Hépatite C - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Hépatite C
Classification et ressources externes
HCV EM picture 2.png
CIM-10 B17.1, B18.2
CIM-9 070.70,070.4, 070.5
OMIM 609532
DiseasesDB 5783
MedlinePlus 000284
eMedicine med/993  ped/979
MeSH D006526

L’hépatite C est une maladie infectieuse (Une maladie infectieuse est une maladie provoquée par la transmission d'un...) transmissible par le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le...) et due au virus de l'hépatite (L’hépatite (du grec hépar: foie) désigne toute inflammation aiguë ou...) C (VHC ou HCV en anglais), qui s’attaque au foie (Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans...). L'infection se caractérise par une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du...) du foie (l’hépatite) qui est souvent asymptomatique, mais qui peut évoluer vers une hépatite chronique et plus tard une cirrhose (La cirrhose est une maladie chronique du foie dans laquelle l'architecture hépatique est...) (fibrose cicatricielle du foie) et un cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement...) du foie.

Le virus de l'hépatite C (VHC) se transmet par contact de sang à sang. Il n’existe aucun vaccin disponible contre l'hépatite C. Les symptômes de l'infection peuvent être contrôlés médicalement et, chez une certaine proportion des patients, le virus peut être rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) indétectable par l’administration de médicaments anti-viraux au long cours. Bien que la prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) médicale précoce soit utile, les personnes atteintes d’une infection par le VHC ne présentent souvent que des symptômes bénins et, par conséquent, ne sont pas demandeuses d’un traitement. On estime que 150 à 200 millions de personnes dans le monde (Le mot monde peut désigner :) sont infectées par le virus de l'hépatite C essentiellement par la transfusion de sang qui n'a pas été soumis à un dépistage (Le dépistage, en médecine, consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou...) et la réutilisation d'aiguilles et de seringues non stériles. Le virus de l'hépatite C est l'un des six virus connus de l'hépatite virale (Les hépatites virales regroupent les infections provoquées par des virus se...): A, B, C, D, E, G.

Histoire

Au milieu des années 1970, Harvey J. Alter, responsable de la section des maladies infectieuses au département de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) transfusionnelle du National Institutes of Health, a démontré avec son équipe que la plupart des cas d’hépatite post-transfusionnelles n’étaient pas dus au virus de l’hépatite A ni à celui de l’hépatite B. Malgré cette découverte, les efforts de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) coordonnés au niveau international pour identifier le virus responsable de cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...), initialement baptisée hépatite non A non B (NANBH en anglais), sont restés sans résultat pendant une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix »...). En 1987, Michael Houghton, Qui-Lim Choo (Choo est le nom de l'étoile α de la constellation de l'Autel.), et George Kuo de la Chiron Corporation, en collaboration avec le Dr DW Bradley du CDC, ont utilisé une nouvelle approche de clonage (Le clonage désigne principalement deux processus. C'est d'une part la multiplication naturelle...) moléculaire pour identifier l'organisme inconnu. En 1988, l’existence du virus a été confirmée par Alter qui a vérifié sa présence chez un groupe de patients atteints d’hépatite non A non B. En avril 1989, la découverte du virus, connu maintenant sous le nouveau nom de virus de l'hépatite C (VHC), a fait l’objet d’une publication dans deux articles de la revue science.

Chiron a déposé plusieurs brevets sur le virus et ses méthodes de diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de...) sérologique. Une demande de brevet concurrente déposée par le CDC a été abandonnée en 1990 après que Chiron eut payé 1,9 millions de dollars au CDC et 337 500 $ à Bradley. En 1994, Bradley a poursuivi Chiron, pour faire invalider le brevet, se considérant lui-même comme co-inventeur, et demandant à recevoir des dommages et intérêts et des royalties. Il a renoncé en 1998 après avoir perdu devant une cour d'appel.

En 2000, les Drs. Alter et Houghton ont reçu le prix Lasker pour leurs travaux novateurs qui ont abouti à la découverte du virus de l'hépatite C et au développement de méthodes de dépistage permettant de réduire les risques d’hépatite post-transfusionnelle aux États-Unis de 30% dès 1970 et à le réduire à un niveau proche de zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr,...) en 2000.

En 2004, Chiron a obtenu 100 brevets dans 20 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) atteints par l'hépatite C et a poursuivi avec succès devant les tribunaux de nombreuses entreprises qui avaient utilisé illégalement son procédé. Les scientifiques et les concurrents se sont plaints que la société entravait la lutte contre l'hépatite C en exigeant des royalties trop élevées pour utiliser sa technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :).

Page générée en 0.088 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique