Bertrand Russell - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Bertrand Russell
Philosophe et Logicien
Époque Contemporaine
Bertrand Russell en 1907
Bertrand Russell (Bertrand Arthur William Russell (18 mai 1872, Trellech, Monmouthshire -...) en 1907

Naissance 18 mai 1872
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) de Galles
Décès 2 février 1970
Pays de Galles
École/tradition Philosophie analytique
Principaux intérêts Logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...), mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...), physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...), éthique, religion, politique
Idées remarquables Atomisme (L'atomisme est une théorie physique proposant une conception d'un univers discontinu,...) logique, Description définie
Œuvres principales Principia Mathematica, De la dénotation
Influencé par Euclide (Euclide, en grec ancien Εὐκλείδης...), Leibniz, Hume, Frege, Whitehead, Wittgenstein, Moore
A influencé Wittgenstein, Ayer, Carnap, Popper, Quine (Quine désigne le fait d'avoir une ligne dans ce même jeu.), Gödel, Austin, Kripke, Davidson, Turing, Chomsky, Eddington

Bertrand Arthur William Russell (18 mai 1872, Trellech, Monmouthshire - 2 février 1970, près de Penrhyndeudraeth, Pays de Galles), 3e comte Russell, est un mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute...), logicien, philosophe, épistémologue, homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) politique et moraliste britannique.

Considéré comme l'un des plus importants philosophes du XXe siècle, avec une pensée qui peut être présentée selon trois grands axes.

La logique et le fondement des mathématiques : Russell est, avec Frege, l'un des fondateurs de la logique contemporaine. Son ouvrage majeur, écrit avec Alfred North Whitehead, est Principia Mathematica. À la suite des travaux d'axiomatisation de l'arithmétique (L'arithmétique est une branche des mathématiques qui comprend la partie de la...) de Peano, Russell a tenté d'appliquer ses propres travaux de logique à la question du fondement des mathématiques (cf. logicisme).

Il soutint l'idée d'une philosophie scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...), et a proposé d'appliquer l'analyse logique aux problèmes traditionnels, tels que l'analyse de l'esprit, de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) (problème corps-esprit), de la connaissance, ou encore de l'existence du monde (Le mot monde peut désigner :) extérieur. Il est ainsi le père de la philosophie analytique. Jules Vuillemin le fera connaître en France.

L'engagement social et moral : il écrivit des ouvrages philosophiques dans une langue simple et accessible, en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) de faire partager sa conception d'une philosophie rationaliste œuvrant pour la paix et l'amour. Il s'est engagé dans de nombreuses polémiques qui le firent qualifier de Voltaire anglais, défendit des idées proches du socialisme de tendance libertaire et milita également contre toutes les formes de religions, considérant qu'elles sont des systèmes de cruauté inspirés par la peur et l'ignorance. Il organisa le tribunal (Le tribunal ou juridiction (de jus dicere : littéralement, « dire le...) Sartre-Russell contre les crimes survenus pendant la guerre du Viêt Nam.

Son œuvre, qui comprend également des romans et des nouvelles, fut couronnée par le prix Nobel de littérature (Source: http://www.nobel.se/literature/laureates/index.html (en anglais)) en 1950, en particulier pour son engagement humaniste et comme libre penseur. Enfin, il devint membre du Parlement britannique.

Biographie

Le père de Russell

Bertrand Russell, second fils du vicomte Amberley, est né le 18 mai 1872 à Trellech, dans le Monmouthshire, au pays de Galles. Il eut pour parrain le philosophe, logicien, économiste et homme politique anglais John Stuart Mill, ami de ses parents, qui décéda l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) suivante. Sa marraine était Helen Taylor, fille d'Harriet Taylor Mill et belle-fille de Mill.

Il perdit sa mère et sa sœur en 1875, puis son père en 1876. Son grand-père, lord John Russell, le premier comte Russell, deuxième fils du 6e duc de Bedford (ancien premier ministre du Royaume-Uni dans les années 1840 et 1860) et sa grand-mère (née Lady Frances Elliot), tous deux victoriens rigoristes, obtinrent sa garde ainsi que celle de son frère aîné John Francis Stanley.

Après le décès de leur grand-père en 1878, les deux frères sont élevés par leur grand mère lady Russell, dans une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) religieuse et répressive. C'est son frère, John Francis, qui succède au titre de comte Russell. Bertrand est un adolescent solitaire, aux pulsions suicidaires, éduqué à la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille,...) par des précepteurs et passant de nombreuses heures (L'heure est une unité de mesure  :) dans la bibliothèque de feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation...) lord Russell. Son frère lui fait découvrir les Éléments d'Euclide, ce qu'il vit comme une illumination.

En 1890, il entre à Trinity College à l'Université de Cambridge (L'université de Cambridge est une université britannique connue dans le monde entier.), où il fait partie des Cambridge Apostles. Il étudie les mathématiques et les sciences morales.

En 1894, il épouse Alys Pearsall Smith, une quaker américaine, contre l'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un...) de sa grand-mère. À partir de 1896, il mène une carrière scientifique, rencontrant Peano et correspondant avec Frege.

En 1901, il formule le paradoxe (Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique, ou un...) de Russell en rédigeant The principles of mathematics (publié en 1903). Cette même année est un tournant dans sa pensée morale : bouleversé par la souffrance d'Evelyn Whitehead, pour qui il éprouve un amour secret et impossible, il fait une expérience mystique qui le conduit à relativiser ses occupations intellectuelles « futiles » et à mesurer la solitude épouvantable de l'être humain. Il révise alors entièrement ses vues morales et politiques : désormais, Russell s'efforce de diffuser l'amour de l'humanité et milite contre toute forme de violence.

En 1908, il est élu à la Royal Society. En 1911, il rencontre Ludwig Wittgenstein, ce qui fut l'une des rencontres les plus déterminantes de son existence philosophique.

En 1910 paraît le premier volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension...) de son œuvre maîtresse du point (Graphie) de vue de la logique, les Principia Mathematica, écrits en collaboration avec Alfred North Whitehead. Suivent deux autres volumes parus respectivement en 1912 et 1913.

Durant la Première Guerre mondiale, ses activités pacifistes le font renvoyer du Trinity College en 1916 après qu'il eut été condamné suivant Defence of the Realm Act. Il est même condamné à purger une peine de six mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) dans la Prison de Brixton en 1918.

En 1920, il fait partie d'une délégation britannique officielle en Russie, puis il va donner des cours à Pékin (Pékin (ou Beijing) (?? ; pinyin : B?ij?ng   Écouter la prononciation...), accompagné de sa maîtresse Dora Blake. Il souffrit en Chine d'une grave pneumonie (Une pneumopathie est une pathologie du tissu pulmonaire. Étymologiquement, il s'agit d'une...), si bien que des journaux japonais annoncèrent à tort sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...). Lorsqu'il visita le Japon avant de retourner au Royaume-Uni, il fit dire par Miss Blake aux journalistes que "M. Bertrand Russell, étant mort selon la presse japonaise, n'est pas en mesure de donner d'interview aux journalistes japonais".

En 1921, à leur retour au Royaume-Uni, Miss Blake est enceinte de cinq mois, si bien que Bertrand Russell divorce précipitamment d'Alys Pearsall Smith pour l'épouser. Ils ont deux enfants, John Conrad (le futur quatrième comte Russell) et Katharine Jane (plus tard Lady Katharine Tait). À cette époque, Russell écrit des livres et fonde avec Dora une école expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes...), la Beacon Hill School, en 1927.

En 1931, suite à la mort de son frère, il devient le troisième comte Russell.

Son mariage avec Dora Blake battait de l'aile, et ils finissent par divorcer lorsqu'elle eut deux enfants d'un journaliste (Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. On parle...) américain, Griffin Barry. En 1936, Lord Russell épouse Patricia Spence (surnommée "Peter"), qui était la gouvernante de ses enfants depuis 1930. Ils eurent un fils, Conrad Sebastian Robert, le futur cinquième comte Russell, célèbre historien et homme politique britannique.

À partir de 1939, il alla donner des cours aux États-Unis au City College of New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de...) mais en fut destitué en 1940 sous le prétexte que ses opinions sur le mariage et l'éducation le rendaient « moralement inapte » à enseigner.

En 1944, il regagna le Royaume-Uni pour enseigner à nouveau au Trinity College. En 1949, il reçut l'Order of Merit, et en 1950 le Prix Nobel de littérature.

Sa femme Patricia Spence, obtint le divorce en 1952, et il épousa peu après Edith Finch, avec qui il vécut jusqu’à sa mort.

Durant les années 1950 et 1960, il s'engagea dans diverses causes politiques, essentiellement pour le désarmement nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) et contre la Guerre du Viêt-Nam, prenant vigoureusement position contre la politique du gouvernement des États-Unis.

Il publia à la fin des années 1960 son autobiographie en trois volumes, et mourut en 1970 dans sa résidence (Le nom de résidence est donné à un ensemble de voies souvent qui forment une boucle ayant la...) de Plas Penrhuyn, à Penrhyndeydraeth, Merioneth, dans le Pays de Galles.

Page générée en 0.038 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique