Thomas Samuel Kuhn - Définition et Explications

Thomas S. Kuhn
Philosophe et historien des sciences
XXe siècle
Naissance : 18 juillet 1922 (Cincinnati)
Décès : 17 juin 1996 (Cambridge)
Principaux intérêts : philosophie des sciences, histoire des sciences (L'histoire des sciences est l’étude de l'évolution de la connaissance scientifique. La science, en tant que corpus de connaissances mais également comme manière d'aborder et de comprendre le monde,...), sociologie, épistémologie phénoménologie
Idées remarquables : paradigme, science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens...) normale, révolution scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...)
Œuvres principales : La Structure des révolutions scientifiques
Influencé par : Murray Rothbard, Paul Feyerabend, Ludwig Wittgenstein, Charles Darwin (Charles Robert Darwin (12 février 1809 – 19 avril 1882) est un naturaliste anglais dont les travaux sur l'évolution des...)...
A influencé : Karl Popper (Karl Raimund Popper (28 juillet 1902 à Vienne, Autriche - 17 septembre 1994) est l'un des plus importants philosophes des sciences du XXe siècle.), Imre Lakatos, Paul Feyerabend, Gaston Bachelard (Gaston Bachelard, né à Bar-sur-Aube le 27 juin 1884 et mort à Paris le 16 octobre 1962, est un philosophe des sciences et de la poésie français.)...

Thomas Samuel Kuhn (Thomas Samuel Kuhn (né le 18 juillet 1922 à Cincinnati, Ohio, décédé le 17 juin 1996 à Cambridge, Massachusetts), est un philosophe et historien des sciences américain. Il s'est...) (né le 18 juillet 1922 à Cincinnati, Ohio, décédé le 17 juin 1996 à Cambridge, Massachusetts), est un philosophe et historien des sciences américain. Il s'est principalement intéressé aux structures et à la dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) des groupes scientifiques à travers l'histoire des sciences.

Biographie

Thomas Kuhn fit des études de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la...) à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment...) d'Harvard . Après le doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de...) en 1949, il enseigna l'Histoire des sciences en tant que " assistant professor ". En 1956 il quitte Harvard pour l'University of California à Berkeley où il obtint en 1961 une chaire de l'Histoire des sciences. En 1964 il est nommé professeur à l'Université de Princeton. En 1979 Kuhn revint à Boston, au Massachusetts Institute of Technology; en 1983 il est nommé Laurence S. Rockefeller Professor au MIT, où il enseigna jusqu'en 1991.

Il est principalement connu pour son ouvrage La Structure des révolutions scientifiques, qu’il a écrit alors qu’il était encore à Harvard, et publié en 1962. Ce livre a été traduit en seize langues et vendu à plus d’un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et...) d’exemplaire.

Détenteur d’un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de titres honorifiques, il meurt le 17 juin 1996 à l’âge de 73 ans. Il soufrait alors depuis plusieurs années d’un cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de...).

La Structure des révolutions scientifiques

Kuhn mobilise l'histoire des sciences afin d'expliquer la dynamique des sciences non plus d'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) uniquement cognitif, mais en tenant compte de facteurs sociaux. Si Kuhn n'est pas le seul ni le premier à avoir tenu cette position[1], c'est son ouvrage majeur, La Structure des révolutions scientifiques, paru en 1962, qui est généralement considéré comme emblématique et véritablement fondateur de cette approche.

Il y développe la thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il...) d'une science progressant de manière fondamentalement discontinue, c'est-à-dire non par accumulation mais par rupture (Ruptures est le second album de la série de science-fiction Orbital constituée de diptyques, dessiné par Serge Pellé et écrit par Sylvain Runberg, sorti en juin 2007 par les éditions Dupuis.). Ces ruptures, appelées révolutions scientifiques, sont selon Kuhn analogues à un renversement des représentations des savants (ce que les psychologues de la perception appellent un gestalt switch). Pour illustrer ce basculement (Le basculement, dans le domaine de l'astronautique, est l'inclinaison progressive d'un véhicule spatial autour d'un axe quelconque. Le basculement peut être utilisé pour modifier...), il emprunte entre autres l'exemple du " canard-lapin " à Wittgenstein. Selon le regard posé sur ce dessin, on y reconnaît alternativement le profil d'un canard (Les canards sont des oiseaux aquatiques au bec caractéristique, domestiqués ou non. Le terme « canard » est un terme générique qui désigne...) ou d'un lapin (Le mot lapin (/lapε̃/) est un terme très général qui désigne plus d'une vingtaine d'espèces de mammifères à grandes oreilles de la famille des léporidés,...). Kuhn transpose ce phénomène à la science. À un instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être considéré comme une durée.) t, correspondant à un état particulier des croyances sociales porteuses d'un point de vue sur la nature, le scientifique a une représentation théorique particulière du monde (Le mot monde peut désigner :). Celle-ci change dès que le point de vue se modifie. Les facteurs influençant les points de vue des scientifiques peuvent être modélisés et analysés par l'épistémologie : il s'agit essentiellement des crises résultant d'une mise en échec fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) du cadre scientifique en place, incapable de fournir les outils théoriques et pratiques nécessaires à la résolution d'énigmes scientifiques. Les concepts de paradigme, de " science normale " et de " science révolutionnaire " forment la base du modèle kuhnien de l'évolution de la science.

De façon générale, en s'appuyant ainsi sur une théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou...) des révolutions scientifiques, Kuhn défend contre Popper l'idée que les théories scientifiques ne sont pas rejetées dès qu'elles ont été réfutées, mais seulement quand elles ont pu être remplacées. Ce remplacement est pour parti un phénomène social, dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement...) où il engage une communauté de scientifiques en accord sur un agenda (Un agenda est un outil permettant d'associer des actions à des moments, et d'organiser ainsi son temps. Il regroupe l'ensemble des jours de l'année, organisés avec un découpage d'une page par jour ou par semaine, deux pages par semaine, etc.) centré sur l'explication de certains phénomènes ou de certaines expériences. Cette communauté est dotée d'une structure qui lui est propre (conférences, publications...). Il n'est pas rare dans l'histoire que plusieurs écoles coexistent pour une même discipline scientifique, éventuellement dans une relation d'opposition et d'ignorance réciproque (La réciproque est une relation d'implication.) relatives, chacune abordant des problématiques communes à travers des paradigmes différents.

Notes et références

  1. La volonté de développer une conception externaliste de l’histoire des sciences, insistant sur les déterminants sociaux et idéologiques de la production des connaissances, fut portée en particulier par des historiens et philosophes marxistes dans les années 1920 et 1930. Nikolai Bukharin (1922), Boris Hessen (1931) et John D. Bernal (1939) en furent les principaux représentants.

Bibliographie

  • Bernal J. D., The social function of science, London, Routledge & Kegan Paul Ltd, 1939.
  • Bird, Alexander. Thomas Kuhn Princeton and London: Princeton University Press and Acumen Press, 2000.
  • Bukharin N. I., Theorie des historischen Materialismus, Verlag der Kommunistichen Internationale, Hamburg, 1922.
  • Dosi G., Sources, procedures, and microeconomic effects of innovation, Journal of Economic Litterature, 26, pp. 1120-1171, 1988.
  • Fuller, Steve. Thomas Kuhn: A Philosophical History for Our Times (Chicago: University of Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de...) Press, 2000.
  • Hessen B., The social and economic roots of Newton's "Principia", in Bukharin N. I. et al. (éds), Science at the Cross roads : Paper presented to the international congress of the history of science and technology by the delegates of the USSR, London, Kniga, pp. 147-212, 1931.
  • Kuhn T. S., La révolution copernicienne, Traduction par Avram Hayli (Paris, Livre de Poche, 1992), 1957. ISBN 2-253-05933-1.
  • Kuhn T. S., La structure des révolutions scientifiques, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...), Flammarion (Champs), 1983 (lien).
  • Kuhn, T.S. "The Function of Dogma in Scientific Research". Pp. 347-69 in A. C. Crombie (ed.). Scientific Change (Symposium on the History of Science, University of Oxford, 9-15 July 1961). New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200 habitants. Son...) and London: Basic (En programmation, BASIC est un acronyme pour Beginner's All-purpose Symbolic Instruction Code. qui désigne une famille de langages de programmations de haut niveau.) Books and Heineman, 1963.
  • Kuhn, T.S. Black-Body Theory and the Quantum (En physique, un quantum (mot latin signifiant « combien » et qui s'écrit « quanta » au pluriel) représente la plus petite mesure...) Discontinuity, 1894-1912. Chicago: University of Chicago Press, 1987. ISBN 0-226-45800-8
  • Kuhn, T.S. The Essential Tension (La tension est une force d'extension.): Selected Studies in Scientific Tradition and Change (1977)
  • Kuhn, T.S. The Function of Measurement in Modern Physical Science. Isis, 52(1961): 161-193.
  • Kuhn, T.S. The Road Since Structure: Philosophical Essays, 1970-1993. Chicago: University of Chicago Press, 2000. ISBN 0-226-45798-2
  • Masterman M., The Nature of Paradigm, in Lakatos I. et Musgrave A., Criticism and Growth of Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 59-90, 1970.
Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.141 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique