Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Toxicomanie

Introduction

A l'origine "la" toxicomanie est un terme qui vient du grec toxikon, « poison » et mania, « folie » et qui signifie que quelqu'un use de manière répétée et excessive d'une ou plusieurs substances toxiques (analgésique, stimulants et autres psychotropes) sans justification thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.). Aujourd'hui on parle plus volontiers d'addictions au pluriel parce que les pratiques de consommation ont évolué du côté des polytoxicomanies (alcool, médicaments, drogues diverses, synthétiques ou naturelle, etc.). Les usages évoluent vers un besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) incontrôlable de continuer à consommer le produit, accompagné d'accoutumance (L'accoutumance ou tolérance est un processus d'adaptation de l'organisme à un stimulus extérieur, un environnement nouveau ou même un produit...) puis de dépendance.

Selon l'OMS, la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) stricte de la toxicomanie (A l'origine "la" toxicomanie est un terme qui vient du grec toxikon, « poison » et mania, « folie » et qui signifie que quelqu'un use de...) correspond à quatre éléments :

  • Une envie irrépressible de consommer le produit (Voir l'article détaillé addiction);
  • une tendance à augmenter les doses (Voir l'article détaillé tolérance);
  • une dépendance psychologique et parfois physique ;
  • des conséquences néfastes sur la vie (La vie est le nom donné :) quotidienne (émotives, sociales, économiques).

Discussions sur le terme

On reproche à ce te terme d'être connoté sur le plan psychiatrique (manie = folie) est pour certains trop marquée et il est donc moins utilisé
. Ce reproche peut se comprendre mais on peut aussi opposer qu'il décrit finalement très bien la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier...) puisqu'il s'agit en effet de poison (Les poisons sont, en biologie, des substances qui provoquent des blessures, des maladies ou la mort d'organismes par une réaction chimique, à l'échelle moléculaire. Cette définition exclut les...) surtout aux doses consommées et qu'il s'agit bien d'une consommation "folle" (manie) puisqu'elle peut mener à tous les excès dérives et déchéances.

Certains le limitent strictement à l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de substances psychotropes interdites (ou drogues) ; d'autres l'utilisent pour désigner toute consommation de produits psychotropes sans distinguer les types de consommation (consommation problématique, consommation occasionnelle, etc.) tandis que d'autres s'attachent à la définition dans son ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) sans distinction de produits et y attachent toute sorte de conduites de type compulsif comme l'alcoolisme (L'alcoolisme est l'addiction à l'alcool ([[éthanol[[) contenu dans les boissons alcoolisées. L'OMS reconnaît l'alcoolisme comme une maladie et le...), le tabagisme (Le tabagisme est le fait de consommer du tabac, produit manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes appartenant à la famille des Solanacées et...).

Dès 1960, l'OMS recommande de lui préférer le terme dépendance, selon les experts de cet organisme, moins imprécis.

En psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche (ψυχὴ), qui...), ce sont les notions de recherche du plaisir et d'aliénation qui sont au centre de la définition, la toxicomanie se définit selon trois axes : plaisir, contrainte et toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer des...). C'est la recherche de plaisir - ou l'évitement de la situation de déplaisir liée à l'absence de produit - qui pousserait à l'usage répété ; cet usage répété induirait, du fait de l'installation d'une accoutumance, un usage contraint subit par l'usager et cet usage contraint installé dans la durée révèlerait le caractère toxique du produit
. Dans cette optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.), plus que le produit, c'est la personnalité de l'usager qui détermine la toxicomanie, se définissant comme ayant « une appétence anormale et prolongée » dont l'origine serait à attribuer à des problèmes affectifs.

Consommation problématique

La notion de consommation problématique est une notion essentielle dans la définition du terme toxicomanie. C'est elle qui permet de distinguer l'usage dit simple de la toxicomanie. Elle se détermine indépendamment du caractère licite ou non du produit.
De fait la consommation problématique étant une incapacité à contrôler sa consommation, apparaît la notion de consommation contrôlée où l'usager reste maître de sa consommation.

Cette distinction est formalisée dès les années 1970 dans plusieurs rapports officiels (le rapport Baan aux Pays-Bas publié en 1972, le rapport Pelletier en France en 1978, etc.). Ces rapports définissent des potentialités de risque d'usage abusif et différencient les usagers occasionnels des usagers problématiques, mettant en exergue que bien plus que le produit, ce sont avant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) des facteurs d'ordre psychologique ou social qui déterminent la toxicomanie.

Des spécialistes comme par exemple Claude Olievenstein décrivaient alors deux modes de consommation concernant les psychotropes illégaux.

  • Une consommation dite « festive » ou « récréative » ou parfois « de performance » qui concernerait plutôt une population surtout jeune et issue de tous les milieux où la consommation serait induite par le plaisir, la curiosité ou par un effet de groupe.
  • Une consommation dite « problématique » désignée par le terme toxicomanie qui concernerait une population ayant des difficultés préalables à la consommation de psychotrope (Un psychotrope est une substance qui agit principalement sur l'état du système nerveux central en y modifiant certains processus biochimiques et physiologiques...) et pour laquelle cette consommation serait induite par le mal-être.

Dans les faits, les usagers qui sont considérés comme « à problèmes » sont ceux dont la consommation induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité (générateur) ou en force (moteur).) une rencontre avec les systèmes public, sanitaire, social ou judiciaire.

La consommation dite « problématique » s'oppose aussi à la notion de consommation occasionnelle.

Il convient aussi de préciser que c'est cette notion de consommation problématique qui permet de ne pas considérer comme toxicomane les patients traités à la morphine (La morphine (du grec Μορφεύς, Morphée dieu du sommeil et des rêves) est un alcaloïde de l'opium utilisé comme médicament contre la douleur (analgésique)....) puisque leur consommation est contrôlée par un médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son métier est...) et n'induit pas de comportement de type compulsif grâce à une prise régulière.

Pour le tabac, la dépendance peut s'évaluer selon des critères comme les quantités consommées et le laps de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) observé entre le réveil et la première cigarette.

Pour l'alcool, la consommation problématique est estimée en fonction d'une norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une...) de l'OMS fixant la consommation quotidienne sans danger pour la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) à trois verres d'alcool standard par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) pour les hommes et deux pour les femmes.

Quant aux psychotropes illicites, c'est l'héroïne (L’héroïne ou diacétylmorphine, également appelée diamorphine, est un opioïde obtenu par acétylation de la...) qui pose le plus souvent une consommation problématique nécessitant une prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un...) sanitaire et sociale de l'usager.

En France, on estime que le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de nouveaux patients traités par an est de 55 000 pour le tabac, 43 000 pour l'alcool et 34 000 pour la toxicomanie.

Les différents types de drogues amenant à une consommation problématique

Les drogues agissent sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le...), modifiant les comportements ou les sensations. Au début, ces produits, licites (café, tabac, ...) ou illicites (LSD, amphétamines (Les amphétamines sont des substances psychotropes, de structure dérivé des phényléthylamines.), ...) sont utilisé par plaisir, pour se donner de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) ou par mode. Au bout d'un certain temps (différent pour chaque produit) l'organisme va avoir besoin de cette substance, c'est alors que l'on devient dépendant, toxicomane. Les différentes drogues pouvant rendre ses usagers sont, par exemple:

  • Les amphétamines: Ces produits sont synthétiques et créé dans des laboratoires clandestins. Ce sont des psychostimulants et coupe-faim. Les amphétamines peuvent être prisent de différentes manières: par ingestion (sous forme de cachet) ou par injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :). Elles permettent d'augmenter l'endurance (L'endurance est la capacité de maintenir dans le temps un certain niveau d'intensité exigée.), vaincre la faim (La faim désigne la sensation, apparaissant après un certain temps sans manger, qui pousse un être vivant à rechercher de la nourriture.) et le sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant...), augmenter la capacité d'attention, ... Ce sont les effets à court terme. Parmi les effets à long terme, on peut observer des éruptions cutanées, un amaigrissement ou une dénutrition (La dénutrition est un état pathologique résultant d'apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l'organisme....), dépression, augmentation du rythme cardiaque (Le rythme cardiaque est - au sens médical du terme - le mécanisme électrophysiologique à l’origine de la contraction des ventricules. Définir le rythme est...) et de la transpiration, et parfois même de la paranoïa (La paranoïa est, au sens premier, une maladie mentale chronique du groupe des psychoses, caractérisée par un délire d'un type particulier, dit délire paranoïaque, pour lequel il...). Il y a une forte dépendance psychique à ces produits.
  • Le cannabis: C'est la substance la plus consommée dans le monde (Le mot monde peut désigner :). Elle peut perturber le fonctionnement du cerveau. Le principe actif de cette drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La consommation de drogues par l'homme afin de...) est le THC (tétra-hydrocannabinol). Elle se fume dans des cigarettes ou dans des pipes mais peut aussi être mangée (sous forme de thé ou de "space cake"). Il crée des sensations d'euphorie (L'euphorie (du grec euphoria) est un terme médical désignant une impression inadéquate de bien-être physique et moral, de contentement, de...) ou de détente, les effets peuvent être différents selon plusieurs facteurs. Dans les effets à court terme, on peut observer une élévation du rythme cardiaque, diminution de la salivation, yeux rouges, augmentation de la créativité, ... Il développe une dépendance psychique, comparable à celle de la nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les plantes de la...).
  • La cocaïne (La cocaïne est un alcaloïde extrait de la coca. Puissant stimulant du système nerveux central, elle est aussi un vasoconstricteur périphérique. En Occident, elle est classée comme stupéfiant.): La cocaïne est une fine poudre (La poudre est un état fractionné de la matière. Il s'agit d'un solide présent sous forme de petits morceaux, en général de taille inférieure au dixième de...) blanche qui est reniflée, injectée, ingérée ou parfois fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont principalement...). Elle provoque, à court terme, un sentiment d'euphorie, de puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) et d'indifférence à la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal...) et à la fatigue. L'effet est intense mais bref (une demi heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire » employé pour...) environs). Les effets à long terme peuvent être, par exemple, l'endommagement du c?ur (car élévation du rythme cardiaque), le sujet peut être anxieux ou dépressif et souffrir d'agitation (L’agitation est l'opération qui consiste à mélanger une phase ou plusieurs pour rendre une ou plusieurs de ces caractéristiques homogènes. Plusieurs types...), d'insomnie (L'insomnie est un terme créé au XVIe siècle sur la base du latin insomnia (du latin somniculus, « état de celui qui dort ») et...), d'amaigrissement et peut parfois subir des nécroses du nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant, recouvre l'orifice des fosses nasales, qui constituent le segment supérieur des...). Cette substance créée une forte dépendance psychique et parfois physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la...).
  • L'ecstasy: C'est une drogue synthétique qui est produite dans des laboratoires clandestins. Elle est proche des amphétamines. Elle se présente sous forme de comprimés à avaler. Les effets à court terme sont des sensations de bien-être (Le bien-être ou bienêtre est un état qui touche à la santé, au plaisir, à la réalisation de soi, à l'harmonie avec soi et les autres. René Dubos...), d'euphorie, d'émotions et de sensations fortes, délires, confusions mentale, ... À long terme, on peut constater un amaigrissement, des humeurs instables, troubles cardiaques et de la thermo-régulation et du comportement. Elle créée une dépendance psychique et physique.
  • L'héroïne : Elle vient de l'opium et est obtenue par la morphine. elle est fumée, inspirée par le nez ou injectée dans les veines. À court terme, on pourra observer une sensation de bien-être, extase, euphorie, l'effet est bref mais intense. À long terme, on peut constater une perte d'appétit (L'appétit est le désir de manger. L'appétit existe dans les formes de vies les plus évoluées pour réguler la quantité d'énergie à apporter pour les besoins du métabolisme.), la chute des dents, ... L'overdose d'héroïne est caractérisée par une insuffisance respiratoire (En médecine, l'insuffisance respiratoire désigne l'incapacité de l'appareil respiratoire à assumer correctement sa fonction, à savoir oxygéner le sang. Elle peut être chronique, à savoir d'apparition et...) pouvant conduire à la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...).
  • Le LSD (Le LSD est un psychotrope hallucinogène puissant, de très petites doses suffisent à entraîner des changements de la perception, de...) (ou dictylamine de l'acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) lysergique): Ce produit est extrait du champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) parasite du seigle. C'est une poudre blanche et cristalline qui se prend par voie buccale ou par ingestion. C'est un puissant hallucinogène. Les effets à court terme sont des hallucinations, des modifications sensorielles, les couleurs sont plus belles, on sent le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.), on voit la musique, fou-rires pouvant mener à la folie (La folie désigne, en langage populaire, l'état d'une personne dont le discours et/ou les actions, le comportement ne semblent avoir aucun sens...) ou au suicide (Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on parle aussi d’autolyse...). À long terme, on peut constater des dépressions et des symptômes psychotiques. Il n'y a pas de dépendance physique, mais une forte dépendance psychique.
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0. Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page.

La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Page générée en 0.531 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales