Système décimal
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le système décimal est un système de numération utilisant la base dix. Dans ce système, les puissances de dix et leurs multiples bénéficient d'une représentation privilégiée.

Numérations décimales

Le système décimal (Le système décimal est un système de numération utilisant la base dix. Dans ce système, les puissances de dix et leurs multiples bénéficient d'une représentation privilégiée.) est largement le plus répandu. Ainsi sont constituées, par exemple, les numérations :

  • arabe,
  • arménienne,
  • chinoise,
  • égyptienne,
  • gotique,
  • grecque,
  • hébraïque,
  • indienne,
  • japonaise,
  • mongole,
  • romaine,
  • tchouvache,
  • thaï.

Systèmes de notation

Les peuples ayant une base de numération décimale ont employé, au cours du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), des techniques variées pour représenter les nombres. En voici quelques exemples.

  • Avec des chiffres pour un, dix, cent, mille, etc.

Les systèmes de numération dont les chiffres représentent les puissances de dix sont de type additif. C'est le cas de la numération égyptienne (Les Égyptiens de l'Antiquité utilisaient un système de numération décimal. Chaque ordre de grandeur (unités, dizaines, centaines, etc.) possédait un signe...). Exemple : 1506 s'écrit

Image:Hiero chiffre 1000.png Image:Hiero chiffre 100.pngImage:Hiero chiffre 100.pngImage:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 1.pngImage:Hiero chiffre 1.pngImage:Hiero chiffre 1.png
Image:Hiero chiffre 100.pngImage:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 1.pngImage:Hiero chiffre 1.pngImage:Hiero chiffre 1.png

en écriture hiéroglyphique (1000+100+100+100+100+100+1+1+1+1+1+1).

  • Avec des chiffres pour un, cinq, dix, cinquante, cent, cinq cents, etc.

De tels systèmes de numération sont aussi de type additif, mais font intervenir un système quinaire auxiliaire. C'est le cas des numérations attique, étrusque, romaine et tchouvache. Exemple : 2604 s'écrit MMDCIIII. en chiffres romains (1000+1000+500+100+1+1+1+1). La numération romaine (Les chiffres romains étaient utilisés par les Romains de l'antiquité pour, à partir de seulement sept lettres, écrire des nombres entiers jusqu'à environ 4 999 (mais pas le zéro, qu’ils...) connait également une variante additive et soustractive : 2604, de cette manière, s'écrit MMDCIV. (1000+1000+500+100-1+5).

  • Avec des chiffres pour un, deux, ..., neuf, dix, vingt, ..., cent, deux cents, ..., neuf cents, etc.

Les systèmes de numération employant neuf chiffres pour les unités, ainsi que pour les dizaines, les centaines, etc. sont encore de type additif. C'est le cas des numérations arménienne, arabe alphabétique, gotique, grecque et hébraïque. Exemple : 704 s'écrit ψδ en chiffres grecs ioniques (700+4).

  • Avec des chiffres de un à neuf, et pour dix, cent, mille, etc.

Les systèmes de numération dont les chiffres représentent les unités et les puissances de dix sont de type hybride (En génétique, l'hybride est le croisement de deux individus de deux variétés, sous-espèces (croisement intraspécifique), espèces (croisement...). C'est le cas des numérations chinoise et japonaise. Exemple : 41007 s'écrit ???? dans le système japonais (4×10000+1000+7). Le système chinois utilise en plus le zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une position vide dans...) pour indiquer des positions vides avant les unités : 41007, s'écrit ????? en chiffres chinois (4×10000+1000+0+7).

  • Avec des chiffres de zéro à neuf

Les systèmes de numération dont les chiffres représentent les unités sont de type positionnel. C'est le cas des numérations arabe non-alphabétique, européenne, de la plupart des numérations indiennes et des numérations mongole et thaï. Exemple : 8002 s'écrit ???? en chiffres thaïs (8002).

Historique

La base dix est très ancienne. Elle découle d'un choix naturel, dicté par le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) des doigts des deux mains. Les Proto-indo-européens comptaient probablement en base dix. Un système de notation décimal a été mis au point (Graphie) par :

  • v. -4000, les Élamites du plateau de Sumer,
  • v. -3200, les Sumériens,
  • v. -3000, les Akkadiens,
  • v. -3900, les Proto-élamites en Mésopotamie (nouveau système de numération),
  • v. -2700, les Égyptiens
  • v. -2500, les Sémites de Mésopotamie
  • v. -2350, l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) des Mésopotamiens (la base 10 supplante la base 60)
  • v. -2000, les Hittites et les Indusiens
  • v. -1900, les Babyloniens
  • v. -1500, les Assyriens
  • v. -1350, les Chinois
  • v. -650, les Étrusques
  • v. -500, les Indusiens en sanskrit

Voir aussi : Écriture décimale positionnelle.

Bases combinées

Les numérations décimales utilisent parfois des bases auxiliaires :

  • un système quinaire auxiliaire est utilisé dans certains systèmes de notation (voir plus haut) et pour l'énonciation des nombres dans certaines langues, comme le wolof ;
  • un système vigésimal auxiliaire est utilisé pour l'énonciation des nombres dans certaines langues, comme en basque, ou " quatre-vingts " en français ;
  • des bases mille et un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un...) auxiliaires sont souvent utilisées pour l'énonciation des nombres dans les langues européennes, et une base mille dans l'écriture des grands nombres, afin d'en faciliter la lecture, comme, par exemple, 12 345 678, 12.345.678 ou 12,345,678, selon les pays ;
  • en chinois et en japonais, une base dix mille auxiliaire est utilisée.

Certains autres systèmes utilisent un système décimal auxiliaire :

  • la numération babylonienne (Les Babyloniens ont utilisé une grande variété de systèmes de numération : sexagésimal strict avec les clous et chevrons, décimal mélangeant du sexagésimal ou décimal. Pour...) et les systèmes de mesure du temps et des angles en minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la...) et secondes, sexagésimaux, utilisent un système décimal auxiliaire ;
  • la numération maya (La numération maya est une numération de position de base 20 (à une irrégularité près).), bien que vigésimale, laisse apparaitre un système décimal auxilaire dans l'énonciation des nombres.

Systèmes d'unités

En Chine les mesures de capacité et de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante...) sont décimalisées vers 170 av. J.-C. Aux États-Unis, le système monétaire est décimal en 1786. En Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique,...), la décimalisation des unités est initiée en France à partir du 22 août 1790, date à laquelle Louis XVI demande à l'Académie des Sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les...) de nommer une commission pour définir les poids et mesures. Cette dernière préconise la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la réciproque de la fonction "multiplication par ce...) décimale.

Avantages et inconvénients

La base dix comporte quelques atouts :

  • le compte sur les dix doigts est très intuitif ;
  • elle est construite sur un nombre pair, et la division par deux est la plus courante ;
  • son ordre de grandeur est satisfaisant, car il permet de réduire considérablement la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en...) d'un grand nombre par rapport à une base deux, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en conservant des tableaux d'additions et de multiplications mémorisables ;
  • elle est la plus courante ;
  • les normes internationales sont construites sur cette base.

Cependant, la base dix n'est pas celle qui offre le meilleur bénéfice, car elle ne s'appuie pas sur un nombre ayant des propriétés avantageuses :

  • un nombre comportant beaucoup de diviseurs (ex. : 12 ou 60) aurait eu un aspect pratique, or dix n'en a que deux (2 et 5), et la division par cinq n'est pas la plus courante ;
  • un nombre premier (Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs (qui sont alors 1 et lui-même). Cette définition exclut 1, qui n'a qu'un seul diviseur...) serait intéressant pour les mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les...), car, dans une telle base, les nombres à virgule s'écriraient aisément sous forme de fraction irréductible, or dix n'est pas premier ;
  • une puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) de deux serait adaptée à l'informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de l'information par des machines telles que les ordinateurs,...), or dix n'est pas puissance de deux.

Mathématiques

Conversion en base N d'un nombre en base 10

Pour passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) d'un nombre en base 10 à un nombre en base N, on peut appliquer la méthode suivante :

Soit K le nombre en base 10 à convertir en base N.

  1. Effectuer la division entière de K par N. Soit D le résultat de cette division et R le reste
  2. Si D >= N, recommencer en 1
  3. Sinon, l'écriture en base N de K est égal à la concaténation (Le terme concaténation est issu du latin cum (avec) et catena (chaîne), il désigne l'action de mettre bout à bout deux chaînes.) du dernier résultat et de tous les restes en commençant par le dernier.

Exemple : conversion du nombre 3257 en base 16

  • 3257 = 203 × 16 + 9
  • 203 = 12 × 16 + 11

Sachant que 11 se note B et que 12 se note C, l'écriture de 3257 en base 16 est CB9.

Conversion en base 10 d'un nombre en base N

Pour passer d'un nombre en base N à un nombre en base 10, on peut appliquer la méthode suivante ::

Soit K le nombre en base N à convertir. Pour tout chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) c de rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème...) r dans K, on calcule c×N r. La représentation de K en base 10 est la somme de tous les produits.

Exemple
Le nombre " 10110 " en base 2 s'écrit en base 10 :

1×24 + 0×23 + 1×22 + 1×21 + 0×20 = 22 (base 10)

Exemple
Le nombre " 3FA " en base 16 s'écrit en base 10 :

3×162 + 15×161 + 10×160 = 1 018 (base 10)

Rappel : F en base seize vaut 15 en base dix, A en base seize vaut 10 en base dix.

Ressources bibliographiques

Page générée en 0.099 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique