Ligne Paris - Strasbourg - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Histoire de la ligne

Histoire

En 1842, l'Étoile de Legrand prévoit une ligne de chemin de fer devant relier Paris à la frontière d'Allemagne par Nancy et Strasbourg. Cette ligne est concédée à une Compagnie du chemin de fer de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) à Strasbourg, qui en assure la construction, ainsi que celle de deux antennes, l'une d'Épernay à Reims, l'autre de Frouard (près de Nancy) vers Metz.

Vu l'ampleur de la tâche, les travaux se font par étapes, et les mises en service sont échelonnées de 1849 à 1852.

Dès 1853, suivant la volonté de l'empereur Napoléon III qui souhaite regrouper les nombreuses compagnies de chemin de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le...) existantes, la Compagnie de Paris à Strasbourg fusionne avec d'autres d'importance un peu moindre, comme la Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes ou en 1854 avec le Strasbourg - Bâle, pour former la Compagnie des chemins de fer de l'Est.

La guerre franco-prussienne, achevée en 1871 sur une lourde défaite française, conduit à la cession de l'Alsace et de la Moselle. La partie correspondante de la ligne, ainsi qu'une partie du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) de la Compagnie de l'Est, passe alors sous contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) germanique dans le cadre d'une administration spécifique, la Kaiserliche Generaldirektion der Eisenbahnen in Elsass-Lothringen (Direction générale impériale des chemins de fer en Alsace-Lorraine, abrégé en Elsass-Lothringen, EL), qui impose ses standards techniques, dont la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles...) à droite. Une gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui...) frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux...) allemande est construite à Avricourt aux frais de la France. Elle est achevée en 1875.

Après la victoire française en 1918, la section Avricourt - Strasbourg de la ligne est gérée par le réseau ferroviaire (Un réseau ferroviaire est un ensemble de lignes de chemin de fer, de gares et d'installations...) d'Alsace-Lorraine (abrégé en Alsace-Lorraine, AL) ; la circulation à droite est maintenue.

  • Le 23/05/1971, création du TEE Kléber entre Paris et Strasbourg via Nancy.
  • Le 26/09/1971, création du TEE Stanislas entre Paris et Strasbourg via Nancy.
  • Le 25/09/1982, dernier jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de circulation du TEE Stanislas entre Paris et Strasbourg via Nancy.
  • Le 27/05/1989, dernier jour de circulation du TEE Kléber entre Paris et Strasbourg via Nancy.
  • En juin 2006, mise en place des premiers TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses...) Paris-Est - Strasbourg via la ligne classique.
  • Le 10/06/2007, mise en service de la 1re section de la LGV Est Européenne entre Vaires et Beaudrecourt utilisée par les TGV entre Paris-Est et Strasbourg.

Chronologie des mises en service

  • Janvier 1847 : gare de Strasbourg (La gare de Strasbourg est une gare ferroviaire située sur la commune de Strasbourg, dans le...) remplaçant la gare provisoire « hors les murs »
  • 5 juillet 1849 de Paris à Meaux
  • 21 août 1849 de Meaux à Épernay
  • 10 novembre 1849 d'Épernay à Châlons-sur-Marne
  • 10 juillet 1850 de Nancy à Frouard (et Metz)
  • 5 septembre 1850 de Châlons-sur-Marne à Vitry-le-François
  • 27 mai 1851 de Vitry-le-François à Bar-le-Duc
  • 29 mai 1851 de Strasbourg à Sarrebourg
  • 15 novembre 1851 de Bar-le-Duc à Commercy
  • 19 juin 1852 de Commercy à Frouard
  • 12 août 1852 de Nancy - Sarrebourg

Exploitation

Trafic

Entre Toul et Frouard (au nord-ouest (Le nord-ouest est la direction entre les points cardinaux nord et ouest. Le nord-ouest est...) de Nancy), la ligne est en tronc (Un tronc peut être :) commun avec le trafic nord-sud de l'axe Luxembourg - Thionville - Dijon, composé en grande partie de fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque...) en transit et de TER Lorraine (Le TER Lorraine est le réseau de lignes TER de la région administrative Lorraine. Son nom...) au départ de Nancy, mais aussi de Corail (Le corail est un animal de l'embranchement des Cnidaires, vivant généralement en colonies...) (et d'un TGV) de Metz vers Lyon et le sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de la France.

Entre Strasbourg et Réding (3 km à l'est de Sarrebourg), la ligne est en tronc commun avec le trafic de l'axe Strasbourg-Metz ; elle voit également passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) les TGV issus de la LGV Est européenne.

Description de la ligne

Tracé - Parcours

La ligne débute en gare de Paris-Est (La gare de l'Est est l'une des six grandes gares terminus du réseau de la SNCF à Paris....). Elle rejoint la Marne à Chelles - Gournay puis traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de...) ensuite Vaires - Torcy où s'embranche sur la gauche, la nouvelle ligne à grande vitesse (Une ligne à grande vitesse, ou LGV, est une ligne ferroviaire construite spécialement pour...) vers Strasbourg. Elle ne quittera plus la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme...) de la Marne (jusqu'à Vitry-le-François) en traversant un paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un...) typique de large vallée encadrée de collines plantées de vignes. À Épernay, elle laisse sur la gauche la ligne à voie unique Épernay - Reims et aborde une zone plus plate pour desservir Châlons-en-Champagne où aboutit la liaison transversale Amiens - Châlons. Continuant en ligne droite à travers une plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique...) très pauvre, elle traverse Vitry-le-François. Peu après, à Blesmes - Haussignémont, elle laisse sur la droite une ligne transversale vers Chaumont et remonte vers Bar-le-Duc. À partir de cette gare, le paysage change sensiblement pour devenir accidenté à la traversée des côtes de Meuse.

Elle quitte alors le bassin de la Seine pour entrer dans celui du Rhin (Le Rhin (Rhein en allemand, Rijn en néerlandais, Rhenus en latin, Rein en romanche) est un...) et arrive à Lérouville, importante gare de bifurcation vers Metz et Sarrebruck. La ligne dessert ensuite Commercy puis Toul, origine de la transversale Toul - Culmont-Chalindrey - Dijon. Un trajet très pittoresque le long de la Moselle mène à Frouard où se détache sur la gauche la ligne Frouard - Novéant vers Metz et Thionville, puis arrive à Nancy, importante métropole (Une métropole (du grec mêtêr, mère, et polis, ville) est la ville principale...) régionale.

Après Nancy, la ligne traverse une région industrielle en longeant la vallée de la Meurthe pour arriver à Blainville, origine d'un embranchement vers Lure. Elle traverse ensuite une région boisée pour arriver à Sarrebourg et laisse à gauche une transversale vers Metz. Elle entre maintenant en Alsace et, par un profil tourmenté au pied du massif (Le mot massif peut être employé comme :) vosgien, parvient à Saverne après une succession de tunnels au travers de collines plantées de sapins. Le relief (Le relief est la différence de hauteur entre deux points. Néanmoins, ce mot est souvent employé...) s'atténue et, après avoir traversé la plaine d'Alsace, elle arrive à Strasbourg, capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs,...) régionale et siège d'institutions européennes.

Infrastructure

La ligne Paris-Strasbourg (La ligne Paris-Strasbourg est une des principales lignes du réseau ferroviaire français....) est intégralement à double voie avec des sections à voies multiples :

  • Noisy - Lagny : 4 voies.
  • Nançois-Tronville - Lérouville : 3 voies.
  • Vendenheim - Strasbourg : 4 voies.

La plate-forme est dimensionnée pour 4 voies de Vitry-le-François à Lérouville et de Blainville à Sarrebourg.

Son profil est excellent sur la majeure partie de la ligne ou les déclivités ne dépassent pas 6 mm/m sauf sur le parcours Bar-le-Duc - Lérouville où elles atteignent 8 mm/m. Le rayon des courbes permet des vitesses de 150/160 km/h sauf lors de la traversée des contreforts Vosgiens vers la trouée de Saverne où la vitesse (On distingue :) maximum s'abaisse à 120/130 km/h.

Elle comporte 12 tunnels dont la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...) cumulée est de 8 455 m soit 1,7 % du parcours.

Le tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de...) de Chalifert (168 m), situé entre les gares de Lagny et d'Esbly, a été abandonné en raison de son mauvais état. Une déviation de 2 423 m a été construite en 1985 avec un nouveau tunnel légèrement plus long (181 m). L'ancienne plate-forme est conservée dans l'hypothèse d'une future mise à 4 voies du tronçon Lagny-Meaux, ce qui nécessitera la réfection complète de l'ancien tunnel qui n'était pas réalisable sans arrêter complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...) les circulations pour une longue durée.

Le tunnel d'Arzwiller (2 690 m) présente la particularité de croiser le tunnel du canal de la Marne au Rhin.

Le tunnel d'Hofmulh (248 m) est constitué de deux galeries à voie unique.

La ligne comporte de nombreux ponts sur rivière (En hydrographie, une rivière est un cours d'eau qui s'écoule sous l'effet de la...) mais pas de viaducs de grandes dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce...). Le viaduc (Un viaduc est un ouvrage d'art routier ou ferroviaire qui franchit une vallée, une...) sur la Zorn, à proximité d'Arzwiller, a une longueur de 91 m.

Un saut-de-mouton (Un saut-de-mouton est un dispositif ferroviaire constitué d'un pont, d'une tranchée ou d'un court...) de changement de sens de circulation (Le sens de circulation est un point fondamental du réseau de transport. Ce choix influe...) est situé au km 426,629 peu avant Sarrebourg. Il permet de passer de la circulation à gauche à la circulation à droite comme c'est la règle pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) du réseau ex Alsace-Lorraine.

Électrification

Dans la foulée des opérations d'électrification de la transversale Nord-Est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est...), la ligne Paris - Strasbourg (La ligne Paris - Strasbourg est une des principales lignes du réseau ferroviaire...) bénéficie du même sort dans les années 1960, avec l'équipement en 25 kV - 50 Hz monophasé.

Dates de mise sous tension :

  • Réding - Strasbourg : 17/12/1956
  • Revigny - Lérouville : 22/04/1959
  • Varangeville - Réding et raccordement de Réding : 11/02/1960
  • Toul - Frouard : 8/09/1960
  • Lérouville - Toul et Frouard - Varangeville : 15/12/1960
  • Chalons-en-Champagne - Revigny : 4/05/1961
  • Chézy - Chalons-en-Champagne : 27/09/1961
  • Raccordement d'Epernay : 18/05/1962
  • Paris-Est - Chézy : 22/05/1962
  • Raccordements de Lérouville et de Toul : 5/04/1965

L'alimentation électrique (Le terme d'alimentation électrique désigne un ensemble de systèmes capables de fournir de...) est assurée par 11 sous-stations 25 kV-50 Hz :

  • Noisy-le-Sec (PK 7,5)
  • Villenoy (PK 42,2)
  • Chézy (PK 91,0)
  • Mardeuil (PK 137,5)
  • Cheppes (PK 189,9)
  • Salmonpré (PK 239,1)
  • Lérouville (PK 290,4)
  • Choloy (Ligne Chalindrey - Toul)
  • Grise-Côte (PK 358,0)
  • Imling (PK 429,8)
  • Mommenheim (PK 477,8)

Superstructure

De Paris à Château-Thierry

  • Paris-Est [T][P]
  • Pantin (RER)(E)
  • Noisy-le-Sec (RER)(E)
  • Bondy (RER)(E)
  • Le Raincy - Villemomble - Montfermeil (RER)(E)
  • Gagny (RER)(E)
  • Le Chénay - Gagny (RER)(E)
  • Chelles - Gournay (RER)(E) [T][P]
  • Vaires-Torcy [T][P]
  • Lagny-Thorigny [T][P]
  • Esbly [T][P]
  • Meaux [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Trilport [T][P]
  • Changis-Saint-Jean [T][P]
  • La Ferté-sous-Jouarre [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Nanteuil-Saâcy [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Nogent-l'Artaud-Charly [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Chézy-sur-Marne [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Château-Thierry [T][P] TER Champagne-Ardenne

De Château-Thierry à Nancy

  • Château-Thierry [T][P] TER Champagne-Ardenne
  • Dormans TER Champagne-Ardenne
  • Épernay TER Champagne-Ardenne
  • Châlons-en-Champagne TER Champagne-Ardenne
  • Vitry-le-François TER Champagne-Ardenne
  • Blesme - Haussignemont TER Champagne-Ardenne
  • Revigny TER Lorraine
  • Bar-le-Duc TER Lorraine
  • Nançois-Tronville TER Lorraine
  • Commercy TER Lorraine
  • Pagny-sur-Meuse TER Lorraine
  • Foug TER Lorraine
  • Toul TER Lorraine
  • Fontenoy-sur-Moselle TER Lorraine
  • Liverdun TER Lorraine
  • Frouard TER Lorraine
  • Champigneulles TER Lorraine
  • Nancy TER Lorraine

De Nancy à Lunéville

  • Nancy TER Lorraine
  • Jarville-la-Malgrange TER Lorraine
  • Laneuveville-devant-Nancy TER Lorraine
  • Varangéville-Saint-Nicolas TER Lorraine
  • Dombasle-sur-Meurthe TER Lorraine
  • Rosières-aux-Salines TER Lorraine
  • Blainville-Damelevières TER Lorraine
  • Mont-sur-Meurthe TER Lorraine
  • Lunéville TER Lorraine

De Lunéville à Strasbourg

Page générée en 0.175 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique