).

En 1939, il devint le principal actionnaire de TWA (alors Transcontinental & Western Air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...), Inc.) une des Big Four -les quatre principales compagnies aériennes américaines- pour 15 millions de dollars. Le projet et le financement du Boeing (Boeing (nom officiel en anglais The Boeing Company) est l'un des plus grands constructeurs...) Stratoliner et du Lockheed L-1049 Constellation qu'il acheta pour TWA. Lorsque le Constellation fut prêt pour son vol de test en 1944, Hughes fit peindre l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale...) sous les couleurs rouges de TWA et vola, non-stop, à travers les États-Unis en battant le record de 7 heures qu'il détenait depuis 1937. Bien que les vols réguliers ne fussent pas directs, le Constellation marqua une étape cruciale dans le service aérien qui permettait d'aller d'un océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau...) à l'autre, réduisant la traversée des États-Unis d'environ 8 heures.

Il créa un groupe d'entreprises qui construisirent des avions militaires, des hélicoptères de combat, des missiles et des satellites (Satellite peut faire référence à :), mais aussi des systèmes radar (Le radar est un système qui utilise les ondes radio pour détecter et déterminer la...) et des équipements militaires et de télécommunication. Sa société Hughes Aircraft Company développa l'hélicoptère (Un hélicoptère est un aéronef à voilure tournante dont le ou les rotors...) de combat Apache et fut finalement rachetée par McDonnell Douglas (McDonnell Douglas était un constructeur aéronautique américain. Il est né de la fusion entre...) en 1984.

Fin de vie

Hughes passa les huit dernières années de sa vie alité toute la journée en regardant des films, vivant nu, drogué à la morphine (La morphine (du grec Μορφεύς, Morphée dieu du...) puis à la codéine (La codéine (ou méthylmorphine) est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot...) (on lui avait prescrit de la codéine pour soigner des douleurs squelettiques liées à un grave accident dans un avion qu'il pilotait). Il ne coupait jamais ni sa barbe, ni ses cheveux, ni ses ongles.

À 70 ans, il avait perdu dix centimètres en taille et ne pesait plus que quarante kilos, souffrant d’insuffisance rénale, de malnutrition (La malnutrition désigne un état pathologique causé par la déficience ou...), et atteint d’une syphilis (La syphilis (vulgairement appelée vérole) est une maladie vénérienne,...) tertiaire qui lui avait endommagé irrémédiablement le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...). Sa mort fut annoncée le 5 avril 1976. On ne put l'identifier que par ses empreintes digitales, complétées de témoignages sur l'honneur de son personnel.

Dans les œuvres de fiction

  • Au cinéma :
    • Les Ambitieux (The Carpetbaggers) (1964), film d'Edward Dmytryk
    • les diamants sont éternels 1971 le septième james bond au cinéma (On nomme cinéma une projection visuelle en mouvement, le plus souvent sonorisée. Le terme...), dans lequel le milliardaire Willard Whyte n'a pas été vu depuis plusieurs années et ne communique que par telex ou téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix...).Le H.H. a été remplacé par W.W., et le prénom fini toujours par "ard"

Jimmy Dean (VF : Francis Lax) : Willard Whyte

    • Vérités et mensonges (1975) d'Orson Welles.
    • Hughes and Harlow: Angels in Hell (1977) , film de Larry Buchanan
    • Melvin and Howard (1980), film de Jonathan Demme
    • Tucker: The Man and His Dream (1988), film de Francis Ford (Ford Motor Company, généralement appelée simplement Ford, est un constructeur automobile...) Coppola où Hughes est interprété par Dean Stockwell.
    • The Rocketeer (1991), film de fiction qui le fait intervenir également.
    • Aviator (The Aviator) (2004), est une biographie de Howard Hughes (Howard Robard Hughes (24 décembre 1905 à Houston - 5 avril 1976...) filmée par Martin Scorsese avec Leonardo DiCaprio dans le rôle d'Howard Hughes.
    • Faussaire (The Hoax) (2006), réalisé par Lasse Hallström, relate l'histoire de Clifford Irving auteur d'une biographie fantaisiste de Hughes, interprété par Richard Gere.

C'est aussi Howard Hugues qui a inspiré le créateur de Marvel en créant son personnage Ironman, un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) riche puissant, atteint d`une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) et donc plus humain et le seul des personnages à être "humain" et sans mutations. D'autre part le personnage de Tony Stark est un grand séducteur tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) comme Howard Hugues.

  • À la télévision :
    • Howard Hughes se retrouve aussi symboliquement dans le personnage de Victor Newman pilier (Un pilier est un organe architectural sur lequel se concentrent de façon ponctuelle les...) central de la célèbre série américaine Les Feux de l'amour.
    • Une référence à Howard Hughes est également à voir dans le 10e épisode de la 5e saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de...) de la série animée Les Simpson (L'Enfer du jeu). M. Burns ouvre un casino à Springfield et y vit reclus dans une chambre, se laissant pousser la barbe et les ongles et réagissant de façon paranoïaque à de supposées attaques de microbes. Dans l'épisode où tout Springfield doit s'approvisionner en médicaments au Canada (Papy fait de la contrebande), M. Burns prête son avion gigantesque, le Plywood Pelican (une référence directe au Spruce Goose), pour aller chercher des médicaments et ainsi sauver Smither.
  • Dans les bandes dessinées :
    • Les aventures de Paulette de Pichard et Wolinski, Howard Hughes est représenté sous le nom de Oardiug dans la bande dessinée
    • Dans la série Pin up, scénario de Yann et dessin de Philippe Berthet - éd. Dargaud - Howard Hugues est présent dans plusieurs aventures dont Blackbird (1998), Colonel Abel (1999) et Gladys (2000).
    • Dans la série Arcane majeur, scénario de Jean-Pierre Pécau et dessin de Damien - éd. Delcourt - Howard Hugues est un personnage central du premier cycle.
  • Dans les chansons :
    • Howard chanson interprétée par Dominique Gozzi en 1988, face b du disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une...) T'aimer comme ça, paroles et musique de Didier Barbelivien.
    • Howard Hugues, paroles d'Élisa Point (Graphie), musique de Jean-Michel Jarry, chanté par Élisa Point en 1996 sur son album L'Assassine.
    • Howard Hughes interprété par le groupe gothique Rasputina, sur l'album Thanks for the Ether.
  • Dans la littérature :
    • Howard Hugues est un personnage récurrent des romans noirs de James Ellroy, jouant notamment un rôle important dans sa trilogie Underworld USA.

Notes

  1. On se rappellera que l'époque était aux études de guerre bactériologique, et que Sinatra ne faisait pas mystère non plus de ses relations avec les milieux parallèles

Bibliographie

  • À Howard Hugues : Une modeste proposition (To Howard Hugues: A modest proposal, in 1974), dans Le livre d'or de Joe Haldeman - éd. Presses Pocket
  • Citizen Hughes' de Michael Drosnin - éd. Presses de la Renaissance 1984 - 550 pages
  • François Forestier, Howard Hughes : l'homme aux secrets. Paris : le Grand livre (Le Grand Livre (titre original : The Doomsday Book) est un roman de science-fiction de Connie...) du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...), 2005. 459 p.-[8] p. de pl., 24 cm. .
  • James Phelan, Howard Hughes : les années cachées. Montréal : Stanké, 1977. 270 p.-, 21 cm. .
Page générée en 0.115 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique