Licence publique générale GNU

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Licence publique générale GNU - Définition

Introduction

Licence publique générale GNU
Licence de logiciel
Dernière version (en) 3
Approuvée par l'OSI Oui (versions 2.1 et 3.0)
Compatible GPL Oui
Logo du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) GNU (GNU est un projet de système d'exploitation composé exclusivement de logiciels libres.), un gnou (Les gnous sont les deux espèces de bovidés du genre Connochaetes. Ils sont herbivores et...) (jeu de mots sur l'homophone)

La Licence publique générale GNU, ou GNU General Public License (son seul nom officiel en anglais, communément abrégé GNU GPL voire simplement « GPL ») est une licence qui fixe les conditions légales de distribution des logiciels libres du projet GNU. Richard Stallman et Eben Moglen (Eben Moglen est professeur de droit et d'histoire du droit à l'école de droit de Columbia. Il est...), deux des grands acteurs de la Free Software Foundation (La Free Software Foundation (que l'on peut traduire par « Fondation pour le logiciel...), en furent les premiers rédacteurs. Sa dernière version est la « GNU GPL version 3 » publiée le 29 juin 2007.

Cette licence a depuis été adoptée, en tant que document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une...) définissant le mode d'utilisation, donc d'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) et de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de...), par de nombreux auteurs de logiciels libres, en dehors des projets GNU.

Principe de la licence GPL

La GPL met en œuvre la notion de copyleft, un jeu de mots anglais faisant référence à la notion de copyright (right en anglais signifie à la fois le droit, c'est-à-dire la règle juridique, et la droite, qui marque une direction) que l'on peut transposer en français en parlant de gauche d'auteur par référence au droit d'auteur. Pour autant le copyleft n'est pas l'antithèse du copyright, bien au contraire, puisqu'en réalité le premier s'appuie sur le second. Ainsi le copyleft comme le copyright définissent et encadrent les droits des utilisateurs de façon contraignante. Si le mécanisme est le même, les objectifs différent : là où le copyright garantit exclusivement les droits de l'auteur, le copyleft s'attarde en outre tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) particulièrement sur les droits des utilisateurs et vise à préserver la liberté d'utiliser, d'étudier, de modifier et de diffuser le logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements...) et ses versions dérivées.

La GPL est la licence de logiciel (Une licence de logiciel est un contrat par lequel le titulaire des droits d'auteur sur un programme...) libre la plus utilisée. En avril 2004, 74,6 % des 23 479 projets libres listés sur le site Freshmeat et 68,5 % des 52 183 projets libres listés sur SourceForge.net étaient publiés sous licence GPL. Certains contestent cette méthode de mesure en affirmant qu'elle relève du quantitatif (nombre de projets) et ne rend pas compte du qualitatif (utilité des logiciels), mais nul ne conteste depuis longtemps que de nombreux utilisateurs emploient une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) croissante de logiciels diffusés sous GPL.

La GNU GPL a une licence sœur, la LGPL (GNU Lesser General Public License et plus anciennement GNU Library General Public License), une version modifiée pour être moins contraignante quant à son utilisation dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le...) de cohabitation avec des logiciels propriétaires. Elle a une autre licence sœur, la GFDL (GNU Free Documentation License) qui, elle, est applicable aux manuels, livres ou autres documents écrits. Cette dernière présente toutefois des inconvénients, mis en avant par le projet Debian ; on peut choisir à sa place la GPL, qui est tout à fait applicable à un livre, article de carnet (Le Croatian Academic and Research Network ou CARNet est l'organisme responsable du réseau...) Web ou autre création.

Son histoire

La GNU GPL (abrégé GPL) a été écrite par Richard Stallman pour être utilisée sur les programmes du projet GNU. Elle est basée sur l'assemblage des licences utilisées par GNU Emacs (GNU Emacs est l'une des deux versions les plus populaires de l'éditeur de texte Emacs (l'autre...), GNU Debugger (Le GNU Debugger également appelé gdb est le débogueur standard du projet GNU. Il est portable...) (GDB) et la GNU Compiler Collection (En informatique, GCC, abréviation de GNU Compiler Collection, est le compilateur créé par le...) (GCC). Ces licences contiennent des clauses identiques, mais elles sont spécifiques à chaque programme. Le but de Stallman est de produire une licence unique qui pourra être utilisée pour chaque projet et que cette licence permette au plus grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de projets de partager leur code source (Le code source (ou les sources voire le source) est un ensemble d'instructions écrites dans un...). C'est ainsi que naquit la GPL version 1 en février 1989.

En 1990, il était devenu évident qu'une licence moins restrictive serait utile pour quelques bibliothèques logicielles. Ainsi, quand la version 2 de la GPL apparut en juin 1991, une nouvelle licence fut créée, la GNU Library General Public License (abrégé GNU LGPL ou LGPL) prenant elle aussi la version 2 pour marquer leur lien de parenté. Les numéros de versions sont devenus différents en 1999 quand la version 2.1 de LGPL est arrivée. La LGPL a changé de nom en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) afin de mieux réflèter sa place par rapport à l'esprit GNU : elle s'appelle désormais la GNU Lesser General Public License (toujours abrégé GNU LGPL ou LGPL).

En 2005, Richard Stallman a commencé à écrire la version 3 de la GPL. En 2006, la Free Software Foundation a commencé une consultation du public d'une durée de 12 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) sur les possibles changements de la GPL version 3. Le processus est géré par la Free Software Foundation, la Software Freedom Law Center et la Free Software Foundation Europe. La troisième version de la GPL a été publiée le 29 juin 2007. Le premier projet à utiliser la nouvelle version de la licence est le logiciel d'archivage (L'archivage est l'action de mettre en archive, d'archiver. Employé surtout à l'origine pour les...) tar, version 1.18, publié par la FSF elle-même. Le 20 novembre 2007, 1 162 projets avaient migré vers la GPL version 3.

Page générée en 0.007 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique