RMS Lusitania
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Lusitania
Sur une ancienne carte postale
Type : Paquebot transatlantique
Histoire
Lancement : 7 juin 1907
En service : 7 septembre 1907
Statut : Coulé le 7 mai 1915
Caractéristiques techniques
Longueur : 236 m
Maître-bau : 26,82 m
Tonnage : 31 550 tjb
Propulsion : Turbine (Une turbine est un dispositif rotatif destiné à utiliser la force d'un fluide (eau, vapeur, air, gaz de combustion), dont le couple est transmis au moyen d'un arbre.) à vapeur ()
Vitesse : 25 nœuds
Autres caractéristiques
Passagers : 2165 passagers (dont 563 de première classe (Dans un moyen de transport (avion, train ou bateau), la première classe est la classe la plus confortable et celle offrant généralement le plus de prestations. En outre, l'ambiance y est feutrée, la...), 464 de deuxième classe et 1138 de troisième classe)
Équipage : 802
Armateur : Cunard Line

Le RMS Lusitania (Le RMS Lusitania est un paquebot transatlantique britannique armé par la Cunard.) est un paquebot transatlantique (Un transatlantique est un paquebot liner destiné à la traversée de l'océan Atlantique, traversée plus ou moins régulière entre les Amériques et l'Europe (ou l'Afrique).) britannique armé par la Cunard.

Son nom vient de celui de la province romaine de Lusitanie. C'est le navire-jumeau (sistership) du paquebot (Un paquebot est un navire spécialisé dans le transport de passagers. Le nom vient de l'anglais « packet-boat », désignant les navires transportant du courrier. Les premiers...) Mauretania (Le RMS Mauretania, jumeau du paquebot Lusitania, est un paquebot transatlantique britannique armé par la Cunard. Lancé le 20 janvier 1906, il est alors l'un des paquebots les plus grands et les plus rapides du monde....). Son torpillage par les Allemands le 7 mai 1915, lors de la Première Guerre mondiale, au large de l'Irlande alors qu'il faisait route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) de New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a...) à Liverpool, avec plus de 1200 passagers (dont près de 200 Américains) et un chargement (Le mot chargement peut désigner l'action de charger ou son résultat :) secret de munitions semble avoir fortement contribué à l'entrée en guerre des États-Unis.

Carrière

Le Lusitania (Le RMS Lusitania est un paquebot transatlantique britannique armé par la Cunard.) essentiellement construit en 1906 a été lancé le 7 juin 1907 pour son voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement développé et démocratisé, au cours du XXe siècle avec...) inaugural le 7 septembre 1907 à Liverpool, équipé des technologies les plus modernes de l’époque, grâce à d’importants prêts du gouvernement britannique. Ces prêts ont été accordés en échange du fait qu'en cas de guerre, l'Amirauté pourrait réquisitionner et armer le Lusitania (et/ou son sistership), ce qui sera fait en août 1914. Le paquebot sera équipé d'un armement léger au " Canada dock " de Liverpool (12 canons de 6 pouces). Ce navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les règlements techniques de sécurité de navigation...) et son sistership étaient à l'époque les plus grands, les plus puissants et les plus rapides au monde (Le mot monde peut désigner :). Dès octobre 1907, le Lusitania obtint le Ruban bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs primaires. Sa longueur d'onde est comprise approximativement entre 446 et 520 nm. Elle varie en luminosité du cyan à une teinte plus sombre comme...), en battant le précédent record du Kaiser Wilhelm II (Le SS Kaiser Wilhelm II, est un paquebot transatlantique allemand à vapeur, achevé au printemps 1903 dans les chantiers navals de Stettin, à l'époque en Allemagne, mais aujourd'hui en...), paquebot allemand, finissant les 10 ans de domination allemande de détention du record. Avec 24 nœuds de vitesse (On distingue :) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous...) et des pointes à 48 km/h pour une poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) de 27.000 t ces paquebots étaient conçus pour surpasser le Kronprinz Wilhelm et le Kaiser Wilhelm II, mais avec une énorme consommation de carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.).

Avec l'arrivée du Mauretania en novembre 1907, le Lusitania et le Mauretania ont continué à alterner leur détention du Ruban bleu l'un après l'autre. En septembre 1909, le Lusitania le perd de manière permanente au profit du Mauretania qui conservera le record pendant 20 ans.

Au début de la Première Guerre mondiale, en août 1914, le Lusitania, le Mauritania et l'Aquitania (Le RMS Aquitania est un paquebot transatlantique britannique de la Cunard Line.) ont été réquisitionnés par la Royal Navy comme croiseurs auxiliaires pour des fonctions de guerre. Le Mauritania et l'Aquitania auraient reçu des ordres officiels, mais le Lusitania a pu continuer pour la Cunard Line ses traversées transatlantiques de passagers, peut-être en raison de sa consommation de carburant mais avec, pour des raisons économiques, un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de voyages transatlantiques réduit à un par mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) et une vitesse maximale réduite à 21 nœuds.

Le lusitania à l'arrivée de son voyage
Le RMS Lusitania
Le RMS Lusitania

Naufrage

Publicité de mauvais goût pour une brassière
Publicité (Bien que le terme (Werbung en allemand, Publicity et Advertising en anglais) désignât d'abord le mot qui aux yeux d'Habermas qualifie la Modernité et la Démocratie —( Publicité, sauvegarde du peuple est-il écrit...) de mauvais goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) pour une brassière

Le RMS Lusitania, est coulé le 7 mai 1915 à 14h10 près du Fastnet, à environ à 12 milles marins de la côte, au large de la pointe sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de l'Irlande (Old Head of Kinsdale), par un sous- marin allemand, le U-20. Le Lusitania était commandé par le capitaine William "Bowler Bill" Turner, âgé de 58 ans, officier expérimenté qui effectuait là son 102e voyage. Parti de New York le 1er mai 1915 à destination de Liverpool, après une escale (Une escale est un arrêt marqué par un véhicule de transport durant un trajet au long cours. Dans sa dimension technique, elle a généralement un caractère obligatoire car elle permet le...) d'une semaine (il était arrivé à New York le 24 avril 1915). Il aurait dû être protégé par un croiseur (Un croiseur est un navire de guerre, aujourd'hui, le plus puissant et le plus grand des bâtiments de combat, exception faite des porte-aéronefs.) britannique, le Juno, qui semble avoir été retiré de cette zone 2 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) plus tôt, le 5 mai 1915, par l'amiral Fisher et Winston Churchill lui-même, alors Premier lord de l'Amirauté. Le Lusitania a été touché par tribord alors qu'il naviguait à vitesse relativement réduite vers le port de Queenstown (actuel Cobh), à 40 km de là sur la côte sud de l'Irlande. Cette zone venait d’être déclarée " zone de guerre " par les Allemands, et le capitaine a semble-t-il été informé de la présence d'un sous-marin (Un sous-marin est un navire capable de se déplacer dans les trois dimensions, sous la surface de l'eau ; il se distingue ainsi des autres bateaux et navires qui se déplacent dans deux...) allemand par les autorités britanniques.
Selon les témoignages de survivants, le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.) de l'explosion (Une explosion est la transformation rapide d'une matière en une autre matière ayant un volume plus grand, généralement sous forme de gaz. Plus cette...) à l'impact de la torpille a été suivi d'une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La...) explosion beaucoup plus violente, et anormale, officiellement attribuée à l'explosion d'une chaudière (Une chaudière est un appareil (voire une installation industrielle, selon sa puissance), permettant de transférer en continu de l'énergie thermique à un...) mais qui a rapidement suscité de nombreuses suppositions. Ce solide navire (ultra-moderne pour l'époque) coule anormalement vite et par la proue (La proue est le nom donné à la partie avant d'un bateau ; le terme est aujourd'hui délaissé en faveur d'étrave, qui reste plus technique.), alors qu'il disposait de compartiments étanches que le capitaine avait fait fermer par des portes étanches après avoir reçu un avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au...) de la Royale annonçant qu'un sous-marin allemand croisait dans les parages (il avait aussi fait préparer les canots de sauvetage). Le paquebot a sombré en 15 à 18 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée...), ne permettant qu'à 6 canots sur 48 d'être mis à l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.). Sa coque repose toujours par 93 mètres de profondeur dans une zone brassée par de forts courants.

Les notes du capitaine du sous-marin allemand le Kapitanleutnant Walther Schwieger, qui venait dans la semaine les 5 et 6 mai de couler 3 cargos dans ce secteur, nous apprennent qu'il a tiré sa torpille à 700 mètres (500 yards) de distance à 14h10 et que l'impact a été suivi d'une "détonation exceptionnellement importante", avec un grand nuage (Un nuage est une grande quantité de gouttelettes d’eau (ou de cristaux de glace) en suspension dans l’atmosphère. L’aspect d'un nuage dépend de la lumière qu’il...) de fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules...) et "des débris projetés jusqu'au dessus des cheminées". En plus de la torpille, une deuxième explosion s'est produite ("chaudière, charbon ou poudre?" s'interroge-t-il). Des notes plus tardives de ce capitaine disent que le sous-marin avait déjà tiré ses meilleures torpilles et qu'il ne lui restait que 2 (3?) torpilles de bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt employé en poésie et dans les textes littéraires,...), moins puissantes. L'emplacement précis de l'épave semble rester inconnu ou oublié durant 20 ans jusqu'en 1935 où un officier survivant du Lusitania, Albert Bestic rapporte au capitaine Turner qui finit ses jours à Crosby près de Liverpool un papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est considéré...) presque illisible où il avait griffonné la position au moment du torpillage.

Nombre des passagers et de survivants

Il varie selon les sources : Il y aurait eu 1 257 passagers à bord (dont 197 venant des USA). 1 195 ou 1 198 seraient morts noyés (incluant près de 100 enfants). 123 ou 128 victimes auraient été américaines (128 selon l'ambassade de France à Washington). 703 personnes survivront sur 2160 passagers et marins selon d'autres sources.

La cargaison (La cargaison (de l'occitan gascon cargar: charger) est l'ensemble des marchandises transportées. Le terme s'applique au transport de bétail mais ne s'applique pas aux passagers.) secrète

Malgré les documents cachés et/ou falsifiés* à l'époque, on sait - au moins depuis 1972 - que le Lusitania était bien un " croiseur auxiliaire armé ".
Il transportait vraisemblablement au moment de son attaque 5.248 caisses d'obus, 4.927 boites de 1.000 cartouches chacune, et 2.000 caisses de munitions d'armes de poing. (Howard Zin, université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures)....) de Boston, in "le XXe siècle américain", éd. AGONE) ou 5.468 caisses d'obus shrapnell et cartouches (lien) Pour d'autres, c'étaient 4.200 caisses de cartouches de fusil, 1.248 caisses d'obus d'artillerie, et 18 caisses de fusées. Certains croient qu'il a pu y avoir eu beaucoup plus de munitions dans les cales et une rumeur (La rumeur est un phénomène de transmission large, par tout moyen de communication formel ou informel, d'une histoire à prétention de vérité et de révélation. Le terme recouvre donc des réalités très...) évoque des lingots d'or. (lien) D'autres auteurs encore évoquent la présence d'explosif (Un explosif est un composé chimique défini ou un mélange de corps susceptibles lors de leur transformation, de dégager en un temps très court, un grand volume de gaz...) cachés dans un pseudo lot de 323 balles de fourrures destinée à la société de Liverpool de B.f. Babcock et Co. Babcock ne s'étant jamais occupé de fourrure, mais ayant précédemment reçu plusieurs livraisons de " coton-poudre ", puissant explosif à base de nitrates... avec parmi les marchandises embarquées figuraient 3 863 "boîtes de fromage", de 40 livres chacune destinées à une boîte postale de Liverpool qui s'est avérée appartenir au superintendant du Naval Experimental Establishment de Shoeburyness ! Ce sont 51 tonnes d'obus shrapnell (three-inch bullet shells), six millions de balles de fusil (cal.303) et une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre...) indéterminée (En mathématiques, une indéterminée est le concept permettant de formaliser des objets comme les polynômes formels, les fractions rationnelles ou encore les séries...) de " gun-cotton " (explosif à base de nitrate) et 200 t de munitions pour armes de poing que le Queen Margareth n'avait pu embarquer en raison de difficultés techniques, (lien). À partir de 1914, il aurait violé la loi en transportant des munitions lors de tous ses voyages (hormis le premier), sachant que le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le...) de munitions par des bateaux civils a probablement été fréquent à cette époque.

Conséquences du naufrage

Le paquebot anglais est aussitôt présenté à la presse mondiale comme "neutre" et victime de la barbarie allemande. En France, l'information est diffusée par la revue l'Illustration N° 3767 du 15 mai 1915. Des conférences, des affiches incitant à la guerre sont diffusées dans tous les États-Unis, appelant souvent à venger le Lusitania. Les Allemands inquiets par la perspective d'une entrée en guerre rapide et concrète (La concrète est une pâte plus ou moins dure obtenue après extraction d’une matière première fraîche d’origine végétale (fleurs,...) des Américains se sont justifiés en prétendant que le navire transportait des armes, ce que les Britanniques ont immédiatement et farouchement nié, avant qu’en 1972, des archives ne montrent que le Lusitania convoyait effectivement un chargement secret de munitions, et qu’il était armé de 12 canons.

Cette attaque dont les circonstances ne sont pas clairement élucidées contribuera à faire basculer l'opinion américaine en faveur de la guerre (que leur gouvernement avait décidé peu avant).

Suite au naufrage, Woodrow Wilson, le président américain, menace l'Allemagne et exige réparation. Inquiet de l'irruption des États-Unis dans la guerre, car ils feraient alors basculer le sort de celle-ci, Berlin (le 27 aout 1915) décide de provisoirement suspendre ou fortement restreindre son offensive sous-marine. Mais rien n'y fait : auparavant hostile à la guerre, l'opinion publique américaine évolue peu à peu en faveur d'un engagement dans la guerre aux côtés de l'Entente (Empire Français, Empire britannique et Empire russe), contre les Empires centraux (Empire allemand, Empire d'Autriche-Hongrie et Empire ottoman). L’Allemagne reprendra sa guerre sous-marine en janvier 1917.

C'est la décision allemande de janvier 1917 de déclencher - malgré les négociations en cours - un blocus de fait de l’Amérique en décrétant la guerre sous-marine totale contre tous les navires, même neutres, qui commerceraient avec les nations alliées, qui a probablement vraiment lancé les États-Unis dans la guerre. Mais l’attaque du Lusitania a préparé une opinion américaine qui était plutôt pacifiste ou neutre avant cet évènement. Les États-Unis avaient rompu leurs relations diplomatiques avec Berlin et lancé une campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est...) de mobilisation après le torpillage du Vigilentia (le 6 avril 1917 à 13h18) qui a justifié le vote du Congrès américain favorable à l’entrée en guerre.

Conséquences environnementales

Si le chargement était vraiment ce qu'on a laissé entrapercevoir les sources citées ci-dessus, le paquebot n'ayant pas été pulvérisé, on peut supposer que toutes les munitions et explosifs n'ont pas sauté avant le naufrage. Une quantité importante de munitions ont été immergées avec du plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.), du mercure et du nitrates eutrophisant, coulant avec le navire et dont l'épave a bien des années après servi de site d'exercice à la Royal Navy. Ce site a donc pu être une source importante d'émission sous-marine de polluants. L'Amirauté a-t-elle ainsi voulu effacer les preuves de la présence de quantités importantes de munitions à bord ?

Suites juridiques

L'Amirauté britannique et W. Churchill lui-même ont accusé le capitaine de n'avoir pas respecté les mesures de sécurité recommandées. Lord Mersey qui a supervisé le procès visant à établir les responsabilités du capitaine, de l'autorité de défense ou de la compagnie a ensuite fait savoir au 1er Ministre Asquith qu'il refusait de continuer à travailler pour la justice anglaise. Il aurait décrit l'affaire du Lusitania à sa famille comme “a damned dirty business”.

Plus récemment, le Lusitania a refait parler de lui (voir source, bibliographie), avec un plongeur, Gregg Bemis, qui a acheté le droit de propriété de l'épave, ce qui a été contesté par le gouvernement irlandais qui a interdit les plongées sur le site.

Page générée en 1.667 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique