Programme Mars
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le programme Mars est une série de missions de sondes spatiales soviétique datant du début des années 1970 et ayant pour objectif la planète Mars.

C'est Sergueï Korolev, père de la conquête spatiale soviétique, qui lança le programme Mars (Le programme Mars est une série de missions de sondes spatiales soviétique datant du début des années 1970 et ayant pour objectif la planète Mars.).

Mars 1 (La sonde soviétique Mars 1, lancée en novembre 1962, révèla l'existence d'une troisième ceinture de radiations autour de la Terre et se trouvant à 50 000 km d'altitude. Elle se perdit dans l'espace 3 mois avant d'atteindre...)

Timbre de Mars 1
Timbre de Mars 1

Mars 1 est lancé le 1er novembre 1962 mais un incident survint durant le voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement...) conduisant à l'échec de la mission. La sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures...) Mars 1 devait se mettre en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis, Kaupifalco,...) de la planète rouge (Planète rouge (Red Planet) est un film américain réalisé par Antony Hoffman, sorti en 2000.).

Deux autres lancements soviétiques ont eu lieu à peu près au même moment, Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le terme Spoutnik désigne une série de satellites lancés par URSS au tout début de la conquête de l'espace.) 22 et Spoutnik 24, qui sont à peu près similaire voir identique à Mars 1. Le lancement des deux sondes fût un échec et aucun des engins ne quitta l'orbite terrestre (Une orbite terrestre est une orbite située autour de la Terre. La Lune, le seul satellite naturel de la Terre, est située sur une orbite terrestre. Les...).

Mars 2 (Mars 2 et 3 étaient des sondes identiques lancées par l'URSS vers Mars.) à Mars 7

La conception et objectifs des sondes suivantes, de Mars 2 à Mars 7, ont été complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant...) revu. D'un poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est...) d'environ cinq tonnes, requérant ainsi l'utilisation du lanceur ( Lanceur, terme de l'astronautique Lanceur, terme du baseball ) Proton (Le proton est une particule subatomique portant une charge électrique élémentaire positive.), les sondes étaient composées de deux ensembles : un orbiteur (Dans le domaine de l'astronautique, un orbiteur est un vaisseau satellisé autour d'une planète. Plus précisément, il est utilisé pour désigner :) et un atterrisseur (Un atterrisseur (lander en anglais) désigne en dans le domaine de l'astronautique un engin spatial embarqué dans un véhicule spatial destiné à se poser sur...).

L'orbiteur était similaire à ceux des sondes du Programme Venera (Le programme Venera (russe: ??????;) a été développé par l'URSS pour étudier Vénus. Comme ce fut le cas avec d'autres sondes spatiales soviétiques d'exploration interplanétaire, les...) à destination de Vénus.

Mars 2 et Mars 3 (La sonde soviétique Mars 3, jumelle de Mars 2, larga le 2 décembre un module d'atterrissage qui arriva intact sur le sol martien près de Sirenum Fossae gràce à un parachute et un moteur de freinage....)

Satellite de la mission Mars 3
Satellite (Satellite peut faire référence à :) de la mission Mars 3

Les sondes Mars 2 et Mars 3 sont lancées à quelques jours d'intervalles (le 19 mai 1971 pour Mars 2 et le 28 mai pour Mars 3) de manière à profiter de la proximité de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive...) avec la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique,...) rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.).

Le lancement et le voyage vers Mars des deux sondes est un succès. L'orbiteur de Mars 2 se sépare de l'atterrisseur le 27 novembre. Mais le système de descente ne fonctionne pas correctement et le premier engin conçu par l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère...) à destination de Mars s'écrase. En ce qui concerne l'orbiteur, il fonctionne bien et atteint son orbite de travail le même jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure...).

Mars 3 arrive quelques jours plus tard, le 3 décembre, la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé...) de l'orbiteur de l'atterrisseur se réalise correctement ainsi que l'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou...). Mais un fois au sol, la sonde spatiale (Une sonde spatiale est un vaisseau spatial non habité envoyé par l'homme pour étudier à plus ou moins grande distance les corps célestes se trouvant dans le système solaire (planète, lune,...) soviétique se retrouve prise dans une tempête de sable (Une tempête de sable est un phénomène météorologique qui se manifeste par des vents violents provoquant la déflation et le transport des particules de sables dans l'atmosphère, par le processus de...) l'empêchant de communiquer avec l'orbiteur, qui devait ensuite relier les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) vers la Terre. La mission tentative martienne soviétique est à nouveau un échec en ce qui concerne les atterrisseur. Les sondes en orbite par contre fonctionnent parfaitement et la mission se termine le 22 août 1972, après avoir prise soixante images et enregistrer assez d'informations pour permettre la réalisation d'une carte du relief (Le relief est la différence de hauteur entre deux points. Néanmoins, ce mot est souvent employé pour caractériser la forme de la surface de la Terre.) ainsi qu'un début de modèle sur la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) et le champs magnétique martien (Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur mars. Selon la version la plus répandue, les martiens,...).

Mars 4 à Mars 7

La fenêtre (En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur ou un pan incliné de toiture, avec ou sans vitres.) martienne de 1973 et 1974 ne permettait pas au lanceur Proton d'envoyer vers Mars des masses aussi importantes que celles de 1971. L'Union soviétique a été obligé de revoir la configuration des ses sondes. Mars 4 et Mars 5 (Mars 5 est une sonde soviétique d'exploration de la planète Mars qui a réussi à se placer sur une orbite équatoriale et elliptique (apogée 32 560 km et périgée 1 760 km). La sonde, en plus de données atmosphériques, envoya 60...) contenaient uniquement un orbiteur, sans atterrisseur. Alors que Mars 6 (Mars 6 est une sonde soviétique d'exploration de la planète Mars, lancée le 5 août 1973 et qui portait un atterrisseur qui fut largué le 12 mars 1974. Le module cessa de transmettre avant de toucher le sol...) et Mars 7 contenait l'orbiteur et l'atterriseur, mais sans le combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique...) nécessaire pour la mise en orbite martienne des orbiteurs, faisant d'eux de "simples" transporteurs pour les atterrisseurs. Pour permettre la transmission des données collectées par les atterrisseurs vers la Terre, les sondes Mars 4 et Mars 5 ont été conçu pour servir de relais. L'objectif politique des ces quatre sondes étaient de battre les américains avec les deux sondes de leur programme Viking (Le programme Viking était composé de deux missions distinctes de sondes spatiales de la NASA, Viking 1 et Viking 2. L'équipement des ces deux sondes étaient...), dont le lancement était prévu en 1975. Mais aucune des sondes soviétiques ne fut un succès total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes"....), laissant la voie libre aux sondes américains qui furent toutes les deux un succès.

Lancée le 21 juillet 1973, un dommage lors du voyage vers Mars empêcha les retro-fusée de Mars 4 d'entrer en action et ralentir la sonde pour la placer en orbite martienne. Mars 4 survola sans s'arrêter la planète rouge à une altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la...) d'environ 2 200 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en...). La sonde réussie tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de même à prendre quelques photos, ainsi que des données qui se sont révélé être la première détection de la ionosphère (L’ionosphère est une région de l'atmosphère située entre la mésosphère et la magnétosphère, c'est-à-dire entre 60 et 800 km d'altitude. Elle est constituée de gaz...) martienne.

Mars 5 fût lancée quelques jours plus tard, le 25 juillet et se plaça en orbite le 12 février 1974. La mission dura pendant 22 orbites, jusqu'à ce qu'une perte de pressurisation dans le boitier du transmetteur mette fin à la mission. Les données collectées par la sonde ont permis notamment de découvrir la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) ainsi que certains composés de l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :).

Mars 6 est lancée le 5 août 1973 et arrive en orbite martienne le 12 mars 1974. Lors de la descente du module d'atterrissage le même jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...), le contact est perdu un peu moins de trois minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la...) après l'ouverture des parachutes, entraînant la perte de la sonde.

Mars 7, lancée quelques jours plus tard, le 9 août 1973 est également un échec. L'atterrisseur arrive en orbite martienne le 9 mars 1974, mais se sépare de son orbiteur quatre heures (L'heure est une unité de mesure  :) trop tôt, manquant la planète rouge d'environ 1 300 kilomètres.

Autres missions

L'insuccès du programme Mars n'empêcha pas l'Union soviétique de persévérer. C'est ainsi qu'est lancé en 1988 deux sondes orbitales : Phobos 1 et Phobos 2. Mais là aussi la malchance frappa ce programme spatial. Lors de son voyage vers la planète rouge Phobos 1 perdit l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) de ses panneaux solaires en raison d'une erreur dans le logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement, regroupées sous forme de programmes, des...) de navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :), privant ainsi la sonde d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.), ce qui l'a rendit muette. Phobos 2 pour sa part arriva (Arriva est un groupe privé britannique spécialisé dans le transport public de voyageurs. Il exploite des services de bus et de trains, principalement en Grande-Bretagne, mais aussi dans plusieurs pays d'Europe.) en orbite martienne, mais alors qu'elle survolait le satellite martien homonyme, là également une perte d'orientation des panneaux solaires survint.

En 1996, une autre sonde martienne russe fût lancée : Mars 96 (Mars 96 est le nom d'une mission spatiale russe à destination de Mars qui a échoué en 1996.). A bien des égards, Mars 96 était une mission très ambitieuse. D'une masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la...) de plus de six tonnes, Mars 96 était composé d'un orbiteur et de deux pénétrateurs devant s'enfoncer dans le sol martien pour y étudier ses propriétés et sa composition. Mais là également un incident survint : le quatrième étage du lanceur proton ne s'alluma pas et la sonde ne put quitter l'orbite terrestre.

Page générée en 0.108 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique