Paul Feyerabend - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Paul Feyerabend
Philosophe occidental
XXe siècle
Paul Feyerabend Berkeley.jpg

Naissance 13 janvier 1924 à Vienne (Autriche)
Décès 11 février 1994 à Zurich, Suisse
École/tradition philosophie analytique, philosophie postmoderne
Principaux intérêts épistémologie, histoire des sciences (L'histoire des sciences est l’étude de l'évolution de la connaissance...), politique
Idées remarquables Anarchisme épistémologique, « tout est bon »
Œuvres principales Contre la méthode, Adieu la raison
Influencé par John Stuart Mill, Søren Kierkegaard, Ludwig Wittgenstein, Karl Popper (Karl Raimund Popper (28 juillet 1902 à Vienne, Autriche - 17 septembre 1994) est l'un des plus...), Dada ,Imre Lakatos
A influencé Imre Lakatos

Paul Karl Feyerabend (13 janvier 1924 – 11 février 1994) est un philosophe des sciences d'origine autrichienne, naturalisé Américain, qui a vécu en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni....), aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande (La Nouvelle-Zélande est un pays de l'Océanie, au Sud-Ouest de l'océan Pacifique,...), en Italie et finalement en Suisse.

Ses principaux travaux sont Contre la méthode (publié en 1975), La science dans une société libre (publié en 1978) et Adieu la raison (un recueil d'articles publié en 1987). Il devient célèbre pour sa vision anarchiste de la science et son déni de l'existence de règles méthodologiques universelles. Il est une figure influente dans le domaine de la philosophie des sciences, notamment par sa théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) épistémologique dite de « l'anarchisme épistémologique » qu'il a exposée dans l'ouvrage Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance en 1975.

Biographie

Paul Feyerabend (Paul Karl Feyerabend (13 janvier 1924 – 11 février 1994) est un philosophe...) est né en 1924 à Vienne, où il suivit sa scolarité jusqu'au cycle secondaire. Durant cette période, il prit l'habitude de beaucoup lire, il développa un intérêt pour le théâtre et commença des leçons de chant. Après avoir reçu son diplôme (Le diplôme (grec ancien :δίπλωµα, diploma...) du cycle secondaire, il fut incorporé - durant la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) Guerre Mondiale - dans l'Arbeitsdienst allemande. Après un entraînement simple à Pirmasens (Allemagne), il fut assigné à une unité à Quelern-en-Bas près de Brest. Feyerabend décrit le travail effectué durant cette période comme monotone : « Nous avons tourné dans la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés...), creusé des fosses puis nous les avons rebouchées ». Après une courte permission, il rejoignit l'armée et les volontaires pour l'école d'officier. Dans son autobiographie, il a écrit qu'il espérait que la guerre serait finie lorsqu'il aurait terminé sa formation d'officier. Mais ce ne fut pas le cas. À partir de décembre 1943, il servit comme officier dans la partie Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du front Est, il fut décoré de la Croix de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le...) et il atteignit le rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du...) de lieutenant. Alors que l'armée allemande avait commencé sa retraite face à l'Armée rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait...), Feyerabend reçut trois balles, dont une dans le dos (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie...). Il dut utiliser une canne pour marcher le restant de sa vie (La vie est le nom donné :) et a éprouvé fréquemment de graves douleurs. Il passa le reste de la guerre à récupérer de ses blessures.

Lorsque la Seconde Guerre Mondiale fut finie, Feyerabend commença un travail temporaire à Apolda qui consistait à écrire des pièces de théâtre. Après cela, il retourna à Vienne pour étudier l'histoire et la sociologie. Il fut cependant déçu et passa rapidement à la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...), ce qui lui permit de rencontrer Felix Ehrenhaft, un physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la...) dont les expériences ont influencé sa vision de la science. Il changea de nouveau de sujet d'étude pour la philosophie et soutint sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est...) sur les phrases d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...). Dans son autobiographie, il décrit ses opinions philosophiques de cette époque comme « loyalement empiristes ». En 1948 il rencontra pour la première fois Karl Popper au cours d'un séminaire à Alpbach. Karl Popper eut beaucoup d'influence sur les travaux ultérieurs de Feyerabend, qui s'inscrivirent d'abord dans la continuité (En mathématiques, la continuité est une propriété topologique d'une fonction....) de la pensée de Popper puis en opposition avec elle. En 1951, on accorda une bourse de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) à Feyerabend pour étudier sous la direction de Ludwig Wittgenstein, mais celui-ci mourut avant que Feyerabend ait pu venir en Angleterre. Feyerabend choisit alors Popper comme directeur de recherche et vint travailler sous sa direction à la London School of Economics (La London School of Economics and Political Science, abrégé en London School of Economics...) en 1952. Dans son autobiographie, Feyerabend explique qu'il a été fortement influencé par Popper durant cette période : « J'étais tombé sous le charme (Les charmes constituent un genre d'arbres et d'arbustes de la famille des Bétulacées...) de ses idées ». Feyerabend retourna ensuite à Vienne où il participa à différents projets. On le rétribua pour effectuer une traduction de La Société ouverte et ses ennemis de Popper ainsi que pour la rédaction de plusieurs articles encyclopédiques.

En 1955, Feyerabend fut nommé à l'université de Bristol (L'université de Bristol (en anglais, University of Bristol) est une université anglaise,...), où il donna des cours sur la philosophie des sciences. Ultérieurement, il enseignera à Berkeley, Auckland (Auckland (en anglais [ˈɔːklənd]), située dans l'île du Nord en...), Sussex, Yale, Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville...) et Berlin. Il développa pendant cette période une vision critique de la science, qu'il a définie comme "anarchiste" ou "dadaïste" pour illustrer son rejet de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) dogmatisme méthodologique. Cette position était profondément incompatible avec la tradition rationaliste qui exerçait une influence majeure à l'époque sur la philosophie des sciences. Feyerabend rencontra ensuite un étudiant de Karl Popper, Imre Lakatos. Ils projetèrent d'écrire un dialogue (Le dialogue est une communication entre deux ou plusieurs personnes ou groupes de personnes. Il...) dans lequel Lakatos défendrait la vision rationaliste des sciences quand Feyerabend, lui, l'attaquerait. La mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) subite de Lakatos, en 1974, ne permit pas la réalisation de cet ouvrage commun. Feyerabend décida alors de publier sa part du dialogue, en insistant sur le fait que l'ouvrage, sans la réponse de Lakatos à ses critiques, resterait fondamentalement lacunaire. L'opuscule, nommé Contre la méthode, provoqua néanmoins, par la virulence (La virulence désigne le caractère pathogène, nocif et violent d'un micro-organisme...) de sa critique de la vision de la philosophie sur les sciences, de nombreuses réactions.

Feyerabend partit en 1958 pour enseigner à Berkeley et devint citoyen américain. Il donna des cours jusqu'en 1991. Bien qu'il ait pris sa retraite, Feyerabend continua de publier des articles et travailla sur son autobiographie. Il mourut en 1994 à Zurich d'une tumeur (Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de...) au cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...).

Page générée en 0.198 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique