Peste - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

La peste : représentations et significations

La peste dans l'art pictural

Détail de la peinture de Antoine-Jean Gros Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa

Les mystères entourant l'épidémie, la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...) et l'influence des récits antiques et bibliques sur les croyances populaires ont largement inspiré les auteurs et artistes jusqu'à la renaissance. À partir des textes bibliques, Nicolas Poussin représente dans La Peste d’Ashdod (1630) les Philistins frappés par la peste en transformant l'anecdote en mythe. Le châtiment de David (retraçant le choix du roi entre la guerre, la famine et la peste dans 'Livre II Samuel'), est figuré dans la peinture classique du XVIIe siècle. Sébastien Bourdon réalise une gravure intitulée Peste de David. Castiglione grave Les Trois Jours de peste.

Les « danses macabres » constituaient des représentations d’épisodes de peste, notamment celle de l'église (L'église peut être :) de Lübeck (1460), aujourd'hui disparue.

Le thème de la peste inspira de nombreux artistes tels :

  • David (Saint Roch intercédant auprès de la Vierge pour les malades de la peste, (1780)) ;
  • Michel Serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les cultures produites pour l'alimentation ou le...)
  • Raphaël ;
  • Antoine-Jean Gros (Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa) ;
  • Jules-Élie Delaunay ;
  • Jean-François de Troy...

La peste dans le langage courant

Autrefois trois mots résumaient les précautions à prendre contre la peste : « cito, longe, tarde », sous-entendant que dès l’apparition des premiers signes de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) dans un lieu, il fallait partir vite, aller loin et y rester longtemps.

Le mot peste est devenu au fil du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) un qualificatif pour toutes épidémies infectieuses surtout dans l’antiquité et au Moyen Âge. Il est entré dans le langage populaire pour désigner une chose ou une personne pernicieuse, malicieuse, mauvaise ou espiègle puis dans des expressions telle que « fuir quelque chose comme la peste », marquant la volonté d'éviter quelqu'un ou une chose de manière absolue (L'absolue est un extrait obtenu à partir d’une concrète ou d’un résinoïde par extraction à l’éthanol à température ambiante ou...).

La peste comme image de technique de pouvoir

Pour Michel Foucault (Paul Michel Foucault, né le 15 octobre 1926 à Poitiers et mort le 25 juin 1984 à Paris, est un philosophe français. Il fut, entre 1970 et 1984,...) dans les Anormaux, la peste est une technique de pouvoir spécifique. Il lui oppose la Lèpre (La lèpre (ou maladie de Hansen) est une maladie infectieuse chronique due à Mycobacterium leprae (une bactérie proche de l'agent responsable de la tuberculose identifiée par le...). Ainsi, au Moyen Age, on excommuniait le lépreux : on allait même à lui prononcer une oraison funèbre, puis on l'expulsait des villes. Stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) ancienne du pouvoir, qui consiste à extérioriser la maladie. Avec la Peste, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) est différent. On quadrille les villes : les villes sont sous l'autorité d'un préfet, qui les subdivise en quartiers, les quartiers en districts, les districts en blocs, etc., imposant des hiérarchies et des contrôles à tous les échelons. Un responsable de rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce...) passe et vérifie chaque maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) à intervalle régulier, invitant les appelés à se présenter à une fenêtre (En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur ou un pan incliné de toiture, avec ou sans vitres.) désignée. "Si un ne se présentait pas, c'est qu’il était couché. S’il était couché, c’est qu’il était malade. S’il était malade, c'est qu’il était dangereux." Michel Foucault généralise ensuite cette idée de peste : de la conception de la lèpre qui excluait les lépreux en masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la...), le pouvoir préfère à présent, dit Foucault, quadriller, afin d'appliquer sa puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) normative sur les individus. Le but, pour Foucault, n’est plus de purifier la population, mais de produire une population saine.

Histoire de la peste et des épidémies

Peste : un terme historique générique

Au Moyen-Age, le terme de « peste », ou ses équivalents, ne désigne pas nécessairement la maladie aujourd'hui nommée peste, ni même une autre maladie spécifique. Il s'appliquait à toute épidémie importante, toute maladie frappant une communauté – phénomène difficile à expliquer sans le concept de contagion – et rapportées plus souvent à des superstitions qu'à des causes matérielles. La première épidémie où l'on peut reconnaître avec certitude la maladie que nous nommons peste est la Peste de Justinien (seconde moitié du VIe siècle). Toutefois, la maladie existait certainement avant cette date. Ses origines sont cependant mal connues ; si on les situe souvent en Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des...) centrale, l’idée a été récemment avancée que la peste était présente dans l’Égypte pharaonique. Les sociétés antiques étaient régulièrement frappées par des maladies épidémiques et ne pouvaient que difficilement les différencier. De nombreuses sources relatent de tels fléaux.

Les principales épidémies

La peste est évoquée dans l'Ancien Testament comme un fléau envoyé par Dieu aux Hébreux. Le roi David est châtié par Dieu et doit faire le choix entre subir sept années de famine, trois mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de guerre, ou trois jours de peste ; il choisit la peste (Livre II Samuel 24).

Les Grecs ont également subi de telles maladies. Ils attribuaient traditionnellement la peste à la vengeance d’Apollon comme cela est décrit dans l’Iliade. C’est avec un regard plus rationnel que Thucydide évoque une épidémie infectieuse lors du conflit entre Sparte et Athènes, vers -430, que l'on nomme généralement "peste d'Athènes". La maladie n'a toutefois pas été identifiée avec certitude et de nombreuses hypothèses ont été avancées (notamment la rougeole (La rougeole (également appelée 1re maladie) est une infection virale éruptive aiguë. Elle atteint essentiellement les enfants à partir de l’âge de 5-6...), variole (La variole ou petite vérole est une maladie infectieuse d'origine virale, très contagieuse et épidémique, due à un poxvirus. Elle a été totalement...), grippe (La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par trois virus à ARN de la famille des Orthomyxoviridae (Myxovirus...), fièvre (La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à sang chaud par dérèglement du...) typhoïde.). Aujourd'hui la principale hypothèse est le typhus (Le typhus (du grec τῦφος typhos: stupeur, torpeur) est le nom donné à un groupe de maladies similaires, graves pour l'homme.).

L’Empire romain connut d’importantes épidémies, en particulier à partir du deuxième siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait...) de notre ère, la mieux connue étant la peste antonine qui sévit à Rome en l'an 166. Galien nous en a laissé une description qui laisse souvent penser que la maladie en question était en fait la variole.

Carte de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une information), voire de...) de la peste noire (La peste noire est une pandémie de peste bubonique qui a touché la population européenne entre 1347 et 1351. Elle n'est ni la première ni la dernière...)

Après la peste dite de Cyprien (vers 250), l'Antiquité fut marquée par la Peste de Justinien (seconde moitié du VIe siècle) identifiée avec une grande certitude à la peste bubonique (La peste bubonique est la forme la plus fréquente de peste en milieu naturel. Elle fait suite à l'infection par la piqûre de la puce d'un rat ou d'un rongeur infecté. La peste se déclare d'abord chez...). Par la suite la peste semble disparaître de l'Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de l'Histoire. À une...) au début du Moyen Âge.

En 1347, des navires infectés abordent en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire...) et déclenchent une épidémie dont mourra un quart de la population occidentale en quelques années.

Jusqu'au XVIIIe siècle, des épisodes majeurs de peste sont encore signalés régulièrement en Europe, comme à Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui devenue un centre culturel, commercial et...) en 1665-1666 et à Marseille en 1720.

La dernière pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une...), qui commença en 1894, permit de découvrir le bacille responsable de la peste.

Appelé en urgence à Bombay où une épidémie de peste bubonique s'est déclarée en octobre 1896, Waldemar Haffkine met au point (Graphie) le premier vaccin le 10 janvier 1897.Appelé aussi lymphe d’Haffkine ce vaccin était composé de germes tués .

1908 : mise au point d'un sérum antipesteux

1921 : vaccin aqueux de l'institut Pasteur (L’Institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui se consacre à l'étude de la biologie, des microorganismes, des maladies et des vaccins. Il est ainsi nommé...)

1932 : G. Girard et J. Robic mettent au point un vaccin préparé avec des bacilles pesteux de virulence (La virulence désigne le caractère pathogène, nocif et violent d'un micro-organisme (bactérie ou champignon). La virulence d'un pathogène létal est...) atténuée : utilisé dès 1933 ce vaccin antipesteux EV (pour Evesque, nom de la victime sur laquelle a été isolée la souche du vaccin) restera le seul traitement efficace contre la peste pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre Pulmonaria. Elles doivent leur nom au fait que, selon les Romains, leur racine était censée guérir les maladies du poumon...) jusqu'au traitement de la maladie par les sulfamides puis par les antibiotiques.

Aujourd'hui, la peste touche à 99% les continents africain et asiatique. Dans les années 1990, on a relevé quelques cas en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par l'océan Atlantique. Elle...) du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) et en Amérique du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.). Le dernier cas de peste en France (Corse) date de 1946.

L'OMS la classe comme « maladie réémergente ». On compte quelques milliers de cas chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) dans le monde (Le mot monde peut désigner :) et leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) augmente de façon régulière depuis vingt ans. La géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et "γραφειν"...) de la maladie s'est modifiée. Dans les années 1970, l'Asie était le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste...) le plus touché. Désormais, l'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées. Avec une population de...) recense plus de 90 % des cas. Pays les plus frappés : Madagascar (Madagascar (Madagasikara en malgache), ou la République de Madagascar (Repoblikan'i Madagasikara en malgache) pour les usages officiels, est un État indépendant...) et la République démocratique du Congo. Si la peste tue moins que les grandes pandémies contemporaines, comme le sida ou la malaria, sa recrudescence inquiète néanmoins les scientifiques.

La peste en tant qu'arme bactériologique

La peste a été utilisée comme arme par l’armée impériale japonaise lors de l’invasion de la Chine, notamment dans la région de Changde. Ces armes étaient utilisées à la suite d'essais menés par des unités de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) bactériologiques comme l'unité 731 qui pratiquaient des expérimentations sur des humains.

Plus tard, les Américains, qui avaient gracié les criminels de guerre de l'équipe de Shiro Ishii, et les Russes, qui avaient condamné pour crimes de guerre douze Japonais lors du procès de Khabarovsk, ont travaillé sur des aérosols de Yersinia pestis.

Page générée en 0.186 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique