Droit de l'espace - Définition et Explications

Introduction

Le droit de l'espace, au sens strict, désigne la branche du droit international qui traite des activités des États dans l'espace dit « extra-atmosphérique ».

Bien qu'il n'existe aucune limite entre l'espace aérien (L'espace aérien est organisé pour fournir une sécurité optimale à tous les...) et l'espace cosmique (la limite atmosphérique n'étant pas reconnue en droit), les règles du droit de l'espace prévoient un régime spécifique pour les activités d'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) et d'utilisation de l'espace « extra-atmosphérique ». Au sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) large, le droit de l'espace comprend l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des règles relatives aux activités spatiales, y compris les règles de droit privé.

Historique

Lorsqu'en 1957, l'URSS lance le premier satellite artificiel (Un satellite artificiel est un objet fabriqué par l'homme, envoyé dans l'espace à...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...), le Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le...), s'ouvre une nouvelle ère (Une nouvelle ère (1/2) et Une nouvelle ère (2/2) sont des épisodes de la série...). Cette exploration (alors qualifiée de « conquête ») d'un domaine tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) à fait nouveau pose très rapidement des questions de natures très diverses. Au lieu d'étendre les principes applicables à d'autres domaines du Droit des Gens, les nations ont entrepris d'instituer un corps de principes et de règles totalement nouveaux. Celui-ci inspirera quelques années plus tard le Droit international de la Mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.).

Un organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction...) spécifique fut créé en 1959 au sein de l'Assemblée générale des Nations unies : le Comité pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique. Ce Comité est secondé par deux sous-comités, dont l'un chargé des questions juridiques.

Les réponses législatives aux questions posées par la course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) à l'espace ont été très rapides. En 1963, l'Assemblée générale de l'ONU adoptait une résolution qui consacrait les principes fondamentaux relatifs à ce nouveau domaine d'activités. L'Espace était exploré et utilisé pour le bien commun de l'Humanité, n'était pas susceptible d'appropriation et ne pouvait être l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) de souveraineté nationale. En outre, la responsabilité des États actifs dans ce domaine était engagée pour toutes les activités menées sous leur juridiction, qu'elles le soient par leur gouvernement ou par des particuliers. Cette résolution préfigurait les 5 grands traités du Droit de l'Espace.

Les autres sources du Droit de l'Espace

Outre les traités et les résolutions des Nations unies, d'autres instruments internationaux sont sources de Droit de l'Espace :

  • certains accords internationaux multilatéraux, comme l'Accord intergouvernemental pour le développement et l'utilisation de la Station spatiale internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat...), conclu en 1988 et révisé en 1998 ;
  • certains accords bilatéraux entre États ou organisations internationales ;
  • certains actes ou traités fondateurs instituant des organisations internationales spécialisées ou actives dans le domaine des activités spatiales (Convention de l'Agence spatiale européenne (L’Agence spatiale européenne (ASE) (en anglais European Space Agency : ESA) est...), Convention EUMETSAT (EUMETSAT (European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites) est une...), Constitution, Convention et règlements de l'Union internationale des télécommunications (L'Union internationale des télécommunications (UIT) est la plus ancienne organisation...), etc.) ;
  • à certains égards, les législations nationales constituent un apport au Droit de l'Espace. Des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de...), la Russie, la Suède ou le Canada disposent de législations spatiales, dont certaines instituent des organismes ou agences spécialisées (exemple : NASA) ;
  • enfin, le droit international demeure la source fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) du Droit de l'Espace: les principes généraux, la Charte des Nations unies, la jurisprudence internationale (même s'il n'existe à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) aucune jurisprudence internationale en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) spatiale).

Les principales sources du droit de l'espace

Les principales sources du Droit de l'Espace stricto sensu sont :

Traités internationaux négociés au sein des Nations unies

Ils sont au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de cinq :

  • le Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) et les autres corps célestes, conclu le 27 janvier 1967 et entré en vigueur le 10 octobre 1967 (dit « le Traité de l'Espace »). Ce traité constitue en quelque sorte la « Charte de l'Espace ». Il reprend la plupart des principes énoncés par la Résolution de 1963 ;
  • l'Accord sur le sauvetage des spationautes, le retour des spationautes et la restitution des objets lancés dans l'espace extra-atmosphérique, conclu le 22 avril 1968 et entré en vigueur le 3 décembre 1968. Ce traité prévoit les mesures en cas de retombée d'objets spatiaux, habités ou non, sur terre. Par ailleurs, il impose une obligation de secours et d'assistance aux spationautes dans l'espace extra-atmosphérique. Il consacre le statut « d'envoyés de l'Humanité » des spationautes ;
  • la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux, conclue le 29 mars 1972 et entrée en vigueur le 1er septembre 1972. Elle impose aux États une forme de responsabilité internationale exorbitante par rapport au droit commun. Les États qui procèdent ou font procéder à un lancement, de même que ceux qui prêtent leur territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en...) ou leurs installations aux fins d'un lancement, sont solidairement tenus du dommage qui pourrait être causé par l'objet spatial ou ses composants. Cette responsabilité est basée sur la faute lorsque le dommage est causé dans l'Espace. Elle est absolue (L'absolue est un extrait obtenu à partir d’une concrète ou d’un...) lorsque le dommage est causé à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) de la Terre ou à un aéronef (Un aéronef est un moyen de transport capable d'évoluer au sein de l'atmosphère...) en vol ;
  • la Convention sur l'immatriculation des objets lancés dans l'espace extra-atmosphérique, conclue le 14 janvier 1975 et entrée en vigueur le 15 septembre 1976. Cette convention édicte l'obligation pour l'État de lancement d'un objet spatial d'immatriculer cet objet et de communiquer les informations relatives à son identification au Secrétaire Général des Nations unies. Un État conserve sous sa juridiction un objet immatriculé par lui ;
  • l'Accord régissant les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes, conclu le 18 décembre 1979 et entré en vigueur le 11 juillet 1984. Ce dernier traité rencontra sensiblement moins de succès que le précédent quant à son taux de participation. Le fait qu'il consacre la Lune et les autres corps célestes du Système solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le...) comme « patrimoine commun de l'Humanité » n'y est certainement pas étranger. À cet égard, il annonçait les difficultés qu'allaient rencontrer la Convention de Montego Bay sur le Droit de la Mer et, plus particulièrement, sa Partie XI relative à l'exploitation des hauts fonds marins.

Les Résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies

Puisqu'émis par l'Assemblée générale et non le Conseil de sécurité, ces actes internationaux n'ont pas de force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un...) obligatoire. Ils n'en constituent pas moins des normes de référence incontournables pour l'ensemble des Nations unies. Ces résolutions sont les suivantes :

  • Résolution 1962 (XVIII) portant Déclaration des principes juridiques régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, adoptée le 13 décembre 1963. Il s'agit du texte à l'origine des principes consacrés quelques années plus tard par les traités internationaux ;
  • Résolution 37/92 sur les Principes régissant l'utilisation par les États de satellites artificiels de la Terre aux fins de la télévision (La télévision est la transmission, par câble ou par ondes radioélectriques, d'images ou de...) directe internationale, adoptée le 10 décembre 1982. Ces principes régissent les émissions de programmes de télévision qui peuvent être directement captés hors des frontières d'un État ;
  • Résolution 41/65 sur les Principes sur la télédétection (La télédétection désigne, dans son acception la plus large, la mesure ou l'acquisition...), adoptée le 3 décembre 1986. Ces principes s'appliquent aux activités d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) active de la Terre, principalement à la détection de ressources naturelles ;
  • Résolution 47/68 sur les Principes relatifs à l'utilisation de sources d'énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) dans l'espace, adoptée le 14 décembre 1992. Ces principes édictent les précautions à prendre lors du lancement de sources d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...) nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) dans l'Espace ;
  • Résolution 51/122 portant Déclaration sur la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en voie de développement, adoptée le 13 décembre 1996. Cette Résolution présente un contenu plus politique. Elle réaffirme les principes fondamentaux du droit de l'espace ;
  • Résolution 59/115 sur l'application de la notion d'État de lancement, adoptée le 10 décembre 2004. Cette résolution vise à harmoniser la mise en œuvre par les États de ce concept-clé du Droit de l'Espace ;
  • Résolution 62/101 portant recommandations visant à renforcer la pratique des États et des organisations internationales intergouvernementales concernant l'immatriculation des objets spatiaux, adoptée le 17 décembre 2007. Cette résolution vise à harmoniser et à rendre plus cohérentes les pratiques respectives des États en matière d'immatriculation d'objets spatiaux, conformément aux dispositions du Traité de l'Espace et de la Convention sur l'immatriculation de 1975.

À côté de ces sept résolutions, il faut également citer celle adoptée à l'issue de la Troisième conférence des Nations unies sur l'exploration et l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique qui s'est tenue à Vienne, en juillet 1999. Il s'agit, là aussi, d'un texte éminemment politique.

Page générée en 0.127 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique