Jacques Pelletier du Mans

Jacques Pelletier du Mans - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Les Jardins Jacques-Pelletier du Mans

Jacques Pelletier du Mans ou Peletier, né au Mans, le 25 juillet 1517, mort à Paris en 1582, est un mathématicien et un poète humaniste français. Initiateur de la Pléiade, ami de Ronsard et de Du Bellay, on lui doit en mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) les noms des milliards. Il est un des premiers avec Guillaume (Guillaume est un prénom masculin d'origine germanique. Le nom vient de Wille, volonté et Helm,...) Gosselin à user de lettres en algèbre (L'algèbre, mot d'origine arabe al-jabr (الجبر), est la branche...) pour résoudre les systèmes d'équations linéaires. Préfigurant la logistique (La logistique est l'activité qui a pour objet de gérer les flux physiques d'une...) spécieuse, ses notations et ses exigences de fonder de façon abstraite les mathématiques font de lui un précurseur immédiat de François Viète (François Viète, ou François Viette, en latin Franciscus Vieta, est un...).

Biographie

la formation

Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même...) de Navarre en 1440

Jacques Pelletier est né dans un famille nombreuse (il est le neuvième des quinze enfants de l'avocat Pierre Pelletier et de Jeanne le Royer) ; son père est féru d'astrologie (L‘astrologie est l'ensemble des systèmes de croyances organisés en vue d'obtenir des...) et note l'heure (L'heure est une unité de mesure  :) de sa naissance, à quatre heures du matin. Avocat du Sénéchal du Maine et Bailli de Touvoie, employé par la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille,...) épiscopale, ce père le pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) vers des études de théologie et de droit ; mais de ses rencontres avec Jean Spineus, un ami de la famille, médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en...) et astrologue, naît cependant un amour des sciences. De cette époque datent également ses premiers démêlés avec l'orthographe et la grammaire.

Vers treize ans, il monte à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...), et se tourne vers la philosophie, qu'il étudie au Collège de Navarre, à Paris, où son frère Jean (de neuf ans son aîné) est professeur de mathématiques et de philosophie et Ramus son condisciple. Il étudie également les mathématiques et la médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) en autodidacte (Un autodidacte est une personne qui a appris par elle-même, en dehors des institutions...), puis revient au Mans, exercer son droit pendant cinq ans (vers 1538), probablement aidé par son frère Victor. Peu après, il apprend le grec, qui n'était pas pour lors enseigné au collège de Navarre.

Fréquentant le cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale...) littéraire de Marguerite de Navarre, il devient vers 1539 secrétaire de l'évêque René du Bellay (grand cousin du poète). On le retrouve au Mans en 1540 et, à nouveau, de 1541 à 1543, discutant déjà avec son protecteur de ses projets de réformes orthographiques. Il traduit alors L’art poëtique d’Horace en vers Français, où il plaide déjà pour l'utilisation de la langue vernaculaire et se lie d'amitié avec Pierre de Ronsard (tonsuré pour obtenu une cure, au Mans, le 6 mars 1543) et Joachim Du Bellay, dont on enterre l'oncle Guillaume du Bellay le 5 mars de la même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...). Avec eux, Jacques Pelletier fait parti des sept poètes formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de...) la Pléiade. C'est à lui que Ronsard montre en 1543 ses premières odes.

Au collège de Bayeux

Théodore de Bèze (1519-1605)

En 1543, le six novembre, il est nommé recteur du Collège de Bayeux, à Paris.

En 1545, il publie des commentaires sur Gemma Frison dans son Artihemticae practicae methodus facilis et la même année sa traduction d'Horace (la première traduction de l’Art poétique). En 1546, il est à Paris avec Ronsard et conseille à Du Bellay de préférer l'ode et le sonnet ; son jeune ami entre comme élève au collège de Coqueret. En 1547, il prononce l’oraison funèbre d’Henri VIII et publie ses premières Œuvres poétiques, qui comprennent des traductions des deux premiers chants de l’Odyssée d’Homère et du premier livre des Géorgiques de Virgile, douze sonnets de Pétrarque, trois odes d’Horace et une épigramme dans le style de Martial ; ce recueil de poésie inclut également les premières poésies publiées de Joachim du Bellay et de Pierre de Ronsard.

Il fréquente alors un groupe d’humanistes autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de Théodore de Bèze, Jean Martin, et Denis Sauvage. Il finit toutefois par s'opposer au premier d'entre eux à propos de la réforme de l'orthographe. Cette réforme, née sous la plume (Une plume est, chez les oiseaux, une production tégumentaire complexe constituée de...) d'un "anonyme" d'Abbeville est reprise en 1542, par Louis Meigret et ses "successeurs", Guillaume des Autels, Peletier du Mans, Ramus et Honoré Rambaud rencontre une farouche opposition chez Théodore de Bèze et un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de "conservateurs".

Premiers voyages ; de l'Arithmétique (L'arithmétique est une branche des mathématiques qui comprend la partie de la...) à l'orthographe

En 1547 Jacques Pelletier quitte son poste de recteur, qu'il juge (Le juge peut être un professionnel du droit, désigné ou élu pour exercer son office. Il peut...) ennuyeux, pour voyager et achève ses études de médecine entre 1549 et 1552. Il subit une crise de dysenterie alors qu'il est reçu médecin. Puis il visite Bordeaux, Poitiers, Lyons et Bâle, vivant de ses leçons de mathématiques et de sa pratique médicale. En 1549, il publie sa propre Arithmetique (un des premiers livres du genre en français) et en 1554, une algebre ou il développe les idées de Michael Stifel.

En 1550, il plaide enfin ouvertement pour une profonde réforme de l'orthographe dans son Dialogue de l'Ortografe et prononciation françoese. Il encourage notamment à enseigner les sciences dans un français rénové. Sa tentative de réforme de l’orthographe se heurte toutefois à l'habitude prise depuis la Renaissance de modeler le vocabulaire français sur ses racines latines. Pendant ces années passées entre Bordeaux, Poitiers et le Piémont (vers 1554), où il a peut-être été le précepteur du fils du maréchal de Brissac, Pelletier préconise une orthographe phonétique utilisant de nouveaux signes typographiques qu’il a continué à employer dans toutes les œuvres qu’il a publiées. C’est la raison pour laquelle « Peletier » est toujours orthographié avec un seul « l  ». Néanmoins, cette réforme est mal perçue et son orthographe phonétique rebute les lecteurs.

Lyon et l'art Poétique

Louise Labé(1524-1566) dont Jacques Pelletier fut amoureux

Entre 1553 et 1557, il s'installe à Lyon, où il se lie d'amitié avec les poètes et les humanistes Maurice Scève, Louise Labé, Olivier de Magny et Pontus de Tyard . Publiant en latin, Pelletier revient à la poésie avec L’amour des amours (1555) qui rend hommage au poète Lucrèce. Ce nouveau recueil de poésie, composé d’une série de sonnets et de poésies encyclopédiques décrivant des météores, des planètes et les cieux devait influencer les poètes Guillaume du Bartas et Jean Antoine de Baïf. Parcouru par de nombreux phénomènes d'allitérations, ces poésies aux rimes riches, le rapprochent plus des grands rhétoriqueurs que de des autres poètes de la Pléiade. C'est le premier recueil poétique de Peletier à paraître sous une orthographe réformée.

La même année, il donne l’Art poétique français à l’atelier de l’imprimeur Jean de Tournes au fils duquel, agé de quatorze ans, il enseigne la géométrie (La géométrie est la partie des mathématiques qui étudie les figures de l'espace...). Cet atelier, fréquenté par Louise Labé, dont Colleret prétendit qu'il fut amoureux, il en est en quelque sorte un des responsables. Dans ce manuel de composition poétique, Jacques Pelletier souligne que la poésie lui propose une véritable « récréation » et qu’elle est « un exercice d’une bien douce folie ». Dans la dédicace à Zacharie Gaudart, il indique aussi que « l’amour est un sujet capable ». Dans cette œuvre, il entreprend de définir les différents genres poétiques de son temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) et l’attitude que les poètes doivent avoir. Il a en particulier le « projet d’y pouvoir appliquer choses naturelles, Cosmographie, Astrologie, et autres choses dignes des plus nettes et graves oreilles ».

Derniers voyages, des éléments d'Euclide (Euclide, en grec ancien Εὐκλείδης...) à la peste (La peste (du latin pestis, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est...)

En 1557, Jacques Pelletier regagne Paris et s'occupe dès lors de médecine et de mathématiques ; il publie ses éléments d'Euclide : Euclidis elementa demonstrationum (1557), traité critique parJean Borrel et Christopher Clavius. Dans ce traité, Pelletier revient sur l'angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts...) de contact d'une courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du...) et de sa tangente. A l'opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à...) de Jérôme Cardan et de Christophe Clavius, il nie que l’angle de contact soit une grandeur infiniment petite et considère qu’il n’existe pas comme quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...). Il est soutenu dans ses efforts par Henri de Monantheuil. Pour lui, les mathématiques doivent partir de postulats et de conventions ; la vérité se dégage au fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine....) d'hésitations et de tâtonnements qui, loin de le conduire au désarroi, lui permettent de mettre en forme .

En 1558, il fait imprimer un discours solennel en latin appelant à la paix entre Henri II et de Charles Quint.

La tour de Michel de Montaigne, auquel Jacques Pelletier offrit un tallisman

Enfin, Pelletier passe les dernières années de sa vie (La vie est le nom donné :) à voyager en Savoie, en Allemagne, en Suisse, à Bâle, où il édite Jacobi Peletarii Medici et Mathematici rééditée chez Jamet Mettayer en 1581 ; le De Pestecompendium (une réfutation de Galien (Galien (en grec ancien Γαληνός / Galênós, en...) sur la peste) et De Constitntione Horoscopi entre 1562 et 1563. Il voyage également en Italie et dans diverses régions de France. De là, il publie de nombreuses œuvres en latin sur l’algèbre, la géométrie et les mathématiques, la médecine.

En 1572, il est brièvement directeur de l’université d’Aquitaine (Bordeaux), mais démissionne de ce poste qui le lasse. Pendant cette période, il a été en bons termes avec Montaigne et Pierre de Brach. Il plaide devant le parlement, en mauvaise posture (En posturologie, la posture est l'élaboration et le maintien actif de la configuration des...), et comme pour se disculper de sa faillite. Les guerres de Religion le retiennent en Anquitaine. En 1579, il est nommé à Poitiers, comme professeur de Mathématiques à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) mais le 15 octobre de la même année, il revient à Paris. Là, il engage la polémique avec Bressius qui lui reproche son âge et sa pauvreté, mais plus grave encore : d'ignorer le grec et d'appartenir à la religion réformée. En dépit de cette polémique à propos de la chaire créée par Ramus, Pelletier est enfin nommé directeur du collège du Mans, rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux...) de Reims.

En 1581, Il publie un dernier recueil de poésies Louanges . Entouré d'amis protestants et de protecteurs qui inclinaient à la réforme, Jacques Pelletier n'a jamais devié de la foi de ses pères. À la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) de Jacques Pelletier du Mans, Jean Dorat le remplace au sein de la Pléiade. Fêté de son temps par Scevolle de Sainte-Marthe, qui note l'étendu de ses talents ; Pontus de Tyard, Jean Vauquelin de La Fresnaye, et Guillaume Colletet, il sombra dans l'oubli dès le XVIIe siècle. Sa vie fut étudiée par Gilles Ménage mais il ne reste pas de trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le...) de cette monographie. Bayle le nomme à l'article Bonaventure Des Périers, dont Peletier fut l'ami. Sainte-Beuve le ridiculise... Pelletier du Mans ne retrouvera son importance qu'au XXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) avec Paul Laumonier et la réimpression de ses œuvres en 1904.

Jacques Pelletier du Mans
Page générée en 0.441 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique