Alcoolisme - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Classification

L'alcoolisme est classé selon l'Organisation mondiale de la santé (CIM-10) en deux types : la forme aiguë, l'alcoolisme aigu et l'alcoolisme chronique correspondant à une consommation régulière et chronique, plus ou moins excessive. L'OMS définit l'état de dépendance lorsque « certains symptômes du trouble ont persisté au moins un mois ou sont survenus de façon répétée sur une période prolongée ; au moins trois des manifestations [selon une liste de 6 items] sont présentes en même temps au cours de la dernière année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...). ».

La forme aiguë se manifeste par une consommation occasionnelle, plus ou moins intense (comme le « binge drinking ») et ne comporte pas en règle générale de phénomène de dépendance, contrairement à l'alcoolisme (L'alcoolisme est l'addiction à l'alcool ([[éthanol[[) contenu dans les boissons...) chronique. La forme chronique se manifeste par une consommation répétée (quotidienne, de façon générale) et habituelle, au-delà des seuils de toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα...) (2 à 3 verres standards par jour), et n'a pas forcément comme objectif l'ivresse majeure.

Le Manuel diagnostique et statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon....) des troubles mentaux (DSM-IV) classe l'alcoolisme dans les troubles liés à l'utilisation d'une substance (l'alcool). Il caractérise la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) alcoolique comme dépendance. Selon le DSM-IV, la « dépendance est un mode d’utilisation inapproprié d’une substance, entraînant une détresse ou un dysfonctionnement cliniquement significatif, comme en témoignent trois (ou plus) manifestations [selon une liste de 7 items], survenant à n’importe quel moment sur la même période de douze mois ». La classification du DSM-IV fait une distinction entre dépendance physique (signes de tolérance ou de sevrage) et sans dépendance physique (pas de signes de tolérance ou de sevrage).

D'autres formes de classifications de la maladie alcoolique existent, dont voici un exemple. Une forme associée à des conduites impulsives et antisociales, à des consommations de toxiques autres (héroïne, cocaïne), à début précoce, associée à des antécédent familiaux nombreux et probablement sous-tendue par des facteurs génétiques (type II de Cloninger) ; une forme à début plus tardif, sans conduites antisociale ni consommation de toxique et sans antécédents familiaux, probablement sous-tendue par des facteurs environnementaux (type I de Cloninger).

Étiologie

Origine iatrogène

La consommation de benzodiazépines peut s'associer d'une consommation d'alcool, celle-ci augmentant de façon nocive l'effet sédatif (Un sédatif est une substance qui a une action dépressive sur le système nerveux...) des produits et conduisant vers une dépendance polytoxicomaniaque. 73% des anciens utilisateurs de benzodiazépines passent par une dépendance a l'alcool lors de leurs sevrages.

De l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) à la dépendance

L'alcool est une substance psycho-active à l'origine d'une dépendance qui dépend de son usage :

  • L'usage simple : également appelé « usage d’alcool à risque faible ». Il peut être expérimental, occasionnel ou régulier, à condition qu'il soit modéré.
  • L'usage à risque : susceptible d'entraîner des dommages à plus long terme dont la dépendance.
  • L'usage nocif : est caractérisé par la consommation répétée d'alcool au-delà de la modération.
  • L'usage avec dépendance, avec perte de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) de sa consommation : par le sujet pouvant entraîner une tolérance plus ou moins marquée avec des signes de sevrage plus ou moins importants.

Psychopathologie

La consommation excessive d'alcool et l'installation d'une dépendance est, dans la plupart des cas, facilitée par des facteurs psychologiques favorisants qui initient et entretiennent le comportement de consommation.

On retrouve le plus fréquemment chez les personnes en difficulté avec l'alcool :

  • un ou plusieurs troubles anxieux, des déficits dans les capacités à gérer le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général...) et l'anxiété ;
  • un état dépressif ;
  • des déficits dans les habiletés de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...) avec autrui (la consommation peut être amplifiée par des difficultés à refuser les incitations à boire ou les frustrations liées aux conflits interpersonnels) ;
  • une intolérance à la frustration plus ou moins marquée.

Dans une moindre mesure, on peut également retrouver :

  • un trouble de la personnalité (personnalité borderline en particulier, mais également antisociale, dépendante, schizoïde, histrionique...) ;
  • des troubles de perception et d'expression émotionnelle (alexithymie) ;
  • un état psychotique (schizophrénie...).

Des facteurs psychosociaux peuvent exercer également une influence notable comme l'isolement ou le sentiment de solitude, le chômage, les violences conjugales. Des représentations cognitives de l'alcool comme symbole de convivialité, de plaisir ou de virilité sont aussi fréquemment retrouvées.

Au niveau du fonctionnement cognitif, on retrouve également un faible sentiment d'efficacité personnelle (donc une faible confiance à résister à l'envie d'alcool) et des attentes élevées envers l'alcool. Les attentes envers une substance représentent la prédiction que fait l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux...) de l'effet qu'il va obtenir en la consommant. Selon Brown et al. (1980), les attentes positives envers l'alcool concernent 6 domaines principaux: amélioration des relations sociales, diminution des sentiments et émotions négatifs, changements positifs globaux, plaisir social et physique, amélioration des performances sexuelles, agressivité (L'agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et...) et stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs...) physique.

Selon Young et al. (2005), boire à l'excès peut résulter de l'évitement inconscient de l'affrontement des émotions liées à l'activation (Activation peut faire référence à :) de certains schémas cognitifs fondamentaux.

L'alcoolisme est l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) de nombreuses études en psychologie expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes...) avec l'approche cognitivo-comportementale. D'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) simplifié, le comportement de prise d'alcool est facilité par certaines pensées caractéristiques liées à celui-ci (anticipatoires, soulageantes et permissives; Beck et al., 1993; validé par Hautekèete et al., 1999), et va se trouver renforcé par l'effet anxiolytique de l'alcool qui apaise un éventuel malaise émotionnel. Ces pensées sont généralement automatiques et échappent la plupart du temps à la conscience explicite de la personne. Selon ce modèle, les pensées anticipatoires représentent les attentes d'effets positifs de l'alcool ("Boire quelques verres va me rendre plus drôle"); les pensées soulageantes concernent les attentes d'apaisement apporté par l'alcool ("Je me sentirai plus détendu si je bois un coup"); et les pensées permissives autorisent la consommation ("Allez, juste pour un verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile...), je l'ai bien mérité après le boulot..."). Il est à noter que ces pensées relèvent de processus cognitifs normaux au départ et ne sont pas spécifiques de l'alcoolisme.

Il est nettement établi qu'une dépendance à l'alcool est fortement accompagnée d'un haut niveau d'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et...) et de dépression qui amplifient encore davantage la consommation.

Elle s'accompagne aussi fréquemment de perturbations dans l'identification des expressions émotionnelles d'autrui, notamment d'une hypersensibilité à la colère.

La prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) psychologique cognitivo-comportementale, généralement proposée après sevrage, peut comprendre un programme de prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter...) de la rechute (identification des situations à risque, résolution de problème pour améliorer le sentiment d'efficacité personnelle), un entrainement à la relaxation, à l'affirmation de soi (apprendre à refuser l'alcool, à faire face aux critiques...) et un accompagnement psychologique individualisé.

Page générée en 0.150 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique