Séminaire de Chicoutimi - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Séminaire de Chicoutimi
Logo du Séminaire de Chicoutimi
Localisation
Localisation Saguenay, Québec, Canada
Informations
Fondation 1873
par Mgr Dominique Racine
Directeur Éric Lamontagne
Type Privée
Particularités École d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et écrite....) privée
Niveau École secondaire
Site web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie, le World Wide Web reposant sur Internet.) Site officiel

Le Séminaire de Chicoutimi est une école secondaire privée québécoise située à Chicoutimi, au Saguenay. Elle offre les cinq niveaux du secondaire. Par association avec le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS), au bout des cinq années d'études, le séminaire est habilité à décerner le diplôme (Le diplôme (grec ancien :δίπλωµα, diploma signifiant « plié en deux ») est un acte écrit émanant généralement d'un organisme officiel,...) d'études secondaires (DES) à ses étudiants.

Le séminaire a été fondé en 1873 par Dominique Racine, premier évêque du diocèse de Chicoutimi.

Histoire

La fondation du premier Séminaire (1873-1875)

Dominique Racine (1828-1888)
Dominique Racine (1828-1888)

Quelques années seulement après l'ouverture de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean à la colonisation, l'éducation des jeunes devient rapidement une nécessité. Dès son arrivée en tant que prêtre de la paroisse Saint-François-Xavier de Chicoutimi en 1862, l'abbé Dominique Racine accepte de remplacer son prédécesseur au sein de la commission scolaire locale et projette d'implanter des maisons d'enseignement de niveau supérieur pour la population saguenéenne. Dans cet esprit, deux projets verront le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) par le biais de ses préoccupations : une école pour les jeunes filles et un collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) pour les garçons. La première partie du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) sera inaugurée dès septembre 1864 par la prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être...) d'un couvent (Un couvent est un établissement religieux, généralement chrétien, où des clercs mènent une vie religieuse en communauté. Le couvent n'a pas de vocation monastique, il est donc plus...) pour filles par les sœurs du Bon-Pasteur. Il faudra cependant attendre encore près d'une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.) avant de voir la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure...) partie du projet prendre forme.

Séminaire de Chicoutimi (1873-1875)
Séminaire de Chicoutimi (1873-1875) situé au coin des rues Cartier et Morin.

Afin de favoriser l'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) du Séminaire, les commissaires d'écoles du village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines de...) de Chicoutimi offrent au curé Racine l'école du village pour la somme nominale de 1 $. Le 28 juillet 1873 on procède à son érection canonique et la date de l'ouverture des classes est fixée au 15 septembre 1873. À cette date, 45 élèves font leur entrée, participant ainsi à l'ouverture officielle de l'institution. Leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) augmentera à 61 au cours de cette première année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) d'enseignement, dont 13 à titre de pensionnaire. Lors de l'année suivante, le nombre d'élève augmentera à 68.

Le deuxième Séminaire (1875-1912)

Séminaire de Chicoutimi (1875-1912)
Séminaire de Chicoutimi (1875-1912)

Dès sa première année d'existence, les autorités du séminaire s'aperçoivent que les locaux sont exigus et qu'un nouvel édifice doit être construit afin de répondre aux besoins. Le 22 décembre 1873, une promesse de vente est signée pour un lot situé près de l'église (L'église peut être :). Ce terrain est acheté l'année suivante pour la somme de 3 000 $. Le 4 août 1875 a lieu la bénédiction du nouvel édifice du séminaire. Celui-ci n'est en fait que la première aile d'un projet qui en regroupe au moins trois. Il comprend quatre étages érigées en pierres. Lorsque la communauté en prend possession le 7 septembre de la même année, les toits et la finition intérieure ne sont pas encore terminés.

Fortes de ce nouvel édifice, les autorités du séminaire peuvent se concentrer davantage sur le rôle premier de l'institution qui est l'enseignement. Pour ce faire, le corps professoral est augmenté. Des étudiants du Grand Séminaire, provenant pour la plupart du Séminaire de Québec, commencent à enseigner à ceux du petit séminaire. Le cours commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) et le cours classique s'implantent graduellement aux fils des années. Lorsqu'il y a des élèves qui terminent un niveau, le second est instauré pour eux l'année suivante, et, ce, jusqu'à ce que tous les quatre niveaux du cours commercial préliminaire et les six du cours classique soient enseignés à des élèves. Le Séminaire de Chicoutimi s'affilie à l'Université Laval (L’Université Laval est l'une des plus grandes universités au Canada. Elle a comme origine le Séminaire de Québec, fondé en 1663 et...) le 22 mai 1877, faisant en sorte que l'institution chicoutimienne suit maintenant le programme d'étude déterminé par la Faculté des Arts et que les élèves se présentent aux examens du baccalauréat (Le baccalauréat (altération du bas-latin bachalariatus, désignant un rang de débutant d'abord dans la chevalerie, et puis dans la hiérarchie religieuse et universitaire ou de...) ès arts décernée par l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...).

Le troisième Séminaire (1912-1976)

En 1912, ayant passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle...) le cap des 300 élèves inscrits pour la première fois de son histoire au cours de l'année scolaire (L'année scolaire délimite le début et la fin des leçons, échelonnées sur une année, de la plupart des écoliers. La période de l'année...) 1911-1912, le Séminaire se voit dans l'obligation, pour répondre à la demande, de construire une autre aile. Projetée depuis plusieurs années déjà, les travaux d'agrandissement débutent au printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées,...) 1912. Ils sont à peine commencé, que le mauvais sort frappe de plein fouet l'institution. Le 24 juin, un incendie se déclare à l'hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant, généralement pour de courtes périodes. Dans sa définition de l’hôtel, l’Agence Mondiale de Notation...) Château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à protéger le seigneur et à symboliser son autorité au sein du fief....) Saguenay, situé non loin du Séminaire. L'élément destructeur (En programmation orientée objet, le destructeur d'une classe est une méthode lancée lors de la destruction d'un objet afin de récupérer les ressources dont principalement la mémoire réservée...) profite d'un fort vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel à tous les phénomènes...) pour ravager tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le quartier est de Chicoutimi, dont le Séminaire, la cathédrale (Une cathédrale est, à l'origine, une église chrétienne où se trouve le siège de l'évêque (la cathèdre) ayant en charge un diocèse. Toutefois, il existe aujourd'hui des...), le couvent du Bon-Pasteur et plus de cent maisons.

L'âge d'or (1912-1950)

Séminaire de Chicoutimi (1914-1976)
Séminaire de Chicoutimi (1914-1976)

Une certaine continuité (En mathématiques, la continuité est une propriété topologique d'une fonction. En première approche, une fonction est continue...) étant assuré (les cours reprennent normalement chez les frères maristes, dans des locaux aménagés temporairement à l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages...) commerciale), on décide de rebâtir l'institution. Les travaux débutent donc en 1913. Le nouvel édifice de style monumental est beaucoup plus confortable pour ceux qui y vivront. De plus, le nouveau Séminaire est le premier édifice à l'épreuve du feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) à être construit au Saguenay-Lac-St-Jean. Le bâtiment compte un corps principal de quatre étages, plus l'aile ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) de 3 étages, à laquelle un quatrième niveau sera ajouté en 1948. Il est inauguré en septembre 1914 lorsque les élèves font leur première entrée dans un édifice tout neuf. Au cours de cette période la population estudiantine progresse pour se stabiliser au-dessus de 500 élèves, voire 600 par année. Cette performance permet à l'institution de remplir avec succès le mandat qui lui avait été confié lors de sa fondation.

Classe de physique au Séminaire de Chicoutimi vers 1923
Classe de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la...) au Séminaire de Chicoutimi vers 1923

Quant à l'enseignement dispensé, il n'a rien à envier à n'importe quel collège classique du Québec. En effet, le nombre et la qualité des professeurs le permettant, le cours classique passe successivement de six sept, puis de sept à huit ans, pour suivre la tendance ayant cours ailleurs. Le Séminaire se permet également de décerner un autre enseignement que celui du cours classique. Ainsi de 1898 à 1942, une classe affaire suivant le cours commercial est dispensée. Il y aura également une classe scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) pendant quelques années. En plus de la formation donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un événement, etc.) au Séminaire même, de nouvelles collaborations voient le jour. En 1918, les sœurs Antoniennes de Marie fondent l'École apostolique de Chicoutimi dans le but de recevoir les classes préparatoires au cours commercial. Une vingtaine d'année plus tard, soit en 1939, le Séminaire participe activement à la création d'une école moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils...) d'agriculture destinée à promouvoir les nouvelles technologies dans le monde (Le mot monde peut désigner :) rural.

Une école en mutation (1950-1969)

Grand Séminaire de Chicoutimi lors de sa construction en 1958.
Grand Séminaire de Chicoutimi lors de sa construction en 1958.

Si la première moitié du vingtième siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la...) est une période de consolidation, la deuxième moitié en sera une de grand bouleversement et de grands changements. L'année 1950 marque le début de ces changements. En effet, jusqu'à ce moment, le Séminaire de Chicoutimi accueillait sous son enceinte le Petit et le Grand Séminaire. Le 7 mars, une ordonnance érigeant le Grand Séminaire de Chicoutimi est émise. L'ordonnance décrète également que le Séminaire de Chicoutimi devient le Petit Séminaire de l'endroit. Le Petit Séminaire logera encore pendant quelques années le Grand Séminaire, jusqu'en 1958 où les grands séminaristes aménagent dans un nouvel édifice de la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait dans un...) Chabanel construit, en partie, grâce à une souscription populaire. Le succès des sections classiques ne fait aucun doute. Elles permettent au Séminaire d'accroître de façon importante son enseignement au niveau régional. Le nombre d'élèves inscrits au Séminaire même est saturé puisque l'institution ne dispose plus d'assez d'espace pour accueillir tous ceux qui voudraient y poursuivre leurs études. Les sections classiques assurent donc une plus grande disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit...) pour les jeunes qui aspirent à des études classiques. Ainsi, de 1950 à 1961, alors que le nombre d'étudiants admis au Séminaire reste relativement stable à 700 individus, les sections classiques voient leur clientèle augmenter sans cesse passant de 213 élèves, en 1950, à 1778, en 1961. Ceci fait en sorte que le nombre d'élèves étudiant sous les auspices du Séminaire passe pour la même période de 833 à 2442. à ce nombre, il faut ajouter deux sections classiques destinées aux jeunes filles l'une à Chicoutimi et l'autre à Alma. Celles-ci comptent respectivement 315 et 55 étudiantes (en 1961). Finalement, ces sections permettront la mise en place de deux juvénats, un à Dolbeau et un à Desbiens, et du Séminaire Marie-Reine-du-Clergé, à Saint-Jérome.

Une école secondaire (1969-1976)

Les réformes survenues au domaine de l'éducation pendant les années 1960 (le rapport Parent) avaient créé deux systèmes d'enseignements parallèles : le secteur public et le secteur privé. Ainsi, le gouvernement québécois, ne voulant pas abolir le système privé, instaure une loi visant à permettre à des institutions privées de s'associer au système public et d'être habilitées à dispenser les cours donnant accès aux mêmes diplômes.

Séminaire de Chicoutimi (1914-1976)
Séminaire de Chicoutimi (1914-1976)

En ce sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant...), en 1969, le Séminaire de Chicoutimi était reconnu comme institution privée d'intérêt public par le ministère de l'Éducation du Québec. Cette reconnaissance, permettait au Séminaire de s'inscrire parmi les maisons dispensant le cours secondaire dans la région. Pour pouvoir se consacrer d'avantage à son nouveau rôle, la corporation du Séminaire se scinde en deux, en 1971. La première entité, le Conseil du Séminaire, continuera à s'occuper de l'administration en voyant à la gestion et au soutien financier d'une ou de plusieurs institutions d'éducation de la région. Elle prend donc sous sa responsabilité l'aspect financier et du patrimoine diocésain. Le deuxième volet, les Services éducatifs, qui a comme but premier l'enseignement et l'éducation.

En 1970, le Séminaire cède ses bâtiments au Cégep de Chicoutimi, fondé en juillet 1967, lors de la mise sur pied du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet),...) des collèges d'enseignement général et professionnel (également appelés « cégep »). Depuis la vente des bâtiments, le cégep mettait à la disposition du Séminaire tous les locaux nécessaires pour dispenser l'enseignement à ses étudiants. Cependant, la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un...) n'était que provisoire, prévue à l'origine pour une durée de trois ans. Rapidement on doit trouver un nouvel endroit afin d'accueillir les étudiants. La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) de nouveaux locaux aboutit à l'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) 1973. À ce moment, après avoir longuement étudié les diverses possibilités qui s'offraient à elle, les autorités décident de déménager au Grand Séminaire, situé sur la rue Chabanel. Le grand Séminaire étant transféré dans l'ancienne école d'agriculture.

Ce n'est qu'en 1975 que l'institution pourra prendre possession officiellement de ses nouveaux locaux, après des d'importantes rénovations. En effet, il faut complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la quantité d'informations qu'il...) réaménager l'intérieur du Grand Séminaire pour y ériger des salles de classes et les bureaux indispensables à l'institution. De plus, une aile doit être rajoutée pour loger le gymnase.

Le quatrième Séminaire (1976-2009)

La rue Chabanel (1976-2007)

Séminaire de Chicoutimi sur la rue Chabanel lors des fête du 125e anniversaire en 1998.
Séminaire de Chicoutimi sur la rue Chabanel lors des fête du 125e anniversaire en 1998.

Le déménagement (Un déménagement est une action qui consiste à ôter tout ou partie des biens mobiliers contenus dans un local pour les transporter vers un autre. Il peut concerner un logement, des bureaux, un local commercial, une usine, etc....) dans les nouveaux locaux ne remet pas en question la formation de sa clientèle du niveau secondaire. Pour l'année scolaire 1980-1981, c'est environ 700 élèves répartis en 21 groupes des cinq niveaux qui fréquentent l'établissement. Il est intéressant que, malgré les bouleversements qu'a connus l'établissement, ce nombre est le même que pendant les années 1940 ou 1950.

Au cours des années 1980, un changement majeur survient. En 1987, les deux entités créées plus de quinze ans auparavant deviennent indépendantes. Ainsi le Conseil du Séminaire et les Services éducatifs deviennent autonomes l'un vis-à-vis de l'autre, tout en conservant les buts que poursuivaient chacun d'eux.

Les années 1990, quant à elles, apportent un souffles nouveau à l'intérieur même de l'institution. En effet, depuis 1992, les filles sont admises au Séminaire. Ce dernier étant un lieu exclusivement fréquenté par les garçons depuis près de 120 années.

Un nouveau départ (2007-)

Nouvelle bibliothèque aménagée dans l'ancienne chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice distinct ou être intégré dans un autre bâtiment.).

En septembre 2007, afin de répondre au décroissement démographique de la région, Le Séminaire se regroupe avec le Lycée du Saguenay (seule autre école privée de niveau secondaire de Chicoutimi). Le défi sera de taille, en effet des réfections majeures doivent être apportées à la bâtisse de la rue Chabanel afin d'accueillir plus de 1000 élèves dès la première année. On doit déménager les deux bibliothèques dans l'ancienne chapelle. L'aile sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) est complètement rénovée et deux nouvelles ailes sont rajoutées : un nouveau gymnase et une cafétéria capable d'accueillir tous les élèves. La première année de ce regroupement s'est déroulée sous le thème : « l'union de nos forces ».

Page générée en 0.911 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique