Abbaye aux Hommes - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Abbaye aux Hommes
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
49° 10′ 54″ Nord
       0° 22′ 23″ Ouest
/ 49.1818, -0.3731
 
Pays
France
France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Ville Caen
Culte Catholique romain
Type Abbaye (Une abbaye (du latin abbatia) est un monastère ou un couvent catholique placé sous la...)
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style(s) dominant(s) Roman et classique
Protection CLMH et IMH
Localisation

 

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Abbaye aux Hommes

 

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye aux Hommes

L'abbaye aux Hommes est une des deux grandes abbayes, avec l'abbaye aux Dames, fondées par Guillaume (Guillaume est un prénom masculin d'origine germanique. Le nom vient de Wille, volonté et Helm,...) le Conquérant à Caen. Elle s'élève à l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...) du centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. Il est également appelé hypercentre dans...) et donna le nom de Bourg-l'Abbé au quartier qui l'entoure. Transformée en lycée au XIXe siècle, elle abrite depuis les années 1960 l'hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant,...) de ville. L'abbaye offre un très bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de...) ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) architectural construit entre le XIe et le XVIIIe siècle.

Histoire

Les origines du site

Du Ier siècle au IIIe siècle, un bourg (Un bourg est un grand village où se tient ordinairement un marché. On parle...) s'est développé à l'emplacement de l’actuelle abbaye aux Hommes à proximité d'une voie romaine reliant Augustodurum (Bayeux) à Noviomagus (Lisieux).

Ce bourg n'était qu'un vicus sans fonctions politiques ou administratives, ce rôle étant attribué à Aregenua, capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs,...) des Viducasses située à une quinzaine de kilomètre au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de Caen. Les fouilles menées de 1979 à 1981 dans l’enceinte de l’ancienne École Normale ont permis de mieux cerner l'organisation (Une organisation est) du vicus gallo-romain. Sa vocation était essentiellement artisanale : four (Un four est une enceinte maçonnée ou un appareil, muni d'un système de chauffage...) de tuilier et son habitation, une installation de tanneur avec son réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) de fosses et les vestiges d’un atelier de tabletterie avec de nombreux éclats d’os. Les fondations de la cella d’un fanum ont également été découverts lors des fouilles de la salle des gardes, près de l’hôtel de ville, et ont été conservés. De plan rectangulaire (6,2 m x 5,25), cette cella était constituée de pierres sèches grossièrement équarries et revêtues à l'extérieur d'un enduit peint. Il semble qu'un fragment de mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) trouvé à 4,5 mètres de la cella corresponde au péribole du temple.

De la fondation (Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges (poids propre...) au XIe au déclin de l'abbaye au XVIe

La fondation de l'abbaye

Deux histoires peuvent être avancées pour expliquer la fondation de l'abbaye. La première fait de l'abbaye aux Hommes une œuvre d'expiation pour les péchés commis par le couple ducal formé par Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandre. En 1050 ou 1051, le duc de Normandie épouse en effet Mathilde, fille du comte de Flandre. Mais le père de la mariée, Baudouin V, était le petit-fils de Richard II de Normandie tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) comme Guillaume. Leur mariage, jugé consanguin, est donc prohibé par le pape Léon IX. En contrepartie du pardon accordé par le Pape Nicolas II, ils fondent à Caen en 1059 deux abbayes bénédictines : l'abbaye aux Hommes dédiée à saint Étienne, et l'abbaye aux Dames dédiée à la Trinité.

Au-delà de cet acte fondateur romantique, il existe des raisons plus politiques. Guillaume appelé le Bâtard doit combattre pendant toute la première partie de son règne les barons de Normandie. Il cherche donc à asseoir davantage son autorité sur la basse Normandie où la rébellion a été la plus forte. Cela passe par la construction de châteaux, mais également par la fondation d'abbayes, selon un schéma classique en Normandie depuis le Xe siècle. Le duc décide donc de densifier le réseau d'établissements monastiques en basse Normandie, alors beaucoup plus lâche que dans la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme...) de la Seine mieux contrôlée par les ducs de Normandie. L'abbaye aux Hommes, comme l'abbaye aux Femmes, ont toutefois dans ce dispositif une place privilégiée. En effet, sur les 18 abbayes élevées durant le règne de Guillaume le Conquérant, seules deux, celles de Caen, sont fondées directement par le duc lui-même, les autres étant créées par des seigneurs locaux et reconnues ensuite par le duc. La fondation de l'abbaye aux Hommes et de l'abbaye aux Dames s'inscrit donc dans un dessein politique plus large qui vise à faire de Caen un point (Graphie) d'appui plus proche de la sédition que Rouen qui se trouve dans la partie orientale du duché. En choisissant de s'y faire inhumer - en 1083 à l'abbaye aux Dames pour Mathilde de Flandre et en 1087 à l'abbaye aux Hommes pour Guillaume le Conquérant - Guillaume et Mathilde inscrivent dans la durée l'attention des ducs-rois non seulement pour l'abbaye, mais également pour la ville de Caen qui, d'un gros bourg de constitution anarchique, devient la capitale secondaire de la Normandie. Les descendants de Guillaume confortent ensuite le lien des deux abbayes avec la dynastie ducale et royale. Ainsi, fait exceptionnel, Guillaume le Roux dépose les insignes royaux (couronnes et sceptres) de ses parents au trésor des deux abbayes où ils sont inhumés.

L'essor de l'abbaye

La construction de l'abbaye aux Hommes, confiée à Lanfranc, commence en 1063. L'église (L'église peut être :) a été construite entre 1065 et 1083. La conquête de l'Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni....), en 1066, en apportant des moyens supplémentaires, mais aussi la présence de carrières de pierre à ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) ouvert à proximité, expliquent la rapidité de cette construction. Elle fut dédicacée le 13 septembre 1077. Le chroniqueur Guillaume de Poitiers décrit la fondation de l'abbaye par Guillaume le Conquérant : « Pour l'établir abbé du monastère (Le monastère (du grec monos, seul), est un ensemble de bâtiments où habite une...) de Caen, il lui fallut user, pour ainsi dire, d'une pieuse contrainte ; car Lanfranc s'y refusait moins par amour pour l'humilité, que par crainte d'un rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du...) trop élevé. Ensuite, Guillaume le Conquérant enrichit ce monastère de domaines, d'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du...), d'or et de divers ornements ; il le fit construire à petits frais, d'une grandeur et d'une beauté abordable, et peu digne du bienheureux martyr Étienne, par les reliques duquel il devait être honoré et auquel il devait être consacré. »

Le déclin de l'abbaye

La guerre de Cent Ans met l'abbaye en première ligne des combats. Après la prise de Caen par les Français en 1346, les religieux reçoivent l'ordre de fortifier l'enceinte, Saint-Étienne se trouvant en dehors des fortifications de la ville.

En 1562 et 1563, pendant les guerres de religion, l'église est pillée par les troupes de Montgommery puis abandonnée. Les vitraux, les orgues et le mobilier sont détruits. Le tombeau de Guillaume le Conquérant, magnifique mausolée (Un mausolée est un monument funéraire de grandes dimensions. Il doit son nom au satrape...) en marbre (Le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire, existant dans une grande...), surmonté d'un gisant (Un gisant est une sculpture funéraire représentant un personnage couché (par opposition à orant...), et qui fut édifié à la demande de son fils Guillaume le Roux, roi d'Angleterre est profané en 1562 par les protestants. Les restes sont confiés à un moine de l'abbaye, Michel de Cemallé. Mais en 1563, une nouvelle intrusion des protestants provoque la fuite des moines et les ossements sont dispersés à l'exception d'un seul os, sauvé par Charles Toustain de La Mazurie, le poète ami de Vauquelin de La Fresnaye. Cet os est replacé dans le tombeau en 1642 par le prieur Jean de Baillehache, après la restauration du chœur. En 1742, les moines obtiennent du roi Louis XV l'autorisation non seulement de déplacer le tombeau dans le sanctuaire (En anthropologie religieuse un sanctuaire (de sanctus, « sacré») est...) mais aussi de le réduire à un simple caveau recouvert d'une pierre tombale.

La tour-lanterne (Une tour-lanterne est une tour s'élevant, dans certaines églises, au dessus de la croisée du...) s'écroule en 1566, détruisant les voûtes du chœur. Le chœur, en ruines, a failli être rasé sur décision du Parlement de Rouen. Un moine de l'abbaye, Jean de Baillehache, obtint l'annulation de cette décision et entreprit la reconstruction du chœur et la restauration de l'abbatiale (L'abbatiale est l'église d'une abbaye ou d'un monastère.). L'église est de nouveau consacrée le 18 mai 1626.

Le renouveau de l'abbaye aux XVIIe et XVIIIe siècles

La reconstruction de l'abbaye dans un style classique

Le cloître (Un cloître ou cloitre (ou anciennement cloistre, ou clouastre) est une cour entourée de...)

Le 6 juillet 1663, les religieux de l'abbaye signent un traité avec la Congrégation de Saint-Maur ; le 10 octobre, les religieux de Saint-Maur s'installent dans l'abbaye. Les mauristes redressent l'abbaye spirituellement, en rétablissant la discipline religieuse, et matériellement en reconstruisant les bâtiments conventuels qui tombaient en ruine (Une ruine est le reste d'un édifice dégradé par le temps ou une destruction plus...). Du cloître, il ne restait alors que les fondations, tandis que les cuisines tombaient en ruine ; la plupart des bâtiments avaient également perdu leur toiture. Les travaux de rénovation, menés par Guillaume de Tremblaye, lui-même assisté par les frères Bayeux, débutent en 1704, mais ils sont interrompus faute de moyens en 1706 avant de reprendre en 1710. En 1715, Guillaume de Tremblaye meurt et le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) est repris par dom Miserey qui le modifie en allongeant l'aile des hôtes vers le sud ; une aile en retour, parallèle à l'aile du réfectoire, devait également être construite à la place de la salle des Gardes pour fermer la cour sud, mais l'éviction des moines pendant la Révolution a entraîné l'abandon du projet. En 1727, les terrains à l'est de l'abbaye sont remblayés de 25 pieds ; un mur de soutènement est construit au sud afin de former une grande esplanade sur laquelle on aménage des jardins à la Française, formées de parterres, de bosquets et de labyrinthes. Un nouveau logis abbatial est construit de 1755 à 1759 dans le Clos de la Pépinière, parcelle comprise entre le rempart (Un rempart est un élément de fortification entourant un bourg, une ville ou une...) du XIVe siècle et le mur séparant l'enclos de la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux...) de l'abbatiale. Les travaux sont finalement terminés en 1764.

L'intégration de l'abbaye dans le dispositif urbain

La rue Guillaume-le-Conquérant, percée à travers les jardins de l'abbaye

Dans la deuxième partie du XVIIIe siècle, les édiles caennaises décident d'aérer la ville médiévale en programmant plusieurs projets urbanistiques. Le baron de Fontette, nommé intendant de la Généralité de Caen en 1752, mène à bien certains de ses projets. Il décide notamment de créer un nouvel axe pour dévier la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles...) de la rue Saint-Martin, axe historique permettant l'accès à l'ouest de la ville. En 1755, un accord est passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) entre l'abbaye et la ville de Caen en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) de percer une nouvelle rue à travers les jardins de l'abbaye entre la place des Petites-Boucheries et une nouvelle place octogonale, aménagée à l'emplacement des anciennes fortifications de la ville et sur laquelle vient déboucher la rue Écuyère. La partie sud de ce nouvel axe, appelé rue Saint-Benoît (actuelle rue Guillaume-le-Conquérant), est lotie par les moines de Saint-Étienne. Sur la place, rapidement baptisée place Fontette (La place Fontette à Caen est un espace public aménagé au XVIIIe siècle...), on prévoit également d'ériger deux pavillons à l'entrée de la nouvelle rue ; en contrepartie de la construction du pavillon sud, l'abbaye obtient la propriété des terrains auparavant occupés par les fossés, les contrescarpes et les fortifications de la ville. Le pavillon des moines est achevé en 1758 et les jardins de l'abbaye sont étendus jusqu'à la nouvelle place.

La sécularisation de l'abbaye aux XIXe et XXe siècles

Les moines chassés à la Révolution

Le 2 novembre 1790, les religieux sont chassés de l'abbaye en vertu de la loi du 13 février-19 février 1790. Le district de Caen et le Directoire, puis l'administration préfectorale s'y installent. En 1793, l'église Saint-Étienne est transformée en temple dédié au culte de la Raison et de l'Être suprême. Le 12 octobre 1800, l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs...) de Caen, rebaptisée « lycée de Caen », est installée par le préfet Dugua dans les locaux de l'abbaye. Suite à l'entrée en vigueur en 1802 du Concordat de 1801, le culte catholique est rétabli dans l'ancienne abbatiale, mais cette dernière devient église paroissiale et les religieux ne font pas leur retour à l'abbaye.

En 1810 cependant, les sœurs de la Visitation de Caen, chassées pendant la Révolution de leur couvent (Un couvent est un établissement religieux, généralement chrétien, où des...) transformé en caserne (actuel Quartier Lorge), s'installent dans l'ancien logis abbatial des bénédictins construit dans les années 1750. Elles aménagent et agrandissent les bâtiments existants et font élever une première chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice...) provisoire, suivie d'une deuxième église, remplacée elle-même par l'édifice actuel construit entre 1890 et 1892. Les sœurs aménagent un grand jardin dans le sud de l'enclos.

La transformation en lycée

Le Petit Lycée, construit en 1885 dans les jardins de l'abbaye

Finalement, l'administration préfectorale quitte l'abbaye en 1806 afin d'y aménager le Lycée impérial (actuel lycée Malherbe), fondé le 20 juillet 1804. En 1841, on y adjoint une école primaire élémentaire. L'abbaye est transformée au cours des années pour accueillir les élèves ; ainsi les cellules de moines ont été abattues dans les années 1880 pour faire place à des dortoirs communs. En 1842, l'aile des hôtes est achevée alors que l'ancien logis abbatial du XVe siècle est démoli ; seul un écusson portant les armoiries de Charles Ier de Martigny, évêque de Castres et premier abbé commendataire de l'abbaye, situé dans la galerie nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du cloître rappelle le souvenir de ce bâtiment construit en 1490.

En 1810, les jardins de l'abbaye sont amputés d'une partie de leur emprise afin d'aménager une place reliant la place Fontette à la Prairie ; l'esplanade est alors plantée de marronniers et on installe une grille ( Un grille-pain est un petit appareil électroménager. Une grille écran est un...) pour séparer la promenade des lycéens de l'espace public nouvellement créé, baptisé place du Parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été...) (actuelle place Guillouard) et agrémentée en 1882 d'une statue provenant de la place de la République. Deux nouveaux bâtiments sont également construits dans les jardins : le « couloir des classes » (actuellement occupé par le service de l'État-civil) construit de 1828 à 1830 et, en 1885, le « Petit Lycée » abritant l'école primaire élémentaire (actuel hôtel de police municipale).

L'abbaye pendant la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) Guerre mondiale

Les croix rouges sur le toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d'un édifice, permettant...) et dans le parc du lycée

Suite à des actes de sabotage perpétués près d'Airan par la Résistance en avril 1942, les autorités d'occupation décident de faire arrêter des otages en représaille ; dans la nuit du 1er au 2 mai et dans les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) qui suivent, 120 personnes, communistes, syndicalistes ou juives, sont rassemblées par la police et la gendarmerie françaises dans le Petit Lycée, puis amenées à la gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui...) de Caen d'où elles sont déportées vers des camps de concentration ou d'extermination.

Pendant la bataille de Caen, le lycée est transformé en centre d'accueil de la défense passive, le CA n°4 Lycée Malherbe. L'ensemble formé par l'ancienne abbaye, le palais de justice (Un palais de justice contient un tribunal ou autre juridiction, son administration et divers...) et le monastère de la Visitation, devenu le plus important des cinq centres d'accueil, abrite une foule de 3 500 personnes début juillet et plus de 8 000 à la mi-juillet à la veille de la libération de la rive gauche de la ville. L'ancienne abbaye sert également d'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de...) complémentaire à l'hôpital principal aménagé au Bon-Sauveur ; cet établissement compte 330 lits à la mi-juin et 500 à la mi-juillet quand l'hôpital est obligé de fermer à cause des bombardements allemands depuis la rive droite de l'Orne. Des croix rouges, fabriquées avec les moyens du bord, sont disposées sur les murs et les toits du lycée, ainsi que dans le parc, afin de signaler cet îlot sanitaire aux bombardiers ; le secteur est ainsi protégé des bombardements aériens, mais de très nombreux obus, envoyés par les Alliés, puis par les Allemands, font plus de 50 victimes (21 tués et une trentaine de blessés). Les réfugiés (Les Réfugiés est un épisode de la série télévisée Stargate SG-1....) s'installent dans l'abbatiale et dans les anciens bâtiments conventuels, les dortoirs du premier étage étant réservés aux malades et ceux du second étage aux personnes âgées impotentes et grabataires ; les caves de l'abbaye servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) d'abris en cas de bombardement. Les corps des victimes décédées sont entreposés dans le couloir des classes et un cimetière provisoire est creusé dans le parc. Le directeur de la Défense passive et des centres d'accueil, Joseph Poirier, dirige les opérations depuis l'abbaye aux Hommes, l'hôtel de ville de la place de la République ayant été détruit.

Le 9 juillet, les troupes anglo-canadiennes entrent dans Caen ; les responsables alliés se rendent à l'abbaye où le Préfet Cacaud a transféré ses bureaux. Le 10 juillet, après que Michel Cacaud, investi par le gouvernement de Vichy, a passé officiellement le pouvoir au nouveau préfet Pierre Daure, les Résistants caennais hissent le drapeau tricolore sur un lampadaire de la place Monseigneur-des-Hameaux et chantent la Marseillaise, marquant ainsi symboliquement la libération de la rive gauche de l'Orne.

La transformation en hôtel de ville

Après la Seconde Guerre Mondiale, la décision fut prise de construire un nouveau lycée. Les locaux libérés devaient être occupés par le musée des Beaux-Arts de Caen et par le musée de Normandie nouvellement créé. La construction du nouveau lycée n'étant pas jugée prioritaire, ce projet traîna en longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus...). Finalement, les deux musées ont été aménagés dans l'enceinte du château de Caen (Le château de Caen se trouve au cœur de la ville de Caen. Il fut créé au Moyen...) et c'est l'administration municipale qui occupe désormais l'abbaye depuis l'ouverture du nouveau lycée Malherbe en 1961.
Afin d'accueillir décemment l'hôtel de ville, les locaux ont été restaurés. En 1964, les jardins à la Française de l'esplanade Jean-Marie Louvel ont été redessinés par Louis Bouket d'après des plans du XVIIIe siècle ; afin d'aménager les 11 920 m² de l'esplanade, la statue de Louis XIV, qui trônait sur la place depuis 1882, a été déménagée sur la place Saint-Sauveur (Épargnée dans sa quasi-totalité par les bombardements de 1944, la place...) et l'aile en retour du Petit Lycée, désormais occupé par la police municipale, a été démolie. Le 16 janvier 1965, la première réunion du conseil municipal se déroule dans la salle capitulaire.

Page générée en 0.016 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique