Université de Strasbourg
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Université de Strasbourg
Université de Strasbourg
Informations
Fondation 1er janvier 2009 (fondation historique : 1538)
Fondateur Jean Sturm
Type Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation...) publique
Régime linguistique Français
Budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) 432 000 000 €
Localisation
Ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations...) Strasbourg
Alsace Alsace
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...) France France
Campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située hors d'une ville. Ce terme inclut ainsi...) Strasbourg (Campus Central de Strasbourg et campus de Cronenbourg), Illkirch-Graffenstaden, Haguenau, Colmar
Direction
Président Alain Beretz
Chiffres clés
Personnel 6 045
Enseignants 2 672
Étudiants 42 260 au 15 janvier 2010
Divers
Site internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le protocole...) www.unistra.fr/
Strasbourg, Palais universitaire, place de l'Université

L’université de Strasbourg (UDS) est une université française située à Strasbourg en Alsace. Son origine remonte à la création du gymnase Jean-Sturm en 1538, devenu université royale en 1621. Elle a été scindée en trois (université Strasbourg I, université Strasbourg II et université Strasbourg III) après les événements de Mai 68, puis réunifiée le 1er janvier 2009 et sa consolidation doit s’achever en 2012.

C'est une université multidisciplinaire qui compte près de 42 000 étudiants (dont 21 % d’étudiants étrangers), 5 230 membres du personnel, 38 composantes (unités de formation et de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le cadre...), facultés, écoles, instituts) et 86 unités de recherche. Elle fait partie des universités françaises qui ont accédé à l'autonomie au 1er janvier 2009 et s'est dotée d'une fondation partenariale, la Fondation université de Strasbourg.

Historique

L’ancienne université

Son origine remonte au Gymnase protestant (gymnase Jean-Sturm) fondé par Johannes Sturm en 1538. L’université s’appelait aussi Académie protestante. En 1566, l’Empereur Maximilien II, lui confère le rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le...) d’Académie, puis elle devient université en 1621 et université royale en 1631. En 1681 les troupes du Roi Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type...) envahissent Strasbourg et, grâce également aux Traités de Westphalie, la France règne sur toute la rive ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) du Rhin (Le Rhin (Rhein en allemand, Rijn en néerlandais, Rhenus en latin, Rein en romanche) est un fleuve d'Europe long de 1 230 kilomètres et drainant un bassin de 185 000 km2.) et sur l’université.

Sous l'Ancien Régime la question de la religion importait plus que celle de la langue, en sorte qu'il n'y eut pas de grands bouleversements à l'université. Les Alsaciens étaient considérés comme des « sujets allemands du roi ». On se préoccupa beaucoup plus de faire revenir la population au catholicisme, mais les protestants ne furent pas trop persécutés, ce qui permit, comme sur le plan linguistique, une intégration sans trop de heurts dans le royaume.

Tenue d'étudiant de l'université allemande, fin du XIXe siècle (Musée historique de Strasbourg)
L'université rendue à la France en 1919

Même à l'époque française, l'université compta encore des étudiants allemands éminents. L'un d'eux était Goethe, qui y étudia le droit en 1770/71, après que son père eut jugé qu'il passait trop de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à Leipzig dans l'Auerbachs Keller, une fameuse taverne. Avant la Révolution les cours avaient encore lieu en allemand - et bien sûr en toujours en latin. C'est là que Georg Buchner commença ses études de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps...) en 1831 (et les termina après avoir fui de Hesse-Darmstadt, à la suite de la saisie du Hessischen Landboten). À cette époque, après la Révolution, sous Napoléon et sous la Restauration, les sciences (où la France d'ailleurs excellait alors) étaient entièrement enseignées en français, mais de toute façon en théologie et en sciences humaines subsistait la vieille influence de l'Alsace et par là de l'Allemagne.

L'université allemande

En 1871, après la défaite de la France, dans l'Alsace redevenue allemande on refonda l'université sous le nom de Kaiser-Wilhelm-Universität. Comme une grande partie de l'élite de la région, que ce fût dans l'éducation, les affaires et l'administration, avait alors quitté l'Alsace pour rester en France, de nombreux domaines de la vie (La vie est le nom donné :) publique, et donc de l'université, durent être complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la...) réorganisés et on eut recours à du matériel et du personnel venu de « Vieille-Allemagne ».

En outre, pendant le siège de Strasbourg – la ville de l'imprimerie – les bombardements allemands frappèrent la bibliothèque de la ville installée dans l'ancienne église (L'église peut être :) des dominicains ; c'est ainsi que partit en flammes une des plus grandes et des plus anciennes bibliothèques humanistes du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste étendue continue de terre à la...). On tenta de compenser cette perte par des dons de livres provenant de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une...) de l'Empire (qui venait de se créer) : à elles seules les archives de l'État prussien à Königsberg fournirent à la bibliothèque 70 000 doublets. Le résultat est que la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS) est encore aujourd'hui l'une des plus grandes et des plus riches bibliothèques de langue allemande.

Le retour à la France

Après la Première Guerre mondiale, le Traité de Versailles qui restitue à la France l’Alsace et Strasbourg, rend aussi l’université à l’enseignement supérieur français. Le 23 novembre 1919, l’université de Strasbourg – alors installée dans le Palais universitaire – est solennellement inaugurée par le président de la République française Raymond Poincaré. L'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et...) se fit désormais exclusivement en français. Autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) des grands historiens Lucien Febvre et Marc Bloch se constitua en ce temps-là à Strasbourg l'École des Annales.

Au cours de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une...) Guerre mondiale l'université française quitta Strasbourg et se réfugia à Clermont-Ferrand. A Strasbourg une Reichsuniversität fut alors créée par les nazis. Carl Friedrich von Weizsäcker, entre autres, travailla dans cette éphémère université d'occupation. La ville sera libérée le 22 novembre 1945, avec la retraite des troupes allemandes la Reichsuniversität fut transférée à Tübingen et dissoute par la suite tandis que l'université française revenaient à Strasbourg.

Les années d'après-guerre seront synonyme de reconstruction et d'un fort accroissement de la population étudiante, comme dans le reste de la France. Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'étudiant passera de 5 440 en 1956 à 16 221 en 1966. C'est pour répondre à cet accroissement important que l'université va entreprendre de nouveaux travaux et agrandire le campus historique vers l'Est. C'est dans le nouveau quartier strasbourgeois de l'Esplanade que sera crée le campus Central de Strasbourg.

Dans l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) 1960 va s'engager un processus qui mènera à la révolte étudiante de mai 68. Ainsi des étudiants de l'internationale situationniste profitant du désintérêt des étudiants pour leurs structures associatives accèdent au bureau de l'association locale AFGES. Ils écriront et publiront à 10 000 exemplaires la brochure De la Misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects social, économique, sexuel et intellectue. Les structures traditionnelles de l'université seront dés lors remise en question. Suite à la loi Faure du 10 octobre 1968 le statut et l’organisation des universités sont fortement modifiés et la loi conduira en 1970 à la scission de l'université en trois nouvelles institutions : l'université Strasbourg I, l'université Strasbourg II et l'université Strasbourg III.

Les trois universités

La scission donnera alors naissance à trois universités bien distinctes, chacune spécialisée dans un domaine d'enseignement bien précis l'université Strasbourg I devient l'université des sciences et de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), l'université Strasbourg II devient des sciences humaines, tandis l'université Strasbourg III se spécialisera dans les domainees juridique, politique, social et technologique. Ce découpage ne sera pas exclusif ainsi des formations de l'un des domaines d'une des trois universités pourront se retrouver placer dans une université dont ce n'est pas son domaine. Ainsi par exemple l'université Strasbourg III se dotera d'un IUT, l'institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) universitaire de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) Robert-Schuman spécialisé dans le domaine des sciences.

Ancien logo de l'université Marc Bloch

Par la suite chacune des universités adoptera le nom d'une personnalité représentant son domaine d'enseignement, ayant fréquenté Strasbourg en tant qu'étudiant ou enseignant. L'université Strasbourg I, sous l'impulsion de son premier président, Guy Ourisson deviendra, le 22 octobre 1987 l'université Louis Pasteur, du nom du scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) français qui a découvert le vaccin contre la rage (La rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont l'Homme. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. Zoonose...) à Strasbourg. Puis se sera l'université Strasbourg III qui par décision unanime de son conseil d'administration, prendra le nom d'université Robert Schuman, du nom de l'un des Pères de l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une...) ayant étudié à Strasbourg. Enfin après une polémique de quatre années, du notamment à la publication de tracts antisémites, c'est l'université Strasbourg II qui par un vote de son conseil d’administration prendra le nom d'université Marc Bloch, le 30 octobre 1998. Du nom de l'historien et résistant français Marc Bloch, fondateur de l'École des Annales et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple...) sous l'occupation.

Reconstruction de l'université unique

Plaque commémorant la réunification en 2009

L’université de Strasbourg est créée le 18 août 2008 par décret, mais l'université est réellement réunifiée depuis le 1er janvier 2009 date à laquelle les trois anciennes universités disparaissent. En même temps que sa réunification, elle devient une des 18 premières universités à appliquer la loi d'autonomie des universités (loi LRU). C'est pour ces raisons qu'elle a dû établir ses nouveaux statuts le 4 novembre 2008, puis élire le premier président de l'université réunifiée, Alain Beretz le 18 décembre 2008. L'objectif de cette fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état liquide. Pour un corps pur, c’est-à-dire pour une substance constituée de molécules toutes identiques, la fusion...) a été de créer une université pluridisciplinaire où les différentes formations et les différentes unités de recherche peuvent créer de véritables synergies malgré des champs d'études éloignés, mais aussi d'avoir une plus grande visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure....) à l'international.

Dans le but de renforcer le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) de fusion, les trois anciennes universités ont décidé de créer un dossier commun dans le cadre de l'opération campus pour laquelle elles ont été sélectionnées le 29 mai 2008 avec cinq autres universités. Le projet strasbourgeois qui devait concerner l'ensemble des campus a été restreint au seul campus historique de l'Esplanade. Le projet s'inscrit globalement dans la réorganisation du campus central liée à la fusion des trois anciennes universités. La consolidation de la nouvelle université se prolongera jusqu’en 2012.

Page générée en 0.874 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique