Architecture khmère
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Principaux sites khmers
Principaux sites khmers

L'architecture khmère est un style très spécifique de construction inspiré des édifices religieux hindouiste de l'Inde qui affirma le caractère sacré du pouvoir des rois khmers déifiés (devar?ja) par des temples gigantesques. Le site le plus connu est celui d'Angkor au Cambodge.

Contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent....) historique

Elle accompagna la création, l'ascension et l'apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de...) de l'empire khmer entre les VIIIe siècle et le XIIe siècle et disparut dès le début de son déclin au XIIIe siècle. Les monuments en dur, pierre ou brique qui ont traversé les siècles sont tous à vocation religieuse; les édifices profanes, y compris les palais royaux, étant édifiés en matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) périssables, principalement du bois.

Extension géographique

Les monuments khmers ont été érigés dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'empire (actuels Cambodge, Laos, sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de la Thaïlande et du Viêt Nam) avec une particulière concentration sur la zone au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour...) Tonlé Sap. Simultanément à ces édifices le pouvoir khmer fit établir des routes pour favoriser les échanges et mieux contrôler son empire et dut édifier de nombreux ponts à cet effet.

Au Cambodge

  • Zone d'Angkor, classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO
    • Le site d'Ya?odharapura, connu sous le nom Angkor, près de Siem Reap
    • Site de Harihar?laya à Rolûos au sud-est (Le sud-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et est. Le sud-est est opposé au nord-ouest.)
    • Site de I?varapura avec le Banteay Srei au nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est est opposé au sud-ouest.)
  • Nord du Tonlé Sap
    • Banteay Chhmar, Beng Mealea, Koh Ker, Preah Vihear
  • Est du Tonlé Sap
    • Kompong Svay
  • Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) du Tonlé Sap
    • Vat Banon, Vat Basset,
  • Sud du Tonlé Sap
    • Bati, Phnom Chisor, Vat Nokor

En Thaïlande

  • Ouest
    • Muang Tam, Phimai (Province de Nakhon Ratchasima), Phnom Rung (Province de Buriram), Prasat Kamphaeng Yam, Sikhoraphum (Province de Surin)
  • Est
    • Sdok Kok Thom, Muang Sing, Phra Phang Sam Yod

Au Laos

  • Province de Champasak
    • Vat Phu

Chronologie

Les constructions khmères et leur décoration sont classés en 3 époques et plusieurs styles successifs

Epoque pré-angkorienne

Trois styles successifs: de Sambor Prei Kuk (jusque vers 650), de Prei Kmeng (jusque vers 700) et de Kompong Preah (district de la province actuelle de Kompong Thom, Kompong signifiant "port ou quai", Thom signifiant "grand").

Époque angkorienne

Celle-ci démarre avec le style du Kulen avant de prendre son essor avec le style du Bakheng des temples-montagnes sur le site d'Ya?odharapura au Xe siècle sous Ya?ovarman.

Après l'intermède du style de Koh Ker (jusque vers 945), se succèdent le style du Prè Rup puis, en parallèle celui du Banteay Srei et des Khléang à l'orée du XIe siècle.

Pendant tout ce XIe siècle le style du Baphuon va régner jusqu'à l'avènement de Suryavarman II et la construction d'Angkor Vat.

Le passage au bouddhisme s'accompagne du style du Bayon répandu par Jayavarman VII à partir de 1180.

Époque post-angkorienne

Le style dit "post-Bayon" n'a laissé que des sculptures, d'inspiration de plus en plus bouddhique avec le déclin de l'hindouisme. Il semble que l'influence du Bouddhisme Therav?da ait mis fin aux constructions somptuaires inspirées par l'hindouisme et portée à leur sommet par le bouddhisme Mah?y?na et que les sanctuaires se résument alors à des terrasses de pierre sur lesquelles sont construites des structures légères en bois et autres matériaux périssables.

Technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :)

Aménagements hydrauliques

Baray

Evolution du simple barrage (Un barrage est un ouvrage d'art construit en travers d'un cours d'eau et destiné à réguler l'écoulement naturel de l'eau pour permettre l'écoulement recherché.), le système du baray apparaît vers le IXe siècle à [Vat Phu] et accompagnera l'essor de la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) khmère jusqu'au déclin et à l'abandon de ce système d'irrigation (L’irrigation est l'opération consistant à apporter artificiellement de l’eau à des végétaux cultivés pour en augmenter la production, et permettre leur...) à partir du XIIIe siècle.

Le Baray, gigantesque bassin généralement rectangulaire dont les dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une pièce de révolution.) varient (de 3,8 km pour l'Indratat?ka de Roluos et jusqu'à 7 km pour les baray d'Angkor), est perpendiculaire (En géométrie plane, on dit que deux droites sont perpendiculaires quand elles se coupent en formant un angle droit. Le terme de perpendiculaire vient du latin per-pendiculum (fil à plomb) et justifie la...) à la pente du terrain. L'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de...) du Baray respecte en général la disposition Est-Ouest des monuments religieux, mais peut être légèrement désaxée afin de tirer partie de la pente naturelle (comme par exemple à Koh Ker ou plus encore à Preah Khan de Kompong Svay. Ils sont établis par des digues, simples levées de terrain de 5 à 10 mètres de haut, constituées du remblai obtenu par le creusement de deux fossés (extérieur et intérieur).

Le principal inconvénient de ces structures était leur entretien difficile et pénible qui ne pouvait pallier durablement à leur ensablement qui limitait leur bon fonctionnement à quelques dizaines d'années. La plupart furent l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par...) de surélévations successives avant d'être abandonnés pour un nouvel emplacement et un nouveau détournement des cours d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) pour leur alimentation.

Il y eut ainsi au moins 3 baray successifs à Angkor: le baray oriental, le baray occidental qui fut surélevé à plusieurs reprises, et le baray du Neak Pean et à chaque fois les rivières étaient détournées afin de remplir ces réservoirs d'irrigation (rivières Siem Reap puis O Klok).

Constructions

Les édifices profanes, y compris les palais, étaient construit en matériaux périssables, probablement en bois, souvent sur des plates-formes entourées de pierre.

Ponts

La construction des routes royales qui culminèrent avec Javayarman VII nécessitèrent la réalisation de nombreux ponts, presque tous suivant le modèle du Spean Thma: voûtes en encorbellement (L’encorbellement est une construction en saillie du plan vertical d’un mur, soutenue en porte-à-faux par un assemblage de corbeaux ou de consoles. Un étage, une galerie un balcon, etc. peuvent...) et donc piles plus larges (1,5 m) que les arches (environ 1 m). Les garde-corps sont des serpents nag?.

Le plus grand encore visible est le Spean Prap Tos sur la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) à l'est du Tonlé Sap entre Siem Reap et Kompong Thom avec 64 mètres de long et 16 mètres de large.

Éléments des monuments

  • Gopura (bâtiment d'accès)
Un gopura du temple de Ta Prohm
Un gopura du temple de Ta Prohm
Pour pénétrer dans les enceintes successives des temples, on traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et...) des pavillons de plan généralement cruciforme surmontés de une ou trois tours, toujours situés au milieu d'un côté et orientés vers les points cardinaux, les gopura. Les enceintes des temples sont généralement orientées Est-Ouest, l'entrée étant pour la plupart des édifices, située à l'Est. Toutefois, certains des temples sont orientés avec l'entrée à l'Ouest, comme Angkor Vat ou Vat Athvéa, édifices vraisemblablement consacrés à Vishnou, l'Ouest étant chez les Khmers, associé avec la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...).
  • Prasat (tour sanctuaire)
C'est un des éléments distinctifs de l'architecture khmère (L'architecture khmère est un style très spécifique de construction inspiré des édifices religieux hindouiste de l'Inde qui affirma le caractère sacré du...), inspiré au départ de celle des sanctuaires de l'Inde. Le Prasat abrite la cella, petite salle carrée, où est située l'idole.
Dotés de quatre portes, orientées en général aux quatre points cardinaux, dont une seule vraie ouverture à l'Est en général, ils sont couronnés par quatre faux étages reproduisant en miniature le premier niveau.
Les prasat peuvent être isolés (Prasat Neang Khmau à Koh Ker), par rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème du...) de trois (Banteay Srei), puis groupés par cinq en quinconce (Angkor Vat).
  • Bibliothèque
Bibliothèque d'Angkor Vat
Bibliothèque d'Angkor Vat
C'est le nom convenu de bâtiments que l'on trouve dans presque toutes les enceintes extérieures des temples khmers. Souvent par paire (On dit qu'un ensemble E est une paire lorsqu'il est formé de deux éléments distincts a et b, et il s'écrit alors :), de part et d'autre du chemin d'accès Est à la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La...) enceinte. Leur ouverture est vers l'Ouest, donc vers le sanctuaire (En anthropologie religieuse un sanctuaire (de sanctus, « sacré») est généralement un lieu ou édifice rendu ou devenu sacré (c'est-à-dire 'appartenant à un Dieu') pour une raison ou...) central.
Leur plan est rectangulaire, souvent avec un faux étage, l'ouverture est précédée d'un avant-corps. Elles sont dépourvues de fenêtres et seules des ouvertures de petite taille ressemblant à des trous d'aération donnent un peu de lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm (rouge). La lumière est intimement...).
Il n'y a que peu d'éléments permettant de vérifier leur destination, seule une dénomination pustakâ?ramah trouvée au Prasat Khna semble accréditer l'hypothèse de bibliothèque.
  • Salle aux danseuses

Certains temples (comme par exemple Preah Khan d'Angkor ou encore Beng Mealea) comportent des salles décorées de frises (Une frise est une bande horizontale dont la vocation est de recevoir un décor.) de danseuses sacrées ou Apsaras.

  • Gîte d'étape
Dharmasala ou encore littéralement maison avec feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.). Les routes de l'époque khmère, telle la voie royale entre Angkor et Phimai, étaient jalonnées de ces constructions qui étaient probablement accompagnées d'abri pour les pèlerins. Elles étaient vraisemblablement le sanctuaire de ces abris, dans lequel était entretenu un feu à l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) des pélerins. Beaucoup sont isolées le long des anciennes voies, mais certaines sont construites dans l'enceinte extérieure d'un temple, comme au Preah Khan d'Angkor.

Matériaux

Les constructions en "dur" ont d'abord (jusqu'à la fin du IXe siècle) utilisé la brique, assemblée avec un mortier de chaux coloré. Elle sera d'abord parée d'enduit permettant de colorer ou de réaliser des fresques puis, généralement tardivement, recouvert d'un parement épais permettant de réaliser des reliefs. Les encadrements des ouvertures et notamment les linteaux étaient dès cette époque en blocs de grès permettant de fines sculptures.

A partir du Xe siècle, la pierre devient le matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets. C'est donc une matière de base sélectionnée en raison de...) privilégié avec la mise en œuvre de la latérite pour les fondations (Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges (poids propre et surcharges climatiques et d'utilisation) de cet ouvrage sur le sol. Le mode de fondation sera...) et le remplissage et de grès pour les portées et les parties sculptées. Différentes carrières (souvent dans la région de Kulên) et veines en ont fourni (Les Foúrnoi Korséon (Grec: Φούρνοι Κορσέων) appelés plus communément Fourni, sont un archipel de petites îles grecques...) une grande variété de coloris: blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux continu, d'où l'image que l'on en donne...), gris, gris-jaune (Angkor Vat), gris-bleu (Ta Kéo)et rose (notamment Banteay Srei).

Le bois était utilisé principalement à titre décoratif pour les portes monumentales dont étaient munis les accès mais également dans des faux-plafonds et lambris (Traditionnellement le lambris est un revêtement de bois, de stuc ou en marbre mais il existe aussi des lambris PVC. Sa surface est plane, quelquefois courbe, et il est formé de...). Il resta également employé dans quelques utilisations structurales, certains linteaux intérieurs et des charpentes.

La tuile (La tuile est un élément de construction utilisé dans le bâtiment comme pièce de couverture pour la toiture.) constituait la toiture des bâtiments annexes, sur une charpente en bois.

Techniques de construction

Les Khmers étaient d'extraordinaires artistes, mais les moyens de construction peuvent surprendre. Ils avaient une grande expérience des constructions en bois et ont essayé de la transposer dans leurs premiers monuments de pierre (notamment les assemblages à tenon et mortaise ou à onglet). De même, ils privilégiaient l'ajustage (L'ajustage regroupe les actions visant à parfaire des pièces mécaniques (supprimer les petits défauts) et à les assembler dans le but de fabriquer un organe mécanique fonctionnel.) en place (par rodage des briques et des blocs de pierre) plutôt qu'une fabrication de précision.

Il semble que seul le résultat et le caractère imposant comptaient pour les bâtisseurs khmers. Par exemple, aucun effort ne semble avoir été fait pour assurer la cohésion des bâtiments par appareillage à joints croisés et accrochage entre les façades et les murs de refend, sans parler de chaînage; les blocs de pierre, de taille aléatoire sont simplement empilés. Ces méthodes de construction sont la cause de bien des éboulements dans de nombreux monuments.

Les monuments khmers n'utiliseront jamais l'arc pour leurs voûtes mais uniquement l'encorbellement. Cette technique avait le mérite de combiner voûte et toiture imperméable, mais limitait les audaces (2 mètres de portée en général, les réalisations plus ambitieuses n'ont pas résisté à l'épreuve du temps). La raison de cet emploi exclusif de la voûte encorbellée semble d'ordre religieux, "les voûtes appareillées n'ayant pas de repos, seules les voûtes encorbellées dorment".

Les traits communs

Pendant toute la période d'influence hindouiste, les temples vont évoluer d'une imitation de l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) hindoue de l'époque vers un style original dont l'archétype est le temple-montagne : pyramide (Une pyramide (du grec pyramis) à n côtés est un polyèdre formé en reliant une base polygonale de n côtés à un point, appelé l'apex, par n faces...) à cinq gradins surmontée de 5 tours en quinconce évoquant les 5 pics du mythique Mont Meru.

Le plus souvent, le temple-montagne lui-même est entouré de cinq enceintes (et de douves ou bassins) dont seule la plus externe pouvait avoir une utilité militaire de par ses hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) et épaisseur. Le grand espace entre l'enceinte extérieure et la deuxième avait une utilité temporelle puisque abritant de nombreux édifices pour la cour royale, les prêtres et autres habitants de cette cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant...). Il avait également l'objectif d'augmenter la majesté du temple, comme on peut le ressentir aujourd'hui en franchissant la gopura ouest d'Angkor Vat et en découvrant le temple au bout de la chaussée.

Perspective et trompe-l'œil, notamment dans les escaliers d'accès dont les largeur (La largeur d’un objet représente sa dimension perpendiculaire à sa longueur, soit la mesure la plus étroite de sa face. En géométrie plane, la largeur...) et hauteur des marches diminuent à chaque niveau tandis que la hauteur des niveaux décroît.

  • Escaliers
Escaliers impraticables: hors le renforcement de l'impression de hauteur, une explication a été donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un événement, etc.) qui serait que ces escaliers sont destinés à être empruntés de côté, de façon à ne jamais faire face à l'idole du sanctuaire central et donc au dieu.
  • Galeries ouvertes
  • Sanctuaires à fausses portes: prasat
Chaque sanctuaire abritant la cella, minuscule lieu de cérémonie, a une seule ouverture, une porte, généralement à l'Est, autrefois munie de battants en bois, tandis qu'aux 3 autres points cardinaux, il comporte par symétrie des fausses-portes en pierre, probablement à l'identique de celle en bois. Ce premier niveau est surmonté de 3 à 4 faux étages pyramidaux comportant des fausses portes ou, du moins, des frontons.
  • Fenêtre (En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur ou un pan incliné de toiture, avec ou sans vitres.) à balustres
Rappel des constructions en bois, de nombreuses fenêtres et fausses fenêtres sont obscurcies par des balustres en grès qui paraissent comme fabriquées au tour.
Page générée en 0.195 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique