Saturn V - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Saturn V
La première Saturn V avant le lancement d’Apollo 4.
Données générales
Mission Vol habité en LEO et vaisseau lunaire
Date des lancements 1967 à 1973
Nb. de lancements 13 (dont 1 pour Skylab)
Pays d’origine États-Unis États-Unis
Caractéristiques techniques
Dimensions
Hauteur 110,6 m
Diamètre 10,1 m
Masse au décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état...) 3 038 t
Nombre étages 3 (2 pour Skylab)
Puissance et capacité d’emport
Charge utile en LEO 118 t
Charge utile pour la lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) 47 t
Poussée au décollage environ 34 MN

Saturn V est la fusée (Fusée peut faire référence à :) spatiale qui a été utilisée par la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de...) pour les programmes Apollo et Skylab (Skylab (« laboratoire du ciel » en français) a été la...) entre 1967 et 1973, en pleine course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) à l’espace entre Américains et Soviétiques.

Il s’agissait d’un lanceur ( Lanceur, terme de l'astronautique Lanceur, terme du baseball ) à plusieurs étages, à ergols liquides, dernier né de la famille de lanceurs Saturn conçue sous la direction de Wernher von Braun (Wernher von Braun (23 mars 1912 à Wirsitz, Posnanie (aujourd'hui Wyrzysk en Pologne) - 16 juin...) au Centre de vol spatial (Constantin Tsiolkovski (1857-1935) est considéré comme le père du vol spatial. Dès la fin du...) Marshall (MSFC) à Huntsville en Alabama, en collaboration avec les sociétés Boeing (Boeing (nom officiel en anglais The Boeing Company) est l'un des plus grands constructeurs...), North American (North American Aviation fut le premier constructeur d'aéronautique militaire américain par le...) Aviation (L'aviation est une activité aérienne définie par l'ensemble des acteurs,...), Douglas Aircraft Company (La Douglas Aircraft Company était un constructeur aéronautique américain.) ou IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine...) comme principaux entrepreneurs.

Saturn V reste, encore en 2010, le lanceur spatial le plus imposant qui ait été utilisé en opération, que ce soit du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) de la hauteur, de la masse au décollage ou de la masse de la charge utile injectée en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...). Seule la fusée russe Energia (Energia ou Energiya (Энергия en russe) est un lanceur...), qui ne vola que pour deux missions de test, la dépassa légèrement au niveau de la poussée au décollage.

Saturn V, qui a été conçue pour lancer le vaisseau spatial habité Apollo permettant les premiers pas de l’homme sur la Lune, a continué son service en envoyant en orbite la station spatiale (Une station spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est une installation spatiale en orbite...) Skylab.

En tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...), la NASA lança treize fusées Saturn V, sans avoir à déplorer la moindre perte de charge utile.

Les trois étages qui composaient Saturn V ont été développés par de nombreuses entreprises sous-traitantes sous pilotage de la NASA. Ces sociétés, suite à de multiples fusions et rachats, font aujourd’hui toutes parties du groupe Boeing.

Contexte historique

Au début des années 1960, l’Union soviétique était très en avance sur les États-Unis dans la course à l’espace. En effet, en 1957, les soviétiques lançaient Spoutnik 1 (Spoutnik 1 (??????? 1, litéralement « compagnon » en russe, soit un "satellite") fut...), le premier satellite artificiel (Un satellite artificiel est un objet fabriqué par l'homme, envoyé dans l'espace à...), et le 12 avril 1961, le Russe Youri Gagarine (Youri Alekseïevitch Gagarine (en russe : Юрий...) devenait le premier homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) envoyé en orbite autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...).

Le 25 mai 1961, le président John Fitzgerald Kennedy annonça que les États-Unis se donnaient comme objectif d’envoyer un homme sur la Lune avant la fin de la décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix »...) (« We choose to go to the Moon »). À cette époque, la seule expérience qu’avaient les États-Unis des vols habités se résumait aux 15 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...) de vol suborbital (Un vol suborbital est la trajectoire d'un engin spatial se déplaçant à une vitesse...) d’Alan Shepard, lors de la mission Mercury-Redstone (Le lanceur composite Mercury-Redstone était une fusée qui permit aux Etats-Unis...) 3 à bord de la capsule Freedom 7. Aucune fusée d’un seul étage au monde (Le mot monde peut désigner :) n’aurait pu envoyer une capsule habitée sur la Lune. La fusée Saturn I (La Saturn I est la première fusée américaine conçue dès le départ...) était en développement, mais n’avait encore jamais décollé, et avec sa petite taille, il aurait fallu plusieurs lancements pour placer en orbite tous les composants d’un module lunaire (Le module lunaire ou Lunar Excursion Module (LEM) ou Lunar Module(LM) ou alunisseur, est un engin...).

Au début du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...), la NASA étudia trois concepts différents pour la réalisation de la mission lunaire : le concept dit du « rendez-vous en orbite terrestre » (EOR), celui de l’« ascension directe » (ou mode direct), et celui du « rendez-vous en orbite lunaire » (LOR - Lunar orbit rendez-vous). Bien qu'au début la NASA ait écarté l’idée du LOR, considérant qu’un rendez-vous orbital était déjà bien assez compliqué à réaliser en orbite terrestre (Une orbite terrestre est une orbite située autour de la Terre. La Lune, le seul satellite...), c’est finalement ce plan qui fut retenu aux motifs de sa simplicité globale et de la vitesse (On distingue :) avec laquelle il pouvait être exécuté, dans l’optique d’atteindre l’objectif fixé par Kennedy.

Un des avantages notables du « concept LOR » était que, contrairement au concept de l’ascension directe, il ne nécessitait pas l’emploi d’une fusée de taille démesurée, comme l’était le lanceur Nova (En astronomie, une nova est une étoile qui devient très brutalement extrêmement...) qui était envisagé à l’époque.

La réalisation de la mission lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) LOR nécessitait tout de même le développement d’un lanceur beaucoup plus puissant que ceux disponibles au début des années 1960, comme par exemple le lanceur Saturn I qui était étudié par les équipes de Wernher von Braun.

Page générée en 0.114 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique