Histoire des chemins de fer français - Définition et Explications

L'histoire des chemins de fer français débute au début du XIXe siècle. Elle consiste en sept grandes phases qui ont en commun une forte volonté politique de l'État dans les orientations choisies et les moyens mis en œuvre. Il faut cependant noter que la France à longtemps possédé un important réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit...) secondaire, appartenant à des compagnies privées, à voies métriques et étroites.

Dates importantes

Les bases du réseau

  • 1814, l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de...) en chef des mines Pierre Michel Moisson-Desroches (Pierre Michel Moisson-Desroches (9 juillet 1785 - 30 mai 1865) est un polytechnicien, ingénieur en chef des Mines, professeur à l'école des mineurs de Saint-Étienne. Il organise les études de l'école à la demande de...) adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas...) à Napoléon un mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) intitulé : Sur la possibilité d'abréger les distances en sillonnant l'empire de sept grandes voies ferrees. Ce mémoire centrait sur Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la Seine...) ces sept voies ferrees. Il sera repris en 1838 par Baptiste Alexis Victor Legrand.
  • 26 février 1823, première concession d'une ligne de chemin de fer (Le chemin de fer est un système de transport guidé servant au transport de personnes et de marchandises. Il se compose d'une infrastructure spécialisée, de matériel roulant et de procédures...) en France par ordonnance du roi Louis XVIII ; il s'agit de la ligne Saint-Étienne-Andrézieux, 23 km, concédée à perpétuité à MM Beaunier et de Gallois pour le transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) de houille ; cette ligne fut mise en service le 30 juin 1827 et est donc la deuxième d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...) continentale; la traction des wagons était faite par des chevaux.
  • 7 juin 1826, concession de la ligne Saint-Étienne-Lyon, 58 km, aux frères Seguin ; la ligne fut ouverte de 1830 à 1832. Cette ligne entre en concurrence directe avec le canal de Givors à Rive-de-Gier qui connait un grand succès depuis son ouverture en 1780. Mais la mauvaise gestion de ce canal facilitera la tâche au chemin de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la...) dans sa course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) au monopole. C'est la première ligne de voyageurs payants.
  • 27 août 1828, concession de la ligne Andrézieux-Roanne, 77 km, la ligne fut ouverte de 1832 à 1833. En fait, cette ligne n'arrive pas tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de suite à Roanne, mais s'arrête au Coteau, sur l'autre rive de la Loire, aux Varennes. Là, une estacade permet le transbordement du charbon dans les bateaux de Loire, et bientôt ceux du canal de Roanne à Digoin alors en construction (il ouvre en 1838). La Loire sera franchie par la voie ferrée (Une voie ferrée est un chemin de roulement pour les convois ferroviaires, constitué d'une ou plusieurs files de rails dont l'écartement est maintenu par une fixation sur des...) fin 1858, pour se raccorder à la ligne du Bourbonnais. Entre Balbigny et le Coteau, cette première ligne suivait un tracé différent de l'actuel, et on peut en voir sur place encore des vestiges bien visibles : tranchées et remblais reconvertis aujourd'hui en chemins vicinaux.
  • 24 août 1837, inauguration de la ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye, 18 km, parcourus en 25 min construite par l'ingénieur Eugène Flachat.
  • 1838, Baptiste Alexis Victor Legrand trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et la géométrie du plasma coronal, à travers...) le réseau grandes lignes en étoile centrée sur Paris, connu sous le nom d'Étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) de Legrand, similaire au réseau routier du XVIIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être...), et qui influença fortement la géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et "γραφειν"...) économique et sociale de la France.
  • 1841, inauguration de la ligne Strasbourg-Bâle, 140 km, première ligne internationale européenne, construite et exploitée par Nicolas Koechlin.
  • 11 juin 1842, " Charte " des chemins de fer : la loi relative à l'établissement des grandes lignes de chemins de fer, fixant le régime des chemins de fer en France, crée un modèle original de partenariat public-privé. L'État devient propriétaire des terrains choisis pour les tracés des voies et il finance la construction des infrastructures (ouvrages d'art et bâtiments). Il en concède l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) à des compagnies qui construisent les superstructures (voies ferrées, installations), investissent dans le matériel roulant et disposent d'un monopole d'exploitation sur leurs lignes.

Les compagnies régionales

  • 1859, conventions ferroviaires État-compagnies : à l’inspiration du duc de Morny, les lignes concédées sont réparties en six grandes compagnies.
  • 1878, nationalisation des réseaux ferroviaires des Charentes (naissance du réseau de l'État).
  • 17 juillet 1879, loi adoptant le plan Freycinet (Le plan Freycinet est un ambitieux programme de construction de chemins de fer, lancé en 1879 par le ministre des travaux publics Charles de Freycinet. Son objectif majeur est de donner accès au chemin de fer à...) qui prévoit un programme de travaux destiné à porter le réseau ferré d'intérêt général de 29 600 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le...) environ (dont 21 300 en exploitation) à 38 300, en y incorporant 8 800 km de lignes nouvelles à construire (incluant 2500 km de lignes d'intérêt local déjà concédées). Ce plan qui devait permettre de desservir toutes les sous-préfectures fut quasiment achevé en 1914.
  • 20 novembre 1883, loi portant approbation des conventions avec les six grandes compagnies (Compagnie de Paris-Lyon-Méditerranée, Compagnie d'Orléans, Compagnie du Midi, Compagnie du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), Compagnie de l'Est, Compagnie de l'Ouest) ; celles-ci acceptaient un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de concessions à ouvrir, en contribuant aux frais d'exploitation pour un montant fixe, l'État s'engageant à subventionner au-delà de ce montant.
  • Loi décrétant la construction des chemins de fer en France

L'entre-deux-guerres

  • 1933, révision de la convention ferroviaire de 1921
  • 1934, le gouvernement Doumergue d'union nationale décide de contingenter provisoirement par voie réglementaire, en interdisant toute nouvelle activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.), les transports routiers et fluviaux de voyageurs et de marchandises pour compte d'autrui. De plus, par un avenant de 1933 à la convention de 1921, les obligations imposées aux compagnies ferroviaires ont été allégées moyennant un contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) plus étroit de leur gestion par l'État.

La nationalisation

  • 31 août 1937, décret-loi approuvant la Convention concernant la constitution de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :) et la nationalisation des réseaux.
  • 1er janvier 1938, nationalisation des chemins de fer et création de la SNCF, avec le statut d’une société d'économie mixte dans laquelle l’État détenait la majorité. Les concessions et les actifs (à l'exception du domaine privé) sont transférés à la société nouvellement créée. Pierre Guinand est nommé comme premier président de la SNCF. Ses Agents sont des Fonctionnaires.

La Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure...) Guerre mondiale

  • 1er juillet 1940, la Reichsbahn commence l'exploitation directe du réseau Alsace-Lorraine.
  • Août 1940, l'exploitation du réseau en zone occupée, hors Alsace-Lorraine est transférée dans son ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude...) à la WVD (Wehrmacht Verkehrs Direktion) installée à Paris. À cette fin, les Allemands mettent en place, dans les ateliers et les gares importantes, du personnel allemand chargé de surveiller les cheminots. Une WVD est également installée à Bruxelles, qui a compétence sur une partie du Nord de la France.
  • 15 août 1940, application des tarifs allemands sur le réseau Alsace-Lorraine, annexé de fait par la Reichsbahn.
  • 11 septembre 1940, Pierre-Eugène Fournier, ancien gouverneur de la Banque de France, est nommé président du Conseil d'administration de la SNCF.

L'après-guerre

  • 5 juillet 1949, la loi du 5 juillet 1949 définit les grands principes de la coordination des transports, notamment de la coordination rail-route (Un véhicule rail-route est un véhicule destiné à la circulation sur route et sur rail. C'est généralement un véhicule routier d'origine adapté à la traction sur rail. Les solutions techniques vont du plus...), révisée ensuite par le décret du 14 novembre 1949. La coordination des transports de voyageurs reste basée sur le contingentement, ce qui tend à figer l'offre de transports publics alors que la demande augmente rapidement. La coordination des transports de marchandises consite à maintenir le contingentement de certains transports routiers pour compte d'autrui à grande distance et une coordination tarifaire incomplète, par manque d'informations fiables sur les prix de revient routiers.
  • 1969 contractualisation des rapports État-SNCF, deuxième vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude crête-à-crête allant de...) de fermetures de lignes ferroviaires.
  • 22 septembre 1981, inauguration du premier tronçon de la ligne à grande vitesse (Une ligne à grande vitesse, ou LGV, est une ligne ferroviaire construite spécialement pour permettre la circulation de trains à grande vitesse (initialement au-dessus de 200 km/h,...) Paris-Lyon, entre Paris et Saint-Florentin. Le TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses supérieures à 320 km/h en exploitation, mise au point par la SNCF et construite par la division transports...) relie Paris à Lyon en 2 h 40. La vitesse (On distingue :) limite sur la ligne est de 260 km/h, elle sera portée plus tard à 300 km/h.

Les réformes vers la libéralisation

  • 1er janvier 1983, à l'expiration de la convention de 1937, le statut de la SNCF est transformé, elle devient un établissement public (En droit français, un établissement public est une personne morale de droit public, disposant d'une certaine autonomie administrative et financière...) industriel et commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) tout en gardant son sigle SNCF et ses Agents n'ont plus le statut de Fonctionnaire à compter de cette date. Ces mesures s'insèrent dans le cadre de la loi d'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) sur les transports intérieurs (LOTI) du 30 décembre 1982.
  • 1987 création du sigle TER et début du conventionnement des transports collectifs régionaux.
  • Fin 1987: Phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) initiant la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :) des filières avec la suppression du grade (Le mot grade a plusieurs significations :) de Chef de Gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :). Le principe du Chef unique responsable de tous les Agents d'une gare disparaît. Les Dirigeants n'ont plus autorité que sur leur fonction propre:
    • Les ex Chefs de Gare deviennent Techniciens Transport-Mouvement et n'ont plus autorité que sur la fonction Transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par...)
    • Les dirigeants des autres filières prennent le titre de Technicien Commercial Voyageurs, Technicien Commercial Fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.), Technicien Administratif, ... en fonction de leur filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) propre.
  • A partir de 1996: finalisation de la séparation des filières avec la disparition de la notion de "gare" en tant qu'entité de travail, au profit de celle d'Équipe: création du titre de Dirigeant d'Équipe, devenu Dirigeant de Proximité (DPX) depuis 2001. Un DPX, basé dans une gare-mère, dirige une fonction sur un secteur géographique étendu à plusieurs gares; il n'a donc autorité que sur les Agents de son Équipe, lesquels sont répartis dans plusieurs gares.

Chaque Fonction (Infra, Commercial, ...) devient complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la...) indépendante de toutes les autres.

  • 13 février 1997, loi portant création de Réseau ferré de France (RFF). RFF (Réseau ferré de France (RFF) est un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic) français créé en 1997. Il est chargé de l'entretien, du...) devient propriétaire et gestionnaire du réseau ferré français, et se voit transférer la dette relative au réseau. La SNCF devient entreprise ferroviaire (Une entreprise ferroviaire est une entreprise prestataire de service qui assure des services de transport de personnes ou de marchandises sur un réseau ferroviaire.) mais continue d'assurer l'entretien des voies et la gestion des circulations pour le compte de RFF dans le cadre d'une convention ad hoc.
  • 19 mars 1999, création du Conseil supérieur du service public (Un service public est une activité considérée comme étant d'intérêt général. Cette notion faisant appel à une appréciation pouvant être élargie ou rétrécie...) ferroviaire (CSSPF) ; cet organisme est chargé de veiller à l’unicité du service public ferroviaire et à la cohérence de sa mise en œuvre par RFF et la SNCF.
  • 15 mars 2003, date d'ouverture du réseau français aux concurrents privés, français ou étrangers, dans le domaine du transport de fret (décret du 7 mars 2003).
  • 17 février 2004 : délivrance de la première licence d'entreprise ferroviaire à une société privée (filiale d'Eurotunnel).
  • 13 juin 2005 : Première circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) commerciale d'un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons...) privé de marchandises de la société Connex (Veolia Transport (ex-Connex) est la marque transport du groupe Veolia Environnement. Son activité consiste principalement à exploiter des services de transport en commun...) au départ de Dugny, retardée par une manifestation des syndicats cheminots.
  • 29 juin 2005 : Le ministre des transports délivre une licence de transports de voyageurs à la société Connex.
  • 22 mai 2006 : Dominique Perben, ministre des transports, présente son plan de renouvellement du réseau ferroviaire (Un réseau ferroviaire est un ensemble de lignes de chemin de fer, de gares et d'installations techniques diverses (atelier, dépôts, triages, embranchements particuliers, chantiers intermodaux...) qui...), qui prévoit un grand effort pour le renouvellement et l'amélioration du réseau ferroviaire français.

Évolution de la traction électrique en France

Après de nombreux essais, la première électrification industrielle eu lieu à Saint-Etienne sur une ligne de 2,8km comprenant 2 tunnels et servant à l'évacuation du charbon. Elle fut mise en service en 1893 par l'ingénieur Auvert du PLM. C'est donc la première électrification en France sur la ligne de Montmartre à la Béraudière à Saint-Etienne (42) ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les...) déjà berceau du rail (Un rail (ou lisse en québécois) est une barre d’acier profilée. Deux files parallèles de rails mis bout à bout forment une voie ferrée. Ils...) par la première ligne Saint-Etienne - Andrézieux.

L'électrification des chemins de fer en France a vraiment commencé vers 1900. Le Paris-Orléans (PO) et la compagnie de l'État (Ouest-État) choisirent le courant continu (Le courant continu est un courant électrique indépendant du temps ou, par extension, un courant périodique dont la composante continue est d'importance primordiale) à 550 V avec alimentation par troisième rail (Le troisième rail est une technique d'alimentation en énergie électrique d'un système de transport ferroviaire, utilisé en particulier dans les réseaux de métro ou de trains de banlieue.) pour électrifier des lignes de la banlieue (La banlieue désigne communément l'espace urbanisé d'une ville qui est situé dans la continuité du bâti de sa ville-centre et qui en est administrativement distinct.) parisienne. Ce choix s'explique par les avantages du moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) à courant continu : d'une part il permet de développer un couple important à basse vitesse, nécessaire pour faire démarrer un train, d'autre part on peut faire varier simplement sa vitesse de rotation, et donc celle de la locomotive (Une locomotive est un engin moteur, c'est-à-dire se déplaçant par ses propres moyens, utilisé par le transport ferroviaire pour fournir l'énergie de...) dans une large plage (La géomorphologie définit une plage comme une « accumulation sur le bord de mer de matériaux d'une taille allant des sables fins aux blocs ». La plage ne se limite donc pas aux...). Cependant le choix d'une tension (La tension est une force d'extension.) relativement basse (jusqu'à 700 V dans les premières années) limitait la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) disponible.

En 1908, la compagnie du Midi choisit d'électrifier ses lignes des Pyrénées avec du courant alternatif (Le courant alternatif (qui peut être abrégé par CA, ou AC, pour Alternating Current en anglais, étant cependant souvent utilisé) est un courant électrique qui change de sens.) 12 kV à la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps....) 16 2/3 Hz.

En 1920, le gouvernement, pour éviter une " balkanisation " du réseau, décida d'imposer le courant continu 1500 V pour toutes les nouvelles électrifications.

"En gros la Suisse possédait énormément de houille (La houille (mot wallon francisé), est une roche carbonée. C'est également une roche combustible fossile solide provenant de la décomposition d'organismes du carbonifère.) blanche ainsi que des constructeurs ferroviaires et électriques ( Winthertur). Au départ on voulait utiliser des moteurs triphasé (Le triphasé est un système de trois tensions sinusoïdales de même fréquence qui sont déphasées entre elles (de 120 ° ou ?π radians dans le cas idéal). Si la fréquence est de 50 Hz par exemple, alors les...) sur le Simplon (moteurs industriels) et l'on avait une peur bleue du continu ( faible tension, intensités élevés donc nécessité d'un rhéostat difficile à installer).
En raison des contraintes techniques de l'époque, on s'en tint donc, après le triphasé qui est très complexe et peu souple ( crans de marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout et en ayant toujours...) réguliers ), au monophasé. Mais un nouveau problème surgit : comment démarrer ? Plus la fréquence est élevée, plus il y a de commutations, plus cela entraine de flashs, ce qui est néfaste au moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie...) à la mise en vitesse. Si la fréquence est de 50 Hz ( fréquence du courant industriel ), le courant changera 100 fois de sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement,...) à la seconde. Donc, on constata qu'aux environs de 15 Hz, cela était acceptable pour les moteurs en alimentation directe via un graduateur. On choisit 16, 2/3 parce que c'était le tiers de 50 Hz, fréquence du réseau industriel naissant. Pour produire l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.), une utilisait des génératrices spéciales dans des centrales électriques du réseau privé électrique des compagnies de chemin de fer ) ou l'on se servait de groupes tournants triphasés qui convertissaient du 50 Hz en 16 2/3. Pour le choix de la tension, au départ on utilisait du 10 à 12 KV selon les compagnies, qui fut relevé à 15 KV vu l'augmentation des puissances appelées. C'est pourquoi, le réseau midi, riche en houille blanche, lança un programme ambitieux d'électrification en 12 000 volts 16 2/3 Hz. Perpignan-Villefranche fut la première ligne électrifiée et la seule non convertie en 1 500 volts. La première guerre ralentit les travaux et quelques lignes furent exploitées sous cette tension. Mais une mission française gouvernementale, après études aux États-Unis (où l'anarchie régnait, tout le monde (Le mot monde peut désigner :) mettant en place sa tension et sa fréquence) imposa à toutes les compagnies de métropole (Une métropole (du grec mêtêr, mère, et polis, ville) est la ville principale d'une région géographique ou d'un pays, qui à la...) le 1 500 volts qui, si besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...) était, pouvait être converti en 3 000 volts. On imposa le 3 000 volts au Maroc et en Algérie pour espacer les sous-stations. En fait, vu les connaissances techniques de l'époque, le 16,2/3 était un bon système, meilleur que le continu mais il aurait fallut changer le système d'exploitation et alléger les trains de marchandises. De plus, les autorités militaires ne voulaient pas une tension identique à celle des Allemands pour des raisons stratégiques ! Il a fallu attendre les années 1950 pour que le ministère de la guerre lève son véto à l'électrification hyper-rentable des régions industrielles du Nord-Est!
Dans les années 55/65 la DB qui commençait à se remettre de ses destructions lança une vague d'électrification ambitieuse qui couvrait la Sarre, la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée fluviale)...) du Rhin (Le Rhin (Rhein en allemand, Rijn en néerlandais, Rhenus en latin, Rein en romanche) est un fleuve d'Europe long de 1 230 kilomètres et drainant un bassin de 185 000 km2.), la Ruhr et la prolongement jusqu'à Hambourg ! La Bavière quant à elle connut sa vague avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.
Les dirigeants de l'époque, en collaboration avec les français (contrairement à la croyance populaire, les industriels des 2 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme...) étaient très proches et partageaient plus d'opinions qu'aujourd'hui) évoquèrent un réseau en 25 000 volts 50 Hz. Si les français et les luxembourgeois avaient réussi là où ils avaient échoué (ligne du Hollenthall en 20 KV 50 Hz ) pourquoi ne pas essayer ? Mais c'était sans compter sans la frange bavaroise de la DB qui refusa ce mode au titre d'unicité du réseau.

Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.261 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique