Fraction continue et approximation diophantienne - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le mathématicien indien Âryabhata fait usage d'approximations diophantiennes construites à l'aide de fractions continues dès le Ve siècle, pour extraire des racines carrées.

En mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...), la réduite d'une fraction continue d'indice n, c'est-à-dire la fraction limitée à n étapes, est une approximation diophantienne de la valeur initiale. Plus précisément, la suite des réduites de rangs pairs approxime par défaut le réel et celle des rangs impairs par excès. Réciproquement, si l'on considère une suite (an) telle que a0 est un entier et an un entier strictement positif si n est supérieur à zéro, la suite des réduites de la fraction continue admettant les an comme coefficients converge vers une limite finie x (qui est un réel irrationnel si, et seulement si, la suite est infinie) dont le développement en fraction continue (qui est unique dans ce cas où x n'est pas rationnel) est la fraction continue de coefficients an.

Les fractions réduites hn / kn fournissent en un certain sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) les meilleures approximations rationnelles d'un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) réel : la réduite d'indice n est une approximation située à une distance de x inférieure à 1 / kn2, et, si une fraction p / q est une approximation située à une distance de x inférieure à 1 / 2.q2 alors p / q est une réduite de x. Ce résultat porte le nom de théorème de meilleure approximation.

Ces résultats ne sont pas sans conséquence. Les fractions continues sont utilisées pour approcher des nombres irrationnels comme des racines carrées ou π. Cette propriété permet de résoudre certaines équations diophantiennes comme celle de Pell-Fermat. Elle offre de plus une condition nécessaire et suffisante pour qu'un nombre soit rationnel, à l'origine de la première démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir...) de l'irrationalité de e, la base du logarithme (En mathématiques, une fonction logarithme est une fonction définie sur à valeurs dans ,...) népérien. Elle permet d'aller plus loin et ce sont les propriétés des approximations diophantiennes obtenues à l'aide de fractions continues qui permettent de construire les premiers nombres démontrés transcendants, puis de montrer que e et π sont transcendants.

Préambule

Généralités

Les exemples les plus simples se trouvent dans l'article Fraction continue, et concernent les rationnels. Un nombre rationnel (Un nombre rationnel est, en mathématiques, un nombre qui peut s'exprimer comme le quotient de...) x se représente de la manière suivante :

 x = a_0 + \cfrac 1{a_1 + \cfrac 1{a_2 + \frac 1{a_3 + \frac 1{\cdots + \frac 1{a_n}}}}} = [a_0, a_1,a_2 ,a_3, \cdots , a_n]

Les deux notations, avec des barres de fractions ou des crochets signifient la même chose. Si p est un entier inférieur à n, le terme ap, appelé coefficient d'indice p, désigne un entier strictement positif sauf peut être a0 qui est un entier quelconque. La fraction qui s'arrête au terme ap est la réduite d'indice p et si 1/ xp+1 est le complément à ajouter dans l'expression à ap pour obtenir la valeur exacte de x, alors xp+1 est appelé quotient complet d'indice p + 1, ce qui se traduit par l'égalité :

 x = [a_0, a_1, a_2, \cdots , a_p, x_{p+1}]

Ce concept ne se limite pas aux rationnels. Si x est un nombre irrationnel (Un nombre irrationnel est un nombre réel qui n'est pas rationnel, c'est-à-dire qu'il ne...), la suite des coefficients est infinie et celle des réduites est alternée et converge vers x. Pour toute suite d'entiers an strictement positifs, à l'exception éventuelle de a0 qui peut être négatif ou nul, la suite des réduites construites à l'aide des coefficients an converge vers un nombre réel (En mathématiques, un nombre réel est un objet construit à partir des nombres...) r dont la fraction continue est constituée des coefficients an. Un exemple simple de cette nature est proposé dans l'article fraction continue d'un nombre quadratique. Un nombre quadratique est une solution d'une équation (En mathématiques, une équation est une égalité qui lie différentes quantités, généralement...) du second degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines...) à coefficients rationnels. La fraction continue d'un nombre x est périodique à partir d'un certain rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du...), si, et seulement si, x est quadratique.

Quelques résultats sont bien utiles, ils sont démontrés dans l'article détaillé. Si hn / kn désigne la réduite d'ordre n, on dispose des relations de récurrence suivantes :

h_{n+1} = a_{n+2}h_{n+1} + h_n,\quad k_{n+1} = a_{n+2}k_{n+1} + k_n\quad\text{et}\quad \left[a_0, a_1, \,\dots, a_{n-1}, x_n \right]= \frac{x_n h_{n-1}+h_{n-2}} {x_n k_{n-1}+k_{n-2}}

Ce qui montre que les numérateurs et les dénominateurs des réduites forment deux suites qui tendent vers l'infini (Le mot « infini » (-e, -s ; du latin finitus,...). On dispose encore résultats suivants :

k_nh_{n-1}-k_{n-1}h_n=(-1)^n,\quad  x - \frac{h_n}{k_n}= \frac{(-1)^n}{k_n(k_{n-1} + x_{n+1}k_n)},\quad \frac{h_n}{k_n}-\frac{h_{n-1}}{k_{n-1}} = \frac{(-1)^{n+1}}{k_nk_{n-1}}

Exemple, la base du logarithme népérien

Leonhard Euler (Leonhard Paul Euler, né le 15 avril 1707 à Bâle et mort le...) utilise les propriétés des fractions continues pour montrer que e est irrationnel.

Leonhard Euler cherche l'expression en fraction continue du nombre e, base du logarithme népérien. Pour cela, il commence par établir l'expression de la fonction exponentielle (La fonction exponentielle est l'une des applications les plus importantes en analyse, ou plus...), sous forme de fraction continue :

\exp(x) = 1 + x + \frac{\frac 12x^2\mid}{\mid 1-\frac 13x} + \frac{\frac 1{36}x^2 \mid}{\mid 1-\frac 1{15}x} + \cdots + \frac{\alpha_n(x) \mid}{\mid \beta_n(x)} + \cdots\quad \alpha_n(x) = \frac {x^2}{4(2n-3)^2} \quad \beta_n(x) = 1 - \frac x{(2n-1)(2n-3)}

Une expression de cette nature est appelée approximant de Padé. La précédente permet d'exprimer e sous forme de fraction continue :

\text{e} = [2,\overbrace{1,2,1},\overbrace{1,4,1},\cdots , \overbrace{1,2p,1},\cdots \,] = [2,\overline{1, 2p,1}]\quad p \in \mathbb N - \{0\}

La barre utilisée ici est une notation fréquente. Elle signifie une répétition à l'infini de la suite des entiers couverte par la barre. Le premier intérêt que le peut y trouver est le fait d'obtenir une valeur approchée de e. La réduite d'ordre 2 est égal à 2,75 et celle d'ordre 10 propose 7 chiffres significatifs. Cependant, une approche par la série entière propose un résultat analogue avec moins d'effort. Euler remarque que l'expression en fraction continue de e est infinie, ce qui est une condition nécessaire est suffisante pour montrer que e n'est pas un rationnel, l'objectif de sa démonstration. On peut néanmoins encore trouver des démonstrations plus simples de ce résultat, un exemple est proposé dans l'article e (nombre). Ce résultat permet d'aller un peu plus loin, puisqu'il prouve que e n'est solution d'aucune équation du second degré à coefficients rationnels, car son développement en fraction continue n'est pas périodique. Ce type de démarche ne permet pas d'aller au-delà. De nouvelles idées sont nécessaires, par exemple, pour montrer la transcendance de e.

Malgré ces limitations, les fractions continues qui offrent des suites rationnelles convergeant vers e sont riches en informations sur la nature arithmétique (L'arithmétique est une branche des mathématiques qui comprend la partie de la...) de la limite. La suite de l'article montre, par exemple que si t est rationnel, alors et ne l'est pas. La démarche, à l'origine de la preuve, permet aussi d'établir l'irrationalité de π .

Fragments d'histoire

L'idée d'approximer un nombre à l'aide d'une fraction continue remonte à l'origine du concept, aux Indes du Ve siècle. Avec la résolution de l'identité de Bézout, c'est la première motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son...) qui pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) à l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) d'une telle notion. Âryabhata l'utilise pour les deux usages et particulièrement pour extraire des racines carrées.

La propriété d'approximation des fractions continues est retrouvée accidentellement sur la racine de 13 par Rafael Bombelli puis généralisée par Pietro Antonio Cataldi à toutes les racines carrées. William Brouncker utilise cette méthode pour obtenir une approximation de π exacte à 10 décimales. Leonhard Euler développe l'aspect théorique de la méthode. Il montre que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) nombre réel admet un unique développement en fraction continue simple et qu'il est irrationnel si, et seulement si cette fraction continue est de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...) infinie. Il invente une méthode, maintenant connue sous le nom d'approximant de Padé pour déterminer celui de e, la base du logarithme népérien, ce qui est la première démonstration de son irrationalité. Johann Heinrich Lambert (Johann Heinrich Lambert (26 août 1728 à Mulhouse - 25 septembre 1777 à Berlin) est un...) pousse plus loin l'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) et montre que π n'est pas non plus rationnel.

L'usage d'une fraction continue comme approximation diophantienne pour étudier la nature arithmétique d'un nombre est établi. Le XIXe siècle est celui d'une meilleure compréhension des nombres transcendants. Joseph Liouville en utilise une pour exhiber le premier nombre démontré transcendant. Si le savoir décrit dans cet article s'arrête là, l'histoire, elle, continue. Parmi les multiples progrès, on peut citer Charles Hermite qui établit la transcendance de e en 1873. Puis, à l'aide d'une méthode analogue, Ferdinand von Lindemann montre celle de π.

Page générée en 0.091 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique