Vaccination
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L'opposition à la vaccination

La proportion de personnes opposée aux vaccinations tend à croître mais reste marginale (moins de 3% des parents aux États-Unis en 2004, avec une grande disparité régionale, cette proportion pouvant atteindre près de 20% dans certains endroits). Cette opposition repose essentiellement sur la crainte d'effets indésirables plus ou moins importants, comme la controverse concernant autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois domaines principaux:) et vaccins.

Les opposants à la vaccination (La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le vaccin) dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie...) invoquent aussi parfois un principe de rejet à toute obligation vaccinale, certaines associations mettant en avant quant à elles le principe de « liberté vaccinale ».

Cette opposition semble plus importante dans les classes socioprofessionnelles les plus élevées.

Il semble que la conviction des professionnels de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) sur l'importance de la vaccination joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle important sur la perception du public à ce sujet.

Les effets indésirables et les risques selon les types de vaccin

Les effets indésirables de la vaccination dépendent d'abord de l'agent infectieux combattu, du type de vaccin (agent atténué, inactivé, sous-unités d'agent, etc. ()), du mode d'administration (injection intramusculaire, injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) intradermique, prise orale, vaporisateur intranasal, etc.) ainsi que de la nature du solvant, de la présence éventuelle d'adjuvants destinés à renforcer l'efficacité thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) du vaccin et de conservateurs chimiques antibactériens.

Il n'existe donc pas d'effet secondaire commun à tous les modes de vaccination. Néanmoins, suivant les vaccins, certains effets indésirables, en général bénins, se retrouvent de manière plus ou moins fréquente. L'une des manifestations les plus courantes est la fièvre (La fièvre est l'élévation de la température corporelle chez un être à sang chaud par dérèglement du « thermostat » central. Il s'agit...) et une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) locale qui traduisent le déclenchement de la réponse immunitaire recherchée par la vaccination. Dans de très rares cas, la vaccination peut entraîner des effets indésirables sérieux et, exceptionnellement, fatals.

La variole (La variole ou petite vérole est une maladie infectieuse d'origine virale, très contagieuse et épidémique, due à un poxvirus. Elle a été totalement éradiquée le...)

La variole est considérée comme éradiquée depuis 1977. La vaccination n'est donc plus du tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) pratiquée même si des stocks de vaccins sont conservés en cas de résurgence. Les complications suivantes ressortissent donc plutôt à l'histoire de la médecine :

  • Encéphalite postvaccinale ( fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps....) entre 1 sur 4 704 et 1 sur 40 710 (en Allemagne), entre 1 sur 25 000 et 1 sur 150 000 (aux USA)
  • Eczéma (L’eczéma (également dénommé dermatitis eczema et exéma) est une maladie de la peau mal connue, inflammatoire non...) vaccinatum (fréquence 1 sur 26 000).
  • Survenue de cancers (surtout lymphosarcome, tumeurs cutanées au niveau des scarifications).

Le vaccin contre la tuberculose (La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante, avec des signes cliniques variables. Elle est provoquée par une...) (BCG)

  • Ostéites (1 sur 21 800 (en Finlande), 1 sur 28 270 (en Suède))
  • Bécégites : la bécégite est une réaction inflammatoire bénigne et locale consécutive à l'injection. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une complication mais d'une réaction post-vaccinale normale qui ne nécessite en aucun cas de traitement et guérit spontanément même si le délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».) de guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se régénèrent pour réduire l'espace d'une région endommagée par la nécrose. La guérison implique la suppression du tissu...) peut être long (parfois plusieurs mois) et laisse parfois une cicatrice (Une cicatrice est la partie visible d'une lésion du derme après que le tissu se soit réparé, suite à une incision effectuée au cours d'une opération ou à une blessure.). Une complication grave parfois mortelle mais extrêmement rare (moins de 2 cas par million), peut s'observer si le vaccin est administré à un enfant présentant un déficit immunitaire combiné sévère (DICS).

Le Di-Te-Per (DTCoq en France)

Les effets indésirables pouvant avoir lieu dans de rares cas sont surtout dus au vaccin anti-coqueluche (Per)

  • Accidents neurologiques aigus importants (survenant dans 80,5% des cas dans les 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de l’injection) : convulsions, retard intellectuel sévère à modéré, hémiplégie (L'hémiplégie est un défaut de commande volontaire complète ou partielle affectant une moitié du corps à la suite d'une lésion des centres moteurs ou du faisceau...) permanente
  • Encéphalopathies aiguës

Ces réactions sont toutefois rarissimes avec le nouveau vaccin anti-coquelucheux acellulaire.

Le choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.) anaphylactique n'est pas spécifique de la vaccination coquelucheuse (PER). Il peut s'observer chez des personnes susceptibles au même titre qu'avec n'importe quel autre vaccin, médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant des propriétés curatives, préventives ou administrée en vue d'établir un diagnostic. Un médicament est le plus...) ou produit.

Le vaccin anti-poliomyélitique

La première campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu...) de vaccination de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation...) anti-poliomyélite, dans les années 1950, a été marquée par la fourniture d'un important lot défectueux (virus vivant non atténué) aboutissant à près de 220 000 contaminations dont 70 000 malades, 164 paralysies sévères et 10 décès.

  • Risque de transmission à l’entourage (si vaccin à base de virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus...) vivant atténué)
  • Contamination malencontreuse par le SV40 (simian virus 40 (virus inoffensif pour le singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas simple de définir à partir de quelle espèce, le...) mais oncogène pour l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...), bien qu'à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...), aucune étude n'ait démontré une augmentation du risque de cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces cellules...) chez ceux ayant reçu le vaccin contaminé))
  • Dermatites généralisées
  • Douleurs articulaires près des sites d’injection
  • Réactions anaphylactiques
  • Réactions neurologiques : convulsions, polynévrites, myélite (La myélite est une inflammation de la moelle épinière.) transverse, paralysies faciales, syndrome de Guillain-Barré (Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) ou syndrome de Guillain-Barré-Strohl est une maladie auto-immune inflammatoire du système nerveux...), panencéphalite sclérosante subaigüe

Le syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des...) de Guillain-Barré est souvent cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant une société...) comme « effet indésirable d'une vaccination » bien qu'aucune preuve scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) n'ait, à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...), démontré l'existence d'un lien de cause à effet.

Vaccination contre la rougeole (La rougeole (également appelée 1re maladie) est une infection virale éruptive aiguë. Elle atteint essentiellement les enfants à partir de l’âge de 5-6 mois, et elle...), la rubéole et les oreillons (Les oreillons ou parotidite virale ou encore parotidite ourlienne est une maladie virale infantile humaine atteignant principalement les glandes salivaires situées en avant des oreilles ainsi...) (RRO)

  • Purpura thrombocytopénique ( thrombocytopénie = chute du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) des plaquettes sanguines)
  • Complications articulaires
  • Méningites

La vaccination anti-hépatite B

Les effets indésirables de la vaccination contre l'hépatite B (L'hépatite B est une hépatite virale due à une infection par le virus de l'hépatite B (VHB) et entrainant une inflammation du foie.) sont :

  • arthrites
  • lichen plan, érythème noueux
  • glomérulonéphrite
  • périartérite noueuse, péricardites aiguës, vascularites
  • thrombocytopénie
  • aucun lien de causalité directe entre sclérose (La sclérose est une lésion élémentaire en pathologie dermatologique. Elle correspond à la rigidification anormale de la peau. Elle peut être...) en plaque et vaccin anti-hépatite B n'est établi à ce jour; le professeur Didier Houssin, directeur interministériel à la lutte contre la grippe aviaire (La grippe aviaire désigne les différentes formes du virus de la grippe qui infecte les oiseaux sauvages et domestiques. La maladie est également connue sous le nom de peste aviaire.) en France, a averti en septembre 2008 d'une action en réponse à une étude identifiant (En informatique, on appelle identifiants (également appelé parfois en anglais login) les informations permettant à une personne de...) un risque de sclérose en plaque chez l'enfant après vaccination contre l'hépatite (L’hépatite (du grec hépar: foie) désigne toute inflammation aiguë ou chronique du foie. Les formes les plus connues étant les formes virales (notées de A à G) et...) B. L'équipe du Pr Marc Tardieu, de l'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être...) Bicêtre, retrouvait en 2008 lors d'une étude que la vaccination contre l'hépatite B n'augmentait pas de façon générale le risque de démyélinisation du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements...) central dans l'enfance, mais retrouvait que l'un des vaccins contre l'hépatite B, Engerix B, semblait augmenter ce risque, particulièrement pour les scléroses en plaque confirmées sur le long terme. Selon ces travaux, qui démontreraient pour la première fois un tel risque chez l'enfant, celui-ci subsisterait trois ans après la vaccination. Le professeur Houssin précise qu'« il n'y a pas de remise en cause de la recommandation (Les industries ne fonctionnent pas correctement sans normes garantissant l'interopérabilité, des organismes crées pour, promulguent des recommandations, qui...) vaccinale ».
La Commission de pharmacovigilance (En France, « La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d'effet indésirable résultant de l'utilisation des médicaments et produits à...) de l'Agence française de sécurité sanitaire (Comme son nom l'indique la sécurité sanitaire traite de la sécurité et de la gestion du risque concerne la santé.) des produits de santé (Afssaps), puis le Comité technique des vaccinations, sont actuellement en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) de la question. Le vaccin contre l'hépatite B reste recommandé en France pour tous les enfants âgés de 2 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) à 13 ans, ainsi que pour les personnes « à risque ».
À noter que de façon permanente les autorités médicales mettent en balance les risques et les bénéfices de chaque vaccin et sont amenés à en abandonner certains (variole, choléra (Le choléra est une toxi-infection entérique épidémique contagieuse due à la bactérie Vibrio cholerae, ou bacille virgule, découverte par Pacini en 1854 et redécouverte par Koch en 1883. Elle est...) par exemple) et à en recommander d'autres (méningites A et C par exemple).

La vaccination antiamarile (vaccination anti fièvre jaune)

Les réactions suivantes ont été observées :

  • réactions postvaccinales minimes : vers le sixième jour, il peut y avoir une poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) fébrile (Terme médical (du latin febrilis, de febris signifiant fièvre) signifiant « accompagné de fièvre ».) avec céphalées et dorsalgies qui disparaissent après 1 à 2 jours
  • réactions allergiques : éruption cutanée, érythème multiforme, urticaire, angiœdème, asthme (L'asthme (phon. : [asm]) du latin asthma signifiant « respiration difficile », est une maladie du système respiratoire touchant les voies...) (rares cas)
  • réactions d’Arthus caractérisées par un œdème et une nécrose au point (Graphie) d'injection moins de 24 heures après la vaccination
  • risque d’encéphalite particulièrement élevé chez les jeunes enfants

La vaccination antigrippale

  • réactions d’hypersensibilité
  • Le syndrome de Guillain-Barré est souvent cité, mais son incidence post-vaccinale est très inférieure à la survenue de ce syndrome après une grippe (La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par trois virus à ARN de la famille des Orthomyxoviridae (Myxovirus influenzae A, B et C),...). De plus une confusion est volontairement entretenue entre les formes graves (paralysies) et les formes bénignes (fourmis dans les doigts)

La vaccination anti-papillomavirus

Autorisés en 2006 en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent...) et aux États-Unis et largement utilisés depuis lors, les effets indésirables des vaccins contre le papillomavirus (Les papillomavirus sont un groupe de petits virus à ADN. Ils sont très répandus dans la nature.) humain (ou HPV : Human Papillomavirus) restent sujets à controverse. Pour les organismes de santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la présenter comme « l'étude, d'une part, des déterminants physiques,...) et les firmes qui commercialisent les versions commerciales de ces vaccins (Gardasil par Merck & Co. et Cervarix par GlaxoSmithKline), ce vaccin est sûr. Au 31 décembre 2008, la CDC enregistre aux États-Unis, 32 rapports de décès parmi les femmes ayant reçu le Gardasil mais étant donné le grand nombre de doses distribuées (plus de 20 millions), le délai très variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule,...) entre la vaccination et la date du décès (de plusieurs jours à plusieurs mois) et l'hétérogénéité des causes des décès, le CDC conclut à l'absence de lien entre les décès et le vaccin. Le NVIC relève toutefois une fréquence significativement supérieure de déclarations d'effets indésirables pour le Gardasil, en comparaison de celles qu'elle a reçues pour un autre vaccin adressé aux personnes du même âge, le Menactra. Deux décès ont par ailleurs été signalés en Europe également. Suite à l'un de ces décès en Autriche et à un rapport mettant en doute l'efficacité de cette vaccination, l'Autriche ne rembourse plus ces vaccins. Après analyse de ces faits, la vaccination reste cependant conseillée par la FDA et l'EMEA mais ces organismes continuent d'être attentifs.

Page générée en 0.165 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique