RIM-161 Standard Missile 3 - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Un Standard Missile Three (SM-3) tiré depuis le système de lancement vertical du croiseur USS Lake Erie (CG 70) de classe Ticondegora.

Le RIM-161 Standard Missile 3 (ou simplement SM-3), conçu par la société américaine Raytheon, complète le système de combat Aegis (« Égide ») dans le domaine de la lutte maritime contre les missiles balistiques à courte et moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans...) portée. Il est ainsi tiré depuis les navires disposant de l'Aegis qui peuvent l'utiliser efficacement avec leur radar (Le radar est un système qui utilise les ondes radio pour détecter et déterminer la distance et/ou la vitesse d'objets tels que les avions, bateaux, ou...) SPY.

Cette arme fut développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la famille des droites normales à la courbe.) dans le cadre de la défense antimissile, l'un des programmes les plus importants de la défense américaine.

Historique

Lancement du missile (Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :) Standard Missile 3 pour détruire le satellite (Satellite peut faire référence à :) USA 193

Le premier tir d'essai a eu lieu en septembre 1999. Le missile est opérationnel en 2008 dans la United States (Le United States est un paquebot construit en 1952 ; il est le plus grand jamais construit aux États-Unis, et toujours le plus rapide à ce jour.) Navy, la Force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles...) maritime d'auto-défense japonaise ainsi que dans la marine royale néerlandaise.

Bien que principalement conçu comme un missile anti-balistique, le SM-3 peut également être employé dans la lutte anti-satellite lorsque ces derniers se trouvent dans leurs orbites les plus basses.

Il s'agit d'une amélioration du RIM-67 Standard (Le RIM-67 Standard était un missile de conception américaine produit par la firme Raytheon. Il est issu du RIM-66 Standard, mais possède des...) SM-2ER Block IV.

En décembre 2007, le Japon a procédé à un essai réussi d'un SM-3 IA bloc à bord de JDS Kongo contre un missile balistique (La balistique est la science qui a pour objet l'étude du mouvement des projectiles.). C'était la première fois qu'un navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de...) japonais a été utilisé pour lancer le missile intercepteur au cours d'un test de l'Aegis Ballistic Missile Defense System. Dans ses précédents essais, la marine japonaise était en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non...) du suivi et de la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications,...).

En 2009, le gouvernement américain annonce son intention de déployer une version terrestre du SM-3 en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire...) dans les années 2010.

Faits d'armes

Son premier tir contre une cible réelle eut lieu lors de la destruction à 247 km d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la...) du satellite espion américain en perdition USA 193 le 21 février 2008.

Le 14 février 2008, Les États-Unis avaient annoncé leur intention d'utiliser un missile SM-3 modifié depuis un groupe de trois navires dans le Pacifique Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) afin de détruire un satellite d'espionnage américain en perdition : USA-193 à une altitude de 130 milles nautiques (240 kilomètres) peu de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) avant sa rentrée atmosphérique. Les autorités avait indiqués qu'elles souhaitaient réduire le danger pour les êtres humains d'une rentrée en atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) non contrôlée. Le satellite contenait en effet une substance toxique : l'hydrazine (L’hydrazine (ou Diazène), de formule chimique N2H4 et de formule semi-développée NH2-NH2, est un composé chimique liquide d’apparence semblable à l'eau, avec une odeur rappelant celle de...), un carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.) transporté par le satellite. Un porte-parole avait déclaré que les logiciels associés au SM-3 ne nécessiterait pas d'importantes modifications pour atteindre le satellite, reconnaissant, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de même que le missile n'avait pas été conçu en tant qu'ASAT (arme anti-satellite).

Le 21 février 2008 à 3:26 am (UTC) l'USS Lake Erie, un croiseur (Un croiseur est un navire de guerre, aujourd'hui, le plus puissant et le plus grand des bâtiments de combat, exception faite des porte-aéronefs.) lance-missiles de la classe Ticonderoga a tiré un seul SM-3 qui a frappé et détruit avec succès le satellite à une vitesse (On distingue :) d'environ 22 783 mph (36 667 km/h), alors que le satellite se trouvait à 247 km (133 milles) au-dessus de l'océan Pacifique (L'océan Pacifique, qui s'étend sur une surface de 180 000 000 km², est l'océan le plus vaste du globe terrestre. Il comprend entièrement l'Océanie et quelques autres îles et archipels qui traditionnellement...). L'USS Decatur, l'USS Russell, des unités sur terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus...), en l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...), sur mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) et également des capteurs spatiaux ont participé à l'opération.

Caractéristiques

Le missile

Ce missile mer-air dispose d'une liaison de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) cryptée avec le navire de guerre (Cet article décrit de manière générique le navire de guerre.) lanceur ( Lanceur, terme de l'astronautique Lanceur, terme du baseball ) permettant de contrôler l'arme pendant le vol. Son coût unitaire est estimé à 10 millions de dollars américain en 2009, les versions améliorées en développement à cette date coûteront entre 13 et 15 millions de dollars;

L'arme dispose de 4 étages :

  • Le booster (Le nom de booster (ou propulseur d'appoint) est donné au moteur-fusée qui est attaché aux navettes spatiales américaines.[1] Par généralisation, le terme peut s'employer pour tous les...) MK 42 permettant de lancer le missile depuis le vaisseau.
  • Un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie...) « double-poussée » MK 104 qui prend le relais juste après le lancement pendant la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de guidage en vol vers la cible.
  • Le moteur « troisième étage » MK 136 qui pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) le missile hors de l'atmosphère.
  • La tête cinétique (Le mot cinétique fait référence à la vitesse.) SM-3.

À l'extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) de ce moteur, à environ 30 secondes de l'impact avec la cible, ce troisième étage se renverse et éjecte la tête cinétique SM-3 (la « SM-3 KW » ou Kinetic Warhead en anglais).

Cette tête dispose d'un système de manœuvre extra-atmosphérique (SDACS : Solid Divert and Attitude Control System), piloté par un capteur (Un capteur est un dispositif qui transforme l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable, exemple : une tension électrique, une hauteur de mercure, une intensité,...) infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.) à longue portée de détection. Ce système permet de manœuvrer la tête jusqu'à la cible, et d'identifier l'endroit optimum de collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.) pour obtenir la meilleure chance de détruire la cible.

La SM-3 ne dispose pas d'une tête équipée d'une charge explosive, mais d'une masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à...) métallique nommée Lightweight Exo-Atmospheric Projectile (LEAP) (Projectile léger hors atmosphère en français) qui est propulsée à plus de 9 000 km/h par les 2e et 3e étages. La masse de la tête couplé à une grande vitesse permet de détruire la cible avec une énergie cinétique (L'énergie cinétique (aussi appelée dans les anciens écrits vis viva, ou force vive) est l’énergie que possède un corps du fait de son mouvement....) équivalente à celle d'un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de...) de 1 000 tonnes se déplaçant à 100 km/h.

Le fonctionnement du système d'arme

Le radar AN/SPY-1 du navire détecte la cible balistique et le système d'arme Aegis calcule une solution de tir sur la cible. Lorsque le missile est paré au lancement, le moteur fusée (Fusée peut faire référence à :) d'appoint Aerojet MK72 à combustibles solides lance le SM-3 hors du navire et de son système de lancement vertical (Le vertical (rare), ou style vertical, est un style d’écriture musicale consistant en accords plaqués.) (VLS) MK41. Le missile établit ensuite la communication avec le navire de lancement et la poursuite de la cible peut débuter.

Une fois que le booster a brûlé son combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique générant de la...), il se détache et c'est au tour du moteur fusée Aerojet MK104 à combustible solide et double poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) (DTRM) de prendre en charge la propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force...) dans l'atmosphère. Le missile reçoit de manière continue jusqu'à mi-parcours des informations d'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) du navire de lancement et est également aidé par des données GPS.

C'est au tour du moteur fusée de troisième phase ATK MK 136 à alimentation solide (TSRM) de se mettre à feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) et d'engager la phase finale de la poursuite, en dehors de l'atmosphère s'il le faut. Le TSRM assure la propulsion du SM-3 jusqu'à 30 secondes pour permettre l'interception. Une fois ce temps écoulé, le TSRM se sépare et le Projectile Léger Extra-Atmosphèrique (LEAP) à ogive cinétique (KW) commence à chercher sa cible en utilisant des données de pointage issues du navire de lancement. Un dispositif de petites fusées ATK et un système de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) d'altitude (SDACS) permet à l'ogive de manœuvrer dans la phase finale de l'engagement.

Les capteurs de l'ogive cinétique identifient la cible en s'assurant que la tête cinétique demeure continuellement pointé sur son objectif. Si l'ogive (KW) intercepte sa cible, elle dégage 130 mégajoules d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) cinétique au point (Graphie) d'impact.

Page générée en 0.010 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique