Mikoyan-Gourevitch MiG-23
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Mikoyan-Gourevitch MiG-23MLD Flogger K Silhouette d'un avion
Avionique
1 Radar (Le radar est un système qui utilise les ondes radio pour détecter et déterminer la distance et/ou la vitesse d'objets tels que les avions, bateaux, ou encore la pluie. Un émetteur envoie des...) Sapfir-23P
IRST (infrared search and track)

Le Mikoyan-Gurevich MiG-23 (?????? ? ??????? ???-23 en russe, code OTAN 'Flogger') est un avion de chasse (Un avion de chasse (aussi appelé chasseur) est un avion militaire conçu pour attaquer les avions adverses, qu'il s'agisse par exemple de bombardiers afin de les empêcher d'atteindre leurs cibles, ou d'autres chasseurs afin de...) soviétique à géométrie variable (La voilure à géométrie variable est une voilure dont la forme peut être modifiée en cours de vol, afin de rendre un aéronef capable d'évoluer à différentes vitesses sans perte...), capable d'opérer depuis des aérodromes petits et mal entretenus. Conçu par Mikoyan-Gourevitch (Mikoyan-Gourevitch appelé aussi Mikoyan, ou MiG/Mig (en russe: ??????, ??????-??????? ou ???) est un constructeur d'avions militaires soviétiques puis russes. L'entreprise, appelée aujourd'hui Russian...), c'est le premier chasseur soviétique capable de repérer et d'engager des cibles volants plus bas que lui, et hors de portée visuelle. Une version spécialisée dans l'attaque au sol a également été réalisée. Le MiG-23 a été produit en grandes quantités à partir de 1970, et la version export reste de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) en service limité dans différents pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous forme...) à travers le monde (Le mot monde peut désigner :).

Conception

Le MiG-23 répond à une demande de l'armée de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de...) soviétique pour un avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air,...) de chasse plus performant que le MiG-21, capable d'opérer depuis des terrains sommaires afin de permettre de disperser les unités sur des aérodromes secondaires en cas de conflit. Pour répondre à ce besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...), deux projets furent examinés :

  • un avion à décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état statique - au sol - vers le vol.) court équipé de deux réacteurs de sustentation à l'arrière du poste de pilotage. Cette formule fut d'abord testée sur un MiG-21PFM modifié (son fuselage (Le fuselage désigne l'enveloppe d'un avion qui reçoit généralement la charge transportée, ainsi que l'équipage. Le fuselage d'un...) étant allongé pour installer deux Kolesov RD-36-35 d'une puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) de 23 kN chacun) puis abouti à un prototype désigné Avion 23-01 avec des entrées d'air déplacées sur le côté pour permettre l'installation d'un puissant radar dans le nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant, recouvre l'orifice des fosses nasales, qui constituent le...). Le premier vol (Le premier vol ou vol inaugural d'un avion est la première occasion pour celui-ci de prendre les airs par ses propres moyens. C'est l'équivalent en aéronautique du...) eu lieu le 3 avril 1967, mais le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) fut rapidement abandonné en raison des nombreux problèmes et limitations posés par cette formule.
  • un avion équipé d'ailes à géométrie (La géométrie est la partie des mathématiques qui étudie les figures de l'espace de dimension 3 (géométrie euclidienne) et, depuis le...) variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques, une variable...) dont le prototype fut désigné Avion 23-11. Il disposait lui aussi d'entrées d'air latérales et fit son premier vol le 10 juin 1967, d'abord avec la flèche bloquée à 72 degrés. Un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) plus tard, l'angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) des ailes commença à être modifié en vol et testé aux différentes valeurs possibles (16 degrés, 45 degrés, 72 degrés). L'avion 23-11 fut suivi par six autres prototypes et deux avions d'essais statiques au sol.

La première génération

Le premier des 60 MiG-23S de pré-série sortit d'usine en mai 1969, propulsé par un réacteur (Un réacteur peut désigner :) Tumansky R-27F-300 d'une puissance maximale de 78,5 kN. En cours de production, ce réacteur fut remplacé par le R-27F2-300 capable de fournir 97,8 kN (soit 25% de poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) supplémentaire). Le développement du radar RP-23 Sapfir-23 initialement prévu pour le MiG-23 ayant pris du retard, les MiG-23S reçurent le RP-22SM du MiG-21MF/bis.

Ces premiers MiG-23 présentaient cependant de nombreux défauts, concernant tant la fiabilité (Un système est fiable lorsque la probabilité de remplir sa mission sur une durée donnée correspond à celle spécifiée dans le cahier des charges.) de l'avion proprement dit (au niveau en particulier des systèmes hydrauliques et du système d'attache des ailes) que ses caractéristiques de vol (mauvaise stabilité horizontale, sortie de vrille très délicate), avec de plus des performances en combat tournoyant inférieures à celles du MiG-21.

Une version améliorée apparut en 1971 : elle disposait d'une première version du radar RP-23 Sapfir-23 (qui s'avéra peu fiable), d'un détecteur (Un détecteur est un dispositif technique (instrument, substance, matière) qui change d'état en présence de l'élément ou de la situation pour lequel il a été spécifiquement conçu.) infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.) couplé au système de tir, de nouveaux aérofreins, d'une dérive modifiée pour améliorer la stabilité et, surtout d'une nouvelle voilure avec une surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement...) alaire augmentée de 20% et les valeurs de flèches augmentées de 2,4 degrés dans toutes les positions. Malgré ces modifications, le nouveau MiG-23SM se révéla tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) aussi problématique que le MiG-23S et reste considéré comme un avion de pré-série, construit à seulement 100 exemplaires.

Dessin d'un MiG-23MF polonais
Dessin d'un MiG-23MF polonais

La première véritable version de production fut en fait le MiG-23M Flogger B, qui fit son premier vol en juin 1972. Il disposait d'un réacteur R-29-300 d'une puissance de 113,4 kN (soit 15% de plus) et d'ailes à nouveaux modifiées, la suppression des becs de bord d'attaque sur le MiG-23M s'étant avéré être une mauvaise idée. D'autres améliorations furent apportées, notamment concernant l'avionique et le siège éjectable. Enfin, en cours de production, le radar définitif Sapfir-23D-III devint enfin disponible : c'était le premier radar soviétique capable de repérer et d'engager des cibles volants plus bas (capacité Look Down, Shoot Down), et il permettait de plus l'utilisation des missiles AA-7 Apex contre des cibles hors de portée visuelle.

Des versions destinées à l'export furent réalisées : le MiG-23MF avec une avionique légèrement dégradée pour les pays du Pacte de Varsovie et les alliés "fiables", puis le MiG-23MS (Flogger E) qui disposait seulement du vieux radar RP-22SM pour les autres pays. En tout, environ 1300 exemplaires des MiG-23M, MF et MS furent construits.

Une version biplace destinée à l'entraînement fut développé à partir du MiG-23S, le prototype (désigné MiG-23U) faisant son vol inaugural le 10 avril 1970. Elle conservait l'avionique des monoplaces ainsi que leur canon de 23 mm, ce qui la rendait capable de mission de combat. La production commença en 1970 sous la désignation MiG-23UB (Flogger C). Dès 1971, les exemplaires qui sortaient d'usine disposaient de la voilure améliorée du MiG-23M. La production se poursuivi jusqu'en 1985 et les ventes à l'export représentèrent environ un tiers des 770 biplaces construits.

La seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La...) génération

Mikoyan-Gourevitch continua à travailler sur une version plus légère et plus fiable du Flogger : le 21 janvier 1975 eut lieu le premier vol de la version MiG-23ML (Flogger G) avec un fuselage entièrement révu et une meilleure aérodynamique (L'aérodynamique est une branche de la dynamique des fluides qui porte sur la compréhension et l'analyse des écoulements d'air, ainsi qu'éventuellement sur leurs effets sur des...), et qui pesait 1250 kg de moins. Elle disposait également d'un réacteur Tumansky R-35F-300 de 128 kN (soit 13% de puissance supplémentaire) et moins gourmand en carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.). Toute l'avionique avait été améliorée, avec en particulier un radar Sapfir-23ML (plus léger, plus fiable et plus performant). En cours de production, le système d'attache des ailes fut renforcé.

Cette version déjà grandement améliorée fut suivie en 1977 du MiG-23MLA, avec un radar pouvant de travailler sur plusieurs bandes de fréquences (pour limiter les interférences) et capable d'emporter de nouveaux missiles air-air plus performants. Comme pour le MiG-23M, des versions d'export avec une avionique plus ou moins dégradée furent réalisées. En tout, environ un millier de MiG-23ML et apparentés furent construits.

Un MiG-23MLD conservé au musée de l'US Air Force
Un MiG-23MLD conservé au musée de l'US Air Force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au...)

Une version MiG-23P ("P" pour perekvatchik, soit intercepteur) fut réalisée pour équipé les unités d'interception de l'armée de l'air soviétique, avec une avionique modifiée pour améliorer l'intégration aux systèmes de défense aérienne : un nouveau pilote automatique (Un pilote automatique (souvent abrégé PA) est un système permettant de maintenir un véhicule sur une trajectoire et avec une vitesse préétablies.) et une nouvelle liaison de donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un événement, etc.) permettaient de télécommander presque entièrement l'avion depuis une station au sol. Environ 500 exemplaires de cette version furent construits.

Un programme de remise à niveau des MiG-23ML/MLA fut lancé en 1982 et abouti au MiG-23MLD (Flogger K) comprenant :

  • un radar Sapfir-23MLA-11 AKA (Le mot « Aka » peut désigner :) de plus grande portée et d'autres améliorations
  • un système de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de vol empêchant de pousser l'avion hors de ses limites
  • un système d'attache des ailes renforcé et permettant un positionnement (On peut définir le positionnement comme un choix stratégique qui cherche à donner à une offre (produit, marque ou enseigne) une position crédible, différente et attractive au sein d’un marché et dans...) à 33 degrés
  • de nouveaux lance-leurres, des générateurs de tourbillon, et d'autres améliorations de l'avionique.

Environ 500 MiG-23 en service furent portés à ce nouveau standard, et 75 nouveaux exemplaires construits pour l'export.

Dans les années 1980, un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de MiG-23UB furent modifiés en MiG-23UM, avec une avionique remise à niveau pour être plus proche des monoplaces alors en service (c'est-à-dire les MiG-23ML/MLA/MLD).

La version d'attaque (MiG-23BN)

Le développement d'une version spécialisée dans l'attaque au sol a été envisagé très tôt : le quatrième prototype du MiG-23 fut ainsi modifié sommairement pour ce rôle, mais les essais montrèrent que la formule n'était pas adaptée. Mikoyan-Gourevitch apporta alors d'autres modifications pour aboutir au MiG-23B ("B" pour bombardirovshtik, soit bombardier) dont le prototype fit son premier vol le 18 février 1971.

Un MiG-23BN utilisé par l'Allemagne de l'Est
Un MiG-23BN utilisé par l'Allemagne de l'Est

Extérieurement, les MiG-23 d'attaque sont immédiatement reconnaissables à leur nez en "bec (Un bec, au sens strict, est une structure anatomique externe qui permet la prise alimentaire et donc la nutrition chez les oiseaux. Mais il permet aussi la toilette de...) de canard (Les canards sont des oiseaux aquatiques au bec caractéristique, domestiqués ou non. Le terme « canard » est un terme...)" permettant d'améliorer la visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure. On...) du pilote vers le bas et l'avant, et rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D comportant à la fois...) possible par la suppression du radar air-air des versions de chasse. Les autres modifications incluaient un réacteur Lyulka AL-21F-300 d'une puissance maximale de 110 kN. Le poste de pilotage et la partie ventrale sous le réacteur étaient protégés par un épais blindage, tandis qu'un dispositif limitant les risques d'incendie avait été ajouté aux réservoirs de carburants (d'une capacité portée à 5 750 litres). L'avionique avait également été sérieusement revue avec entre autres l'installation d'un système de navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) et d'attaque, d'un système laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Le terme laser provient de l'acronyme...) assurant la télémétrie et la détection d'illumination, d'un altimètre (Un altimètre est un appareil permettant de mesurer l'altitude.) radar, d'un brouilleur d'émissions radar et d'un détecteur d'alerte radar. Enfin, la structure de l'avion fut renforcée et la capacité d'emport de charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice...) portée à 3 000 kg.

Après l'adoption de l'aile modifiée des MiG-23SM, une dizaine de MiG-23B (Flogger F) furent construits en 1972 en tant qu'avions de pré-série. La première et unique version de série fut le MiG-23BN (Flogger H) qui disposait d'un réacteur Tumanski R-29B-300 d'une puissance maximale de 122 kN ainsi que d'un système de navigation et d'attaque amélioré. La production atteignit 624 avions dont la majorité furent exportés, là encore avec une avionique plus ou moins dégradée suivant le pays acheteur (L'acheteur est un métier qui consiste à gérer les achats dans une entreprise.).

De nouvelles améliorations de la version d'attaque entrainèrent un changement de désignation et l'apparition du MiG-27.

Variantes

  • MiG-23S Flogger A : version de pré-série avec radar RP-22SM (60 exemplaires)
  • MiG-23SM : version améliorée avec radar Sapfir-23L et une nouvelle voilure (100 exemplaires)
  • MiG-23M Flogger B : première version de production avec réacteur plus puissant, radar définitif Sapfir-23D-III, etc.
  • MiG-23UB Flogger C : biplace d'entraînement (770 exemplaires).
  • MiG-23MF : version d'export du MiG-23M avec avionique dégradée
  • MiG-23MS Flogger E : version d'export du MiG-23M avec radar RP-22SM
  • MiG-23B Flogger F : version de pré-série pour l'attaque au sol (10 exemplaires)
  • MiG-23ML Flogger G : version largement améliorée avec nouveau radar, nouveau réacteur, etc.
  • MiG-23BN Flogger H : version de production pour l'attaque au sol (624 exemplaires)
  • MiG-23MLA : nouveau radar pouvant opérer sur plusieurs bandes de fréquences
  • MiG-23P : intercepteur pouvant être télécommandé depuis une station au sol (500 exemplaires)
  • MiG-23MLD Flogger K : radar amélioré, nouvelle position des ailes et autres améliorations (75 nouveaux avions plus 500 MiG-23ML/MLA modifiés)
  • MiG-23UM : biplaces d'entraînement avec avionique remise à niveau

Production totale estimée à environ 4 400 exemplaires (hors MiG-27).

Engagements

L'URSS a engagé le MiG-23 en soutien de ses avions d'attaque entre 1984 et 1989, lors de la Guerre d'Afghanistan.

L'Irak a engagé ses MiG-23 lors de la Guerre Iran-Irak, revendiquant plusieurs victoires sur les avions iraniens.

Lors de l'intervention militaire israélienne au Liban de 1982, de nombreux MiG-23 syriens ont été abattus par les avions de chasse israéliens.

D'autres MiG-23 ont subi l'épreuve du feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.), notamment ceux utilisés par l'Angola et la Libye.

Pays utilisateurs

Pays opérants (rouge) ou ayant opéré (rouge foncé) des MiG-23
Pays opérants (rouge) ou ayant opéré (rouge foncé) des MiG-23

Le MiG-23 a connu un grand succès à l'exportation et les livraisons ont dépassé les frontières des pays de l'ex-pacte de Varsovie.

Il est (ou a été) utilisé en Algérie, Angola, Bulgarie, Biélorussie, Corée du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), Cuba, Éthiopie, Inde, Irak, Kazakhstan, Libye, Pologne, Roumanie, Russie, Soudan, Syrie, Tchécoslovaquie, Ukraine, Viet Nam, Yémen, Venezuela.

Page générée en 0.196 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique