Platon - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Les dialogues de Platon

Platon aurait écrit 35 dialogues. Les spécialistes de stylistique, de statistique lexicale et d'histoire des idées ont classé les 35 dialogues attribués à Platon en grands « groupes », sans toujours s'entendre sur la stricte succession de chacun ou sur la périodisation par groupes. Ce classement en groupes par le moyen de la stylométrie, se résume fondamentalement au trois groupes suivants :

  1. dialogues de jeunesse : tous les dialogues qui ne sont pas dans les deux suivants ;
  2. dialogues de maturité : Phèdre, Parménide, République, Théétète ;
  3. dialogues de vieillesse : Lois, Philèbe, Sophiste, Politique, Timée, Critias.

Un tel groupement ne peut être cependant considéré de manière absolue : il existe en effet quelques variantes dont la succession proposée par L. Brisson.

Le platonisme après Platon

Statue présumée de Platon à Delphes.

Platon marqua de façon durable la philosophie de l’Antiquité, par l’influence qu’il exerça, sur Plotin notamment, ou parce qu’on le considérait comme le philosophe par rapport auquel on devait se situer. Il fut aussi une source d’inspiration ainsi que la cible de biens des critiques. Aristote (Aristote (en grec ancien...), Epicure ou les Stoïciens, par exemple, développèrent cependant une critique plus ou moins systématique (En sciences de la vie et en histoire naturelle, la systématique est la science qui a pour...) de l’éthique, de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) de la connaissance, ou de la philosophie politique de Platon. Quant à Plotin ou aux Pères de l’Église, ils n’ont pas manqué de voir en Platon un philosophe, quasi divin (Plotin), ou, en tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) cas, une source d’inspiration importante.

La signification des œuvres de Platon a fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) de nombreuses controverses depuis l'Antiquité. Certains ont fait de Platon un dogmatique ; d'autres un sceptique. Platon fut tantôt récupéré par des courants mystiques : élévation de l'âme vers le bien, au-delà de l'être, tantôt par des philosophies purement rationalistes. La diversité de ses dialogues, leurs formes variées, les nombreuses apories qui y sont soulevées, les questionnements qu'ils suscitent, expliquent ces importantes divergences d'interprétation. Dans l'Antiquité, l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des dialogues fut organisé d'après un ordre progressif de lecture, alors que les modernes, qui prétendent à un savoir plus critique, se sont surtout efforcés d'établir l'ordre réel de leur composition, ainsi que leur authenticité. Ces essais d'organisation (Une organisation est) du corpus dépendent en fait toujours de l'idée que l'on se fait du platonisme, ce qui a conduit des critiques à exclure plus ou moins arbitrairement certains dialogues, et tous les dialogues à être remis en question.

Traditions platoniciennes

Le mouvement platonicien se multiplie en divers courants, écoles, ou périodes : Académie de Platon (L’Académie est l'école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers...), moyen-platonisme, néoplatonisme, etc. On appelle platonisme mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) ou réalisme mathématique une théorie philosophique sur les mathématiques, qui croit que les entités mathématiques, nombres, figures géométriques (Les figures géométriques sont un mode d'expression décoratif développé par les civilisations...), ne sont pas abstraites par l'esprit humain, mais indépendantes de lui, avec une existence propre. Déjà, pour Platon, les « Nombres, Lignes, Surfaces et Solides » ont une existence en soi, ce sont des substances éternelles, séparées des êtres connus par les sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...). Le platonisme mathématique traite de « deux types de questions : la première est ontologique, et concerne le mode d'existence des objets mathématiques, et la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) est épistémologique, portant sur la question de savoir comment nous identifions les objets mathématiques » explique Jacques Bouveresse. Des conceptions modernes se rapprochent de celle de Platon : avec Charles Hermite, Albert Lautman ou Alain Connes (Alain Connes est un mathématicien français, né le 1er avril 1947 à Draguignan (Var).).

Les commentateurs de Platon

Il semble que Crantor ait composé, vers 350 av. J.-C., un commentaire du Timée. Dès le IIe ou Ier siècle av. J.-C. Platon fut commenté systématiquement. On sait que Crassus avait lu à Athènes, en 110 av. J.-C., le Gorgias, sous la direction du philosophe académicien Charmadas. Le commentaire philosophique prit de l'importance à partir du IIIe s. apr. J.-C. Les cours de Plotin consistaient avant tout en l'explication des textes de Platon et d'Aristote, étudiés avec l'aide des textes des commentateurs antérieurs : Sévère, Cronius, Numénius d'Apamée, Gaius, Atticus pour Platon. Les néoplatoniciens ont donné de nombreux et amples commentaires des dialogues, dont Porphyre, Jamblique, Proclos. Parmi les monuments, il faut citer, traduits en français, Proclos (Commentaires sur le 'Timée, Commentaires sur la République), Damascios (Commentaires sur le 'Parménide' de Platon). L. G. Westernink a publié les commentaires grecs du Phédon, par Olympiodore le Jeune et Damascios..

Les traductions médiévales de Platon

Seule une infime partie des textes de Platon furent traduits en latin et accessibles au Moyen Âge. Ils sont accessibles grâce à l'édition du Corpus Platonicum Medii Aevi (sous la direction de W. David Ross, 1938), divisé en deux sections l'une consacrée aux traductions latines, l'autre aux traductions en langue arabe. Le Plato latinus (édité par R. Klibanski dès 1950 en 3 volumes), regroupe lui :

  • Le Timée par Calcidius vers 321 (jusqu'à 53c) dans le cadre d'un commentaire.
  • Le Ménon par Henri Aristippe au milieu du XIIe s. (Plato latinus, t. 1)
  • Le Phédon par Henri Aristippe (Plato latinus, t. 2)
  • Le Parménide avec le commentaire de Guillaume (Guillaume est un prénom masculin d'origine germanique. Le nom vient de Wille, volonté et Helm,...) de Moerbeke (après 1260) (Plato latinus, t. 3.)

Le Plato Arabus (avec al-Farabi), regroupe :

  • une Synopsis du Timaeus attribuée à Galen,
  • le De Platonis Philosophia d'Al-Farabi
  • le traité d'Al-Farabi sur les Lois de Platon.

Dans le cadre de ce projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...), quelques autres études concernant l'histoire du platonisme ont été élaborées et publiées.

Platon dans la philosophie analytique

Les thèses platoniciennes, leur problématisation et leurs enjeux philosophiques soulevés par Platon lui-même, ont eu une immense postérité et sont encore discutées et défendues de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) au sein du courant de la philosophie analytique, comme le platonisme mathématique. Si Karl Popper (Karl Raimund Popper (28 juillet 1902 à Vienne, Autriche - 17 septembre 1994) est l'un des plus...) a critiqué le « communisme de Platon », certains aspects du platonisme furent réactualisés par Frege et Russell, et Gilbert Ryle a souligné l'importance de dialogues comme le Théétète pour les études philosophiques contemporaines.

Page générée en 0.078 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique