Galère (navire) - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Galères par Pierre Puget- vers 1655
Galères par Pierre Puget- vers 1655

Une galère (du grec :Galia, un navire byzantin de ce genre) est un type de navire à voiles et rames, ayant souvent une fonction militaire. Elle était mue par des galériens généralement esclaves ou des repris de justice. On utilisait cette force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles...) humaine pour actionner les avirons, lorsque que le vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel à tous les...) ne soufflait pas dans la bonne direction et, lors de manœuvres d'attaques ou de parades. Parmi les différents types de galères on trouve :

  • La birème, à deux rangées de rameurs ;
  • La trière ou trirème, à trois bancs de rameurs ;
  • La tétrère ou quadrirème  ;
  • La pentère ou quinquérème, à cinq rangs.
  • Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de rangées de rames n'est plus indicatif pour les noms des galères plus grosses qui sont les hexères, heptères, etc.
  • Puis les galères plus récentes Liburnes, Dromons, Galéasses, Galiote (Galiotte désigne originellement une galère, puis, à partir du XVIIe siècle, un voilier. Une galiote désigne aussi un navire à voile hollandais autant arrondi à l'avant qu'à l'arrière. Les galiotes...)...

Les principales dispositions offensives et défensives que l'on peut trouver sur une galère sont le château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à protéger le seigneur et à symboliser son autorité au sein du fief. Les premiers...), l'éperon et le corbeau.

Il est à noter que le vocabulaire maritime sur les galères est très différent du vocabulaire standard.

Histoire

La galère a été essentiellement employé en Méditerranée dans l'Antiquité puis, à nouveau, à l'Époque moderne par exemple à la bataille de bataille de Lépante.

Antiquité

Une birème assyrienne vers VIIe siècle av. J.-C.
Une birème assyrienne vers VIIe siècle av. J.-C.

Dès le VIIe siècle av. J.-C., les Grecs construisent des vaisseaux de combat à voile (Les Voiles sont l’une des 88 constellations du ciel, visible essentiellement de l’hémisphère sud. Incluse à l’origine par...) et à rame. La trière développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe...) à partir du pentécontère (Le pentécontère (Grec ancien:πεντηκοντ?ρ) est un bateau de guerre qui mesurait environ 35 mètres de long, pour 5 mètres de large.), devient dès le Ve siècle av. J.-C. le vaisseau de combat le plus efficace. Durant l'époque hellénistique a lieu une course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) au gigantisme (Le gigantisme (du grec gigas, gigantos « géant ») est un état caractérisé par une croissance excessive. Le gigantisme n'est pas un terme médical couramment utilisé à l'heure actuelle ;...) avec les quadrirèmes puis les quinquérèmes, se faisant, Alexandre le Grand les équipera de catapultes.

Durant la première guerre punique, la flotte carthaginoise est équipée de quinquérèmes, que les Romains copient. Rome, qui préfère les trirèmes, réussit à en construire cent en deux mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) en 261 av. J.-C.. Ils utilisent le corbeau, sorte de pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, etc.) en passant par-dessus cette séparation. Le...) volant qu'on pouvait laisser tomber sur le bord du bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet...) ennemi pour lancer un abordage. Le nombre de rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille....) de rame a pu varier de 2 à 3. Ils démontrent la supériorité des trières sur les navires plus gros. Ces bateaux construits pour la méditerranée, ont connu quelques succès également dans Atlantique.

À la bataille d'Actium, la flotte d'Auguste est équipée de liburnes, bateaux plus légers et dérivés des navires pirates de la côte dalmate avec deux rangs de rameur faiblement décalés. Ces liburnes étaient spécialisés dans la lutte contre les pirates, seule menace maritime pour l'empire aussi bien en Méditerranée, dans Atlantique, la Manche, sur le Rhin (Le Rhin (Rhein en allemand, Rijn en néerlandais, Rhenus en latin, Rein en romanche) est un fleuve d'Europe long de 1 230 kilomètres et drainant un bassin de...) et le Danube.

Si, au Ve siècle av. J.-C. à Athènes les rameurs étaient tous des citoyens libres, éventuellement renforcés par des métèques rémunérés, les Romains eux, utilisaient des marins, main-d'œuvre spécialisée, qui sont des hommes libres ou des esclaves.

Galères byzantines et Turcs

A la chute de l'empire romain d'Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au...), l'Empire byzantin assure sa suprématie sur la Méditerranée en faisant évoluer la galère vers le Dromon (Un dromon (du grec δρ?μων « courreur ») est un navire long, léger et rapide mû à la rame et employé dans l'Empire byzantin du VIe au XIIe siècle....), un autre bâtiment léger. Les arabes après avoir conquis la Syrie sont aussi à même de construire ces bâtiments. En 653, la flotte arabe, après s'être emparée de Chypre (Chypre (grec Κύπρος ; turc Kıbrıs) est une île située dans le Bassin Levantin qui constitue la partie la plus orientale de...), infligeait une sévère défaite à la flotte byzantine sur les côtes de Lycie. Les Byzantins regagnent leur hégémonie maritime face au arabes en inventant le feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) grégeois et en faisant grossir leurs vaisseaux. Au IXe siècle, celui-ci à deux rangs de rames largement séparées. À la même époque, il existait d'autres types de dromons plus légers : le pamphyle, l'ousiakos et la galaia, qui allait donner son nom aux navires de combat, qui se caractérisent tous par l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de rameurs, de voiles et d'un éperon.

Byzance affaiblie par les Arabes, laisse les Cités-États maritimes d'Italie, se développer et acquérir leur propre flotte de birèmes puis de tirèmes. C'est à ce moment que la voile alla trina d'origine arabe remplace la voile carrée.

Époque classique

La Galère amirale La Réales, gravure de 1697
La Galère amirale La Réales, gravure de 1697

Vers 1290, Benedetto Zaccaria, un gênois, inventa la sensile. Une nouvelle technique de maintien des rames qui permet d'assoir trois hommes sur un même banc. Ainsi, quelques 70 galères gênoises à sensile écrasèrent une flotte de plus de 100 galères classiques vénitiennes au large de Curzola en 1297 sans presque aucune perte du côté gênois. Cette technique allait rapidement s'imposer et seulement quelques changement mineurs, comme le remplacement des avirons de gouverne (Une gouverne est une surface mobile agissant dans l'air ou dans l'eau servant à piloter un mobile selon un de ses trois axes :) latéraux par le timon à la bayonnaise et l'apparition à l'avant d'un second mât : l'arbre de trinquet, eurent lieu avant la disparition des galères.

Vers 1450, on embarque de l'artillerie. vers 1540, toutes les réales et toutes les capitanes étaient des quadrirèmes à quatre hommes et quatre rames par banc. Les techniques de rames évoluent et les galères s'alourdissent. Des galères imposantes appelées Galéasses sont construites. Les galères françaises allaient souvent combattre les Anglais en Manche et en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). Ceux-ci tentèrent alors de créer un type de navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de...) mieux protégé mais capable de marcher à l'aviron, les " rowbarges " qui n'eurent que peu de succès face au français.

Durant le Moyen Âge les rameurs des galères étaient des volontaires - comme dans presque toutes les flottes européennes - on était 'marinier (Le batelier ou marinier est une personne dont le métier est de conduire un bateau, une péniche naviguant sur le réseau des voies navigables intérieures (lacs, canaux et rivières). Très bon manœuvrier, il vit généralement à bord, dans...) de rame' à bord d'une galère comme 'marinier de voile' à bord d'un navire. À la fin de la Guerre de Cent Ans, (milieu du XVe siècle) Marseille installe un commerce régulier avec les 'échelles du Levant' en Méditerranée orientale, le nombre des galères augmente alors considérablement; parallèlement elles sont allongées pour transporter un maximum de marchandises ce qui implique plus de rameurs et rapidement la pénurie. On va alors prélever des condamnés dans les prisons,et comme chacun y trouve son compte cette ponction se transforme en peine de justice: dès le XVIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine...) on condamne directement aux galères. Il faut alors empêcher les évasions en enchaînant les condamnés à leur banc : avec l'apport d'un uniforme rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.), le galérien est né.

Les seigneurs provençaux propriéraires de leurs galères se sont fédérés en un 'Corps des galères' à la fin du XVe siècle pour se mettre au service du roi de France dans ses Guerres d'Italie. À leur tête un général qui monte la plus belle des galères, la Réale. Ce 'Corps des galères' fonctionne ainsi tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) au long du XVIe siècle; lorsque Richelieu crée vers 1626 la Marine de guerre, les galères opposent un refus absolu à leur intégration dans cette flotte de combat. Et ceci jusqu'en 1748.

A son apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point...), entre 1690 et 1700, le corps des galères comprend quarante galères, douze mille rameurs, trois mille officiers et matelots, quatre mille soldats.

Les galères ne servaient guère que sur la Méditerranée et la Baltique au XVIIe siècle. Pour la France, elles avaient pour quartier général Marseille où résidait l'intendant des galères. Elles allaient en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à la voile et à la rame. Les rames très longues (douze mètres) étaient manœuvrées par cinq rameurs. Il y avait 26 bancs par galère, soit 260 rameurs.

Au XVIIe siècle, la domination s'effaça devant l'apparition du grand navire de guerre (Cet article décrit de manière générique le navire de guerre.) à voiles (nave, galion (Un galion était un navire à voiles à plusieurs ponts utilisé en Europe et particulièrement en Espagne du XVIe siècle au XVIIIe siècle .) puis vaisseau) qui était inattaquable par les galères qui continuait de garder leur avantage propre à savoir naviguer avec peu de vent ou de tirant d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et la rapidité en cas de vent contraire.

En 1748, le corps des galères disparaît en France et en Espagne. Les dernières galères russes participèrent pour la dernière fois à des combats dans le conflit de 1808 entre la Russie et la Suède.

Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.176 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique