Tige - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

La tige est chez les plantes à fleurs, l'axe, généralement aérien, qui prolonge la racine et porte les bourgeons et les feuilles. La tige se ramifie généralement en branches et rameaux formant l'appareil caulinaire.

Elle diffère de la racine par la présence de nœuds où s'insèrent les bourgeons axillaires et les feuilles, par l'absence de coiffe terminale et par sa structure anatomique. La transition entre racine et tige se fait dans le " collet ". Il peut exister des tiges souterraines comme il existe des racines aériennes.

Par son mode de croissance et de ramification, la tige détermine le port de la plante; elle assure une fonction de soutien de la plante et une fonction de transport des éléments nutritifs entre les racines et les feuilles.

Structure anatomique

On peut observer au microscope l'anatomie des tiges grâce à des coupes transversales fines de tige ou de pédoncules floraux. Ces coupes doivent être colorée pour pouvoir visualiser les cellules et ses constituants, le plus souvent grâce à la double coloration Carmin-vert d'iode (colorant de Mirande).

Ce colorant colore en rose les structures cellulosiques (comme les parenchymes, le phloëme primaire et secondaire et les collenchymes) et en vert les structures contenant des molécule apparentées aux lipides (tissus subérifiés ou lignifiés comme les parenchymes lignifiés, les sclérenchymes, le xylème primaire et secondaire) et en jaunâtre le suber (appelé aussi liège).

La tige est un organe cylindrique à symétrie axiale généralement, sauf dans le cas des tiges carrés ou triangulaires où la symétrie est dite bilatérale (ex : Allium triquetrum)

Les tiges peuvent comporter uniquement des structures primaires (cas des monocotylédones et des dicotylédones jeunes) ou aussi des structures secondaires (dicotylédones agées).

Structure primaire

Une tige comporte 2 zones principales:

L'écorce est réduite dans les tiges tandis qu'elle est très développée dans le cylindre central contrairement aux racines où c'est le contraire.

L'écorce est constituée d'un tissu de revêtement d'origine primaire : l'épiderme. Ce dernier se compose d'une seule assise (couche) de cellules alignées côte à côte ; on peut remarquer des stomates de temps en temps pour permettre les échange gazeux entre le milieu extérieur et la tige.

Sous l'épiderme se trouve le parenchyme cortical, un tissus composé de cellules plus grosses et moins bien organisées. Son rôle est de faire la photosynthèse et de servir de réserve à la plante. Souvent on trouve dessous un parenchyme lignifié (car il apparait plus vert sur la coupe) qui sert à soutenir la plante.

  • le cylindre central

La limite entre cortex et le cylindre central est délimitée par les faisceaux conducteurs. Ces dernier se trouvent dans un autre parenchyme appelé parenchyme médullaire. Les faisceaux sont composés de deux vaisseau : le xylème et le phloëme. Le xylème conduit la sève brute composée d'eau, de sel minéraux et de quelques acides aminés des racines vers les organes photosynthétiques pour que cette sève se charge en sucre. Elle se transforme alors en sève élaborée qui est conduit par le phloëme vers les organes demandeurs en énergie tels que les bourgeons, les racines, les tubercules, les fleurs, les fruits... Dans les tiges, le xylème et le phloëme sont superposés (le phloëme se trouve au dessus du xylème), contrairement aux racines où ils sont disposés l'un à coté de l'autre. Chez les monocotylédones, ces vaisseaux sont nombreux, disposés sur plusieurs cercles, et de taille variable et plus petite. Chez les dicotylédones, le nombre de faisceaux vasculaire est moindre (moins de 8) et ils sont tous sur un même cercle.

Au centre de la tige se trouve la moëlle ou zone médulaire qui contient des parenchymes de réserve. Chez les Poacées (graminées), cette zone est remplacée par une lacune centrale et on appelle alors la tige "chaume". Cela explique pourquoi la tige du blé est creuse quand on la casse.

Structure secondaire

Croissance et ramification

Croissance en longueur

La croissance des entrenœuds se fait sous l'effet des gibbérellines.

Croissance en épaisseur

La croissance secondaire ( en épaisseur ) est,

-Inexistante chez les plantes appartenant à la classe des Liliopsida ( Monocotylédones angiospermes)

ex de familles: Poacea (graminées), Arecaceae ( palmiers ), Cyperaceae ( papyrus), Musaceae ( bananiers ), ...

Les plantes appartenant à cette classe ne possèdent pas de cambium et ne produisent donc ni bois ni racines secondaires ( racine poussant perpendiculairement sur une autre racine). La seule façon pour ces plantes à fleurs de pouvoir augmenter leur assise et la rigidité de leur tige, est d'accumuler des tissus mort autour de celle ci. ( comme chez les palmiers )

-Importante chez les plantes appartenant à la classe des Magliopsida ( Dicotylédones angiospermes)

ex de familles: Fagacea ( chênes, hêtres, châtaigniers ), Opuntiacea ( cacctus ), Salicaceae ( peupliers, saules), Oleacea ( frênes, oliviers, lilas), Rosacea ( rosiers, pruniers, pommiers, poiriers, cerisiers, ronciers, framboisiers), ...

Les plantes appartenant à cette classe forment un cordon de cellules peu différenciées et non épaissie au sein du faisceau libéro-ligneux, entre le phloème et le xylème apppelé procambium. Le procambium, en se divisant met en place un cambium intrafasciculaire qui formera du xylème secondaire vers l intérieur et du phloème secondaire vers l extérieur. L' activité de ce cambium met en place le bois ( xylème secondaire ) et le liber ( phloème secondaire).

Note : - Chez les gymnospermes ( conifères ), la croissance en épaisseur est similaire a celle des dicotylédones. - Un processus de croissance en épaisseur différent existe aussi chez les fougères arborescentes.

Modes de ramification

  • ramification monopodiale
  • ramification sympodiale
  • ramification dichotomique

Port des plantes

arborescentes

buissonantes

Herbacées

Lianes

Différents types de tiges

Tiges aériennes

  • plantes acaules
  • cladodes
  • chaume des graminées
  • stipe (exemple : les palmiers)
  • tiges succulentes
  • stolon
  • tige radicante
  • rameaux spécialisés
    • épines
    • vrilles

Tiges souterraines

  • Rhizomes
  • Tubercules
  • Bulbes

4. Différentes sortes de tige / Schéma On distingue trois (3) types de tiges différentes : 1. Tige aérienne - Plante Acaules - Cladodes - Chaume des Graminées - Stipe (ex : Les palmiers) - Tiges succulentes (canne à sucre) - Stolon - Tige radicante - Rameaux spécialisés (Epines – Vrilles)

2. Tiges Souterraines - Rhizomes - Tubercules - Bulbes

3. Tiges Aquatiques

NB : La tige peut-être : Dressée : la tige est suffisamment robuste pour se développer à la verticale.

Montante : concerne souvent des plantes dont la souche est vivace et robuste mais dont les tiges aériennes sont grêles et herbacées.

Couchée ou rampante : les tiges sont étalées au sol et ne montent pas ou peu. On parle également de plantes prostrées.

Volubile : entoure un support pour y prendre appui. Grimpante : se fixe sur un support par des crampons qui sont des racines adventives ou par des vrilles, qui sont des feuilles transformées.

Page générée en 0.087 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise