Willard van Orman Quine
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Willard Van Orman Quine (25 juin, 1908 - 25 décembre, 2000) fut l'un des plus importants philosophes et logiciens américains du XXe siècle et l'un des grands représentants de la philosophie analytique.

Il est notamment l'auteur de Les deux dogmes de l'empirisme (Two dogmas of empiricism), article célèbre qui critiquait la distinction entre analytique et synthétique et de Le Mot et la Chose (Word and Object, 1960) où il propose sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur,...) de l'indétermination de la traduction radicale et la critique du concept de " signification ".

Biographie

Quine (Quine désigne le fait d'avoir une ligne dans ce même jeu.) étudia la logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison,...) avec le mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute personne faisant des mathématiques la base de son activité principale. Ce terme recouvre une large palette de compétences et...) et philosophe Alfred North Whitehead à Harvard. Après sa thèse en logique mathématique (La logique mathématique est née à la fin du XIXe siècle de la logique au sens philosophique du terme. Ses débuts furent marqués par la rencontre entre...), il fit un voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement développé et démocratisé, au...) en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme...) où il rencontra notamment Rudolf Carnap. Il fut professeur de philosophie à Harvard de 1956 à sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la...).

Œuvre

Quine contribua à la logique formelle, à la fondation des mathématiques (Cet article discute des fondements des mathématiques. Le problème de la fondation, ou des fondements, des mathématiques est celui des principes et de leur vérité. À partir de quels...) mais aussi à la philosophie du langage et à l'épistémologie.

Son projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de contribution, et...) de naturalisme ou d'" épistémologie naturalisée " était que la philosophie de la connaissance et des sciences est elle-même une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.), corrigée par les autres sciences, et non pas une " philosophie première " fondée sur une métaphysique.

Ce naturalisme s'accompagne de holisme (Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'ensemble...) épistémologique, la thèse selon laquelle toutes nos connaissances se soutiennent mutuellement sans qu'il y ait une fondation unique (ce qu'il résumait souvent en reprenant l'image du navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les règlements techniques de...) d'Otto Neurath selon laquelle la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient...) est un navire déjà en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) et qu'il faut réparer à partir des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) disponibles sans le reconstruire sur une terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...) ferme).

Monisme méthodologique

Quine était un " extensionaliste " pour laquelle toute la logique doit se réduire à l'extension et exclure toute référence à l'intension (compréhension) à distinguer de l'intention.

Cela le conduisit à critiquer le " Mythe de la signification " et à refuser le clivage (Le clivage est l'aptitude de certains minéraux à se fracturer selon des surfaces planes dans des directions privilégiées lorsqu'ils sont soumis à un effort...) net entre propositions analytiques et propositions synthétiques. Dans Les deux dogmes de l'empirisme, il soutient que la notion d'analycité ne peut pas être définie clairement : la notion d'analycité s'explique par celle de synonymie nécessaire entre deux termes dans certains contextes, mais en disant cela on présuppose la notion d'analycité (déjà contenue dans "nécessaire"). L'analyse de la notion d'analycité serait donc circulaire.

Alors que l'empirisme de Rudolf Carnap avait un " dualisme " méthodologique entre les conventions logiques et mathématiques et d'autre part les faits, Quine considère qu'on ne peut pas distinguer de manière tranchée ces deux côtés de l'extérieur sans les présupposer.

Indétermination de la traduction et inscrutabilité de la référence

Dans Le Mot et la Chose (1960), Quine réfute l'ontologie de Russell et de Frege au nom du principe d'indétermination de la traduction.

Relativité de l'ontologie

Quine a formulé un critère d'engagement ontologique pour toute théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...), quelles que soient les formulations logiques : une théorie est engagée à poser comme " entités " dès qu'elle pose des critères d'identité et de distinction et dès que la formulation (La formulation est une activité industrielle consistant à fabriquer des produits homogènes, stables et possédant des propriétés spécifiques, en mélangeant différentes...) en logique du premier ordre quantifierait sur ces termes. Être c'est être la valeur d'une variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques, une variable peut...) liée et on ne doit pas admettre d'entité sans pouvoir donner un critère d'identité. On voit ici tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'enjeu d'avoir le langage le plus parcimonieux et le moins ambigu possible, puisque notre ontologie dépendra entièrement des formes de notre langage. La notation canonique que Quine cherche à établir dans Le mot et la chose a justement pour but de montrer quels sont les objets dont nous devons nécessairement poser l'existence et ceux dont nous pouvons nous passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.), sachant que la suppression de toutes les entités inutiles est la ligne de conduite de Quine. Celui-ci défend en effet l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) du rasoir d'Ockham: "ne pas multiplier les entités sans nécessité".

Si la signification des phrases et la référence des termes sont indéterminées, cela a pour conséquence que l'ontologie de toute théorie est relative à un " manuel de traduction ", à un système global de théories qui se soutiennent mutuellement.

Cette thèse de holisme épistémologique fut défendue par Pierre Duhem (Pierre Maurice Marie Duhem (né le 10 juin 1861 et décédé le 14 septembre 1916) était un chimiste et philosophe des sciences français.) et est appelée " Thèse de Duhem-Quine " : il n'est pas possible de réfuter une théorie par un simple fait isolé car il serait possible logiquement d'effectuer d'autres aménagements dans le système. Ici, Quine vise le réductionnisme du Cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon du cercle. Celui-ci étant infiniment variable, il...) de Vienne, pour qui toute proposition théorique peut être analysée comme portant sur une seule expérience sensible du sujet. Le holisme rejette la correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le terme désigne des échanges de courrier personnels plutôt qu'administratifs.) biunivoque entre énoncé théorique et sensation. Une sensation peut déterminer plusieurs énoncés théoriques et réciproquement.

Les théories scientifiques sont " sous-déterminées empiriquement ". Les expériences et les observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) sont informatives mais ne sont pas suffisantes pour trancher entre les théories. Il faut ajouter des critères pragmatiques de simplicité, de parcimonie ontologique, de conservation des théories antérieures.

Quine commença son œuvre comme un " nominaliste " (" hyper-extensionaliste " au sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...) de Nelson Goodman) qui refusait les Ensembles mathématiques au nom de cette parcimonie de l'ontologie. Mais il fut persuadé par son naturalisme que les sciences de la nature avaient besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires...) de structures mathématiques. Il formula ainsi un argument dit d'" indispensabilité " contre le Nominalisme : la philosophie ne peut imposer aux sciences un critère et si les sciences ont besoin d'ensembles et ne peuvent pas les réduire, alors il faut les accepter.

Bibliographie

Œuvres de Quine

  • Word and Object, The MIT Press, 1960
  • Le Mot et la Chose, trad. J. Dopp & P. Gochet, Avant-propos de P. Gochet, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au...), Flammarion, coll. "Champs", 1977, 399 p.
  • Relativité de l'ontologie et autres essais
  • Elementary Logic, New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200 habitants. Son...), Harper & Row, 1965
  • Eléments de logique
  • Méthode de logique
  • Philosophie de la logique
  • "la signification", dans La poursuite de la vérité, trad . M Clavelin (Paris: Seuil, 1993), chapitre 8 (p. 65-92)
  • Logique élémentaire, trad. J. Largeault & B. Saint-Sernin, Paris, Armand-Colin, coll. "U2", 1972, 224 p.
  • S. Laugier (sous la dir.), Du point de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) logique. Neuf essais logico-philosophiques, Paris, Vrin, coll. "Bibliothèque des textes philosophiques", 2003, 254 p.

Ce livre contient: Avant-propos (1980); Avant-propos de la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure...) édition; Préface de la première édition

  1. De ce qui est
  2. Deux Dogmes de l'empirisme
  3. Le problème de la signification en linguistique
  4. Identité, ostension et hypostase
  5. Nouveaux fondements pour la logique
  6. La logique et la réification (De manière générale, la réification consiste à transformer ou à transposer une abstraction en un objet concret, à appréhender un concept, comme une chose...) des universaux
  7. Notes sur la théorie de la référence
  8. Référence et modalité
  9. Signification et inférence existentielle

A compléter

Études

  • P. Gochet, Quine en perspective: essai de philosophie comparée, Paris, Flammarion, coll. "Nouvelle bibliothèque scientifique", 1978, 229 p.
  • P. Gochet, Ascent to truth. A critical examination of Quine's philosophy, Munich, Philosophia Verlag, 1982
  • J.-M. Monnoyer (éd.), Lire Quine. Logique et ontologie, Paris/Tel Aviv, Édition de l'éclat, coll. "Lire les philosophies", 2006, 215 p.
Contributions de Pascal Engel, Paul Gochet, Martin Montminy, Denis Vernant, Joseph Vidal-Rosset.
  • S. Laugier, L'apprentissage de l'obvie. L'anthropologie logique de Quine., Paris, Vrin, 1992
Page générée en 0.255 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique