Numéro Trois
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

D'Anna Biers
Personnage de fiction apparaissant dans
Battlestar Galactica
Alias Numéro Trois (Numéro Trois est un personnage fictif de la série télévisée Battlestar Galactica, interprétée par Lucy Lawless.)
Origine Monde (Le mot monde peut désigner :) cylon
Décès Téléchargement
Héros
Le Passage
Extase
Genre Féminin
Espèce Cylonne
Activité(s) Infiltrée, Reporter
Affiliation Cylons
Créé par Ronald D. Moore
Interprété par Lucy Lawless
Série(s) Battlestar Galactica
Première apparition La Dernière Séquence
Dernière apparition Extase
Saison(s) 3
Épisode(s) 16

Numéro Trois est un personnage fictif de la série télévisée Battlestar Galactica, interprétée par Lucy Lawless.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Le modèle humanoïde cylon Numéro Trois a l'apparence d'une femme blonde, trentenaire.

D'anna Biers

Le modèle cylon Numéro Trois, connu par la flotte sous le nom de D'anna Biers, s'est infiltrée en tant que reporter colonial pour le service de presse de la flotte. Biers semble être plus une journaliste (Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. On parle également de reporter (de l'anglais : report, rapporter) car il...) de tabloïds aimant (Un aimant est un objet fabriqué dans un matériau magnétique dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive sont grands (voir ci-dessous). Cela lui donne des propriétés...) les rumeurs qu'une journaliste conventionnelle de la flotte, comme James McManus.

Biers enquête sur le meurtre de quatre civils durant une intervention militaire ordonnée par le colonel Tigh qu'elle surnomme le massacre du Gideon pour un effet de sensationnalisme. Ses efforts pour interviewer l'équipage du Galactica sont constamment déroutés par le protocole militaire et l'impassibilité du commandant Adama, qui prend connaissance secrètement des erreurs de Tigh mais semble disposé à ne pas le punir.

Les répercussions sociales et politiques de l'incident Gideon deviennent trop importantes pour que la présidente Laura Roslin les ignore. Les citoyens de la Flotte deviennent critiques à propos du Galactica et se demandent si les militaires se placent à un niveau différent d'auto-responsabilité qu'eux-mêmes. En accord avec le commandant Adama, la présidente Roslin invite Biers à bord du Colonial One et propose quelque chose d'intéressant à la reporter. Adama et Roslin donneront à Biers un accès « illimité » au Galactica et son équipage afin de créer un documentaire sur ce qui semble être le dernier groupe défensif des Douze Colonies. Elle reçoit également l'autorisation d'interviewer l'équipage sur l'incident Gideon.

Biers commence par avoir une visite guidée du Battlestar par le maître Anastasia Dualla, mais trouve les informations sur la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) et l'aspect général ennuyeuses. Elle et son photographe, Bell (Bell Aircraft Corporation est un constructeur aéronautique américain fondé le 10 juillet 1935. Après avoir construit des avions de combat durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi le premier avion à avoir franchi le mur...), préfèrent enregistrer une interview des moments candides de l'équipage du Galactica — allant même jusqu’à entrer dans les quartiers des pilotes, où Lee Adama trouve l'intrusion peu opportune.

Biers commence les interviews personnelles de la plupart de l'équipage, incluant Dualla, les lieutenants Gaeta, Edmondson, Thrace et Agathon, essayant même d'interviewer des haut gradés comme le colonel Tigh. Elle essaie de toutes les manières de demander à Tigh des questions relatives à ses décisions lors de l'incident Gideon, mais Tigh se braque et élude ses questions, non seulement parce que cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier à...) l'ennuie, mais également parce qu'il est distrait par une mystérieuse menace de mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) laissée dans ses quartiers : un vers de poème d'un poète capricain appelé Kataris.

Biers semble toujours être au bon endroit au mauvais moment lors de la création de son documentaire. Elle enregistre les problèmes comportementaux du Lieutenant Louanne Katraine, une pilote de Viper qui plus tard écrase son Viper après avoir raté un atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.) de routine et semble avoir abusé de médicaments à cause de la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) qu'elle endure suite à la perte de sa famille et de ses amis et à sa demande de devenir pilote de Viper. Biers enregistre également le sabotage d'un Rapace (Rapace est un terme désignant en français des oiseaux carnivores, au bec crochu et tranchant et possédant des serres. Ils ont généralement une...) qui était censé conduire le colonel Tigh sur le Cloud 9.

Alors que Biers passe dans l'infirmerie pour son documentaire, elle découvre quelque chose d'inhabituel. Sharon Valerii est vivante et est soignée dans l'infirmerie. L'existence de cette seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La...) copie connue de l'agent cylon, que l'on croyait morte au sein de la flotte, est trop importante pour que Biers ne s'y intéresse pas. Cependant, le commandant Adama intercepte Biers et demande qu'elle lui donne ses prises de vues de Valerii. Biers demande pourquoi Adama retient prisonnière ce cylon connu en secret à bord du vaisseau et suggère que la nouvelle de l'existence de Valerii au sein du vaisseau pourrait ruiner la réputation d'Adama au yeux de la flotte. Adama élude la question et la retourne à Biers, demandant en quoi la divulgation de l'existence d'une seconde Valerii à la flotte ferait du bien à tous. Elle rend une cassette vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) à Adama, parvenant à dissimuler celle contenant les véritables prises de Valerii.

Biers ensuite a l'opportunité de documenter ce qui se passe au poste de commandement durant un raid de chasseurs cylon.

Alors que Biers édite le documentaire, regardant les images du quartier des pilotes, elle voit Joe Palladino sur sa couche avec une copie d'un livre de Kataris. Biers, connaissant l'implication de Palladino dans l'incident Gideon, suspecte celui-ci d'être l'auteur des menaces de mort. Elle et Bell attrapent leur appareil photo et foncent vers les quartiers de Tigh pour y voir que la femme de Tigh, Ellen, est retenue prisonnière de Palladino et menace de tirer sur le colonel Tigh. Il parvient à calmer et désarmer le lieutenant.

La version finale du documentaire est passée en revue par Tigh, Adama et la présidente. Alors que Tigh trouve ce documentaire un peu morose à propos de la vie (La vie est le nom donné :) militaire, Adama voit en lui une bonne histoire. Le documentaire est diffusé pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) de la Flotte, avec Biers terminant par ce monologue :

« Je suis venue sur le Galactica pour raconter une histoire. Honnêtement, je pensais connaître cette histoire avant d'y mettre les pieds. Comment des militaires arrogants laissaient leur égo interférer avec leur travail : la sauvegarde (En informatique, la sauvegarde (backup en anglais) est l'opération qui consiste à dupliquer et à mettre en sécurité les données contenues dans un système informatique.) de la population civile. Mais la vérité est plus complexe que cela. Ce ne sont pas des cylons. Ce ne sont pas des robots suivant aveuglement les ordres et polissant leurs bottes. Ce sont des personnes. Très imparfaites, oui, mais aussi très humaines. Ce qui est sûrement la même chose. Ce qui m'a le plus frappée est, qu'en dépit de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ça, les difficultés, le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à...), la menace permanente de mourir, en dépit de tout ça : ils n'abandonnent jamais ; ils ne se couchent jamais sur la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) pour laisser le camion (Le camion est un véhicule routier de plus de 3,5 tonnes, destiné à transporter des marchandises. Le camion se distingue du véhicule léger sur le plan technique (charge à l'essieu nettement...) les écraser ; ils se lèvent le matin, enfilent leur uniforme, et font leur travail chaque jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...), sans solde, ni repos, sans espoir de se débarrasser de ce fardeau et laisser quelqu'un d'autre faire le boulot. Aucune relève ne viendra. Pas de flotte coloniale entraînant de nouvelles recrues tous les jours. Les gens du Galactica sont tout ce qu'il y a. Ils sont le dernier rempart (Un rempart est un élément de fortification entourant un bourg, une ville ou une citadelle, apparaissant au XVIe siècle, et qui remplace la muraille. Il est un élément...) qui nous protège des cylons.
Le lieutenant Gaeta m'a donné un chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) remarquable. Pas un seul membre d'équipage du Galactica n'a demandé à démissionner. Pas un. Pensez-y. Si vous portiez l'uniforme, ne voudriez-vous pas partir ? Partir en disant : « Ça suffit, que quelqu'un d'autre protège la flotte. » Je sais que je le ferais. Mais encore une fois, je ne porte pas l'uniforme. La plupart d'entre nous ne le porte pas, et ne le portera jamais. L'histoire du Galactica n'est pas qu'ils prennent de mauvaises décisions sous pression. C'est que ces erreurs sont les exceptions. La plupart du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), les hommes et femmes du commandant Adama ont raison. La preuve est que notre flotte survit et avec le Galactica à nos côtés, cela continuera. Ici D'anna Biers, service de presse de la flotte. » (La Dernière Séquence)
Page générée en 0.085 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique