Bombardier Inc.
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Logo manquant
Nom officiel : Bombardier Incorporée
Forme juridique : Société par actions
TSX : BBD
Création : 1941 (à Valcourt)
Siège social : Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales....)
Personnes-clés : Joseph-Armand Bombardier, fondateur
Secteurs d’activité : Aérospatiale (L'aérospatiale (nom commun féminin singulier) est une discipline scientifique qui rassemble les techniques de l'aéronautique (déplacement dans l'atmosphère, utilisant des avions ou des hélicoptère par...), Construction ferroviaire, Maintenance de matériel roulant, Services financiers
Produits : Challenger, Jet Régional CRJ, Learjet (Learjet est un constructeur aéronautique spécialisé dans la construction de petits appareils d'affaires. Il a été racheté par le canadien Bombardier, en 1990.), CL-125 et CL-415, Acela (Acela est le nom de plusieurs services ferroviaires d'Amtrak circulant dans le nord-est des États-Unis. Le terme est né de la combinaison d'« accélération » et...), JetTrain
Filiales : Bombardier Transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.), Bombardier Aéronautique (L'aéronautique inclut les sciences et les technologies ayant pour but de construire et de faire évoluer un aéronef dans l'atmosphère terrestre.)
Effectif : 59 550 (2006)
Chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) d’affaires : 14,7 milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille...) de $US (2006)
À peu près à parts égales entre aéronautique et ferroviaire
Site Web : www.bombardier.com

Bombardier (TSX : BBD), est une entreprise canadienne, spécialisée dans la construction de matériels de transports. Elle est présente dans la construction aéronautique (La construction aéronautique regroupe les métiers de la conception, de la fabrication et de la commercialisation des aéronefs, tels les avions. Elle est une des activités du secteur économique de...) (Bombardier Aéronautique) (avions régionaux, avions d'affaires, bombardiers d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) (Canadair)...), dans la construction ferroviaire (leader mondial) et dans les services financiers (Bombardier capital). La société a vendu fin 2003 son secteur récréatif (fabrication de divers véhicules de loisirs : motoneiges, chasse-neige (Un chasse-neige est un engin destiné au déneigement, c'est-à-dire à débarrasser la voirie de la neige pour la rendre praticable aux autres véhicules.), motomarines, hors-bord (Un moteur hors-bord est un système de propulsion utilisé sur des bateaux. Il contient en un seul bloc, le moteur à explosion, la transmission et l'hélice propulsant le bateau. Sur...), etc.) à l'entreprise Bombardier Produits récréatifs.

Historique

Origine

B-12
B-12

Joseph-Armand Bombardier[1], de Valcourt au Québec, eu l'ambition de faire de l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) une saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe...) où il serait aussi facile de se déplacer que pendant les trois autres saisons. Il possède le garage Bombardier où il travaille depuis longtemps sur des prototypes de véhicules capables de circuler dans la neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de façons. Puisque les flocons...). Éventuellement, il développe un véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) à chenilles et durant l'hiver 1936-1937[2],[1], il vend ses premières autoneiges B7 (B pour Bombardier et 7 pour sept passagers). Devant le succès de son produit, il décide de fonder une compagnie qui produira ces véhicules à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable de grande...). La société fut originellement créée, sous le nom de " L'Auto-Neige Bombardier Limitée " en 1941.

L'autoneige B12 de 1941 fut produite en diverses versions jusqu'en 1982. Bombardier participa à la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure...) Guerre mondiale en produisant des versions militaires de ses autoneiges. Bombardier diversifie sa production après 1948 avec divers autoneiges spécialisées dans le travail forestier, le damage des pistes de skis, etc. On y développe également la motoneige (Une motoneige (également appelée scooter des neiges en France) est un petit véhicule motorisé, mu à l'aide d'une ou deux chenilles, et...) moderne. Le 23 janvier 1967, la compagnie devient Bombardier Limitée et elle est inscrite aux bourses de Montréal et Toronto.

Développement

Déjà en 1970, Bombardier achetait la compagnie Rotax d'Autriche, un fabricant de moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) de motoneiges ainsi que de wagons de tramways. Cet achat avait pour but une intégration de la production de son meilleur vendeur. Ce fut également l'occasion de s'introduire par la bande dans le domaine ferroviaire. En 1972, Bombardier se diversifie dans les activités financières avec la création des filiales Crédit Bombardier Ltée, au Canada, et Bombardier Credit Inc., aux États-Unis. Cette diversification a pour but de promouvoir la vente de ses produits.

Ferroviaire

Bombardier entre ainsi dans le secteur ferroviaire en 1974 en remportant un contrat de fourniture de voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence....) au métro de Montréal (Le métro de Montréal a été inauguré le 14 octobre 1966, durant le mandat municipal du maire Jean Drapeau. À son inauguration, le réseau ne comprenait que 26 stations réparties sur trois lignes. Il y a...)[3]. Il acquiert par la suite plusieurs sociétés de construction ferroviaire, notamment : BN en Belgique en 1988 qui lui ouvre le marché européen, ANF-Industrie en France en 1989, Constructora Nacional de Carros de Ferrocarril au Mexique et UTDC au Canada en 1992, et en Allemagne Waggonfabrik Talbot GmbH en 1995 et Deutsche Waggonbau AG en 1998[3].

En 1998, Bombardier s'implante en Chine par le biais d'une co-entreprise Sifang Locomotive & Rolling Stock Works de Qingdao pour la fabrication de voitures à voyageurs pour le marché chinois. En rachetant ADtranz au groupe DaimlerChrysler (Daimler AG (anciennement DaimlerChrysler AG), dont le siège social est à Stuttgart en Allemagne, est un constructeur d'automobiles et de camions ainsi qu'un fournisseur de services...) en mai 2001, Bombardier est enfin devenu le premier constructeur mondial de matériel roulant ferroviaire (Le matériel roulant ferroviaire est composé de l'ensemble des véhicules, moteurs ou remorqués, conçus pour se déplacer sur une voie ferrée.)[3].

Aéronautique

CRJ 200ER
CRJ 200ER

Bombardier est entré dans le secteur aéronautique en rachetant la société Canadair (Canadair fut créée comme une compagnie indépendante canadienne dans le domaine de la construction d'avions civils et militaires. Elle fut ensuite une filiale de plusieurs compagnies dans le domaine et même, de 1972...) le 23 décembre 1986. Trois ans plus tard, soit en mars 1989, Bombardier donne le feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain possède un récepteur,...) à un programme qui marque un virage marquant dans son histoire : le programme du Regional Jet portant sur la mise au point (Graphie) d'un avion de ligne (Un avion de ligne désigne un appareil utilisé pour le transport de passagers sur des bases commerciales. Ils sont, le plus souvent, exploités par des compagnies aériennes qui en sont...) à réaction de 50 places conçu pour le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des actions de...) régional : ce sont les Bombardier CRJ (Le Bombardier Canadair Regional Jet est un avion de ligne civil conçu pour le transport régional par l'avionneur canadien Bombardier Aéronautique. Avec cet avion, Bombardier inventait une nouveau...). L'appareil reçut l'homologation de type canadienne le 31 juillet 1992.

En 1989, Bombardier acquiert la société Short Brother PLC en Irlande du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) à Belfast, puis, en juin 1990, prend possession de Learjet Corporation constructeur des célebres avions Learjet (américains). En 1992, c'est l'achat de la société canadienne De Havilland Canada (de Havilland Canada était un constructeur aéronautique canadien basé à Toronto. Cette compagnie fut créée en 1928 par la compagnie anglaise de Havilland Aircraft.) située à Toronto en Ontario.

Réorganisation

À la suite des problèmes causés au secteur aéronautique causé par les attentats du 11 septembre 2001, Bombardier éprouve des difficultés financières et doit se réorganiser. En décembre 2003, il abandonne le secteur des véhicules de loisirs, qui fut à l'origine de la société, en vendant cette activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) pour plus de 2,5 milliards de dollars canadiens à un consortium composé de Bain Capital, des membres de la famille Bombardier ainsi que de la Caisse (Les caisses en bois servent à emballer des produits en plusieurs pièces, qui doivent être livrées ensembles.) de dépôt et placement du Québec. L'activité cédée comprend notamment les motoneiges Ski-Doo et les moteurs hors-bord Johnson et Evinrude. La partie aéronautique commence à refaire des profits en 2006.

Le secteur ferroviaire est demeuré solide mais doit faire face à une certaine surproduction en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...). Le groupe Bombardier met au point un plan pour la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) de certaines usines dans cette région mais se butte aux lois assez contraignantes dans ce domaine.

Actualité

En avril 2006, on obtient un contrat, évalué à environ 1,2 milliards dollars canadiens, pour renouveler environ 300 wagons du métro (Un métro, apocope du terme métropolitain lui-même abréviation de chemin de fer métropolitain, est un chemin de fer urbain souterrain le plus souvent, sur viaduc quelquefois, au sol rarement.) de Montréal. Le gouvernement du Québec n'a pas fait d'appel d'offre et a choisi unilatéralement la société canadienne afin de créer plus d'emplois locaux, particulièrement dans une région précise en difficulté économique où est installée une des usines de Bombardier (La Pocatière). Cette région constitue un point stratégique important au niveau politique.

Sa rivale, la multinationale française Alstom, possède aussi une usine vacante au Québec mais à l'extérieur de cette région et ne pourra donc pas participer au projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...). Alstom a affirmé vouloir prendre des mesures judiciaires contre Bombardier. Il semble qu'en octroyant une part du contrat des trains de l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné...) de France à Alstom, Bombardier ait maintenant réglé ce conflit [4] [5] [6].

Le 28 juillet 2006, elle obtient un contrat de 577 millions dollars américains pour la construction de voitures de métro destinées à la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m...) de Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de 3 200 kilomètres au nord-est de Los Angeles. C'est la plus grande ville de...). [7]

Suite à un appel d'offre, le 25 octobre 2006, Bombardier signe un contrat de 4 milliards d'euros avec la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :) pour le remplacement de ses automotrices Transilien (Transilien est le réseau de trains de banlieue de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). Il dessert principalement les gares d'Île-de-France, mais aussi quelques-unes...) (Trains Île-de-France) portant sur une commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) de 172 rames qui circuleront sur les réseaux Paris-Nord, Paris-Est et Paris-Saint-Lazare à partir de décembre 2009. Ce matériel sera construit dans l'usine ex-ANF de Crespin dans le département du Nord de la France. Cette décision a suscité une polémique en France car Bombardier était accusé par Alstom d'être favorisé sur son marché local pour ainsi pouvoir vendre moins cher sur les marchés étrangers.

La réputation de Bombardier a été ternie dans l'est des États-Unis par la mauvaise qualité de fabrication du train à grande vitesse (Les trains à grande vitesse sont des trains de voyageurs (le plus souvent, car il existe des TGV postaux) circulant en service commercial à des vitesses supérieures à...) commandé par Amtrak (Amtrak est le nom d'une entreprise ferroviaire publique américaine, spécialisée dans le transport de voyageurs. Créée le 1er mai 1971, Amtrak a le statut d'une entreprise commerciale, mais est entièrement...). Les trains à grande vitesse (On distingue :) ont été mis hors service par la FRA (l'autorité de certification des trains aux États-Unis) pour de graves défauts de conception et de fabrication. Dû à une loi américaine qui favorise les entreprises locales, ces trains avaient été assemblés au Vermont, États-Unis. Les plans ont donc dû subir plusieurs modifications avant de pouvoir enfin être mis en service [réf. nécessaire].

Organisation (Une organisation est)

Le groupe est organisé en trois pôles :

  • Bombardier transport
  • Bombardier aéronautique (Bombardier Aerospace)
  • Bombardier capital

Membres actuels du conseil d'administration de Bombardier Inc. :

  • Laurent Beaudoin;
  • Pierre Beaudoin;
  • André Bérard;
  • J.R. André Bombardier;
  • Janine Bombardier;
  • L. Denis Desautels;
  • Michael Durham;
  • Jean-Louis Fontaine;
  • Daniel Johnson, Jr.;
  • Jean Monty;
  • André Navarri;
  • James Perrella;
  • Carols Represas;
  • Federico Sada;
  • Heinrich Weiss.

Bibliographie

  • Bombardier L'internationalisation d'un rêve. (1942-1992), Bibliothèque nationale du Québec, ISBN 2-921393-08-5.
Page générée en 0.386 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique