Trolleybus
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Trolleybus articulé moderne, à Arnhem (Pays-Bas)
Trolleybus articulé moderne, à Arnhem (Pays-Bas)
Lignes aériennes de contact de trolleybus
Lignes aériennes de contact de trolleybus

Le trolleybus est un véhicule de transport en commun de voyageurs.

Technique

Le trolleybus (Le trolleybus est un véhicule de transport en commun de voyageurs.) roule sur pneumatiques, comme l’autobus, mais il est propulsé par un moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) électrique, comme le tramway (Le tramway (ou tram) est une forme de transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des voies ferrées équipées de rails plats (alors que ceux des trains sont légèrement inclinés vers...). Il est alimenté par deux lignes de contact aériennes appelées aussi bifilaires. Le système de captage du courant est issu de celui utilisé par les tramways : Le premier tramway électrique était alimenté par un chariot (Un chariot est un plateau équipé de quatre roues, et sert au transport de charges. Par extension on inclut également ceux à trois ou...) courant sur deux fils aériens, et relié au tramway par un câble flexible. Cette méthode fut nommée troller (du mot anglais trawl, signifiant chalut et du vieux français "troller"= traîner)), ce qui donna le mot trolley. Cette méthode n'était pas entièrement satisfaisante, le chariot ayant trop souvent tendance à dérailler. Puis fut développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme...) la perche terminée par une roulette à gorge dans laquelle venait s’encastrer le fil d’alimentation. C'est ce système qui fut utilisé sur les premiers trolleybus, par la suite, les roulettes disparurent au profit de frotteurs en bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt employé en poésie et dans les textes...) (qui nécessitaient régulièrement une lubrification des lignes de contact avec de l'huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui ne se mélangent pas à l'eau, mais, est cependant plus légère que l'eau.) graphitée) Sur les trolleybus modernes, les têtes de perche en carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) rendent toute lubrification inutile. Le captage du courant s'effectue avec une paire (On dit qu'un ensemble E est une paire lorsqu'il est formé de deux éléments distincts a et b, et il s'écrit alors :) de perches, qui donnent au véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) une liberté latérale de circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) de plusieurs mètres (environ 4 mètres), lui permettant de s'insérer dans le trafic urbain sans difficulté.

Beaucoup de trolleybus sont équipés d’un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie (éolienne,...) thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des...) auxiliaire, afin de pouvoir se déplacer à vitesse (On distingue :) réduite dans des espaces dépourvus de lignes aériennes de contact, par exemple lors de déviations pour travaux ou lors de manœuvres de garage. D'autres sont appelés bi-mode (ancien réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit...) de Nancy, par exemple) car muni de deux chaînes de traction indépendantes: moteur diesel (Fruit des travaux menés par l'ingénieur allemand Rudolf Diesel entre 1893 et 1897, le moteur Diesel est un moteur à combustion interne dont l'allumage n'est pas commandé mais spontané, par...) avec boîte de vitesses (Une boîte de vitesse est le second maillon de la chaîne de transmission du couple d'un moteur au roues d'un véhicule. La boîte de vitesses propose plusieurs rapports entre la vitesse de rotation de l'arbre moteur et celle des...), et équipement électrique de trolleybus. Ils peuvent ainsi parcourir des antennes terminales non pourvues de ligne de contact.

Avantages et inconvénients

Avantages

Mû par un moteur électrique, le trolleybus est silencieux, non polluant (Le polluant a pour définition la plus souvent retenue : un altéragène biologique, physique ou chimique, qui audelà d'un certain seuil, et parfois dans certaines conditions (potentialisation),...) et apte à gravir les pentes. Son coût d’exploitation varie en fonction du coût de l’électricité, mais il est généralement plus faible que celui de l’autobus. Suivant la façon dont il a été construit, la durée de vie (La vie est le nom donné :) de sa caisse (Les caisses en bois servent à emballer des produits en plusieurs pièces, qui doivent être livrées ensembles.) est égale ou supérieure à celle de l’autobus. La durée de vie des équipements électriques, dont le moteur, est généralement beaucoup plus longue que celle de la caisse. À Lyon, certains moteurs ont ainsi pu être montés successivement sur trois caisses différentes, des années 1930 aux années 1980 !

Inconvénients

Le coût d’investissement du trolleybus est plus élevé que celui de l’autobus, d’une part parce qu’il faut construire une ligne aérienne de contact bifilaire (contrairement au tramway, le trolleybus ne peut renvoyer le courant de la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) dans les rails ; il doit donc disposer d'un deuxième fil, le neutre) et d’autre part parce que les véhicules sont plus chers. Les lignes aériennes de contact bifilaires sont parfois perçues comme inesthétiques, notamment au droit des croisements et des bifurcations, où elles forment des " toiles d'araignées ". On reproche également aux trolleybus non équipés d’un moteur thermique auxiliaire de ne pas pouvoir se détourner de leur itinéraire habituel en cas d’accident ou de travaux ; cependant, les trolleybus actuels sont en général équipés de tels moteurs.

Réseaux de trolleybus

Voir l’article spécialisé Liste des trolleybus du monde

France

Les premiers trolleybus sont apparus au début du XIXe siècle sous le nom d’électrobus. Après ces expériences de courte durée, une nouvelle génération de trolleybus est apparue entre les deux guerres mondiales. La société Vetra créée en 1925, fut le constructeur emblématique de l'immense majorité des trolleybus français jusqu'à 1964 et exporta même une partie de sa production dans de nombreux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) y compris jusqu'au Chili. Le trolleybus a connu un certain succès pendant l’Occupation, puis dans les premières années de l’après-guerre du fait de la pénurie de pétrole (Le pétrole est une roche liquide carbonée, ou huile minérale. L'exploitation de cette énergie fossile est l’un des piliers de l’économie industrielle contemporaine, car le pétrole fournit la quasi...).

Dans les années 1970, notamment à cause de la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) des usines Vetra, il avait presque totalement disparu de France, lorsque, conjointement, les réseaux de Lyon, Grenoble et Saint-Étienne réceptionnèrent vers 1978 un nouveau matériel, l'ER 100 Berliet-CEM-Oerlikon, encore en service à Saint-Étienne aujourd'hui. Le matériel le plus récent à l'époque (NB: en France !) était la petite série de VBH-85 Vetra-Berliet de 1963 de la ligne 6 de Lyon. Selon des avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au Legüyi...) autorisés, ce sont les très grands VA3-B2 Vetra du réseau de Lyon qui sauvèrent le trolleybus en France, aucun autobus (Un autobus (ou bus), comme un autocar (ou car), est un véhicule automobile pour le transport en commun de voyageurs. Le mot bus et autobus vient d'Omnés Omnibus qui était le slogan du chapelier...) de cette capacité n'étant disponible sur le marché vers 1970 pour les remplacer. La crise du pétrole, intervenue ensuite en 1973, a suscité la mise à l'étude des ER-100, les réseaux de trolleybus étant encore actifs.

Seuls demeuraient alors les réseaux suivants :

  • réseau de Grenoble. Bien que modernisé dans les années 1970, le réseau a été arrêté en 1999. réintroduction prévue dans les prochaines années.
  • réseau de Lyon (le plus grand réseau de trolleybus de France)
  • réseau de Limoges
  • réseau de Marseille. Le réseau a été supprimé en juin 2004.
  • réseau de Saint-Étienne, voir ci dessous
  • Nancy, voir ci dessous
Trolley de Limoges
Trolley de Limoges

SAINT-ETIENNE : Le réseau stéphanois est connu pour avoir gardé son tramway électrique (l'une des rares ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent...) en France) depuis sa création (1912 pour son électrification). Mais c'est aussi l'un des rare réseau français à avoir conservé ses lignes de trolley-bus. Historiquement au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de 7 (lignes 1,3,5,6,7,8 et 10) il n'en reste aujourd'hui que 2 (ligne 3 et 10). En effet, la ligne 1 a perdu ses trolley (en 1999) suite aux travaux persistant sur son parcours et à la volonté esthétique des maires (Chambon Feugerolles notamment) sur le parcours. La ligne 3 actuelle correspond aux lignes 3 et 5 historiques. La ligne 6 quand à elle a été interrompu avec l'arrivé des Agora (En Grèce antique, l'Agora désigne le lieu de rassemblement, le marché de la cité. Les Capéloï en sont les commerçants. C'est une composante essentielle du concept de Polis, à tel point...) L (plus modernes que les anciens trolleys articulés devenus vétustes). mais cette ligne pourrait dans les prochaines années être à nouveau équipée en trolleys (ligne forte TCSP qui ne peut recevoir un tramway à cause de la pente de son parcours). La ligne 7 (Le terme ligne 7 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en commun :) a été fusionné avec la ligne 8, puis depuis octobre 2006 (arrivé de la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle plan....) ligne de tramway) avec la ligne 12 (Le terme ligne 12 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en commun :) sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), perdant ainsi sa liaison gare-centre ville. Enfin la ligne 10 n'est conservé que dans sa partie sud-ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le sud-ouest est opposé au nord-est.).

NANCY : Un réseau de trolleybus a été créé à Nancy en 1982 (il n'y en avait jamais eu dans cette ville), actif jusqu'en 1998. Une de ses lignes a été transformée au début des années 2000 en tram sur pneus, également appelé Transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le...) sur voie réservée (TVR). Suite à des déboires concernant le renouvellement du parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou à l’agrément. Il se distingue du Jardin public par le...), les autres lignes de trolleybus sont provisoirement inutilisées : le matériel alors utilisé (articulé PER 180 bi-mode) a été réformé prématurément, en raison d'un manque de fiabilité (Un système est fiable lorsque la probabilité de remplir sa mission sur une durée donnée correspond à celle spécifiée dans le cahier des...), et le nouveau matériel de fabrication italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on tire dessus pour enrouler la voile.), acquis d'occasion, ne fonctionne pas, ses perches étant trop courtes pour l'utilisation sur le réseau Stan, par suite d'un problème d'homologation entre Nancy et le constructeur italien. La solution est actuellement différée en raison du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) de nouvelles lignes de tram (hybride comme la première, ou autre type). Le retour du trolleybus standard est prévu sur la ligne 121 qui relie la Gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :) Centrale de Nancy au quartier Beauregard; et sur les lignes 2 et 3 de TCSP, qui seront probablement dotées de trolleybus articulés (peut être à guidage optique) d'ici 2009. Un projet de tram-train (Le tram-train est un système de transport en commun proche du train-tram, qui permet à un même véhicule de circuler sur des voies de tramway en...) est également à l'étude dans la métropole (Une métropole (du grec mêtêr, mère, et polis, ville) est la ville principale d'une région géographique ou d'un pays,...) lorraine, forte de ses 400 000 habitants et de sa grande agglomération (Une agglomération est un ensemble urbain qui repose sur la continuité du bâti. L'agglomération correspond à la ville sur le plan physique. Une agglomération est définie comme une...) à desservir (agglomération multi-polaire).

Suisse

Trolleybus à Lucerne.
Trolleybus à Lucerne.

La Suisse est le pays qui possède le plus grand nombre de villes à exploiter des trolleybus en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des...) Occidentale. À l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y...) actuelle, 14 villes helvétiques exploitent ce mode de transport (Un mode de transport, ou moyen de transport, ou système de transport, est une forme particulière de transport qui se distingue principalement par le véhicule utilisé,...) écologique, à savoir : Genève (6 lignes), Lausanne (10 lignes), Vevey-Montreux (1 ligne), Fribourg (3 lignes), Neuchâtel (4 lignes), La Chaux-de-Fonds (3 lignes), Bienne (2 lignes), Berne (5 lignes), Bâle (1 ligne), Lucerne (7 lignes), Zurich (6 lignes), Winterthour (4 lignes), Saint-Gall (3 lignes) et Schaffhouse (1 ligne).

Des lignes existaient à Lugano, Thoune et Altstätten.

Le premier trolleybus à perches rigides (dit Trolleybus moderne) a été conçu en 1932 pour la ville de Lausanne (à relever qu'un des trois véhicules mis en service cette année-là roule encore aujourd'hui à Lausanne, au sein de l'association Rétrobus). Depuis, les autres villes ont été fascinées par ce moyen de transport. (Voir aussi l'article Liste des trolleybus du monde.)

Autres pays

Le trolleybus reste un moyen de transport répandu dans les pays issus de l’ex-Union soviétique mais également en Chine et en Corée du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.).

Page générée en 0.945 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique