Agence spatiale européenne - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Agence spatiale européenne
Agence spatiale européenne
Coordonnées
Longitude 48°50'53"N
Latitude 2°18'15"E
Agence européenne
Localisation Drapeau de la France Paris, France
Formation
Signée 1973
Établie 31 mai 1975
Pilier Communauté économique européenne
Directeur Jean-Jacques Dordain (depuis 2003)
Site internet www.esa.int/

L’Agence spatiale européenne (ASE) (en anglais European Space Agency : ESA) est une agence spatiale intergouvernementale fondée le 31 mai 1975. Elle est chargée de la coordination des projets spatiaux de 18 pays européens, dont chacun détient une voix au conseil. Ses activités couvrent les domaines suivants : science et exploration robotique ; lanceurs ; vols habités ; observation de la Terre ; télécommunications et applications intégrées ; Galileo et activités de navigation ; technologie.

Les missions de l'ASE

L’ASE compte 18 États membres (depuis fin 2008) qui mettent en commun leurs ressources pour développer les lanceurs, les véhicules spatiaux et les installations sol dont l’Europe a besoin pour être autonome dans le domaine spatial. L’Agence a pour mission de développer la coopération entre les États européens dans le domaine spatial. Elle élabore et met en œuvre une politique spatiale européenne à long terme ainsi que des activités et des programmes. Elle coordonne le programme spatial européen et les programmes nationaux, en intégrant progressivement ces derniers.

Les activités de l'Agence couvrent les domaines suivants : science et exploration robotique, lanceurs, vols habités, observation de la Terre, télécommunications et applications intégrées, Galileo et activités de navigation, technologie. Son budget 2008 s’élève à environ 3 milliards d’euros. Le budget 2009-2011 a été fixé a environ 10MdE. La participation de la France à l'ESA est assurée par le Centre national d'études spatiales (CNES).

Le directeur général, élu par le conseil tous les quatre ans, est depuis 2003 le français Jean-Jacques Dordain.

Structure de l'ASE

Les pays membres

Les pays participants à l'ASE ne font pas nécessairement partie de l'Union européenne et inversement : ainsi la Norvège et la Suisse sont membres de l'ASE ; a contrario les pays ayant adhéré en 2004 à l'Union européenne n’en sont pas membres. Deux pays sont candidats à être membre de l'Agence, la Hongrie et la Roumanie. Ces pays ont déjà signé des accords avec l'ASE (voir ci-dessous). Malte et la Lituanie ont récemment déclaré vouloir se rapprocher de l'ASE. Le Canada est un membre associé, État coopérant à statut privilégié.

     Pays membres de l'ASE     Pays ayant signé la charte PECS     Pays ayant signé un accord de coopération avec l'ASE

Les 18 pays membres sont (entre parenthèses date d'adhésion) :

Allemagne Allemagne ; Autriche Autriche ; Belgique Belgique ; Danemark Danemark ; Espagne Espagne ; Finlande Finlande ; France France ; Grèce Grèce (9 mars 2005) ; Irlande Irlande ; Italie Italie ; Luxembourg Luxembourg (1er décembre 2005) ; Norvège Norvège ; Pays-Bas Pays-Bas ; Portugal Portugal ; Royaume-Uni Royaume-Uni ; Suède Suède ; Suisse Suisse; République tchèque République tchèque ( 18 novembre 2008).

L'ASE, dans le but de resserrer les liens avec les pays européens non-membres et des pays extra-européens, a conclu des accords avec différents pays.

États Européens Coopérants (ECS). Il s'agit d'un statut propre de coopération :

Hongrie Hongrie (2003); Pologne Pologne (2007); Roumanie Roumanie (2007); Estonie Estonie (2009); Slovénie Slovénie (2010).

D'autres états, européens ou non, ont conclu des accords de coopération :

Canada Canada (1979); Turquie Turquie (2004); Ukraine Ukraine (2008); Lettonie Lettonie (2009); Chypre Chypre (2009); Flag of Slovakia.svg Slovaquie (2010).

Les centres de l'ASE

Le siège de l’ASE, dont les effectifs se montent à 1893 personnes (2006), se situe à Paris. L’établissement accueille le bureau du directeur général ainsi que les bureaux de la plupart des directeurs de programme.

Centre décisionnel, le siège de l'ASE est également le centre administratif qui héberge les principaux bureaux du personnel, des affaires juridiques, de la finance, du budget, de l’audit interne, de la stratégie, des relations internationales et de la communication. Chaque centre de l’ASE possède également des bureaux du personnel, de la finance et de la communication qui sont sous la responsabilité du siège de l’ASE de Paris. Pour en savoir plus sur le siège de l'ASE à Paris

Pour faciliter ses contacts et ses activités à l’étranger, l’ASE dispose aussi de bureaux de liaison à Bruxelles, à Moscou ainsi qu’à Washington et Houston (E-U) (ce dernier soutient les activités de la Station spatiale internationale). L’ASE est également active avec un bureau au sein du port spatial de l'Europe à Kourou, en Guyane française.

L'ASE dispose également de plusieurs centres ayant chacun des responsabilités bien définies. L'ASE emploie ainsi près de 2000 personnes à titre permanent, réparties entre ses principaux établissements :

  • L'ESTEC, Centre européen de technologie spatiale, est le centre où sont conçus la plupart des véhicules spatiaux de l'ASE et de ses activités de développement technologique. Il est implanté à Noordwijk, aux Pays-Bas. Il s'agit également du plus grand établissement de l'ASE.[2]
  • L'ESOC, Centre européen d'opérations spatiales, est chargé des opérations de commande et contrôle en orbite des satellites de l'ASE. Il se situe à Darmstadt, près de Francfort, en Allemagne.[3]
  • L'EAC, Centre des astronautes européens, forme les astronautes aux futures missions et plus particulièrement ceux qui partent en mission à bord de la Station spatiale internationale ISS. Il se trouve à Cologne, en Allemagne.[4]
  • L'ESC, Euro Space center, immense complexe qui offre des formations et des stages aux candidats astronautes.[5] Il se situe à Transinne en Belgique, village voisin de Redu qui abrite les bureaux belges de l'ASE et une station de poursuite de satellites.
  • L'ESRIN, Institut européen de recherches spatiales, est basé à Frascati, près de Rome, en Italie. Ses responsabilités comprennent la collecte, le stockage et la distribution des données satellitaires aux partenaires de l'ASE ainsi qu'une fonction de centre des technologies de l'information de l'Agence. Il dirige également le projet de lanceur Vega.[6]
  • Centre d'astronomie spatiale européen (ESAC) basé à Madrid, Espagne. Il pilote les opérations scientifiques de toutes les missions d’astronomie et d’étude des planètes de l’ASE et conserve leurs archives. [7]
  • Le Réseau de station de poursuite européen (European Space Tracking Network)
  • Le Centre européen sur la robotique et le changement climatique (European Robotics and Climate Change Centre) situé à Oxford, au Royaume-Uni (création annoncée fin 2008).

L'ASE utilise la base de lancement de Kourou en Guyane française, le « port spatial guyanais », et dispose d'un réseau de stations sol et de stations de poursuite dans différentes régions du monde.

Page générée en 2.049 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise