Joseph-Louis Lagrange - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Joseph-Louis Lagrange
Joseph-Louis Lagrange
Naissance 25 janvier 1736
Turin (Royaume de Sardaigne)
Décès 10 avril 1813 (à 77 ans)
Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) (France)
Nationalité Italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur....), française
Champs Mathématiques, Physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...)
Institution École polytechnique
Célèbre pour Mécanique analytique (La mécanique classique peut être écrite (formalisée) de différentes manières. La plus...), Mécanique céleste (La mécanique céleste est un terme qui désigne la description du mouvement d'objets...), analyse mathématiques, Théorie des nombres (Traditionnellement, la théorie des nombres est une branche des mathématiques qui s'occupe...)
Distinctions Son nom est sur la Liste des soixante-douze noms de savants inscrits sur la tour Eiffel (La tour Eiffel, initialement nommée tour de 300 mètres, est une tour de fer puddlé...)

Joseph Louis, comte de Lagrange (en italien Giuseppe Lodovico Lagrangia), né à Turin (Turin (Türìn en piémontais - Torino en italien) est une ville, chef-lieu de la...) le 25 janvier 1736 et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si...) à Paris le 10 avril 1813 (à 77 ans), est un mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute...), mécanicien et astronome (Un astronome est un scientifique spécialisé dans l'étude de l'astronomie.). Italien, mais de famille française par son arrière-grand-père, il passa trente ans dans le Piémont, puis vingt-et-un ans à Berlin, et le restant de ses jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) à Paris.

Sa vie

Joseph Louis Lagrange naît à Turin de parents italiens. Élève brillant issu d'un milieu aisé, il étudie au collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même...) de Turin. Il prend goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) pour les mathématiques par hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon...) à l'âge de 17 ans après la lecture d'un mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir...) de Edmund Halley portant sur les applications de l'algèbre (L'algèbre, mot d'origine arabe al-jabr (الجبر), est la branche...) en optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement...). Le sujet l'intéresse au plus haut point (Graphie). Dès lors, il se passionne pour les mathématiques qu'il étudie seul et assidûment. Il devient rapidement un mathématicien confirmé et ses premiers résultats ne se font pas attendre. Dans une lettre adressée à Leonhard Euler (Leonhard Paul Euler, né le 15 avril 1707 à Bâle et mort le...), sans doute le plus grand mathématicien de l'époque, il jette les bases du calcul variationnel. Cet échange est le début d'une longue correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le...) entre les deux hommes. Lagrange a alors 19 ans et enseigne à l'école d'artillerie de Turin où il fut nommé en 1755. Il fonde en 1758 l'Académie des Sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche...) de Turin qui publiera ses premiers résultats sur l'application du calcul variationnel à des problèmes de mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes...) (propagation du son, corde vibrante...). En 1764, ses travaux sur les librations de la lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) (petites variations de son orbite) sont récompensés par le Grand Prix de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs...) des Sciences de Paris.

Lagrange quitte sa ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) natale en 1766 pour s'installer à Berlin où il est nommé directeur de la classe mathématique de l'Académie de Berlin, succédant ainsi à Euler. Le roi Frédéric II de Prusse souhaitait que « le plus grand roi d'Europe » ait « le plus grand mathématicien d'Europe ». Il se marie un an plus tard mais n'aura pas d'enfants. Commencent alors vingt années de publications aussi régulières que le permet la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) fragile de Lagrange. Ses travaux, qui s'inscrivent dans les mathématiques et la mécanique, font de lui un nom incontournable dans ces domaines. Il se consacre à des problématiques variées : Algèbre, calcul infinitésimal (Le calcul infinitésimal (ou calcul différentiel et intégral) est une branche des mathématiques,...), probabilités, théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) des nombres, mécanique théorique, mécanique céleste, mécanique des fluides (La mécanique des fluides est la branche de la physique qui étudie les écoulements de fluides...), cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes géographiques. Le...)... Ce sont plus de 80 mémoires qui sont publiés par Lagrange durant cette période berlinoise. Le décès de sa femme en 1783 après de longues années de maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) le plonge dans la dépression. Trois ans plus tard, la mort du roi Frédéric II (son protecteur) rend sa position à Berlin inconfortable. Il reçoit de nombreuses propositions d'emploi venant d'Italie et de France. Le mathématicien convoité retient l'offre de l'Académie des Sciences de Paris, qui n'inclut pas d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une...)... Et quitte définitivement Berlin en 1787.

Lagrange publie son célèbre livre de Mécanique Analytique en 1788, alors membre de l'Académie de Paris (L'académie de Paris est la circonscription scolaire et universitaire correspondant...). Cet ouvrage, écrit lorsque il était encore en Allemagne, est l'aboutissement ses travaux en mécanique et en analyse ce qui en fait l'élément phare de son œuvre. Par chance, il n'est pas inquiété lors de la Révolution française. Il doit à son génie d’échapper aux mesures de répression contre les étrangers. Des arrêtés spéciaux du Comité de salut public lui permettent de continuer d’exercer ses fonctions. Il participe à partir de 1791 à la Commission des Poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la...) et Mesures, il est donc l'un des pères du système métrique et de la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par...) décimale des unités. Il se remarie en 1792 avec la fille d'un collègue astronome. L'Académie des Sciences est supprimée en 1793 et un an plus tard, son collègue et ami Lavoisier est exécuté, victime du règne de la Terreur. Cet événement le touche beaucoup, il déclare à son sujet: "Il a fallu un instant pour couper sa tête, et un siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) ne suffira pas pour en produire une si bien faite." Lagrange devient le premier professeur d'analyse de l'École polytechnique fondée en 1794 et enseigne un an plus tard à l'École normale. Sa voix fébrile (Terme médical (du latin febrilis, de febris signifiant fièvre) signifiant...) et son accent italien font qu'il est peu apprécié des étudiants... Il continue à publier des ouvrages d'analyse, on peut citer: Théorie des fonctions analytiques (1797) et Leçons sur le calcul des fonctions (1800).

Il est nommé sénateur au Sénat conservateur le 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799). Avec Monge et Laplace, il fait partie des savants nommés à siéger dans cette assemblée. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1808 par Napoléon et devient Comte de l'Empire.

Il décède à Paris à l'âge de 77 ans, laissant derrière lui une œuvre conséquente qui a permis des avancées dans toutes les branches des mathématiques et de la physique de son époque. Surtout connu pour avoir introduit la méthode analytique en géométrie (La géométrie est la partie des mathématiques qui étudie les figures de l'espace...), il n’en a pas moins étudié toutes les branches des mathématiques et a laissé d’importants travaux tant en géométrie qu’en trigonométrie (La trigonométrie (du grec τρίγωνος /...) et en mécanique.

Il est inhumé au Panthéon de Paris.

Page générée en 0.135 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique