Programme Apollo - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le contexte

La guerre froide

Durant les années 1950, la guerre froide bat son plein entre les États-Unis et l'Union soviétique, les deux superpuissances de l'époque. Celle-ci se traduit par des affrontements militaires indirects (Guerre de Corée), et une course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) aux armements qui porte notamment sur le développement de missiles intercontinentaux porteurs de têtes militaires nucléaires capables d'atteindre le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en...) national de l'adversaire. Les deux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) développent ces fusées en s'appuyant largement sur les travaux et l'expertise de savants et techniciens allemands qui ont mis au point (Graphie) le premier engin de ce type lors de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) Guerre mondiale, la fusée (Fusée peut faire référence à :) V2. L'Union soviétique prend une certaine avance en réussissant en 1956 le premier tir d'un missile (Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :) intercontinental, la R-7 Semiorka (La R-7 Semiorka (du russe Семёрка signifiant...), ancêtre direct de la fusée Soyouz (Soyouz (du russe Союз, Union) désigne une famille de vaisseaux...). Cette fusée de 280 tonnes est particulièrement puissante car elle doit emporter une bombe A (La bombe A, communément appelée bombe atomique, bombe à fission ou bombe...) pesant 5 tonnes. Les missiles américains à longue portée développés plus tardivement, car conçus pour lancer des bombes H techniquement plus avancées donc beaucoup plus légères (1,5 tonnes), sont de taille plus réduite et sont encore en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et...) de mise au point à la fin des années 1950.

La course à l'espace

En juillet 1955, les États-Unis et l'URSS annoncent, chacun de leur côté, qu'ils lanceront un satellite artificiel (Un satellite artificiel est un objet fabriqué par l'homme, envoyé dans l'espace à...) dans le cadre des travaux scientifiques prévus pour l'Année géophysique internationale (L’année géophysique internationale (AGI) fut un ensemble de recherches, coordonnées à...) (juillet 1957—décembre 1958). Début 1956, le concepteur (Un concepteur est une personne qui imagine et réalise quelque chose. Ce mot vient du verbe...) de la Semiorka, Sergueï Korolev (Sergueï Pavlovitch Korolev, également Koroliov ou Koroliev (12 janvier 1907 à...), réussit à convaincre les dirigeants soviétiques d'utiliser son missile comme lanceur ( Lanceur, terme de l'astronautique Lanceur, terme du baseball ) spatial. À la surprise générale, le 4 octobre 1957, l'Union soviétique est la première à placer en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...) le satellite (Satellite peut faire référence à :) Spoutnik 1 (Spoutnik 1 (??????? 1, litéralement « compagnon » en russe, soit un "satellite") fut...). L'opinion internationale est fascinée par cet événement qui semble présager le début d'une nouvelle ère (Une nouvelle ère (1/2) et Une nouvelle ère (2/2) sont des épisodes de la série...) technique et scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...). C'est un choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de...) pour les responsables et l'opinion publique américains, jusqu'alors persuadés de leur supériorité technique. Les dirigeants soviétiques, d'abord surpris par l'impact de ce lancement, ne tardent pas à comprendre le prestige international que le régime peut retirer des succès de sa politique spatiale ; ils décident de se lancer dans un programme ambitieux.

À la même époque, le programme Vanguard, pendant américain du programme spatial russe lancé tardivement et trop ambitieux, enchaîne les échecs. L'équipe de Wernher von Braun (Wernher von Braun (23 mars 1912 à Wirsitz, Posnanie (aujourd'hui Wyrzysk en Pologne) - 16 juin...) parvient finalement à lancer le premier satellite américain, Explorer 1 (Explorer 1 (officiellement Satellite 1958 Alpha) est le premier satellite artificiel terrestre des...), le 1er février 1958 grâce au lanceur Juno I improvisé à partir d'un missile balistique (La balistique est la science qui a pour objet l'étude du mouvement des projectiles.) Redstone. Mais la petite taille de la charge utile (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) comparée à celle de Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le...) semble confirmer l'avance soviétique. Bien que réticent à investir massivement dans le spatial civil, le président américain Dwight D. Eisenhower décide le 29 juillet 1958 de la création d'une agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer...) civile, la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de...), qui doit permettre de fédérer les efforts américains pour mieux contrer les réussites soviétiques : la course à l'espace est lancée. La même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) voit le début du programme Mercury (Le programme Mercury est le premier programme spatial américain à avoir envoyé un...) qui doit permettre la mise en orbite des premières missions habitées américaines.

Mais les Soviétiques, qui disposent d'une avance importante et d'une fusée fiable pouvant emporter une grosse charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) utile, continuent au cours des années suivantes de multiplier les premières : premier être vivant placé en orbite avec la chienne Laïka (Laïka (du russe : Лайка, « petit...) (Spoutnik 2), premier satellite à échapper à l'attraction terrestre (Luna 1), premier satellite à s'écraser sur la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) (Luna 2), première photo de la face cachée de la Lune (Luna 3), premier être vivant à revenir vivant après un séjour dans l'espace (les chiens Belka et Strelka (Belka et Strelka sont deux chiens lancés dans l'espace le 19 août 1960 à bord de Spoutnik 5.) de Spoutnik 5), premier survol de Vénus (Venera 1).

Le lancement du programme Apollo (Le programme Apollo est le programme spatial de la NASA mené durant la période 1961...)

Le président Kennedy annonce le lancement du programme devant le Congrès américain, le 25 mai 1961

Lorsqu'il arrive au pouvoir en janvier 1961, le président américain John F. Kennedy est, comme son prédécesseur, peu enclin à donner des moyens importants au programme spatial civil. Mais le lancement du premier homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) dans l'espace par les Soviétiques (Youri Gagarine, 12 avril 1961) le convainc de la nécessité de disposer d'un programme spatial ambitieux pour récupérer le prestige international perdu. L'échec du débarquement de la baie des Cochons (avril 1961) destiné à renverser le régime de Fidel Castro installé à Cuba, qui écorne un peu plus l'image des États-Unis auprès des autres nations, contribue également sans doute à son changement de position.

John Kennedy demande à son vice-président Lyndon Johnson de lui désigner un objectif qui permettrait aux États-Unis de reprendre le leadership à l'Union soviétique. Parmi les pistes évoquées figurent la création d'un laboratoire spatial dans l'espace et un simple survol lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.). Le vice-président, qui est un ardent supporter du programme spatial, lui répond que la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) et l'industrie américaine ont la capacité d'envoyer une mission habitée sur la Lune et lui recommande de retenir cet objectif. Le 25 mai 1961, le président annonce devant le Congrès des États-Unis le lancement d'un programme qui doit amener des astronautes américains sur le sol lunaire « avant la fin de la décennie ». Il confirme sa décision dans un autre discours resté célèbre, « we choose to go to the Moon », le 12 septembre 1962.

La proposition du président reçoit un soutien enthousiaste des élus de tous les horizons (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre...) politiques ainsi que de l'opinion publique, traumatisés par les succès de l'astronautique (L'astronautique ou spationautique ou cosmonautique, est constituée par l'ensemble des sciences...) soviétique. Le premier budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) du nouveau programme baptisé Apollo — nom choisi par Abe Silverstein à l'époque directeur des vols spatiaux habités — est voté à l'unanimité par le Sénat américain. Les fonds alloués à la NASA vont passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) de 500 millions de dollars en 1960 à 5,2 milliards de dollars en 1965, année de son budget le plus conséquent. La NASA, grâce aux qualités manœuvrières de son administrateur James E. Webb, un vieux routier de la politique, put obtenir chaque année les fonds qu'elle souhaitait jusqu'au débarquement sur la Lune, même lorsque le soutien des élus commença à faiblir après 1963. James Webb sut en particulier s'assurer un appui solide auprès du président Lyndon B. Johnson qui avait succédé au président Kennedy assassiné en 1963.

Page générée en 1.918 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique