Mirail
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le lac de la Reynerie au Mirail, vu des hauteurs du parc qui l'entoure.

Le Mirail est un ensemble composé de trois quartiers de Toulouse : du nord au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), Mirail-Université, La Reynerie et Bellefontaine. Ils forment le quartier numéro 17 de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations...) de Toulouse en Haute-Garonne. Les trois quartiers forment aussi le Canton de Toulouse-12. 67% des logements de cet ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) sont des logements sociaux. Au recensement (Le recensement est une opération statistique de dénombrement d'une population.) de 1999, Bellefontaine comptait environ 8900 habitants, Reynerie 9800 et Mirail (Le Mirail est un ensemble composé de trois quartiers de Toulouse : du nord au sud, Mirail-Université, La Reynerie et Bellefontaine. Ils forment le quartier numéro...) Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) 4300. Par analogie, le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de géographie de...) appelé Grand Mirail a été étendu aux grands ensembles antérieurs qui le jouxte(Bagatelle, Faourette, Papus, Tabar, Bordelongue,...) formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de hauteur : plus la fréquence est élevée, plus la hauteur...) un quartier d'environ 40 000 habitants réf. à confirmer : .

Situation

Position du quartier n°17 regroupant les quartiers du Mirail dans la ville de Toulouse

Les quartiers du Mirail sont situés dans le sud-ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le sud-ouest est opposé au nord-est.) de Toulouse, juste à l'extérieur du périphérique toulousain. Ils se situent sur une zone qui se trouve grossièrement centrée selon un axe nord-sud sur la frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière peut fortement varier suivant les régions et les...) entre la plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des pentes relativement faibles....) basse de la Garonne et la première terrasse alluviale.

Histoire

La construction de Bellefontaine est une des premières étapes de la construction du Mirail. En 1961, la municipalité SFIO de Toulouse, dirigé par Louis Bazerque, sensibilisé par le débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou opinions divergentes pour le sujet considéré. ...) du moment sur Paris-Parallèle, lance un concours pour un plan d'urbanisation. Les architectes Georges Candilis, P. Dony, A. Josic, S. Woods accompagnés des ingénieurs N. Piot et J. François emportent le concours. Ce n'est qu'en octobre 1964 que le quartier de Bellefontaine est commencé. La construction du quartier, constitué essentiellement d’HLM, pourra être terminée en 1972. Elle doit répondre à un besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les besoins...) de logement. Ces logements sont censés accueillir les jeunes ménages, les étrangers. Le centre régional prévu sur le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) se constitue au coup par coup: hypermarché Casino, trois organismes administratifs ou para-administratifs, l'école d'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.), la radiotélévision, la Direction régionale des Douanes et le siège régional du Parti communiste français. Les zones d'activités sont situées à la périphérie (Le mot périphérie vient du grec peripheria qui signifie circonférence. Plus généralement la périphérie désigne une...), comme prévu. Mais le constat est amer, tant de la part de l'architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture...) qui parle d'un "ghetto des pauvres", que de la part du maire : "Ce fut mon grand échec. J'aurais voulu qu'il n'y ait pas de ségrégation, que soit mixés H.L.M., logements moyens et standing". C’est un réel problème puisque il a contribué à une ségrégation physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un...) entre la ville et les quartiers. Le quartier du Mirail est isolé par les zones industrielles qui l’entourent, mais aussi par la rocade.

Projet architectural et construction

Un immeuble à Bellefontaine. On distingue les coursives aux 5e et 9e étages.

Au début des années 1960, l'équipe de l'architecte Georges Candilis gagne un appel d'offre de la mairie de Toulouse pour un projet de ville nouvelle à l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) de Toulouse, dans le cadre d'une procédure de Zone à urbaniser en priorité (ZUP). Le projet présenté reprend quelques principes d'urbanisme (L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant l'étude du phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de la ville et de ses...) utilisés dans les grands ensembles de la région parisienne mais y ajoute des éléments novateurs dans la conception des circulations : la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :) des piétons et des véhicules par une dalle reliant les trois quartiers, associée à des coursives courant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) du long des barres d'immeubles aux 5e et 9e étages. La dalle couvre une partie importante des espaces de stationnement (Le stationnement tout comme l’arrêt d’un véhicule consiste en une immobilisation de ce dernier.), et permet de rejoindre à pied les centres commerciaux et les équipements scolaires de chaque quartier sans jamais avoir besoin de marcher au niveau de la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les...). L'idée générale est de faciliter le contact et les rencontres entre habitants, faisant du quartier un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les relations...) révolutionnaire que des urbanistes du monde (Le mot monde peut désigner :) entier viennent visiter.

Organisées en tripodes formant des Y, les barres d'immeubles constituent des unités centrées sur des parcs, des jardins et des équipements (commerces, écoles, services). Des éléments du passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des...) agricole de la zone sont conservés et sont intégrés dans les parcs, comme par exemple des pigeonniers. Des boulevards urbains marquent les limites des trois quartiers et assurent les connexions vers le centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. Il est également appelé hypercentre dans le cas des grandes agglomérations. C'est le lieu des manifestations culturelles et sportives, des échanges...) et les routes reliant les villages environnants.

Enfin, un lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une stratification, une zonation, ou une régionalisation des...) artificiel est mis en place, résultant de la remontée de la nappe phréatique dans la zone creusée pour obtenir les graviers nécessaires à la fabrication du béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels (granulats légers) agglomérés par un liant.) des constructions. Les abords du lac ont été aménagés en parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou à...) et espaces de jeux. Le lac sert également de tampon pour réguler le débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) des eaux pluviales rejetées à la Garonne.

Les trois quartiers sont réalisés en plusieurs phases : Bellefontaine, La Reynerie puis Mirail-Université. Cependant, pour des raisons politiques puis économiques, le projet est remodelé, avec des distorsions notables par rapport aux plans initiaux. En effet, les autorisations nécessaires au démarrage des travaux tardent d'abord, entre les tergiversations et l'incompréhension d'un projet d'une ampleur alors inégalée, puis lorsqu'elles sont finalement délivrées, c'est l'économie qui se met à battre de l'aile vers la fin des années 1960. Le projet démarre donc avec 4 ans de retard, puis reste inachevé en 1972 alors qu'il est réalisé à un peu plus des deux tiers. L'urbanisation du dernier quartier se termine en particulier par la construction de pavillons, sous forme d'une "coulée verte (On appelle coulée verte un espace vert aménagé et protégé dans le cadre d'un plan d'urbanisation. Il peut avoir une vocation de corridor biologique et être un...)", occupant une proportion de terrain sensiblement plus vaste que prévue. Au final, au lieu d'accueillir cent mille habitants, le Mirail n'en héberge que moins de la moitié.

Évolutions du quartier et réhabilitations

À la fin des années 1980, les commerces situés sur la dalle piétonne périclitent, les problèmes de vandalisme et d'insécurité dans les parkings vont croissant, moins liés à la forme architecturale du quartier qu’au chômage et à l’exclusion dont les habitants sont victimes. Ces facteurs conduisent finalement à la remise en cause du principe de la dalle dans les années 1990. Les commerces sont alors progressivement transférés dans des locaux situés au niveau de la rue, puis à l'occasion de l'arrivée du métro (Un métro, apocope du terme métropolitain lui-même abréviation de chemin de fer métropolitain, est un chemin de fer urbain souterrain le plus souvent, sur viaduc quelquefois, au sol rarement.) en 1993, une partie substantielle de la dalle est détruite lors du réaménagement de la place Abbal et des abords de la station de métro de Bellefontaine.

En 2001, la partie sud (Reynerie et Bellefontaine) est durement touchée par le souffle de l'explosion (Une explosion est la transformation rapide d'une matière en une autre matière ayant un volume plus grand, généralement sous forme de gaz. Plus cette transformation...) de l'usine AZF.

Les quartiers de La Reynerie et de Bellefontaine ont été la scène d'émeutes en 2005 et en 1998, les propulsant sur la scène médiatique. Le fort taux de chômage, la déscolarisation, une population d'origine immigrée nombreuse et en mal d'intégration en font des quartiers classé "sensibles" malgré la convivialité qui s'y développe.

Un Grand Projet de Ville (Le grand projet de ville est totalement intégré au contrat de ville (cadre politique de la ville) qu’il vient renforcer afin d’obtenir un effet de masse susceptible...), en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de réalisation depuis 2005, a principalement pour objectif de réduire la proportion de logements sociaux à 50% et de remplacer 1 363 logements répartis dans quelques barres par des logements neufs regroupés dans des immeubles plus petits (4 à 6 étages au maximum). Ce projet intègre en outre les quartiers Empalot, Bagatelle et La Faourette. En outre, il a pour but de réorganiser les accès au quartier en restructurant les rues et passages et en donnant plus de lisibilité aux espaces.

Page générée en 0.614 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique