Laurent Schwartz - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Laurent Schwartz.

Laurent Schwartz (5 mars 1915, Paris - 4 juillet 2002, Paris) est l’un des grands mathématiciens français du XXe siècle, le premier à obtenir la Médaille Fields (La médaille Fields est la plus prestigieuse récompense pour la reconnaissance de travaux...), en 1950, pour ses travaux sur la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) des distributions. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est pendant de nombreuses années professeur à l’École polytechnique. Intellectuel engagé, il s'est distingué par ses nombreux combats politiques.

Biographie

Laurent Schwartz (Laurent Schwartz (5 mars 1915, Paris - 4 juillet 2002, Paris) est l’un...) est issu d’une famille juive d’origine alsacienne, imprégnée de culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...). Son père, Anselme, est un chirurgien renommé. Son oncle maternel, le pédiatre Robert Debré (Robert Debré, né à Sedan (Ardennes) le 7 décembre 1882 et mort au...) est le fondateur (Le Fondateur (titre original : Founding Father) est une nouvelle de science-fiction d'Isaac...) de l'Unicef (Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (abrégé en UNICEF ou Unicef pour United Nations...). Son grand-oncle par alliance, Jacques Hadamard est un célèbre mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute...). Sa mère, passionnée par les sciences naturelles lui transmet son goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) pour l'entomologie. Il cultivera cette passion toute sa vie (La vie est le nom donné :) et plus particulièrement pour les papillons. Sa collection personnelle, léguée au Muséum (Salle d'exposition du Muséum Provincial (1908) à Toronto (Ontario, Canada) ...) national d'histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès...), au Musée de Lyon, au Musée de Toulouse et au Musée de Cochabamba (Bolivie) comportait de l'ordre de 20 000 spécimens, collectés au cours de ses divers voyages. Plusieurs espèces, découvertes par lui, portent son nom.

Scolarité

De l'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un...) de ses professeurs, la scolarité de Laurent Schwartz est brillante. Il excelle en latin, en grec et en mathématiques. Son professeur de 5e disait à ses parents : « Méfiez-vous, on dira que votre fils est doué pour les langues, alors qu'il ne s'intéresse qu’à l'aspect scientifique et mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) des langues : il faut qu'il devienne mathématicien ». En 1934, il entre à l’École normale supérieure. En 1937, il est reçu second à l’agrégation de mathématiques.

Après avoir quitté l’ENS avec de très bons résultats, il part accomplir son service militaire (deux ans 1937-1939) comme officier. Ce service est prolongé d'un service actif d’un an pendant la guerre (1939-1940). Il devient ensuite officier de réserve. Démobilisé en août 1940, Schwartz se rend à Toulouse où ses parents habitent. Son père, alors colonel de réserve du service médical des armées, travaille comme chirurgien à l'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de...). Schwartz devient à cette époque membre de la Caisse (Les caisses en bois servent à emballer des produits en plusieurs pièces, qui doivent être...) nationale des sciences (l'ancien CNRS). Une bourse financée par Michelin lui permet de vivre de 1943 jusqu’à la fin de la guerre. La chance intervient alors pour le sauver du désert (Le mot désert désigne aujourd’hui une zone stérile ou peu propice à la...) scientifique dans lequel il vit : Henri Cartan (Henri Cartan, fils d'Élie Cartan et de Marie-Louise Bianconi, est un mathématicien français, né...) vient à Toulouse pour faire passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) des oraux d'entrée à l’ENS. L'épouse de Schwartz, Marie-Hélène Lévy, qui avait traduit quelques années plus tôt des travaux de Cartan, prend l'initiative de le rencontrer. Ce dernier les invite fortement à déménager pour Clermont-Ferrand où est repliée l'université de Strasbourg (L’université de Strasbourg (UDS) est une université française située...). Le changement fut très bénéfique. Ce fut à Clermont qu'il rencontra le groupe de mathématiciens « Nicolas Bourbaki ». Ces derniers le stimulèrent suffisamment pour qu'il finisse sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est...) de doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement...) en deux ans. En 1943, il soutient sa thèse « Étude des sommes d'exponentielles ».

La vie de Schwartz pendant la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) Guerre mondiale est très « mouvementée ». Juif, il doit se cacher et changer d'identité pour éviter la déportation, mais il découvre le monde (Le mot monde peut désigner :) de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) mathématique et commence sa thèse à Clermont-Ferrand, où l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Strasbourg est délocalisée. Pendant que ses recherches progressent, la guerre bat son plein. Sa santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) fragile l'empêche de rejoindre la résistance. L'inefficacité du mouvement trotskiste le remplit de frustration. Deux étudiants sont en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) que Schwartz à Clermont : Felbau, un étudiant juif d'Ehresmann et Gorny, un étudiant juif réfugié politique qui avait passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) une thèse avec Szolem Mandelbrojt. Feldau fut déporté à Auschwitz en novembre 1943 et Gorny en septembre 1942. On ne les revit (Revit est une suite logicielle rachetée par Autodesk en 2002 à la société...) jamais. Schwartz risquait la déportation à cause de ses origines juives et comme trotskiste : le couple dut donc adopter une fausse identité.

Après une année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) à Grenoble (1944), Schwartz rejoint l'université de Nancy (1945) sur l'initiative de Delsarte et de Jean Dieudonné. Il restera pendant sept années sur ce poste, prolifique à la fois au niveau de la recherche mais aussi au niveau des cours. Les cours de Laurent Schwartz attirent ainsi des étudiants comme Bernard Malgrange, Jacques-Louis Lions, F. Bruhat et Alexandre Grothendieck (Alexandre Grothendieck, né le 28 mars 1928 à Berlin, est un mathématicien...). Sur l'initiative de Denjoy, il passe de Nancy à la faculté des sciences de l'université de Paris (L’Université de Paris était l’une des plus importantes et des plus...) en 1952. En 1958, il devient professeur à l'École polytechnique. Ayant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) d'abord refusé de briguer ce poste, il change d'avis au dernier moment, motivé par son désir de refondation de l'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une...) mathématique à Polytechnique. Il y a cependant été interdit d'enseignement, de 1961 à 1963, après avoir signé le manifeste des 121, geste peu apprécié de l'encadrement militaire de cette institution. Il y modernise les programmes et y conçoit un centre de recherche mathématique. Il est élu correspondant de l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche...) le 2 mai 1973, puis membre le 24 février 1975, section mathématiques.

Page générée en 0.541 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique