Espace aérien - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

L'espace aérien est organisé pour fournir une sécurité optimale à tous les aéronefs qui y évoluent.

L'espace aérien est divisé en zones contrôlées et en zones non contrôlées.

Découpage de l'espace aérien

Les territoires nationaux sont découpés en régions d'information de vol (FIR, Flight Information Region). Les FIR vont de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) (SFC) au niveau 195 (inclus) (FL 195, Flight Level 195), c'est-à-dire 19 500 pieds à la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...) de 1 013 hPa, soit environ 5 800 m). Les FIR sont gérées par un centre de contrôle (Un centre de contrôle, dans le domaine de l'astronautique, est une salle d'où sont...). En France, il y a un centre en route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie...) de la navigation aérienne (La navigation aérienne est l'ensemble des techniques permettant à un pilote d'aéronef de...) (CRNA) par FIR.

Au-dessus de la FIR, il y a une seule région, la région d'information supérieure (UIR, Upper Information Region). Elle va du niveau FL 195 (exclu) au FL 660.

Horizontalement, l'espace est divisé en tranches :

  • l'espace aérien inférieur (LTA, Lower Traffic Area) du niveau 115 (exclu) au 195 (inclus), 3 400 m à 5 800 m, espace contrôlé principalement de classe D, en résumé, contact radio obligatoire ; cet espace est de classe E au-dessus des Alpes , des Pyrénées et de la haute mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) (au-delà de 12 NM des côtes) afin de permettre aux planeurs de rentrer dans cet espace sans contact radio ;
  • l'espace aérien supérieur (UTA, Upper Traffic Area) du niveau 195 (exclu) au 660, 5 800 m à 20 000 m, espace contrôlé de classe C depuis novembre 2004, en résumé, réservé aux aéronefs en régime de vol aux instruments (IFR) et à certains VFR sur réservation de zone.

Zones à statut particulier

Ces zones sont beaucoup utilisées par les militaires pour protéger leurs évolutions, mais il en existe quelques unes pour des besoins civils.

Il existe trois types de zones.

Zones dangereuses (D)

Les zones D, dangereuses, définies pour annoncer un danger permanent ou à certaines heures (L'heure est une unité de mesure  :) pour les aéronefs. La pénétration dans la zone n'est pas interdite même en cas d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.). Il s'agit par exemple, de champs de tir militaires ou de zones de barrage (Un barrage est un ouvrage d'art construit en travers d'un cours d'eau et destiné à...) en montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la...) avec de nombreux câbles (barrage de Génissiat, etc.). A ne pas confondre avec l'espace de Classe D.

Zones Réglementées (R)

Les zones R, réglementées, définies pour protéger une zone, principalement d'évolution d'avions militaires. En France, il existe un Réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) très basse altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau...) (RTBA) parcouru à très grande vitesse (On distingue :). Sinon chaque base aérienne (Une base aérienne est une base militaire d'une armée de l'air. Il s'agit...) possède ses zones où ses avions peuvent s'entrainer. Ces zones peuvent être actives ou non, l'information est donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire,...) par Notam ou par téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix...). Si la zone est active, selon les zones et en fonction de la règle de vol utilisée, la pénétration est :

  • soit interdite (exemples : zone d'entraînement au combat de l'armée de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...), réseau RTBA) ;
  • soit autorisée mais il faut suivre les instructions du gestionnaire de la zone (exemple : zone d'approche de certains aérodromes militaires) ;
  • soit autorisée après simple contact radio.

Sinon c'est comme si elle n'existait pas. Les conditions d'entrée varient énormément, il est donc conseillé, si vous comptez voler dans une telle zone, de consulter le guide VFR, publié par le SIA, pour voir sous quelles conditions vous pouvez transiter dans la zone. Les conditions vont de la simple demande de clairance à un organisme militaire, à l'interdiction pure et simple de pénétrer l'espace. Il existe également des zones qui servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) à l'entraînement basse altitude des avions de chasse. Ils volent à grande vitesse, très bas, et n'assurent pas l'anti-collision avec les autres aéronefs. La plus grande prudence est donc conseillée quand il s'agit d'une zone R. Renseignez vous avant un vol sur ses conditions et horaires d'activation (Activation peut faire référence à :).

Zones Interdites (P)

Les zones P, interdites (de l'anglais prohibited), sont complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...) interdites à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) aéronef (Un aéronef est un moyen de transport capable d'évoluer au sein de l'atmosphère...) civil. Elles sont peu nombreuses. La plus connue est la P23 établie autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) intra muros : la P23 interdit le survol de Paris jusqu'à 6600 pieds au-dessus du niveau de la mer (Le niveau de la mer est la hauteur moyenne de la surface de la mer, par rapport à un niveau de...) (2 km d'altitude). Les autres zones P sont quelques bases militaires sensibles (base de sous-marin (Un sous-marin est un navire capable de se déplacer dans les trois dimensions, sous la surface de...) atomique), etc.

Page générée en 0.009 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique