Bugatti - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.


Logo de Bugatti
Repères historiques
Création : 1909
Dates clés : 1991 1994 1998
Disparition : 1963
Fondateur(s) : Ettore Bugatti
Personnages clés : Ettore Bugatti et Jean Bugatti
Fiche d’identité
Forme juridique : Société par Actions Simplifiée
Slogan(s) : " Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher "
Siège social : France Historique et actuel : Molsheim-Dorlisheim,Alsace
Direction : Franz-Josef Paefgen
Activité(s) : Automobile
Produit(s) : Véhicules sportifs
Société mère : Volkswagen AG
Effectif : 20
Site corporatif : www.bugatti.com/fr/accueil.html
Données financières
Chiffre d’affaires : 0,02 Md € (2005)[réf. nécessaire]
Résultat net :  ???
Principaux concurrents
McLaren, Porsche, Saleen, Ferrari, Lamborghini, Koenigsegg
Consultez la documentation du modèle
Bugatti Veyron de 2005

Bugatti est un constructeur de voitures français, plus précisement alsacien, propriété du groupe Volkswagen AG depuis 1998.

Bugatti est une des marques pionnières et avant-gardiste du monde de l'automobile. Elle a été fondée en 1909 par le génie italien Ettore Bugatti (dépositaire de plus de 1000 inventions brevetées en mécanique), et reprise un temps par son fils Jean Bugatti décédé précocement en 1939 à l'âge de 30 ans. Bugatti s'est particulièrement distingué dans le sport automobile avec ses légendaires bolides bleus au radiateur en fer à cheval au palmarès inégalé de plus de 10000 victoires internationales en course [réf. nécessaire], 37 records, ainsi que dans la gamme des voitures de luxe d'élite sur mesure avec l'adage d'Ettore : " Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher ".

Vendue en 1963 au constructeur espagnol Hispano Suiza. De nombreux passionnés ont à cœur d'essayer de ressusciter l'esprit d'Ettore Bugatti dont Romano Artioli en 1987 avec Bugatti Automobili SpA et Volkswagen AG en 1998 avec Bugatti Automobiles SAS. Actuellement la marque commercialise pour les milliardaires de la planète, la célèbre Bugatti Veyron, voiture la plus chère et la plus rapide du monde.

Historique

Ettore Bugatti, fondateur de Bugatti en 1909

Né d'une famille Italienne d'artistes établies à Milan, et passionné de mécanique et de vitesse au debut de l'aventure automobile des années 1900, Ettore Bugatti fonde son usine à Molsheim-Dorlisheim à 20 km à l'ouest de Strasbourg en Alsace (alors allemande) en décembre 1909, ( l'année de la naissance de son fils Jean Bugatti) après avoir travaillé successivement pour De Dietrich à Niederbronn (Alsace), Hermès à Strasbourg en association avec Émile Mathis, et enfin Deutz à Cologne (Allemagne).

En 1910 Bugatti remporte un vif succès au Mondial de l'automobile de Paris grâce à des caractéristiques techniques avancées, une haute qualité de finition, un haut niveau d'esthétique, de design et de prix.

Il poursuit et enchaîne les modèles de course et de luxe avec la Bugatti Type 13 ou Brescia (1327 cm3, 4 cylindres, 95 km/h) qui remporte plus de 40 courses en quatre ans malgré sa faible cylindrée grâce à son poids plume et sa tenue de route exceptionnelle. Il en vend 5 exemplaires (Photo Bugatti Type 13).

En 1911 alors qu'il a vendu 75 Bugatti en Europe il s'associe avec Peugeot et conçoit la Peugeot Bébé dont 3095 exemplaires sont vendus.

De 1914 à 1918 pendant la Première Guerre mondiale Ettore Bugatti quitte l'Alsace pour l'Italie puis pour la France pour qui il conçoit des moteurs d'avion de 16 cylindres en 2 rangées de 8. L'aviation américaine acquiert la licence de ce moteur exceptionnel pour en fabriquer 5000. Ils en fabriqueront finalement 50 en raison de la fin du conflit.

En 1924 il présente en août sa fameuse Bugatti Type 35 au Grand Prix automobile de France à Lyon. Une voiture aux performances d'avant-garde dotée d'un compresseur pilotée par des pilotes d’usine et privés qui remportent plus de 2 000 victoires en compétition (record inégalé à ce jour) et qui lui apporte la gloire et la prospérité.

Association avec son fils Jean Bugatti

Bugatti Type 59 Grand Prix de course de Formule 1 1933
Bugatti Type 59 Grand Prix de course de Formule 1 1933

Jean Bugatti travaille très tôt au côté de son père au bureau d'étude de l'usine qu'il est destiné à pérenniser. Il se révèle rapidement doué au moins du même génie d'artiste designer que son père en dessinant les carrosseries les plus élégantes qui aient jamais habillé un châssis Bugatti. Il fait preuve également de génie en mécanique et contribue à l'innovation des voitures produites par son père qu'il stimule.

En 1926 Ettore et Jean conçoivent les Bugatti type 37 et Bugatti type 40 ainsi que l'extraordinaire Bugatti Type 41 la " Royale " qui cumule tous les superlatifs. Construite pour l'élite des monarques et chefs d'état de la planète. (12 763 cm³ pour 300 chevaux, 500 000 Francs) C'est un échec commercial cuisant, aucun monarque ne l'achète. Sur les 6 exemplaires fabriqués, 3 seulement seront vendus et les 3 autres sont conservés à l'usine. (Un septième exemplaire a été assemblé après la Seconde Guerre mondiale par les frères Schlumpf à partir de pièces détachées). Ettore commence alors à se détacher de Bugatti et confie de plus en plus de responsabilité à son fils Jean Bugatti.

En 1927 Ettore et Jean conçoivent les Bugatti Type 43 (8 cylindres, vitesse exorbitante pour l'époque de 170 km/h), les Bugatti Type 44 (plus de 1000 exemplaires vendus) et Bugatti Type 45 en 1929 (16 cylindres, 48 soupapes, double compresseurs dessiné par Jean)

Difficultés économiques de la crise de 1929

De 1929 à 1936 sort la série Bugatti Type 46 ou " petite royale ", dernier modèle conçu par lui même (8 cylindres de 5,3 litres vendu à 500 exemplaires). Les suivantes sont toutes conçues par Jean Bugatti, toujours plus belles et plus fiables. Bugatti Type 49, Bugatti Type 50 avec compresseur, double carburateur, deux soupapes par cylindre en V. Puis Bugatti Type 55 toujours équipés de 8 cylindres avec un double arbre à cames en tête

Bugatti Type 57SC Atlantic de 1926
Bugatti Type 57SC Atlantic de 1926

En 1931 Ettore Bugatti sauve son usine de la faillite dans les années noires de l'après crise de 1929 en fabriquant 80 autorail Bugatti très lucratifs à base des moteurs de Bugatti Royale Type 41 de 12,7 litres couplé par quatre pour une vitesse record en 1934 de 192 km/h. Il conçoit également des bateaux rapides et également un avion De Monge-Bugatti, le Modèle 100 à l'architecture très innovante et dont la construction débuta dans les locaux parisiens de la marque. Il dût être caché en raison de l'occupation allemande de la seconde Guerre mondiale et ne vola jamais. Démantelé dans les années 1970 par un collectionneur de voitures qui lui a ôté ses moteurs, il a finalement été restauré par le musée américain de l'histoire aérienne, dans le Wisconsin, où il est exposé.

En 1934 les Bugatti Type 57, parmi les voitures les plus luxueuses des années 1930 sont produites à 700 exemplaires avec différentes variantes : berline Galibier, coupé Atalante, coach Ventoux, cabriolet Stelvio... de 140 à 200 chevaux avec compresseur pour 210 km/h. Les Bugatti Type 51 sont produites pour la compétition, évolution des célèbres Bugatti Type 35 en plus puissantes grâce aux double arbre à cames en tête qui permettent au moteur d'atteindre 180 chevaux.

En 1937 et 1939 Bugatti remporte deux fois les 24 heures du Mans avec les derniers pilotes français d’usine Jean-Pierre Wimille associé avec Robert Benoist au volant d'une Bugatti Type 51 en 1937 et associé avec Pierre Veyron au volant d'une Bugatti Type 57G en 1939.

Décès précoce de Jean Bugatti et Seconde Guerre mondiale

En 1939 Jean Bugatti se tue accidentellement le 11 août à l'âge de 30 ans au cours des essais d'une Bugatti Type 57C à Duppigheim à 10 km à l'est de l'usine. C'est un drame catastrophique pour Bugatti et pour son père qui ne s'en remettra pas.

De 1939 à 1945 durant la Seconde Guerre mondiale l'usine est annexée par les Nazis. La guerre met fin à la production de Molsheim.

En 1945 Ettore Bugatti se bat et gagne en justice pour récupérer son usine de Molsheim saisie par l'administration française à la libération parce qu'il est italien. Il tente de redémarrer malgré les dettes et les manques de moyen. Les études des Bugatti Type 73 et Bugatti Type 78 n'aboutissent pas et l'entreprise vivote.

Décès de Ettore Bugatti

En 1947 Ettore Bugatti meurt d'épuisement des suites d'une congestion cérébrale le 21 août à Paris à l'âge de 66 ans après avoir déposé 1000 brevets et fabriqué en 37 ans près de 7 500 voitures de grand luxe et de course toutes entrées dans la légende et devenues des objets cultes de riches collectionneurs. Bugatti est détenteur d'un palmarès sportif jamais égalé avec plus de 10 000 victoires et 37 records.

Le décès d'Ettore Bugatti, la Seconde Guerre mondiale, les difficultés économiques de l'après guerre ont entraîné la disparition de la marque entré dans la légende des pionniers de l'automobile d'élite.

Tentative de reprise de Bugatti par Roland Bugatti

En 1951 Roland Bugatti (fils cadet d'Ettore) et Pierre Marco (ancien pilote et fidèle collaborateur de l'usine) tentent de produire les Bugatti Type 101 et 102 assez proche de la Bugatti Type 57 sans succès à cause de la misère économique d'après guerre. Six modèles seulement sont vendus.

En 1956 une nouvelle tentative de come-back en compétition échoue avec la Bugatti Type 251.

Achat de la marque par Hispano Suiza

En 1963 la marque et l'usine Bugatti sont revendues au constructeur français Hispano Suiza. Le site de Molsheim est reconverti à l'aéronautique à partir de cette date. La marque Bugatti subsiste toujours à ce jour au sein du groupe Messier-Bugatti sous-traitant de très haute qualité pour l'aéronautique (freins carbone pour Airbus et Dassault). Les Frères Schlumpf, des richissimes passionnés fanatiques de la marque, profitent de cette vente pour acheter tout ce qu'ils peuvent de l'usine en vente pour leur collection privée aujourd'hui exposée à la Cité de l'Automobile de Mulhouse (plus importante collection au monde de Bugatti).

Première résurrection en 1987 avec Bugatti Automobili SpA

Bugatti Veyron de 2005
Bugatti Veyron de 2005

En 1987 l'entrepreneur italien Romano Artioli rachète la licence Bugatti, fonde Bugatti Automobili SpA et présente " le jour du 110e anniversaire de la naissance d'Ettore Bugatti " (15 septembre 1991) la voiture la plus puissante et la plus novatrice du monde d'alors, la Bugatti EB110 (12 cylindres suralimentés par 4 turbocompresseurs, 550 chevaux pour 342 km/h (record du monde 1992 pour un véhicule routier), 4 roues motrices, châssis en fibre de carbone, carrosserie en aluminium. Suivie en 1992 par la Bugatti EB110 SS (Super Sport) de 600 chevaux et 200 kg de moins que la GT puis par la Bugatti EB112 en mars 1993, V12 atmosphérique de 6 litres, 460 chevaux inspiré de la Bugatti Type 57S "Atlantic" des années 1930 de Jean Bugatti. Il fait faillite en 1996 après avoir vendu 139 véhicules.

Seconde résurrection en 1998 avec Bugatti Automobiles SAS

En 1998 le groupe Volkswagen AG rachète la marque, fonde Bugatti Automobiles SAS et commercialise la Bugatti Veyron avec un moteur de 16 cylindres, 8 litres, 1001 chevaux, 407 km/h au prix de 1 276 000 €.

De nombreux passionnés ont à cœur de faire perdurer l'esprit d'Ettore Bugatti " Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher ".

Caractéristiques des voitures produites par Bugatti

On peut identifier 5 époques dans la production Bugatti :

Les " ancêtres " jusqu'à la Type 32 - 1909

Les premières Bugatti ont encore un radiateur hexagonal, remplacé par la suite par un radiateur de forme arrondie, et un essieu AV avec une section en " H ".

Elles présentent déjà des caractéristiques typiques de Bugatti :

  • Des performances élevées grâce à un moteur vif et à un poids réduit.
  • Une excellente tenue de route pour l’époque.

Les " classiques " de la Type 35 à la Type 49 - 1924

Ces voitures présentent toutes les caractéristiques qui les identifient immédiatement comme des Bugatti :

Moteur de Bugatti Type 37A de 1929
Moteur de Bugatti Type 37A de 1929
  • Le moteur 4 ou 8 cylindres en ligne, de forme parfaitement parallélépipédique, au dessin d'une grande pureté, témoignant de l’habileté des fondeurs de Molsheim ;
  • Le radiateur en forme de fer à cheval ;
  • L'essieu Bugatti forgé en une seule pièce, de section circulaire, coudé, creux au milieu, plus fin et plein aux extrémités, et traversé par les ressorts à lame de la suspension ;
  • Les freins commandés par Câble Bowden ;
  • Un important carrossage positif du train avant.

Les " modernes " à partir de la Type 50 - 1929

Ces voitures, développées sous l’influence de Jean Bugatti, ont toutes un moteur 8 cylindres à double ACT et à chambres de combustion hémisphériques, favorisant le rendement.

Elles conservent le radiateur en forme de fer à cheval et l'essieu Bugatti qu'Ettore n'a jamais accepté d’abandonner au profit d'une suspension à roues indépendantes comme le préconisait Jean. Les freins à commande hydraulique n'apparaîtront que sur les dernières versions de la T57.

La première résurrection avec l'EB110 - 1987

La Bugatti EB110 est la voiture de route la plus puissante et la plus novatrice du monde d'alors, (12 cylindres suralimentés par 4 turbocompresseurs, 550 chevaux pour 342 km/h (record du monde 1992 pour un véhicule routier), 4 roues motrices, châssis en fibre de carbone, carrosserie en aluminium. Suivie en 1992 par la Bugatti EB110 SS (Super Sport) de 600 chevaux et 200 kg de moins que la GT puis par la Bugatti EB112 en mars 1993, V12 atmosphérique de 6 litres, 460 chevaux inspiré de la Bugatti Type 57S "Atlantic" des années 1930 de Jean Bugatti.

La seconde résurrection avec la Bugatti Veyron 1998

La Bugatti Veyron est également la voiture de route la plus performante du monde à sa sortie : moteur 16 cylindres en W, 64 soupapes, 8 litres, 1001 chevaux, 0 à 300 km/h en moins de 16 secondes, 407 km/h (voiture routière de série la plus rapide du monde), boîte 7 rapports à commande séquentielle, transmission intégrale, pneumatiques de 20 pouces au prix de 1 276 000 € HT.

Modèles

La production totale fut d'environ 7 900 voitures, dont il reste aujourd'hui environ 2 000 exemplaires devenus des objets cultes dans les mains de collectionneurs fanatiques de la marque.

Ancêtres

  • Bugatti Type 10 " Petit Pur Sang "
  • Bugatti Type 13, 15, 17, 15, 23 " Brescia "
  • Bugatti Type 29 " Cigare "
  • Bugatti Type 30
  • Bugatti Type 32 " Tank Bugatti "

Voitures de course

  • Bugatti Type 35 " Grand Prix "
  • Bugatti Type 37
  • Bugatti Type 39
  • Bugatti Type 51
  • Bugatti Type 54
  • Bugatti Type 59

Voitures de sport

Bugatti Veyron à Molsheim, site historique de Bugatti en Alsace
Bugatti Veyron à Molsheim, site historique de Bugatti en Alsace
  • Bugatti Type 38
  • Bugatti Type 43
  • Bugatti Type 55
  • Bugatti EB110, EB110 SS (Super Sport), Bugatti EB112
  • Bugatti Veyron

Voitures de luxe

  • Bugatti Type 41 "  Royale "

Voitures de tourisme à 4 cylindres

  • Bugatti Type 40

Voitures de tourisme à 8 cylindres

  • Bugatti Type 44 et 49
  • Bugatti Type 46 " Petite Royale "
  • Bugatti Type 50
  • Bugatti Type 57
  • Bugatti Type 101

Succès en course

Gros plan sur le 8 cylindres de Jean et Ettore Bugatti
Gros plan sur le 8 cylindres de Jean et Ettore Bugatti

Les Bugatti ont remporté plus de 10 000 courses (inégalé à ce jour) et 37 records, de très nombreuses épreuves partout dans le monde en dominant la concurrence, des Grands Prix parmi les plus prestigieux dans lesquels la marque engageait des voitures d'usine (ensuite revendues à des clients particuliers) jusqu'aux courses locales auxquelles participaient des " gentlemen drivers " avec leurs Bugatti privées.

  • Les victoires en GP des voitures d'usine sont détaillées sur la page " Bugatti Type 35 ".

Collections

La collection la plus célèbre de Bugatti a été rassemblée à Mulhouse par les frères Schlumpf (Hans et Fritz), deux richissimes industriels suisses qui possédaient un empire du textile en Alsace. Ils amassèrent secrètement entre 1958 et 1975 la plus importante collection de voiture privée au monde qu'ils faisaient restaurer à grands frais dans les meilleurs conditions au point de se ruiner totalement. La collection est désormais propriété de la France, classée monument historique et exposée à la Cité de l'Automobile de Mulhouse. (Plus important musée de voitures pionnières de l'automobile et de Bugatti du monde)

Page générée en 0.749 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise