L'Hydroptère
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
L'Hydroptère
L'hydroptère à Douarnenez en 2002, lors du défi petit-navireL'hydroptère à Douarnenez en 2002, lors du défi petit-navire
Architecte : Alain Thébault
Débuts : 2005
Longueur : 18 m
Maître-bau : 24 m
Déplacement : 4,7 tonnes
Voilure : 400 m²

L’Hydroptère est un nom déposé par Alain Thébault, c'est un nom de marque et le nom de l’engin qu'il développe. Après 20 ans de recherches et plusieurs maquettes, Alain Thébault a réussi à construire un modèle à échelle réelle navigant à 45 nœuds (environ 83 km/h) grâce aux nouveaux matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) (carbone et titane) beaucoup plus résistants et légers. Malgré tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), l’Hydroptère pèse près de 5 tonnes.

Architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.)

L’Hydroptère ressemble, dans son aspect extérieur, à un trimaran (Un trimaran est un bateau à trois coques : 2 flotteurs situés de part et d'autre d'une coque centrale plus volumineuse mais dépourvue de quille. Le gréement est situé sur la...) classique : une coque centrale, portant un mât (Le mât est un espar vertical (mis à part le beaupré) servant à soutenir les voiles sur un bateau à voiles. De manière générale, c'est un pylône vertical.), et équilibrée par deux flotteurs latéraux, éloignés de la coque par des bras.

L’Hydroptère dispose d’une suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des sédiments....) dérivée (La dérivée d'une fonction est le moyen de déterminer combien cette fonction varie quand la quantité dont elle dépend, son argument, change. Plus...) du Rafale marine qui entre en action à partir de 30 tonnes d'effort en permettant au foil de remonter en partie pendant les quelques dixièmes de seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du...) du pic d'effort, puis de reprendre sa position initiale avant la vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude crête-à-crête allant de quelques centimètres à 34 m (112 pieds), la plus haute...) suivante.

Les flotteurs latéraux font office de ballasts (capacité : 800 litres chacun), alimentés par les safrans : seul le ballast ( Le ballast est le lit de gravier qui supporte une voie de chemin de fer. Les ballasts sont des réservoirs sur les bateaux permettant de changer l'immersion ou l'équilibre. Le ballastage est l'action de remplir les ballasts....) sous le vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel à tous les...) se remplit, et assure un bon équilibre à l’Hydroptère. Un troisième ballast, plus petit, se trouve dans la coque centrale, et évite à l’Hydroptère de se cabrer.

Matériaux utilisés

L’Hydroptère utilise essentiellement le carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.). Les bras de liaison sont en millefeuille de carbone et résine cuits en autoclave font 12 m de long. Les hydrofoils l’utilisent également le même matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets. C'est donc une matière de base...), les foils latéraux ayant de plus un bord d'attaque en composite de carbone (remplaçant l’aluminium des premières versions). Le foil central fait 3,3 m, et possède un plan porteur de 55 cm, mobile, qui permet de commander le décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état statique - au sol - vers le vol.). Les foils latéraux font six mètres, et pèsent 240 kg ; ils sont terminés par des ailerons secondaires, winglets, qui stabilisent l’Hydroptère. Ils sont maintenus à un angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) de 42 à 45° par des bras en titane (Le titane est un élément chimique métallique de symbole Ti et de numéro atomique 22.).

La coque et les flotteurs (fabriqués par la DCN de Lorient) sont faits de plusieurs couches fibres (Une fibre est une formation élémentaire, végétale ou animale, d'aspect filamenteux, se présentant généralement sous forme de faisceaux.) de carbone imbibées de résine et séparées par des structures en nid (Le nid désigne généralement la structure construite par les oiseaux pour contenir leurs œufs et fournir un premier abri à leur progéniture. Les nids sont généralement...) d’abeille ; le tout est recouvert d’une couche de kevlar.

Gréément

La voile (Les Voiles sont l’une des 88 constellations du ciel, visible essentiellement de l’hémisphère sud. Incluse à l’origine par Ptolémée dans...) est moulée, et faite de la même étoffe que les ballons stratosphériques : une toile de kevlar entre deux couches de Mylar. Elle fait 400 m², et pèse 50 kg de moins qu’une voile classique.

Le mât est en carbone, et fait 27 m de haut. Il est conçu par Matra.

Essais

Le 9 février 2005 L'Hydroptère (Un hydroptère (du grec hydros, eau, et ptère, aile), hydrofoil en anglais, est un type de bateau dont la coque s’élève hors de l’eau lorsque la vitesse de celui-ci est suffisante grâce a un plan porteur,...) d'un poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la...) de 4,7 tonnes, d'une longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet...) de 18 mètres et large de 24 mètres, a " griffé " la Manche à 33,3 nœuds (61,67 km/h) de moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble...), soit 2 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain...) et 36 secondes de moins que l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air,...) conduit par Louis Blériot en 1909. Alain Thébault espère bientôt s'attaquer à quelques records, comme la plus grande distance parcourue en 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :) et la traversée de l'Atlantique.

Le 24 avril 2007, L'Hydroptère s'est vu homologuer, par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council), son record de vitesse (On distingue :) absolu pour un engin à voile sur un mille nautique (41,69 noeuds soit 0,55 noeud de plus que le précédent, détenu par le véliplanchiste Bjorn Dunkerbeck depuis octobre 2006). Un autre record a également été homologué, 44,81 noeuds sur 500 mètres - mais il ne s'agit-là que du record de la catégorie (plus de 300 pieds carrés de voilure), et non du record absolu.

Précurseurs

Toutefois, dès le début du XXe siècle, nombreux sont ceux qui ont travaillé sur la mise en place d’hydrofoils sur des engins à moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance....) ou sur des voiliers. En 1908, Alexander Graham Bell (Bell Aircraft Corporation est un constructeur aéronautique américain fondé le 10 juillet 1935. Après avoir construit des avions de combat durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi le premier avion à avoir franchi le mur du son,...) l’inventeur du téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix humaine.), travaillait déjà sur ce type d’engins mais on peut aussi citer les noms de Baker, Grogono, Bradfield. Ketterman.

En France Claude Tisserand ainsi que Roland Tiercelin ont dès les années 60, travaillé sur des voiliers volants. En tout, entre 1900 et 2000, plus de 100 hydroptères à voiles ont décollé. Avant Alain Thébault, Éric Tabarly a été un de ceux qui ont permis le développement des hydrofoils sur les engins à voiles de haute mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.). C'est ce dernier qui a dans les années 80 transmis le flambeau à Alain Thébault.


Page générée en 0.087 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique