Sensibilité électromagnétique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

La sensibilité électromagnétique (ou électro-sensibilité, ou électro-hypersensibilité ou HSEM) est un trouble dans lequel une personne déclare connaître des symptômes de maladie qui sont selon elle causés ou aggravés par des champs ou des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible...) électromagnétiques.

Les symptômes décrits sont reconnus comme réels (par l'OMS par exemple), mais la recherche scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) globalement conclut à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) que les champs ou ondes électromagnétiques n'en sont pas la cause.
En particulier, des études en double aveugle ont montré que les champs électromagnétiques n'étaient pas à l’origine des symptômes constatés, et que ceux-ci pourraient donc être d'ordre psychologique. De même, l’Organisation mondiale de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) (OMS) considère qu’il n’y a pas d’éléments scientifiques qui permettraient d'appuyer l’affirmation que la sensibilité électromagnétique (La sensibilité électromagnétique (ou électro-sensibilité, ou...) soit réellement causée par les champs électromagnétiques, et non par des troubles psychologiques.

Cependant, les personnes concernées et des associations affirment que le phénomène est causé par des expositions électromagnétiques, et mettent en cause les moniteurs d'ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant...), les antennes-relais de la téléphonie mobile (La téléphonie mobile désigne toute l'infrastructure de télécommunication permettant d'utiliser...), le WiMAX (WiMAX (acronyme pour Worldwide Interoperability for Microwave Access) est une famille de normes...) , les lignes à haute tension (La tension est une force d'extension.), les transformateurs électriques ou encore les téléphones mobiles eux-mêmes. Elles s’appuient entre autres sur le rapport Bioinitiative publié en aout 2007, qui prétend apporter des preuves scientifiques concernant les effets sanitaires des champs électromagnétiques. De grandes institutions sanitaires réfutent toutefois la qualité de ce rapport.

Les proportions de personnes se disant électrosensibles varient de quelques personnes par million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...) à 8 % des personnes interrogées. Dans les cas les plus sévères, les personnes sont tellement affectées qu'elles s'isolent et cessent le travail et changent leur mode de vie (La vie est le nom donné :), alors que d'autres personnes rapportent des symptômes moins sévères qui entraînent un évitement de certaines sources de champs électromagnétiques. La sensibilité électromagnétique est officiellement considérée comme un handicap (On nomme handicap la limitation des possibilités d'interaction d'un individu avec son...) (et non une maladie) en Suède.

Description et prévalence de la sensibilité électromagnétique

Définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la...) de l'OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) écrit en 2005 :

« Depuis quelque temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...), un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) d'individus signalent divers problèmes de santé qu'ils attribuent à leur exposition aux [champs électro-magnétiques]. Si certains rapportent des symptômes bénins et réagissent en évitant autant qu'ils le peuvent ces champs, d'autres sont si gravement affectés qu'ils cessent de travailler et modifient totalement leur mode de vie. Cette sensibilité présumée aux [champs électro-magnétiques] est généralement appelée « hypersensibilité électromagnétique » ou HSEM). »

Symptômes

Les symptômes rapportés sont divers, sans profil symptomatique spécifique, ce qui signifie qu'ils peuvent s'apparenter à d'autres troubles ou maladies. Ce sont aussi des symptômes fréquemment rencontrés dans la « population générale ».

Selon l’OMS, l’hypersensibilité électromagnétique « est caractérisée par divers symptômes que les individus touchés attribuent à l'exposition aux champs électro-magnétiques (CEM). Parmi les symptômes les plus fréquemment présentés, on peut mentionner des symptômes dermatologiques (rougeurs, picotements et sensations de brûlure), des symptômes neurasthéniques et végétatifs (fatigue, lassitude, difficultés de concentration, étourdissements, nausées, palpitations cardiaques et troubles digestifs). Cet ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) de symptômes ne fait partie d'aucun syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible...) reconnu. »

Plusieurs auteurs ont analysé les symptômes décrits par des électrosensibles. Dans l’étude de Hillert et al. (2002), le symptôme (Un symptôme représente une des manifestations subjectives d'une maladie ou d'un processus...) le plus fréquemment cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la...) est la fatigue, suivie de problèmes dermatologiques au visage, de sensations de lourdeur dans la tête, d'irritation des yeux, de nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de...) bouché ou encombré, de maux de tête, de difficultés de concentration, etc. Röösli et al. (2004), quant à eux, décrivent en ordre décroissant des troubles du sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la...), des maux de tête, de la nervosité/angoisse, de la fatigue, des difficultés de concentration, des acouphènes, des vertiges, des douleurs dans les membres... Ces auteurs n'observent pas de différences entre les symptômes cités par les hommes et les femmes. Les résultats de Schüz et al. (2006) rejoignent les résultats précédents : le symptôme cité le plus fréquemment est la fatigue, suivie de difficultés de concentration, de troubles du sommeil, de lassitude, de mauvaise humeur, d'inconscience, de maux de tête, de sensations de faiblesse...

Chez certaines personnes se jugeant électrosensibles, les symptômes passagers évoluent vers la chronicité, avec des conséquences diverses :

  • Souffrances physiques (sensation de décharges électriques dans le corps, picotements, oreilles qui chauffent, maux de tête, palpitations cardiaques, sensation de brûlure (La brûlure est une destruction partielle ou totale pouvant concerner la peau, les parties...), ...) et psychologiques (préoccupation, anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et...), état dépressif, stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général...), spasmophilie)
  • Comportements d'évitement de l'exposition
  • Organisation (Une organisation est) de la vie du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant...) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de ce problème
  • Absentéisme (L’absentéisme est une conduite qui se caractérise par des absences...), incapacité de travail
  • Isolement social, divorce
  • Difficultés financières dues aux déménagements et aménagements électriques de la maison…

Parfois, l'incompréhension de l'entourage professionnel ou familial, et la non reconnaissance du monde (Le mot monde peut désigner :) médical aggravent l'isolement de la personne électrosensible. Plusieurs auteurs parlent d'un cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale...) vicieux où symptômes, associations de ces derniers à une (des) source(s) électromagnétique(s) et comportements d'évitement se succèdent, s'amplifient et s’auto-entretiennent.

Prévalence de l’électro-sensibilité

Les estimations de prévalence de l’électro-sensibilité dans la population varient ; de quelques individus par million, à des taux bien plus élevés. Pour l'OMS, environ 10 % des cas signalés d’électro-sensibilité ont été considérés comme graves.

Une étude européenne (Bergqvist et al., 1997) décrivait davantage de cas en Suède, au Danemark et en Allemagne et moins de cas en France, en Autriche et au Royaume-Uni (gradient Nord-Sud). Dans cette même étude, les sources d'exposition étaient intérieures (par ex. : écrans d'ordinateur) dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) scandinaves et extérieures (par ex.: lignes à haute tension et antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de...) GSM) dans d'autres régions.

Sur simples sondages, les proportions de personnes électrosensibles varient de quelques personnes par million à 8 % des personnes interrogées :

  • 3,2 % de personnes électrosensibles parmi les personnes interrogées par Levallois et al. (2002) en Californie.
  • 1,5 % des répondants se disent électrosensibles dans l'étude de Hillert et al. (2002) en Suède.
  • 6 % de la population allemande se dit électrosensible dans l'étude de Schroeder (2002).
  • 4,2 % des femmes et 1,7 % des hommes dans la population étudiée est "electromagnetic sensible" dans l'étude de Leitgeb & Schröttner (2003). Cette sensibilité est définie à partir d'un seuil de perception du courant.
  • 3,5 % des répondants se disent électrosensibles dans l'étude de Schrottner & Leitgeb (2008) en Autriche.
  • 2,7 % de la population étudiée (en Suisse) par Schreier et al. (2006) rapportent des effets négatifs sur la santé attribués aux champs électriques et magnétiques. 2,2 % rapportent avoir subi de tels effets dans le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...).
  • Dans l'enquête de la Commission Européenne (Bergqvist et al, 1997), les questionnaires ont été envoyés dans 138 centres de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) du travail et 15 groupes d'entraide (taux de réponse de respectivement 49 et 67 %). La fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un...) varie de quelques personnes par million (en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni....), Italie et France, selon les médecins du travail) à quelques dixièmes de pourcent (au Danemark, en Irlande et Suède, selon les groupes d'entraide).
Page générée en 0.053 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique