Jacques d'Allonville de Louville

Jacques d'Allonville de Louville - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Jacques d'Allonville
Blason d'Allonville
Blason d'Allonville

Surnom Chevalier de Louville
Naissance 14  juillet 1671,
Louville-la-Chenard
Décès 10 septembre 1732 (à 61 ans)
Saint-Jean-de-Braye
Origine France
Allégeance Armée royale française
Armées du Roi d'Espagne
Arme Marine
Infanterie
Grade (Le mot grade a plusieurs significations :) Brigadier (Espagne)
Colonel ,
Années de service 1688 - 1713
Commandement dragons de la reine
Faits d'armes Bataille de la Hougue
Bataille d'Oudenarde
Hommages Membre de l'Académie des Sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche...)
Membre de la Société royale de Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville...)
Autres fonctions chevalier de Malte
Astronome (Un astronome est un scientifique spécialisé dans l'étude de l'astronomie.) français
Mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute...) français
Famille Famille d'Allonville, branche de Louville

Jacques d'Allonville de Louville, né le 14  juillet 1671, au château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à...) de Louville et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) le 10  septembre 1732 à Saint-Jean-de-Braye.

Sa famille

Jacques d'Allonville est le fils de Jacques d'Allonville de Louville (1628-1707) et de Marie Charlotte de Vaultier de Moyencourt (1646-1704). Son père est chevalier, seigneur de Louville et Montuel (1658), Montigny-sur-Avre et Herville.

Biographie

Les Éléments d'Euclide (Euclide, en grec ancien Εὐκλείδης...)

Jacques d'Allonville, comme beaucoup de cadets de famille nobles, est destiné à l'Église (L'église peut être :).

Jacques d'Allonville n'a alors que 12 ans, quand le hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon...) lui fait tomber entre les mains les Éléments d'Euclide, par Henryon. Il les lira seul.

Un officier du roi

Jacques d'Allonville est présent à la bataille de la Hougue.

Sa naissance dans une famille de militaires ne lui laisse plus d'autre parti à prendre que celui de la guerre, ce qui d'ailleurs s'accorde à son goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) pour les mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...). Jacques d'Allonville entre d'abord dans la Marine royale, comme cadet, et assiste en 1692, à la bataille de la Hougue[réf. incomplète].

De-là il passe au service de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...), et est capitaine dans le régiment du Roi. À la fin de 1700, le marquis de Louville, Charles Auguste d'Allonville de Louville, son frère aîné, Gentilhomme de la manche du duc d'Anjou, suit en Espagne ce prince devenu roi de ce pays ; bientôt après il fait venir le chevalier dans une Cour où toutes sortes d'agréments l'attendent[réf. incomplète].

Jacques d'Allonville est brigadier des armées du roi d'Espagne ; il a un brevet d'une pension assez considérable sur l'assiette fiscale, qui lui demeure inutile. Il a aussi le privilège de jouer aux échecs avec le roi d’Espagne. Mais très rapidement le roi n’a plus le droit de jouer aux échec avec des Françaisréf. à confirmer : .

Au bout de quatre ans, il est obligé, du fait de la disgrâce de son frère, à repasser en France, où il reprend le service. Louis XIV fait alors la guerre en Flandres.

Jacques d'Allonville est fait prisonnier le 11 juillet 1708 à la bataille d'Oudenarde, absolument dépouillé de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...), et envoyé prisonnier en Hollande, d'où il ne sort qu'au bout de 2 ans du fait d’un échange.

Après la signature des Traités d'Utrecht (1713), il a un brevet de colonel à la fuite des Dragons de la reine, avec une pension de 4 000 livres accordée par le roi Louis XIV de France.

Le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) des voyages

Caron, Astronomes observant une éclipse solaire en 1571.

Désormais son seul maitre, Jacques d'Allonville se dévoue aux mathématiques, et principalement à l'astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer...). Il va à Marseille en 1714, dans le seul dessein d'y prendre exactement la hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) du pôle, qui lui est nécessaire pour lier avec plus de sûreté ses observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) à celles de Pythéas, vieilles d'environ 2000 ans[réf. incomplète].

En 1715, Jacques d'Allonville fait le voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) de Londres exprès pour y voir l’éclipse totale de soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...). Il assiste alors à un phénomène remarquable : le chevalier de Louville et Edmond Halley (Edmond (ou Edmund) Halley (29 octobre 1656, Haggerston, borough de Hackney à Londres...) voient sur la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) entièrement obscure de la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) des jets d'une lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) instantanée et passagère, qui ressemblent à des fulminations, et encore à ces traînées de poudre (La poudre est un état fractionné de la matière. Il s'agit d'un solide présent...) où on met le feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation...). Ce spectacle imprévu cause une sorte de frayeur aux spectateurs. Le chevalier de Louville attribue ces apparences à de véritables fulminations, à des orages accompagnés d'éclairs, qui ont eu lieu sur la Lune pendant l’éclipse solaire[réf. incomplète].

Pour être totalement libre, il remet au ministre de la guerre, Claude Louis Hector de Villars son brevet de colonel et refuse de toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal,...) sa pension.

Un savant reconnu par différentes académies

En 1714, Jacques d'Allonville devient membre de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs...) des Sciences.

En 1714, Jacques d'Allonville devient membre de l'Académie des Sciences. Peu de temps après, la Société royale de Londres l'honore de la même faveur.

Comme il est désormais un savant reconnu, il songe à s’installer à l'Observatoire de Paris (L'Observatoire de Paris est né du projet, en 1667, de créer un observatoire astronomique...). En tant qu’astronome, il lui faut un grand horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre...), des lieux d'une disposition particulière, mais il ne supporte pas d'être obligé de les quitter selon les intérêts ou le caprice d'autrui.

Jacques d'Allonville quitte l'Observatoire de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) et la capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs,...) pour se fixer dans une petite maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille,...) à la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés...), qu'il achète en 1717 à un quart de lieue (La lieue (de latin leuca, emprunté au gaulois) est une unité de longueur anciennement utilisée...) d'Orléans. Ce lieu s'appelle Carré. Il y établit son observatoire : une lunette de trente pieds de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...), fixée sur un mât (Le mât est un espar vertical (mis à part le beaupré) servant à soutenir les voiles sur un...) de trente-cinq pieds de hauteur.

[réf. nécessaire]

Travaux

En 1724, il donne à l'Académie des Sciences un exemple assez remarquable de toutes les attentions scrupuleuses, et presque vétilleuses, qu'il apporte à la détermination de la grandeur des diamètres du Soleil, point (Graphie) fondamental pour la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) de cet astre. Il en donne de nouvelles tables imprimées dans l’édition de 1720 de l’un de ses livres. Il y explique les principes de leur construction, qui demande également une fine recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de spéculation, et une grande exactitude de pratique. Les calculs astronomiques ne reposant que sur des à peu près, quoi extrêmement approchants, il souhaite les ramener à des calculs algébriques, exempts de tout tâtonnement. L'astronomie acquiert par-là une certaine noblesse, et devient plus véritablement science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...). L'Académie des Sciences en 1724 commente sa nouvelle méthode de calculer les éclipses. Il explique suffisamment ses pensées sur ce sujet[réf. incomplète].

Louville expose un sujet plus proche de la controverse : l'obliquité de l'écliptique (L'écliptique est le grand cercle sur la sphère céleste représentant la trajectoire annuelle du...) par rapport à l'équateur (ligne équinoxiale). Tous les astronomes la posent confiante, et il la croie décroissante, mais seulement de minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...) en 100 ans, de sorte que dans un temps très long, qui se détermine aisément, l'écliptique vient à se mettre dans le plan de l'équateur (ligne équinoxiale), et que les deux pôles voient ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) le soleil pendant quelques années[réf. incomplète].

Ses critiques de Gottfried Wilhelm von Leibniz

Gottfried Wilhelm von Leibniz.
Jacques d'Allonville se donne la peine de rassembler de tous côtés tout ce concerne l’astronomie directement ou indirectement. À quelques exceptions près, tout aboutit à rendre l'obliquité de l'écliptique décroissante.

[réf. nécessaire]

Jacques d'Allonville de Louville est le premier de l'Académie des Sciences, qui ose (Les oses (ou monosaccharides) sont les monomères des glucides. Ils ne sont pas hydrolysables....) déclarer contre Gottfried Wilhelm von Leibniz[évasif][réf. incomplète].

Il continue en 1728 la même entreprise, et Jean-Jacques Dortous de Mairan se joint à lui avec une nouvelle théorie. C'est alors Bernoulli qu'ils attaquent. Le procès des forces vives n'est pas encore jugé en forme[réf. incomplète].

Dans les lectures que d'Allonville fait aux assemblées de l'Académie des Sciences, il ne manque point de s'arrêter tout court, dès qu'on l’interrompt. Il laisse avec un flegme parfait un cours libre à l'objection, et quand il l'a désarmée, ou lassée par son silence, il reprend tranquillement où il avait quitté. On prétend que ce stoïcien, si austère et si dur, aime les bons repas, de beaux habits et certaines délicatesses, certaines attentions raffinées, qui le rapprochent un peu des philosophes du parti opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à...).

Louville affirme que la terre a plus de deux millions d’années, ce qui est assez nouveau. Voltaire écrit alors que le chevalier de Louville, « s’est distingué parmi la foule de ceux qui ont fait honneur au siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) de Louis XIV ».

La fin de sa vie (La vie est le nom donné :)

Au commencement de septembre 1732, le chevalier de Louville a deux accès de fièvre (La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à...) léthargique, qui ne l'étonnent point. Il a coutume de regarder ses maux comme des phénomènes de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...), auxquels il ne s'intéresse que pour en trouver l'explication. Il continue sa vie ordinaire lorsque la même fièvre revient, et l'emporte le 10 du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) au bout de 40 heures (L'heure est une unité de mesure  :), pendant lesquelles il est absolument sans connaissance.

[réf. nécessaire]

Le cratère ( Pour le cratère d'origine volcanique, voir Cratère volcanique Pour le cratère d'origine...) de Louville sur la lune porte son nom.

Œuvres

L'Observatoire de Paris possède de nombreux registres avec ses observations à Carré. Jacques d'Allonville de Louville a écrit un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) d'ouvrages, dont  :

  • Observations sur l'obliquité de l'écliptique, présentées à l'Académie, 1714, 1716, 1721
  • Nouvelles tables du soleil, 1720
  • Nouvelle méthode de calculer les éclipses 1724
  • Remarques sur la question des forces vives, 1721-1728
  • Articles contre les opinions du P. Castel, jésuite, dans Mercure de France 1720
  • Éclaircissement sur une difficulté proposée aux mathématiciens, par Mr le Chevalier de Louville.
  • Éclaircissement sur une difficulté de statique proposée à l'Académie, par Mr le Chevalier de Louville
Jacques d'Allonville de Louville
Page générée en 0.321 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique