Gréement
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Une partie du gréement d'un grand voilier
Une partie du gréement d'un grand voilier

Le gréement d'un navire à voile est constitué de l'ensemble des espars (mâts, bômes, tangons, etc.), manœuvres courantes (drisses, écoutes, etc.), manœuvres dormantes (étais, haubans, etc.) servant à régler, établir et manœuvrer la voilure. Le mot vient du norrois greida. Une grande partie du vocabulaire maritime vient du norrois.

Gréement (Le gréement d'un navire à voile est constitué de l'ensemble des espars (mâts, bômes, tangons, etc.), manœuvres courantes (drisses, écoutes, etc.), manœuvres dormantes (étais, haubans, etc.) servant à régler,...) dormant (Dormant)

On appelle gréement dormant toutes les parties non mobiles du gréement :

  • mât (Le mât est un espar vertical (mis à part le beaupré) servant à soutenir les voiles sur un bateau à voiles. De manière générale, c'est un pylône vertical.), bout-dehors (Sur un bateau, espar fixe ou rétractable pointant à l'avant du bateau. Utilisé depuis longtemps sur les voiliers anciens, il est de nouveau utilisé de...), queue de malet (Une queue de malet ou queue-de-malet est un espar utilisé sur un yawl afin de fixer l'écoute de tapecul. Il ne faut pas la confondre avec la bôme, car elle n'est pas mobile en mer. La queue de malet, peut avoir une grande...)
  • étai (Sur un voilier, l' étai (1) est un câble servant à maintenir le mât longitudinalement vers l'avant. Les haubans (3) et les galhaubans maintiennent le mât...), faux-étai (Faux-étai ou étai largable est un cordage descendant du mât, incliné vers l'avant et destiné à reprendre les efforts de la mâture aux allures de près. Ce filin permet, surtout, de gréer un autre foc...) ou bas-étai (Etai reprenant les efforts sur le mât au milieu de celui-ci et permettant d'en régler le cintrage et donc la courbure de la grand'voile. Pendant du bas-hauban sur l'avant, il peut être...) (largable), pataras (Sur un voilier moderne (gréement bermudien), le pataras (5) est un câble reliant l'extrémité du mât à l'arrière du navire  : il contribue à maintenir le mât dans sa position...)
  • haubans, bas-haubans, galhaubans, bastaques
  • barres de flèche, guignol, outrigger (grande barre de flèche)

Gréement courant

Des gabiers à l'œuvre sur les vergues
Des gabiers à l'œuvre sur les vergues

à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y =...), il est constitué de toutes les parties mobiles du gréement :

  • bôme (La bôme est la barre rigide qui permet d'orienter la grand-voile d'un bateau à voile. Traditionnellement en bois, elle est maintenant beaucoup plus souvent en aluminium, voire en matériaux composites comme la fibre de carbone pour...), wishbone (Le wishbone est un espar particulier qui permet de tendre une voile à la manière d'une bôme. Sa conception en double cintre, de part et d'autre de la voile, le fait ressembler à un os de volaille, le bréchet d'où son nom d'origine...), pic, flèche, vergue (Pièce de bois fixée au mât et qui porte une voile.)
  • tangon (Un tangon est un espar horizontal placé en dehors du bâtiment, perpendiculairement à la coque, et servant à amarrer les embarcations.)
  • écoutes, drisses, hale-bas (Le hale-bas, ou halebas, est un dispositif permettant de maintenir vers le bas un espar (bôme, tangon).), hâle-haut ou balancine (Une balancine est un cordage qui, sur un voilier, soutient un espar , en permettant d'en régler sa hauteur  : bôme ou tangon dans un gréement moderne, vergue dans une gréement carré. La balancine est fixée...)
  • bras, bosses de ris, garcettes

Types de gréement

L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) de l'appareil propulsif (gréement, espars, voiles) d'un voilier (Un voilier (ou bateau à voiles, navire à voiles) est un bateau ou navire propulsé par la force du vent. Historiquement, les voiliers ont été le premier moyen de transport à moyenne et longue...) est indissoluble de sa désignation. Leurs formes, leurs puissances et leurs qualités d'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) étaient le reflet (Un reflet est, en physique, l'image virtuelle formée par la réflexion spéculaire d'un objet sur une surface. La nature spéculaire de la réflexion est liée aux caractéristiques du...) de l'adéquation entre un bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport...) et son utilisation, le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ayant évolué avec les technologies. Le haubannage, autrefois en fibres (Une fibre est une formation élémentaire, végétale ou animale, d'aspect filamenteux, se présentant généralement sous forme de faisceaux.) naturelles, est passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une...) au câbles d'acier (L’acier est un alliage métallique utilisé dans les domaines de la construction métallique (voir aussi l’article sur la théorie du soudage de l’acier) et de la construction mécanique.) galvanisé puis aux câbles d'acier inox, et sur les voiliers de performance, on utilise plutôt des barres d'inox rondes ou profilées et aujourd'hui des fibres textiles (kevlar notamment, toujours gainé pour protéger les fibres des rayons du soleil) dont l'avantage principal est le gain de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la...) dans les hauts.Le mât est aujourd'hui le plus souvent en profilé (Un matériau profilé est un matériau auquel on a donné un profil, une forme déterminée.) d'aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un élément important sur la Terre avec 1,5 % de la...) sur les voiliers de série, mais l'on rencontre également le bois lamellé collé qui conserve tout son intérêt, surtout sur les unités à mât dépourvu de haubans dit "mât libre" ou encore sur des voiliers "modernes Romantiques", ainsi que des mâts en composites. Une exception, les mâts du voilier "Inox" de Marcel Bardiaux qui sont en tôle d'acier inox roulée et rivetée, technique qui se rapproche des mâts des derniers grands voiliers de commerce à voile (Les Voiles sont l’une des 88 constellations du ciel, visible essentiellement de l’hémisphère sud. Incluse à l’origine par Ptolémée dans l’immense constellation du Navire Argo,...) qui étaient en acier riveté.

À un mât

  • Misainier à une seule voile, gréement dormant souvent inexistant (mât simplement planté dans la coque)
  • Sloop (Au temps de la marine à voile, le sloop déformation anglophone de chaloupe, ou plus exactement le sloop-of-war, désignait en Angleterre, les navires plus petits que les frégates, armés de dix...) avec une grand'voile et un foc (Le foc est le nom donné à la première voile d'avant triangulaire endraillée d'un voilier. Un grand foc s'appelle aussi génois. Le plus petit foc (pour le mauvais temps) est appellé "tourmentin".), gréement généralement très simple et facile à mettre en œuvre.
  • Cotre (Le cotre est un gréement de bateau à voile, généralement ponté et à quille (contrairement au dériveur), et qui ne possède qu'un mât central. À la différence du...) avec une grand'voile, un foc et une trinquette (Voile d'avant dans un voilier, triangulaire et associée au système complet des focs. La trinquette est le petit foc le plus près du mât et permet d'augmenter l'écoulement laminaire...), quelques fois une voile de flèche et/ou une voile carrée (on parle alors de cotre-à-hunier, répandu en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme...) du Nord).
  • Variante : le Cotre à tape-cul, qui est un cotre avec un matereau arrière non fixe, portant une voile d'appoint pour stabiliser la marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un...) lors des opérations de pêche par exemple.

Les gréements de sloop

Il y a deux types de gréement sur la majorité des voiliers actuels, dépendants des rapports de puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) entre le foc et la grand'voile. Les progrès techniques, dans les toiles à voile notamment (tergal, kevlar, etc.), ont ainsi favorisé l'apparition de ces voiles très bien coupées et très efficaces que sont les génois (Sur un voilier, le génois est une des voiles qui peut être installée à l'avant du mât : il est alors le pendant de la grand-voile sur un sloop à gréement bermudien (le type de voilier le plus répandu...) (grand foc qui recouvre partiellement la grand'voile)

  • Le gréement en-tête : l'étai (le câble qui relie le mat à l'étrave) est fixé en vis à vis du pataras (le câble qui relie le mat au tableau (Tableau peut avoir plusieurs sens suivant le contexte employé :) arrière),
  • Les gréements fractionnés : l’étai est fixé plus bas que le pataras. On parle alors de gréement "fractionné" car on parle alors de gréement 7/8 ou 9/10 selon le rapport des hauteurs de fixation.Cette disposition favorise le cintrage arrière du mat qui permet d'optimiser la forme de la grand'voile
  • Le gréement Bergström, en pleine expansion du fait de sa simplicité et de sa robustesse, la tenue du mat étant assurée par une forte triangulation (En géométrie et trigonométrie, la triangulation est une technique permettant de déterminer la position d'un point en mesurant les angles entre ce point et d'autres points de référence dont la...) par barres de flèches qui évitent pataras et bastaques, plutôt utilisé sur des gréements moyennement élancés équipés de grand-voiles à fort rond ( Le mot rond caractérise et par abus de langage désigne un cercle ou une sphère. En argot, un rond c'est un sou. Une affaire...) de chute très puissantes et de focs gréés au 7/8°.

Seul petit inconvénient, une ouverture de grand voile plus limitée au vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur...) arrière du fait du plus grand recul des haubans latéraux et des larges barres de flèche.

À deux mâts

  • Brick: les voiles sont toutes carrées, il peut être ajouté une voile d'artimon (L’artimon désigne deux éléments d'un voilier :) et des voiles d'étai entre les mâts. On commence à avoir un gréement dormant plus complexe, du fait, d'une part, de la dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...) supérieure de l'ensemble et, d'autre part, de la nécessité de pouvoir régler les deux mâts pour ne pas interférer entre les deux systèmes véliques.
  • Brigantine (Le terme de brigantine désigne en français à la fois une grand-voile trapèzoïdale et le navire à deux mâts qui la porte à son mât principal...) : le mât d'avant (grand'mât) possède des voiles carrées (comme pour un brick), l'arrière (artimon) est doté d'une voile aurique (Une voile aurique est une voile de forme quadrangulaire non symétrique, le terme proviendrait du latin auris oreille, cette explication est corroborée par...) avec flèche. Il peut y avoir des voiles d'étai entre les mâts.
  • Goélette (Une goélette (ou anciennement goëlette) est un voilier dont le mât de misaine, placé à l'avant du grand mât, est plus court que ce dernier ou de taille égale et porte des voiles auriques (placées...) : les deux mâts sont égaux ou le grand'mât est à l'arrière et les voiles sont toutes auriques ou bermudiennes. On a pu voir quelques goélettes à hunier (Le hunier est une voile carrée supérieure à la grand'voile qui se trouve sur le mât de hune. Elle est fixée en dessous du perroquet.) (par exemple : Étoile et Belle Poule, de la marine nationale Française).
  • Brick-goélette (Un Brick-Goélette (encore appelé brig-goëlette ou brigantin) est un voilier à deux mâts avec un mât de misaine et un grand'mât (sur l'arrière). Un brick étant généralement gréé en...) : inverse de la brigantine, avec un mât de misaine (« Misaine  » désigne deux choses sur un bateau :) à voiles carrées et un grand'mât à voiles auriques.
  • Ketch (Un ketch est un voilier à deux mâts, dont le grand mât est situé à l'avant et le plus petit, appelé mât d'artimon, est sur l'arrière mais en avant de la mèche de safran (sans quoi il s'agit d'un yawl et non d'un ketch).) : voilier à deux mâts, celui de l'avant étant le plus haut, voiles auriques ou bermudiennes, avec barre en arrière de l'artimon. Lorsque l'axe du gouvernail (Le gouvernail est une partie mobile d'un bateau, ou d'un avion.) est en avant de ce mât, on parle de Yawl (Le yawl est un voilier à deux mâts dont l'artimon (mât arrière) a l'emplanture en arrière de la mèche de safran. Autrement dit, l'implantation du mât d'artimon, de plus...).
  • Dundée: cotre à tape-cul fixe, voiles auriques avec flèches sur les deux mâts, utilisé pour la pêche en Bretagne sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et Vendée.
  • Senau (Un senau est un voilier de commerce et de transport.) : Gréement particulier, deux mâts gréés voiles carrées et un mâtereau (mâtereau de senau ou baguette de senau) gréé voile aurique.

À trois mâts

C'est sans doute le gréement de commerce le plus répandu au XIXe siècle, la plupart des clippers, construits en bois, étaient des 3 mâts. On distingue :

  • le Trois-Mâts-Carré, (en anglais square-rigged), toutes les voiles sont enverguées et leur vergue est horizontale, retenue par le milieu (voile carrée) ;
  • le Trois-Mâts-Barque, (en anglais Barquentine), le mât d'artimon a un gréement aurique, avec vergue apiquée et envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).) de voile sur le mât. Ce gréement avait l'avantage d'offrir une bonne puissance au vent arrière avec stabilité de route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) et des capacités à remonter au vent avec la brigantine, les focs et les voiles d'étai ;
  • le Trois-Mâts-Goélette, dont le mat de misaine a des voiles carrées, le grand mât et le mât d'artimon des voiles auriques ;
  • la Goélette à trois mâts, dont tous les mâts ont un gréement aurique.

Toutes les variantes ont pu se voir, notamment dans les voiliers de travail, avec des voiles "au tiers" ou "auriques" comme les lougres "chasse-marée" et les bisquines.

À plusieurs mâts

Les grands voiliers de la fin du XIXe siècle, construits en fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie quotidienne, sous forme...) et donc beaucoup plus gros, ayant besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...) de plus de force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles...) propulsive et d'un gréement simplifié, on a vu couramment des quatre et cinq mâts carrés ou barque ( Photo d'une barque Types de bateaux Une barque est un petit bateau mû à la voile, à la rame ou à moteur. « Barque » désigne certains...) (le plus grand jamais construit fut le France II, coulé en Nouvelle-Calédonie (La Nouvelle-Calédonie est un archipel d'Océanie situé dans l'océan Pacifique à 1 500 km à l'est de l'Australie et à 2 000 km au nord de la Nouvelle-Zélande, à quelques degrés au nord...) en 1922) et même un sept mâts goélette (toutes voiles auriques) américain le Thomas w. Lawson qui eut une carrière courte (1902-1907).

Nom des voiles principales sur un gréement à trois mâts carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses quatre côtés ont la même longueur et ses quatre angles la même mesure. Un carré est à la fois un rectangle et...)

Image:3mast-fullrigged.png
Légende
A beaupré B bout-dehors C mât de misaine D grand mât E mât d'artimon
1 clinfoc (Un clinfoc (ou clin-foc) est une voile (navire) utilisé à l'avant d'un voilier ; elle désigne le foc le plus à l'avant, amuré à l'extrémité du beaupré. Le clinfoc est en...) 2 petit foc 3 grand foc 4 faux foc 5 misaine
6 hunier fixe de misaine 7 hunier volant de misaine 8 petit perroquet (Le terme perroquet ([pɛ.ʁɔ.kɛ]) désigne d'une manière générique l'ensemble des espèces d'oiseaux de l'ordre des...) fixe 9 petit perroquet volant 10 petit cacatois (Le cacatois est une voile se trouvant au sommet d'un mât. Il existe plusieurs types de cacatois en fonction du mât où il se trouve (au-dessus du perroquet):)
11 petit contre-cacatois 12 grand-voile (Sur un voilier, la grand-voile est:) 13 grand hunier fixe 14 grand hunier volant 15 grand perroquet fixe
16 grand perroquet volant 17 grand cacatois 18 grand contre-cacatois 19 brigantine 20 voile barrée ou artimon
21 hunier fixe de fougue 22 hunier volant de fougue 23 perruche fixe 24 perruche volante 25 cacatois de perruche
26 contre-cacatois de perruche 27 voile d'étai
Page générée en 0.317 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique