Léon Brillouin - Définition et Explications

Léon Brillouin (né le 7 août 1889 à Sèvres - mort en 1969 à New York) était un physicien franco-américain, essentiellement connu pour ses travaux en mécanique quantique et en physique du solide. C'est l'un des grands noms de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens...) du XXe siècle. Il a notamment travaillé sur la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance...) des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) et la théorie de l'information.

Biographie

Héritier d'une grande lignée de scientifiques (son père et son grand-père occupèrent avant lui une chaire de professeur au Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) de France), Léon Brillouin (Léon Brillouin (né le 7 août 1889 à Sèvres - mort en 1969 à New York) était un physicien franco-américain, essentiellement connu pour ses travaux en mécanique quantique et en physique du solide. C'est l'un des...) était le fils de Marcel Brillouin, le petit fils de Éleuthère Mascart et l'arrière petit fils de Charles Briot (Charles Auguste Briot (1817-1882), mathématicien et physicien français).

Léon Brillouin entre à l’École normale supérieure en 1908. À la fin de sa scolarité, il décide de continuer ses études à l’ Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le...) de Physique Théorique (La physique théorique est la branche de la physique qui étudie l’aspect théorique des lois physiques et en développe le formalisme mathématique.) de Münich dont la direction était alors assumée par Arnold Sommerfeld. Il va y travailler au laboratoire de Max von Laue (1879-1960) sur la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) du solide, qui en était à ses premier balbutiements.

Il rentre en France en 1913 et commence une thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il...) sur " La théorie des solides et des quanta ", qu’il ne pourra soutenir qu’en 1920, en raison de sa mobilisation, pendant la Première Guerre mondiale dans les services de radiotélégraphie. Au cours de sa carrière scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.), Léon Brillouin apportera à la science des contributions importantes, comme l'effet qui porte son nom, le concept de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une information), voire...) Brillouin, ou bien encore les zones de Brillouin, pour ne citer que l'un des domaines, la physique des solides, où il a su exercer son talent, et qu'il a même contribué à fonder.

En avril 1926, Léon Brillouin synthétisait dans le célèbre Journal de Physique près de dix articles publiés par des physiciens étrangers comme Werner Heisenberg (Werner Karl Heisenberg (5 décembre 1901 à Wurtzbourg, Allemagne - 1er février 1976 à Munich) était un physicien allemand. Il fut l'un...), Max Born ou Pascual Jordan. Il a ainsi joué un rôle important dans l’introduction en France de la mécanique quantique (La mécanique quantique est la branche de la physique qui a pour but d'étudier et de décrire les phénomènes fondamentaux à l'œuvre dans les systèmes...).

En 1927, il fit partie - avec Marie Curie (Marie Curie (née Maria Skłodowska le 7 novembre 1867 à Varsovie, Pologne - 4 juillet 1934 à Sancellemoz, France) est une physicienne polonaise...), Paul Langevin (Paul Langevin, né à Paris le 23 janvier 1872 et décédé dans cette même ville le...) et Louis de Broglie (Louis Victor de Broglie, prince, puis duc de Broglie (15 août 1892 à Dieppe, France - 19 mars 1987 à Louveciennes,...) - des quatre français invités au cinquième congrès Solvay (Les conseils Solvay (aussi appelés congrès Solvay et conférences Solvay) sont des conférences scientifiques en physique et en chimie qui se sont tenues depuis 1911. Au début du XXe siècle, ces conseils, réunissant les plus grands...), qui marqua la naissance officielle de la mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres...) quantique.

Il fut titulaire de la chaire de physique théorique à la Faculté des sciences de 1928 à 1932 avant d'être élu au Collège de France (Le Collège de France, situé au no 11 place Marcelin-Berthelot dans le quartier latin de Paris (Ve arrondissement), est un grand établissement...), succèdant à son père Marcel Brillouin. Louis de Broglie lui succèda à la Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne, collège...).

En août 1939, un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) avant la déclaration de guerre à l’Allemagne, Léon Brillouin est nommé, en tant que spécialiste de la propagation des ondes (La propagation des ondes est un domaine de la physique s'intéressant aux déplacements des ondes électromagnétiques dans les milieux. On distingue généralement...), directeur de la Radiodiffusion française.

Il est également l'auteur du livre Science et théorie de l'information où sont examinées les relations entre ces deux disciplines. Curieusement, le titre de sa version anglaise, Science and information theory, est nettement plus présent sur l'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World...) que celui de sa version originale française. Il est vrai que la typographie de cette dernière laissait beaucoup à désirer. Un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de jeux sur le contenu d'information des textes, dus à Claude Shannon (Claude Elwood Shannon (30 avril 1916 à Gaylord, Michigan - 24 février 2001) est un ingénieur électricien et mathématicien américain. Il est l'un des pères, si ce...), s'y trouvent répertoriés. Des concepteurs comme Walter Lewino utiliseront le concept pour la réalisation de jeux interactifs très voisins sur Minitel (Le Minitel est une technologie de communication télématique développée par la DGT (Ministère des Postes et Télécommunications) et utilisée en France, essentiellement dans les années 1980 et 1990.).

Au CEA de Saclay, à Gif-sur-Yvette, un laboratoire national financé conjointement par le CEA et le CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) porte le nom de Léon Brillouin. On y travaille notamment sur " l'utilisation de la diffraction (La diffraction est le comportement des ondes lorsqu'elles rencontrent un obstacle qui ne leur est pas complètement transparent ; le phénomène peut être interprété par la diffusion d'une...) et de la spectroscopie neutronique dans tous les domaines possibles de la recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité économique déterminée au moment des travaux. On oppose en général la recherche fondamentale à la recherche appliquée....) et appliquée ".

Son Œuvre

  • La théorie des quanta et l'atome (Un atome (grec ancien ἄτομος [atomos], « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. La théorie...) de Bohr ", Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la...), P.U.F., 1923.
  • Les statistiques quantiques et leurs applications ", Paris, P.U.F., 1930.
  • Notions élémentaires de mathématiques pour les sciences expérimentales " (1935), Paris, Masson
  • Cours de Physique Théorique : les tenseurs en mécanique et en élasticité ", Paris, Masson, 1938. (2e édition publiée 1949).
  • Wave Propagation in Periodic Structures ", New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200 habitants. Son...), McGraw-Hill, 1946.
  • Science and Information Theory ", New York, Academic Press, 1956.
  • Wave Propagation and Group Velocity ", New York, Academic Press, 1960 (avec Arnold Sommerfeld).
  • Scientific uncertainty and information ", New York, Academic Press, 1964
  • Relativity reexamined ", New York, Academic Press, 1970

Bibliographie

  • Rémy Mosseri, " Léon Brillouin, À la croisée des ondes " Paris, Belin, 1999, 256 pages, ISBN 2-7011-2299-6
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.323 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique